AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782235012058
Tallandier (18/11/1981)
3/5   5 notes
Résumé :
Elevée durement par le baron de Pelveden, Bérengère s'enfuit du château de Rosmanec, protégée par Gaspard de Sorignan qui veut se marier secrètement à Paris avec la belle mais frivole Françoise d'Erbannes.
Mais les routes sont peu sûres sous le règne d'Henri III. Protestants et catholiques s'entretuent. Les fugitifs sont arrêtés et conduits devant Wennaël de Trégunc, duc de Rochelyse.
Curieuse figure que celle de Wennaël. Elevé par son oncle Alain qui ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Woland
  23 août 2017
Etoiles Notabénistes : ***
ISBN : Non usité à l'époque
Ici encore, un binôme, et qui aurait pu être l'un des meilleurs de Delly. Certes, l'érotisme délicat y subsiste - moins puissant néanmoins que dans La Lune d'Or ou quelques autres dont vous trouverez les fiches sur ce même fil (et sur Nota Bene Culture Littéraire). Seulement, apparaissent ici deux problèmes de taille. Mais avant de nous y confronter, résumons l'intrigue.
L'action se situe sous le règne d'Henri III et du vivant de Catherine de Médicis. Tout débute cependant non à la Cour mais en Bretagne, dans un sombre château, propriété du baron de Pelvéden qui fut, et est resté, entièrement à la solde de la Reine-Mère. A ses côtés, se meurt à petit feu son épouse, qu'il a jadis aimée mais dont il a aussi utilisé la beauté pour parvenir à certaines fins au temps où le couple était l'un des plus en vue au Louvres, à la Cour de Charles IX. C'est aussi au château de Pelvéden que le lecteur croise pour la première fois trois personnages importants du "Sphinx d'Emeraude" et de sa suite, "Bérengère, Fille de Roi" : Gaspard de Sorignan, neveu de la baronne, un charmant jeune homme un peu naïf qui a, malheureusement, le tort d'être huguenot ; Françoise d'Erbannes, jeune fille jolie et coquette, qui épouserait le Diable en personne afin de fuir une vie monotone et sans éclat ; et enfin la toute jeune Bérengère, une enfant que le baron de Pelvéden aurait trouvée, abandonnée sur la route, un soir qu'il revenait de Nantes, et que ce parangon de sècheresse d'âme et de ladrerie aurait, chose pour le moins étrange, décidé de prendre à sa charge.
De fil en aiguille, Françoise parvient à convaincre Gaspard de s'enfuir avec elle à Paris tandis que, en parallèle, la baronne de Pelvéden, qui aime réellement la petite Bérengère et ne veut pas la laisser aux prises avec son époux une fois qu'elle-même sera morte, réussit à persuader son neveu de se charger en plus de Bérengère. Bon garçon, Sorignan accepte. Mais la route est longue jusqu'à Paris et Pelvéden envoie des coursiers à la suite des fuyards. Heureusement pour eux, ceux-ci se voient entretemps interceptés par les hommes du duc de Rochelyse, type habituel du héros favori de Delly, et grand seigneur qui, on le saisit très vite sans en comprendre évidemment toutes les raisons, n'apprécie pas du tout Pelvéden. C'est grâce au duc que les messagers du baron sont réexpédiés chez eux avec l'ordre formel d'expliquer au vieillard que, désormais, "le duc de Rochelyse prend Gaspard et ses deux compagnes sous sa protection."
Arrivé sans plus d'encombres à Paris, notre trio parvient à se placer, si l'on peut dire, par l'entremise d'un cousin de Gaspard, M. de Lorgils, bien en vue à la Cour et notamment auprès du duc de Joyeuse, l'un des favoris du Roi. Gaspard trouve une place dans un régiment ; sa "fiancée", Melle d'Erbannes, est introduite en cette Cour dont elle rêvait tant ; quant à la petite Bérengère, qui ennuie un peu et Françoise et Mme de Lorgils, lesquelles ne savent exactement quoi en faire, elle est confiée à Giulia Calmeni, fille du parfumeur (et empoisonneur) préféré de la Reine-Mère, Lorenzo Calmeni. Giulia est aussi, accessoirement, l'une des maîtresses du duc de Rochelyse qui, doit-on le préciser, est également un ennemi juré de Madame Catherine. D'ailleurs, allant lui rendre visite, le duc voit la jeune femme gifler Bérengère et décide d'emblée de ramener l'adolescente chez lui, ou plutôt chez sa tante, Mme de Tregunc.
Après moult péripéties dignes d'un vrai roman de cape et d'épées, et suite à de formidables découvertes quant à l'identité réelle de Bérengère, le duc épouse la jeune fille non sans avoir, bien entendu, puni les méchants (et surtout les méchantes).
Comme toujours, l'intrigue est bien menée, le style est fluide et les personnages, bien que souvent convenus, ont de l'envergure. D'où viennent alors les problèmes dont je parlais plus haut ?
1) Eh bien, tout d'abord, au contraire de "Laquelle ? / Orietta", voire d'"Entre Deux Âmes" ou de "La Maison des Rossignols" et, comme de juste, de "La Lune d'Or" (un chef-d'oeuvre en la matière ), il n'y a ici aucun rapport de forces entre le héros et l'héroïne. Si Wennaël de Rochelyse est beau, arrogant à bon droit, intelligent, fier et homme d'honneur et si l'auteur lui concède une pointe de sadisme (Cf. la scène de torture dans les cachots, dans le deuxième volume), Bérengère est belle, douce, cultivée, humble comme le doit toute bonne catholique et, tant par le sang que par le caractère, en tous points digne de son prétendant. Evidemment, s'il exigeait d'elle quelque chose de "contraire à la volonté de Dieu", le lecteur a l'impression qu'elle se transformerait en furie ou courrait droit s'enfermer au couvent. Mais comme Rochelyse est catholique à fond et que, en homme d'honneur, il respecte la candeur comme le rang (car il s'en doute très tôt) de Bérengère, la pauvre petite ne court aucun risque de ce côté-là, croyez-moi. du coup, Bérengère appartient à ces héroïnes placides que l'on rencontre dans la moitié à peu près des ouvrages dellyesques et dont la douceur passive, qui se réfère tout le temps à la volonté de Dieu, tempère les fulgurances éblouissantes des Rosario de Chantelaure, Orietta Farnella, Valderez de Noclare et autres Liliane de Sourzy (pour ne rien dire d'Aélys de Croix-Givre). Remarquez, on peut aimer : c'est reposant. On peut aussi, avec l'âge, faire la grimace devant le côté un peu gnan-gnan de la chose mais baste, c'est Delly, que Diable ! Et, à cinquante-sept ans, je ne vais tout de même pas renier des héros qui me fournirent tant d'oxygène et tant de rêve quand j'en avais tant besoin, il y a maintenant quatre décennies ... ;o)
2) le second problème me gêne de toutes façons beaucoup plus. En effet, après tant de livres lus à mon compteur de bibliothèque, je me rends bien compte aujourd'hui que Delly a suivi aveuglément la propagande du XIXème siècle qui voulait faire à tout prix de Catherine de Médicis une basse empoisonneuse et rien que cela, de Henri de Guise, chef de la Ligue, quasiment un archange St-Michel (ou alors un St-Georges parti en guerre contre le Serpent ou le Dragon) et d'Henri III, un monarque sans aucune personnalité et qui n'a fait que nuire à son pays. le portrait d'Henri de Navarre n'est pas plus nuancé : s'il n'est pas un saint, le Béarnais est absous de toutes ses faiblesses parce qu'il s'est converti au catholicisme. L'ensemble, c'est-à-dire la manière dont l'auteur représente le contexte politique et historique, est de la même eau : Michelet revu par Dumas - ou le contraire.
Là, évidemment, je ne saurais être d'accord. Catherine de Médicis fut probablement l'une des plus grandes reines de France - "un grand Roi" déclarait-même son gendre, devenu Henri IV. Celui-ci, aussi grand Chef d'Etat que sa belle-mère, risqua pourtant bien des sottises quand la chair parlait trop en lui et, s'il se convertit au catholicisme, c'est qu'il n'y voyait que bon sens et logique : renoncer à un trône pour la foi protestante, qui ne fut jamais très forte chez lui, ce n'était pas le genre d'Henri de Navarre. Henri III, d'ailleurs, ce qui n'est pas précisé non plus, ne lui avait-il pas, sur son lit de mort, légué officiellement son royaume ? Eh ! oui, le monarque aux mignons fut, lui aussi, l'un de nos plus grands souverains - et un grand Français. Enfin, Henri de Guise, duc de Lorraine, s'il avait, c'est indéniable, d'incontestables qualités, fut avant tout le prototype de ces frondeurs qui allaient pourrir une partie du règne de Louis XIII et la minorité de Louis XIV. Comme son cousin Navarre, Henri de Guise ne voulait qu'une chose : le trône de France et la fondation d'une nouvelle dynastie. Et c'est avant tout pour ses intérêts personnels et ceux de son clan qu'il utilisa son attachement à la foi catholique.
Plus que le premier, ce deuxième point me gâche donc aujourd'hui beaucoup du plaisir que j'ai à me replonger dans ces vieux livres. Et cela bien que je sache que les Delly ne pouvaient, à l'époque où ils écrivirent "Le Sphinx ..." et sa suite, disposer du recul historique qui est aujourd'hui le mien. Cela ne m'empêche pas de reprendre parfois ces deux livres ... et moins encore de vous en conseiller la lecture ou la relecture. Après tout, nul n'est parfait, n'est-ce pas ? ... ;o=
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   24 août 2017
[...] ... - "Pourquoi ne vous a-t-elle pas accompagnée ?" demanda Wennaël.

Il se rapprochait de la cheminée et appuyait ses épaules au manteau de chêne où se trouvaient sculptées les armoiries de Tregunc : deux faucons posés sur une épée.

- "Parce que j'avais à vous parler.

- D'elle, sans doute ?"

M. de Rochelyse regardait sa tante avec un demi-sourire. Elle répondit gravement :

- "Oui, vous avez bien deviné.

- Comment ne serais-je pas certain qu'une femme aussi observatrice, aussi réfléchie que vous l'êtes, a compris que l'amour était enfin entré dans un cœur qui s'y croyait insensible ?"

Mme de Tregunc sourit à son tour.

- "Nous ne pouvons guère nous rien cacher l'un à l'autre, Wennaël.

- Mais je n'avais pas du tout l'intention de vous cacher les sentiments que m'inspire notre petite Bérengère. Il y a peu de temps que j'en ai moi-même clairement discerné la nature, et j'attendais une occasion de vous en parler, bien assuré d'ailleurs, comme je vous le disais tout à l'heure, que votre habituelle clairvoyance ne s'était pas trouvée en défaut ... Oui, la vive impression de pitié que cette enfant produisit sur moi, d'abord, s'est peu à peu transformée en amour quand, au lieu de la petite fille que nous voyions en elle, s'est révélée une jeune fille chaque jour plus ravissante, pourvue de tous les dons de l'esprit et du cœur. Je l'aime profondément, comme je me serais cru incapable d'aimer jamais, moi qui tiens les femmes en si grand dédain et méfiance. Mais Bérengère est un être incomparable, une âme de droiture, de pureté, de rare élévation. Aussi sera-t-elle la seule au monde qui pourra dire que le cœur de Wennaël de Rochelyse lui aura appartenu.

- Mais, mon fils, comment l'entendez-vous ?"

Wennaël, croisant les bras, répéta d'une voix vibrante et ferme :

- "Comment je l'entends ? Comme doit le faire un homme qui respecte profondément la candeur, la confiance, l'amour innocent de cette enfant très chère et qui aimerait mieux mourir que d'y porter atteinte. Bérengère sera ma femme, Madame, et je saurai la rendre heureuse, je vous l'affirme." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WolandWoland   24 août 2017
[...] ... - "Eh ! bien, les as-tu rejoints ? Les ramènes-tu ?"

L'anxiété faisait trembler la voix du baron, luisait dans son regard.

Cabioche répondit d'une voix morne :

- "Je les ai rejoints, oui, Monsieur le baron, ... mais je ne les ramène pas ...

- Quoi ? ... Comment ?"

M. de Pelvéden se levait, faisait quelques pas vers son écuyer.

- "C'est moi qu'on ramène," dit brusquement Cabioche.

- "T'expliqueras-tu, idiot ?"

Le baron, furieux, se rapprochait encore et saisissait l'homme à l'époque.

- "Voilà, Monsieur le baron ... Quand je les ai rejoints, ils venaient d'être faits prisonniers par un officier de M. de Rochelyse ...

- Rochelyse !" répéta M. de Pelvéden, dont le visage frémit.

- "... qui les a menés au château de ce nom, à cause de la religion de M. de Sorignan. Moi, je les ai réclamés. M. de Sorignan a protesté. Alors l'officier a dit qu'il devait les conduire à Monsieur le Duc, mais que je pouvais y venir aussi et que je m'expliquerais devant lui."

Un peu de sueur perlait aux tempes du baron, dont le visage blêmissait.

- "Moi," continuait Cabioche, "je ne pensais pas que la chose offrirait quelque difficulté. J'avais en poche la réclamation de Monsieur le baron ... et je l'ai remise aussitôt à Monsieur le Duc de Rochelyse, quand j'ai été conduit devant lui. Il l'a lue, puis il l'a déchirée en morceau et il a dit ... Voilà ses vraies paroles, Monsieur le baron : "Tu diras au baron de Pelvéden ceci : "Barnabé Cabioche, Monsieur le Duc de Rochelyse prend sous sa protection M. de Sorignan, Melle d'Erbannes et la petite Bérengère", simplement ceci. Il comprendra." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HoneyMoonyHoneyMoony   16 avril 2022
Cette matinée d’octobre était admirable. Un air frais, embaumé d’arômes sylvestres, agitait légèrement les feuillages roux et dorés, que caressait une lumière légère. Des bois s’étendaient, couvrant les coteaux mollement inclinés. Dans les prés ensoleillés paissait le bétail et, sur les terres de labour, les paysans commençaient le travail d’automne. La vigne, garnie de grappes lourdes, prenait des tons de pourpre et de rouille... Sous un pont que franchirent les cavaliers, une rivière claire et lente coulait entre des berges couvertes d’ombre par les arbustes et les arbres dont les feuillages jaunissants commençaient de s’en aller au fil de l’eau. Et, quelques pas plus loin, au-dessus du village qui semblait gracieux et riant avec ses maisons claires et ses vergers, apparut le château de Rochelyse, dressé à mi-coteau, baignant dans la lumière ses vieilles tours féodales, ses remparts, ses corps de logis dont certains avaient été rebâtis dans le goût de la Renaissance, par les soins des ducs Alain et Jean, grand-père et père de l’actuel seigneur de Rochelyse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 septembre 2013
Une femme sait trouver les mots qui émeuvent, elle sait mettre en
avant les questions de sentiments, celles de religion, infiniment mieux que
nous autres...
Commenter  J’apprécie          30
HoneyMoonyHoneyMoony   16 avril 2022
Le domaine de Rosmadec, propriété du baron de Pelveden, était situé dans le pays de Cornouaille, à une demi-lieue de la mer sauvage qui battait les côtes granitiques creusées de grottes profondes, de gouffres insondables où, les jours de tempête, se précipitaient avec furie les flots démontés.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : henri iiiVoir plus





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4704 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre