AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Piuma_L


Piuma_L
  11 septembre 2020
Un récit bouleversant, émouvant empreint d'une poétique mélancolie.
Une narration originale sous la forme de lettres comme un journal intime où Laurel s'épanche sur ces émotions qui la pèsent.


Chère Laurel,
Écrit comme ça, ça peut sembler ridicule puisque tu n'es qu'un personnage de roman mais après tout je me dis que les personnages de romans sont ceux qui font vivre l'histoire et qui la subissent , ils existent donc sûrement dans un autre monde.
Tu vois Laurel, l'adolescence c'est comme faire le grand saut, comme si d'un coup d'un seul le sol se dérobait sous nos pieds et qu'on restait là en suspension, nos pieds pataugeant dans le vide attendant que nos ailes se déploient. Mais personne ne nous apprend à voler et que fait-on si on se brûle les ailes ?
Je sais ce que c'est que de marcher à côté de son ombre, parfois on l'a nourrie tellement qu'un jour elle devient plus grande que nous et qu'elle finit par nous engloutir à son tour.Et nous devenons nous-mêmes l'ombre.
A force de se cacher, nous oublions qui nous sommes, à force d'être abandonnée, on n'en oublie de s'aimer. Parfois, on se cache derrière les morts pour ne plus affronter son existence mais vois-tu Laurel, les morts ne sont plus , ils sont eux-aussi dans un autre monde et il ne reste plus que les vivants. Ce qu'il y a de plus atroce dans la mort , c'est ce sentiment d'abandon qu'elle nous laisse en héritage. Quand quelqu'un meurt, on doit réparer les vivants.
L'écriture est quelque chose de merveilleux n'est-ce -pas ? Elle extériorise, elle devient notre confidente. On s'y met par hasard et puis au détour d'une lettre, c'est soi -même qu'on trouve.
Tu vois,Laurel, le silence fait parfois plus de vacarme que les mots. La souffrance est propre à chacun mais tout le monde a en lui une souffrance qu'il tait et la partager avec d'autre aide à rendre notre âme aussi légère qu'un poids plume.
Se délester de sa souffrance, c'est prendre son envol.
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (4)voir plus