AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Isabelle Baechler (Collaborateur)
EAN : 9782221097878
191 pages
Robert Laffont (05/09/2002)
3.82/5   57 notes
Résumé :
Bruno Dellinger est un Français rescapé des attentats qui ont détruit le World Trade Center. Maintes fois interviewé par la presse française, il rassemble aujourd'hui, un an après les événements, les souvenirs précis de cette tragédie. Récit poignant, émouvant plus qu'émotif, Bruno Dellinger, chef d'une petite entreprise de consulting et de développement artistique, revit cette journée du 11&... >Voir plus
Que lire après World Trade Center 47e étageVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 57 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
11 Septembre 2001…….
Ce témoignage est court, et pourtant chaque mot et chaque phrase sont d'une grande précision, mais surtout d'une infinie pudeur.
L'auteur, en quelques pages seulement, décrit son début de journée et ce qui se passe, tel qu'il le vit dans son bureau au 47 ème étage d'une tour de New-York. Il mettra cinquante minutes pour arriver dehors, non sans avoir remis les choses en ordres et fait ses sauvegardes informatiques. Les mots sont percutants, et décrivent parfaitement l'état d'esprit New-Yorkais et l'atmosphère de cette ville.

Il aura la chance de s'en sortir, et surtout la force et l'énergie pour reconstruire ce qui s'est écroulé en une poignée de minutes.
Avec pudeur, mais sans faux semblant, l'auteur nous fait partager les six mois qui ont suivi ces évènements : la remise en route, vaille que vaille de sa société dont il est le créateur avec l'aide de ses deux employés, le parcours semé d'embuches, la solidarité collectives, mais aussi les vautours qui se réveillent en de pareilles circonstances. Il insiste beaucoup sur le traumatisme, l'aide précieuse de sa famille, de ses amis. C'est d'ailleurs avec l'un d'entre eux qu'il aura la force de retourner sur les lieux. Je peux comprendre le malaise que l'on ressent à ce moment là, ayant eu il y a quelques mois l'occasion de survoler la zone, et d'en avoir ressenti de violentes crampes d'estomac alors que les choses ont changé depuis, et que je ne l'ai pas vécu directement…….

La personnalité de l'auteur est à l'image de toutes celles et tous ceux qui partent faire leur vie dans cette ville : dynamique, optimiste malgré tout, la volonté d'aller de l'avant.

Il expose les incompréhensions des Européens à l'égard de la société américaine et de sa puissance, et nous livre son propre point de vue. Et même si on peut ne pas être toujours d'accord avec ses arguments, ce livre fait réfléchir à bien des égards. Si pour lui, il a été& sans aucun doute une thérapie, ou pour le moins un bon début, pour nous autres, il nous replace face à la fragilité de l'existence, et face à la nature humaine.




Commenter  J’apprécie          60

Un témoignage de plus sur le 11 septembre 2001? Oui
Identique aux autres? Non

Parce que Bruno Dellinger, Français expatrié et chef d'entreprise, n'a pas été tué dans les attentats, parce que physiquement il allait plutôt bien. Mais parce que les informations qu'il délivre dans ce récit, sur une année environ, sont celles du rescapé. L'un de ceux qui étaient dans la Tour numéro un, qui a entendu l'impact et qui est descendu par les escaliers depuis le 47ème étage. Il a pu sortir de la tour, il a pu se réfugier dans une banque après l'effondrement de la Tour deux et le nuage de fumée qui a tout envahi. Mais parce que le stress post-traumatique a été très important et que cela, les médias n'en ont pas beaucoup parlé. L'horreur s'était abattue sur New-York, le nombre de morts était considérable, alors les vivants ont été quelque peu oubliés.

C'est le récit haletant de cette journée effroyable, celui de l'indicible, de l'impossibilité à mettre des mots sur ce qui s'est passé. Bruno Dellinger croit tout d'abord à un accident. Tout s'enchaîne, les deux tours touchées, puis le Pentagone. Sur une cinquantaine de pages, on visualise à nouveau les images répétées en boucle dans le monde entier.

Mais le reste du livre, c'est le lent travail de reconstruction psychique que raconte Bruno Dellinger, le travail de reconstruction de sa société aussi. C'est sa tendresse pour cette Amérique si différente de l'Europe, où seul l'individu compte, mais où il doit s'en sortir seul aussi : trouver des bureaux, reconstituer ses fichiers clients, acheter des fournitures. L'élan de compassion s'arrête où le business reprend ses droits : tu veux reprendre ton activité professionnelle ? Tu vas devoir payer deux ou trois fois le prix d'avant!!! Mais c'est aussi une façon de survivre et de permettre à ses deux employés de surmonter aussi leurs souffrances, il faut continuer à avancer, même quand on préférerait rester dans l'hébétude.

Il nous raconte aussi sa terreur d'ouvrir son courrier, à cause de l'anthrax (j'avais oublié ces atteintes dans le mois qui a suivi la tragédie), son impression d'être seul parmi la foule, l'incompréhension des médecins, jusqu'à celle, bénévole dans un grouoe de soutien, qui va enfin l'écouter et lui permettre de confier enfin ses angoisses.

L'auteur nous livre ses réflexions sur la politique américaine du début des années 2000, sur son hégémonie. Facile de le lire avec 17 ans de recul et de constater que le récit était étrangement prémonitoire...

C'est un récit forcément touchant, mais sans pathos, un document que j'aurais aimé lire plus tôt. Et surtout, j'aimerais savoir si Bruno Dellinger a toujours cette phrase notée sur son Palm :
« Dum vita superest, bene est! » (Tant que la vie perdure, tout va bien! Casanova).

A découvrir absolument, pour avoir une vision de l'intérieur, avec le recul des années écoulées.

lirelanuitoupas.wordpress.com
Commenter  J’apprécie          11
Un témoignage saisissant sur le 11 septembre donné par un Français rescapé de cet attentat, il nous dévoile tout de l'attentat à la reconstruction dont tout le monde dénigrait son importance. En même temps, il insiste sur le coté psychologique.

Tout d'abord, j'aimerais parler de l'écriture de ce témoignage que je trouve très particulière, car on voit très bien qu'il n'a pas ajouter d'effets accessoires et que ce texte est le strict minimum de l'auteur, qu'il ne peut rien enlevé sans en changé le sens, donc on est face à une écriture compacte qui rassemble beaucoup d'informations. Donc, pour ceux qui aiment les témoignages, ils vont en avoirs pour leur envie !

Parlons de la façon dont l'auteur prend en charge son témoignage, j'ai trouvé qu'il ne donnait pas vraiment beaucoup d'importance sur l'évènement en principal, mais qu'il s'attachait davantage sur l'avant et l'après attentat qu'il l'intéresse, puisque pendant l'attentat, il ne savait même pas l'ampleur du phénomène. Donc, on voit bien que c'est un témoignage et non un thriller qui veut absolument capter l'attention de l'auteur.

Il insiste aussi sur le fait de la reconstruction, puisqu'il a échappé à la mort, il doit continuer à vivre, mais comment ? Plus de bureaux, plus de volonté, comment faire ? Il se décide de se reconstruire en vers en contre tous en se battant pour récupérer son travail. Et le réussira-il ? Eh bien, on le voit car il a même eu le temps d'écrire un livre. Donc, j'ai bien aimé le cadrage de l'histoire sur la reconstruction alors que d'autres livres aurait pris l'histoire en elle-même que l'on connait à peu près.

Il y a l'évènement certes, mais le personnage est d'autant plus important car il est réel, on vit avec lui avec angoisse tout ces longs mois pendant lesquelles il frôlera la dépression, on ressent vraiment le coté humain de la chose que l'on ne reconnaitrait pas forcément dans une fiction. On voit à nu l'imperfection humaine de sentiments qui se balancent, c'est vraiment fabuleux à lire toutes ces hésitations vraiment humains.

Le coté politique aussi est important, car, au même moment de ces sentiments, il y insère des pensées politiques, sur le sentiment d'impuissance des Etats-Unis qui commencent à avoir peur de la possibilité d'une attaque. Il parle ainsi des mesures de sécurité, des terroristes, d'Al-Qaida, c'est vraiment aussi une mine d'informations sur cela.

Voilà pour ce livre que j'ai trouvé vraiment superbe, du coté humain, matériel, de tout les cotés, mais cependant, il y a quelque chose qui m'empêche de le faire coup de coeur, c'est l'angoisse réelle ressenti dans ce livre qui peut être considéré comme la qualité des propos, mais c'est vraiment angoissant, donc un bon livre mais malheureusement pas un coup de coeur !
Lien : http://litteraire-en-herbe.b..
Commenter  J’apprécie          30
Un français à New-York, il y vit, il y travaille car il y a créé sa propre société avec des bureaux au 47ème étage de l'une des tours jumelles. Et ce matin du 11 septembre 2001, il est à son poste lorsque l'évacuation est organisée. Il ferme ses tiroirs à clé, redresse un tableau légèrement incliné avant de sortir. Vanité de ces gestes naturels qu'il commente. le livre décrit surtout l'après des attentats et la reconstruction personnelle qui fut la sienne et celle de milliers d'américains atteints d'une façon ou d'une autre lors de cette journée. Des passages d'anthologie comme le récit de l'épouse de l'homme qui a pris en main avec d'autres la destinée du vol 93 par sa volonté et sa détermination héroïques. Ceux qui n'ont pas connu cette journée, ne serait-ce que par les médias, doivent lire ce livre.
Commenter  J’apprécie          52
Témoignage poignant et terrifiant de cette maudite journée du 11 septembre 2001 et des mois qui suivirent. On comprend un peu mieux l'atmosphère vécue par les survivants new-yorkais.
On a eu tendance à nous montrer, à nous Européens, l'Amérique forte solidaire et qui se relève très vite d'une telle catastrophe...
Ici, on comprend que ce n'est pas tout à fait la réalité, qu'il a fallu des mois (si pas des années) à ceux qui ont vécu ce drame pour ressortir de chez eux et respirer à nouveau l'air de Manhattan, d'oser aller jeter un oeil au chaos laissé sur le site du WTC.
J'ai aimé aussi l'approche faite de la vision américaine et européenne, des différences culturelles, de l'attachement de cette homme qui a réalisé son rêve américain et qui en une seconde a tout perdu... mais qui continue à croire en l'Amérique, qui ne s'est pas laissé aller à son désespoir et pourtant Dieu sait qu'il aurait eu toutes les raisons du monde, et qui a relevé la tête et s'est battu pour tout reconstruire, sa vie son entreprise ...
D'autre part, j'ai une vision toute particulière aussi du fait d'avoir été au-dessus des tours en septembre 2000 et y être retournée visiter le Mémorial, les magnifiques bassins remplaçant les anciennes tours et avoir été à nouveau au dessus des nouvelles tours cette année, je n'imagine que mieux encore l'horreur que cela a dû être pour tous ces gens...
Je garderai à l'esprit cette phrase : "DUM VESTA SUPEREST, BENE EST" (tant que la vie perdure tout va bien ).
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Pour moi le symbole de cette résolution restera à jamais l'image d'une femme, l'épouse de Todd Beamer, passager du vol UA93 détourné par les pirates pour être dirigé sur la Maison-Blanche et qui s'écrasera en Pensylvanie. Todd Beamer et trois autres passagers athlétiques, ayant appris les attentats du World Trade Center et du Pentagone, comprennent ce qui se trame, décident d'intervenir et de maîtriser les pirates. Le signal de l'assaut donné par Todd à ses camarades restera pour toujours dans le coeur des Américains: "Let's roll" (Allons-y)
Son épouse donc, Lisa, est une très belle femme proche de la quarantaine, blonde, le visage plein, les yeux bleus, souriante. Elle est interviewée dans les jours qui suivent la catastrophe, et pour toujours je me rappellerai l'exemple de courage, de dignité et de sobriété qu'elle donna à l'Amérique tout entière. Je me souviens qu'elle parle de son mari avec amour, qu'elle explique comment son "Let's roll" le résume tout entier, comme elle est fière de lui. Elle ne pleure pas. Elle répond aux questions. Elle sourit. Elle est calme. Elle est enceinte. Sa noblesse sans fard est pour moi la réponse simple et rayonnante à l'accusation de médiocrité dont les anti-Américains accablent l'Amérique.
Commenter  J’apprécie          40
J'ai la conviction que tout un chacun est le jardinier de soi-même. Qu'à chaque instant j'ai la liberté de faire pousser une branche de moi-même plutôt qu'une autre, comme le jardinier japonais sculpte les pins selon son esthétique.
Commenter  J’apprécie          10
L'immigrant est plus intelligent et plus audacieux que le sédentaire. Il quitte son pays pour améliorer son sort, je lui fais confiance, tout simplement.
Commenter  J’apprécie          20
les deux tours du World Trade Center gardaient la ville. Elles étaient les sentinelles de cette ville d'immigrés, une utopie que l'on voyait de loin. Pour toujours, elles manqueront au monde comme la fin d'un rêve.
Commenter  J’apprécie          10
Dans les jours qui suivent le 11 septembre, les hommes étaient là, dans toute leur nudité, face à moi qui, les sens ouverts, recherchais désespéré ce qu'humanité voulait bien encore dire.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Bruno Dellinger (5) Voir plusAjouter une vidéo

[Portraits Français 11 septembre]
Reportage à New York auprès de Français survivants des attentats du 11 septembre ou ayant perdu des proches. Alternance d'interviews des parents de Thierry SAADA qui reviennent chaque année en pélerinage à New York afin de célébrer la mémoire de leur fils disparu dans les décombres du World Trade Center, de Bruno DELLINGER, entrepreneur français rescapé de l'une des tours , et...
>Histoire de l'Amérique du nord>Histoire des Etats-Unis>Etats-Unis (Histoire depuis 1900) (66)
autres livres classés : 11 septembreVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Lecteurs (138) Voir plus



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
284 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..