AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723466590
Éditeur : Glénat (10/06/2009)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Une fresque pirate et américaine tambour battant signé par un J.-Y. Delitte rugissant ! Nouvelle Ecosse, décembre 1775. En pleine guerre d’indépendance américaine, un homme se glisse habilement entre les lignes anglaises. Son nom : Black Crow, sa mission : rendre compte des résultats d’une mission de piraterie opérée contre les troupes insurgées d’un certain Georges Washington… Sauf que Black Crow est également venu se venger, car son commanditaire n’a pas exactemen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  30 décembre 2015
J’ai décidément de plus en plus de mal avec les auteurs belges de bandes dessinées, qui le cul entre la chaise du classicisme et de celle la modernité arrivent bien difficilement à les marier voire à exploiter les qualités de l’une ou de l’autre. Comme un auteur aussi doué que Jean-Yves Delitte, peintre officiel de la marine belge, parvient-il à commettre des erreurs aussi grossières ? C’est pour moi un mystère…
Niveau dessins :
Les décors sont magnifiques, du bonbon pour les yeux avec des paysages splendides, des bâtiments maritimes et des monuments terrestres, des accessoires et des vêtements pleins de détails (et quand cela s’étale sur des pages doubles c’est doublement la fête). A côté de cela, on a l’un des charadesigns les plus clonesque que j’avais vu (pire que les comics et les mangas mainstreams qui sont pourtant soumis à des impératifs de travail autrement autre plus compliqués et lourds à gérer que ceux de la BD franco-belge) : hommes ou femmes, jeunes ou vieux, tout le monde affiche les mêmes 3 ou 4 visages unisexe qui affichent les mêmes expressions faciales quelle que soit la situation dans l’ensemble du cycle (et parfois avec les mêmes barbes/moustaches/dreadlocks/couvre-chefs ou exactement le même nombre de rides sur le front…). Pire, on va même jusqu’à recourir au décalque sur la même planque voire sur la même case : là, c’est carrément la honte car on interdit cette pratique dès la classe de Seconde Arts Appliqués au lycée !!! Régulièrement je n’ai plus su qui était qui et je devais refeuilleter le même passage plusieurs fois pour comprendre le schmilblick…
Le découpage est d’un grand classicisme, ce qui n’est pas nécessairement un défaut, mais c’est tout est quand même figé voire statique : cela manque de dynamisme, cela manque de mouvement donc de peps et de souffle. Et c’est pire encore dans les scènes d’action où tout le monde ouvre la bouche en grand et lève les yeux au ciel avant de crever (n’importe quel storyboard des années 1970 est mieux fichu que cela) Et puis, il y a aussi cette mystérieuse épidémie de strabisme qui touche aléatoirement tous les personnages…
Niveau scenarii :
J’ai trouvé agréable de faire d’un métis amérindien le héros d’un cycle consacré à la flibusterie, et de placer l’action à la fin du Siècle des Lumières. L’auteur nous fait voyager puisque qu’après la Guerre d’Indépendance nous visitons les Flandres, l’Afrique Noire et l’Afrique du Nord musulmane, puis le Brésil et l’Australie…
Mais à chaque tome il a de petites maladresses ou de grosses bévues. Evidemment le héros est intègre, valeureux et soucieux de la vie de ses hommes jusqu’à la mort, mais c’est quand même gênant de prendre pour argent comptant les clichés de la littérature maritime britannique (ou de tomber dans le chauvinisme belge ^^) : les Espagnols sont décadents, les Bataves sont fourbes et cupides, les Français sont aussi arrogants qu’incompétents… On tombe à chaque tome dans le french bashing de base et on se demande bien comment des andouilles pareilles ont réussi à menacer qui que se soit en Europe et dans le monde au cours de l’Histoire (c’est même carrément ridicule quand des diplomates anglais accusent leurs homologues français d’impérialisme et de colonialisme à l’époque où la perfide Albion règne sur les Sept Mers et que l’empire colonial français se limite aux actuels DOM-TOM).
Difficile de reprocher à l’ensemble la linéarité du classicisme franco-belge, mais c’est un poil répétitif quand même… Jugez par vous-même :
Tome 1 : vengeance ; Tome 2: chasse au trésor ; Tome 3: chasse au trésor et vengeance
Tome 4 : vengeance ; Tome 5 : vengeance et chasse au trésor ; Tome 6 : chasse au trésor

Ce tome 1 débute en Nouvelle-Ecosse, en décembre 1775, le corsaire loyaliste Samuel Prescott, dit Back Crow, assassine le commodore anglais… Boston, 7 mois plus tôt ledit commodore propose une mission impossible : sa mission, si toutefois il l'accepte, est de trouver, arraisonner et couler sans laisser le moindre témoin l’Amsterdam, une frégate de 12 forte de 28 canons, qui transporte une pleine cargaison d’armes françaises à destination des insurgents, fournies par un certain obscur écrivains dénommé Beaumarchais… Si lui ou l'un de vos hommes était capturé ou tué, la Couronne nierait avoir eu connaissance de ses agissements. Bonne chance à lui !
Black Crow fait preuve d’imagination en allant faire un détour par les Caraïbes voler un navire de guerre de la Royale avant d’accomplir sa mission au large des Bermudes. Mais il se salit les mains pour rien, puisque son supérieure ne tient aucunement compte de ses promesses, ce qui coûte la vie à tous les siens (qui sont-ils ? on ne le saura jamais… J’imagine qu’on devait parler des dernières communautés iroquoises d’Amérique du Nord qui comme leurs autres homologues amérindiennes avaient vu l’intégrité de leurs territoires garantie par la Couronne d’Angleterre depuis la grande révolte de Pontiac).
L’ensemble est bien documenté, tant sur la Guerre de Sept Ans que sur la Guerre d’Indépendance. Le traitement la guerre, qui ne laisse personne indemne à part les ronds de cuir le cul bien au chaud à l’arrière du des combats, est bien réalisé et nous gratifie de scènes aussi grandioses qu’absurdes…
Il y a des petites maladresses comme la folie du serial killer du Mississippi ou la schizophrénie de Black Crow qui ne sont pas spécialement bien amenées et bien développées, mais ce n’est pas bien graves. Je n’ai pas compris pourquoi on met successivement trois scènes où ce dernier perd les siens dans circonstances tragiques, là où une seule aurait bien suffit (si tout le monde avait été tués dans un attaque d’insurgents, tout aurait fait mieux sens, mais il fallait absolument caser des Français méchants, violents et sadiques dans ce tome 1 sinon le cahier des charges des clichés n’aurait pas été rempli).
A la fin du tome, Black dit au revoir à ses fantômes avant de repartir à l’aventure, lui qui s’est mis à dos les Etats-Unis, les Anglais, les Français et les Hollandais…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
TelKines
  02 mars 2016
Cette BD a un scénario assez convenue. Lors de la guerre d'Indépendance des Etats-Unis, Black Crow, qui serait un métis européen/amérindien, est capitaine d'un navire de corsaires (puis pirates). Un commodore (anglais) lui donne pour mission de couler la marchandise d'un bâtiment sous pavillon hollandais. Black Crow accepte à la condition que les Anglais protègent des rebelles un village, où résident les familles de son équipage. Condition qui ne sera pas remplie d'où la vengeance de notre pirate.
A part le scénario, les dessins des bateaux sont merveilleux : surtout lors du départ du bateau des pirates qui se déroule sur une double page. On ressent tout de suite que Jean-Yves Delitte est peintre officiel de la Marine. Les détails sont nombreux tant pour les navires que dans le vocabulaire maritime. Pourtant certaines cases d'action manquent de traits de "mouvement" ou d'onomatopées. Parfois un "pan" ne serait pas de trop.
La lecture de la BD reste agréable et je lirai la suite dès que je la trouverai à ma médiathèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liratouva2
  20 avril 2011
«La colline de sang» raconte une histoire de guerre maritime, de piraterie qui se passe en 1718, en Nouvelle-Ècosse.
Un jour de neige, dans une forêt, deux silhouettes recouvertes de grandes capes grises se dirigent vers une grande demeure. Des soldats qui se réchauffent autour d'un feu en plein air ne les remarquent pas et les laissent entrer dans un manoir fortifié sur lequel flotte le drapeau anglais.
Une rencontre a lieu dans une salle bien chauffée entre le Commodore et cet étranger au visage en partie peint en bleu. Celui-ci reproche au premier sa trahison : il a fait massacrer sa famille et ses amis à Kingston, malgré sa promesse de les sauver en échange de ses services. C'est pourquoi Black Crow, le corsaire, le tue.
A partir de cette scène initiale, flash back ! On retourne à Boston, sept mois plus tôt. Cette fois, tout se passe sur la mer où se multiplient les navires à voiles tous plus beaux les uns que les autres.
Black Crow, alias Samuel Prescott, est un mercenaire, capitaine du «Revenge». C'est le fils d'un Blanc et d'une Indienne tous deux tués par les soldats. Il a également perdu Caroline, sa femme qu'il revoit comme une revenante, sans cesse à ses côtés!
L'histoire elle-même sans grand intérêt pour moi est surtout l'occasion de montrer des affrontements maritimes mais les images sont vraiment très belles. Les couleurs sont une alternance de bleus et de bruns ocrés. J'ai particulièrement apprécié les scènes où les larges voiliers se poursuivent sur deux pages. Ces images sont superbes!
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
scrambledspirit
  15 juin 2012
Fin du 18e siècle, Black Crow, né mi-peaux-rouge mi-blanc, a toujours défendu les intérêts des anglais en tant que corsaire. Mais les promesses de ses employeurs laissent à désirer et Black Crow est plutôt du genre vengeur surtout si on touche à son équipage et à leurs proches. Nous voyageons avec un incroyable Corsaire devenu un pirate implacable à qui on ne la fait pas. Black Crow à plus d'un tour dans son sac et celui qui le fera flancher n'est pas encore né.
Superbe fresque de Jean-Yves Delitte dessinateur et scénariste mais aussi peintre officiel de la marine belge c'est vous dire s'il connaît son sujet. Les personnages, les bateaux, les costumes, les petits détails qui font la différence, un dessin réaliste mais fort qui nous plonge dans l'aventure rebondissante d'un pirate d'honneur.
Lien : http://scrambledspirit.wordp..
Commenter  J’apprécie          40
florian1
  17 avril 2014
Delitte, peintre officiel de la Marine, nous offre de très beaux dessins de bateaux. Mais son histoire de corsaire est ennuyeuse et manque de rebondissements.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
BulledEncre   11 avril 2012
Cette première aventure maritime est assurée de main de maître aussi bien au niveau du scénario que du graphisme par un auteur spécialiste du genre.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   10 janvier 2016
- J’ai une mission pour vous. Une mission des plus délicates que nous ne pouvons prendre en charge… Nos espions nous ont appris qu’un navire hollandais avec une importante cargaison d’armes devrait prochainement appareiller de France. Un certain Beaumarchais, un obscur écrivain, aurait réuni une jolie fortune en armes…
- Des armes françaises pour ces maudits rebelles ? La France soutient les insurgés ?
- Officiellement, non. D’ailleurs, on dit que ces lâches prennent le soin d’enlever les armoiries royales de leur gros roi Louis des armes qu’ils fournissent. Ils ont peur que nous n’apprécions pas cette aide et qu’en représailles nous organisions le blocus de leurs comptoirs aux Antilles ou que notre marine bombarde leurs ports !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AlfaricAlfaric   11 janvier 2016
- Alors Commodore, ce Brandy est à votre goût ?
- Black Crow vous ici ? Mais comment diable ?
- Décidément, Commodore, vos hommes sont de piètres militaires… Une malheureuse tempête de neige et ils sont tous transis de froid, figés, aveugles et sourds… Je n’étonne plus que ce maudit George Washington avec sa milice réussisse à assiéger Boston !
- Vous oubliez Bunker Hill !
- Une victoire à la Pyrrhus. Vous avez perdus plus de mille hommes pour une simple colline fortifiée sans intérêt…
- Sans intérêt ! Qu’est-ce que vous y connaissez en stratégie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   15 janvier 2016
- Hardi, les gars ! Nous faire regretter à ces maudits rebelles leur audace… Pour le roi, pour la patrie !
- C’est ça, cause toujours sergent !
- Qu’y a-t-il soldat ? Servir le roi de déplaît ?
- Que non sergent, que non… Je pense juste que cette attaque est inutile, que c’est du suicide !
- On ne te demande pas de penser soldat.
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   18 janvier 2016
- Me tuer avec un vulgaire pistolet !
- J’ai trop d’honneur pour salir mon épée avec le sang d’une crapule ! Que votre âme pourrisse enfer !
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   07 janvier 2016
Tant de morts… Tant d’innocence massacrée au nom de la liberté, est-ce que cela en valait vraiment la peine ?
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Jean-Yves Delitte (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Delitte
Dans le cadre du festival Etonnants Voyageurs 2017, nous avons rencontré Jean-Yves Delitte, peintre officiel de la marine de Belgique et directeur de la collection Les Grandes Batailles Navales chez Glénat. Entretien en dessin avec ce marin qui garde les pieds sur terres.
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
autres livres classés : corsairesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Des romans sur une ile

Roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.

L'île
Robinson Crusoé
L'Île mystérieuse
Le Comte de Monte-Cristo
Shutter Island
L'Île au trésor
L’Île du docteur Moreau
Sa Majesté des mouches
L’Île du jour d’avant
Paul et Virginie

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thèmes : îles , mer , navire , pirates , corsaires , marinsCréer un quiz sur ce livre