AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : L'agitée (01/01/1900)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"Dans une civière, un jeune vieillard traverse le désert. Toutes les épidémies, la grande peur, les pestes d'Avignon, les ravages à venir, les étoiles sidéennes et les fleurs de Nagasaki sont en lui et le rongent. Pendant quelques secondes, il entrevoit la fêlure. Une chambre d'hôpital, des magnolias séchés, une croix, rameaux de buis, un parfum hideux qui se dresse devant le carreau, la mer qu'on appelle et qui ne répond pas. Les usines, les tambours, le fleuve, le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Malaura
  19 novembre 2013
Julien Delmaire est un écrivain et slameur français de plus en plus célèbre sur la scène contemporaine. Ses lectures publiques lui ont valu le titre de poète de l'oralité et en quelques années, il est devenu l'une des figures emblématiques de cet art déclamatoire libre et sans contrainte qu'est le courant poétique slam.
Paru aux éditions L'Agitée, « Ad(e)n » est un bel objet-livre. Les illustrations et la mise-en-page de l'artiste Matthieu Tonneau déversent au coeur des pages le grand souffle de l'Afrique dans des tons bruns, noirs et ocre qui évoquent toute la magie enfouie de ce continent.
Le recueil est un patchwork de courts récits, de textes poétiques, de poésies libres ou versifiées, de théâtre, de codes et de chiffres. Il y est question d'Arthur Rimbaud, de banlieue, d'amours masculines, de drogue, d'Afrique, de création, et tout cela va peu à peu prendre la forme d'une histoire. Dans un futur proche, des scientifiques clonent Arthur Rimbaud à partir de son ADN mais le clone n'écrit pas. Aussi, lui injecte-t-on des drogues pour stimuler sa créativité. Il se met alors à écrire des ribambelles de chiffres et de signes qui forment de magnifiques mais incompréhensibles poèmes. Les souvenirs d'Abyssinie imprègnent sa conscience, le génie créateur est intact mais reste inaccessible. Et les savants, impatients, le poussent jusqu'à l'épuisement…
Le titre du recueil se dévoile alors dans sa double acceptation: Aden, le lieu africain où Arthur Rimbaud séjourna, et ADN, le code génétique nécessaire à la fabrication du clone du poète.
Malgré son indéniable beauté, que tout ceci est compliqué ! Certes, on nous avait prévenus : « un texte poétique expérimental » nous dit le quatrième de couverture…Dès lors, l'on comprend mieux pourquoi, justement, l'on ne comprend pas tout !
Si certains passages poétiques, portés par une rythmique musicale puissante, sont superbes, fallait-il qu'ils se noient dans cette litanie de phrases abstraites à l'allégorie si obscure qu'elle nous reste fréquemment hermétique ?
En voulant montrer l'étendue de son vocabulaire et de son érudition, Julien Delmaire se perd en un verbiage incompréhensible qui phagocyte les belles trouvailles, à l'image du clone d'Arthur Rimbaud alignant dans un spasme ses essaims de signes noirs.
Le flux des mots jaillit dans le tumulte d'une écriture automatique, sans le souci de ce qui s'avère important dans tout langage : la notion de sens et le besoin de compréhension.
Les mots ont un pouvoir à condition qu'on les comprenne. Nul besoin d'aligner des termes pompeux puisés dans le dictionnaire si ce n'est pour créer sens et sentiment.
Sinon, à quoi tout cela sert-il ?
La poésie, c'est de l'émotion brute par laquelle surgissent des images, des pensées, des sentiments qui viennent submerger l'esprit de manière spontanée, fulgurante, aussi soudaine qu'authentique. L'auteur doit emporter le lecteur dans une quête intime. Si celui-ci reste à quai, la mission est ratée.
Il nous semble que les poètes d'autrefois n'avaient pas besoin de toute cette débauche de sons, de mots, d'effets de style, pour nous troubler et nous émouvoir. Ils n'avaient pas besoin d'inclure dans leurs poèmes des symboles mathématiques, des codes et autre langage binaire pour nous tirer des larmes et nous faire vibrer.
On dit que la poésie se meurt, certes c'est bien dommage. Mais certains de ces Messieurs les Poètes ne sont-ils pas finalement responsables de cet état de fait ? A vouloir faire de la poésie un objet sacré, réservé aux seuls initiés, ils nous l'ont rendue hermétique, absconse, presque ésotérique. Ils en ont fait quelque chose qui doit se mériter alors qu'elle ne voulait que se donner librement. Ils en ont fait quelque chose de dur et de sec alors qu'elle n'était que douceur et caresses. Ils l'ont rendue impénétrable, encombrée de concepts, d'allégories, de figures de style, d'obscures métaphores, alors que la simplicité, la sensibilité et l'écoute était sa seule rhétorique. Ils en ont fait un monstre de pierre dont il faut creuser la roche pour gagner le coeur.
« Je joue de la chasse d'eau dans un orchestre de free-jazz » disait une chanson d'Hubert-Félix Thiéfaine.
C'est un peu ce que l'on ressent à la lecture d'« Ad(e)n », sorte de free-littérature qui nous séduit pour nous égarer ensuite.
Delmaire est comme un musicien qui connaîtrait sur le bout des doigts solfège et théorie musicale : une très bonne pratique de son instrument mais un feeling très particulier qu'il ne semble pas toujours vouloir transmettre et partager, enfermé qu'il est dans le besoin d'originalité, dans cette sorte de marginalité chic et faussement désinvolte dont aiment à se draper les bobos qui se prennent pour des poètes maudits.
En définitive, Julien Delmaire, avec « Ad(e)n, c'est un peu trop d'égoïsme dans la pensée poétique, un peu trop d'orgueil dans la recherche de l'effet percutant, un peu trop de maladresse dans l'affranchissement des règles.
C'est d'autant plus énervant et dommageable que l'on sent chez lui un réel potentiel, une passion intacte pour les mots et la poésie, un lien quasi-physique et viscéral avec ces derniers.
Certains passages lus à voix haute ont réellement le pouvoir de résonner comme un chant tribal, une voix de griot qui viendrait du fin fond des origines, chargée d'humus, de sang, de chair, de vie.
Mais dans l'ensemble, cela ressemble trop souvent à un trip plutôt morbide pris sous LSD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
ATOS
  31 mai 2012
ad(e)n – JULIEN DELMAIRE – POESIE -EDITIONS L'AGITÉE
« Les calculs de côté, l'inévitable descente du ciel, et la visite des souvenirs et la séance des rythmes occupent la demeure, la tête et le monde de l'esprit ». Arthur Rimbaud – les Illuminations 1873.
ad(e)n, lecture d'ADN. Julien Delmaire délivre la parole filiale, elle file et se déroule au fil des pages. « Je connais les connexions secrètes du rivage, quand le bocage devient liquide au frôlement des albatros ». L'esprit nomade, la poésie ne clôt jamais son voyage. « Chaque rivière est un Nil bleu» Julien Delmaire marche, il marche. «  tu marches et le paysage t'emboîte le pas ». A.R poursuit sa route. Tout se forme et se réforme, s'enroule et se déroule. Jeu de miroir entre Djemi et Paul. Les stances se séquencent. le texte de Julien Delmaire retranscrit une voix expérimentale. Un carnet intérieur. «  il y avait ce cours d'eau, cette barque de fortune, ce métronome qui égrenait les foules ».Ce besoin surnaturel de mouvement serait il inné? »On ne peut se résigner à l'immobilité » Garde t on en son génome le secret « des sourates de pluie » ? Avatar, incarnation, métamorphose, le poète peut il survivre en lui même et à lui même ? « Oraison de silence pour ceux qui se consument plus vite que la mémoire ». Ce texte à la taille de béton, « projette ses peurs contre les nuages». Poète aurifère en slam, Julien Delmaire nous offre un texte magnifique et étonnant : «  ma poussière c'est votre âme en copeaux de lumière.»
Merci à Libfly de mettre en lumière de si importantes pépites!!
Astrid SHRIQUI GARAIN
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ATOS
  31 mai 2012
LES RÉVERBÈRES AVEUGLAIENT LA VITRE, LA NUIT PASSAIT AUX AVEUX
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MalauraMalaura   18 novembre 2013
Djami toi que j’espère en ces aurores fanées
Le lait de nos émois, tes larmes d’arlequin
Djami je vais mourir, et si jamais quelqu’un
Ramène ma dépouille au gouffre où je suis né
J’emporterai la fleur de tes vingt ans, amour
Le laurier de tes reins, le charbon de tes hanches
Ton mouchoir dans mon poing, le soleil qui se penche
Au carreau de la mort, ton ombre pour toujours.
Commenter  J’apprécie          316
Videos de Julien Delmaire (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Delmaire
Après une année de résidence particulièrement généreuse, Julien Delmaire lance la 19ème édition du festival tout en poésie avec son slam "Rouge". Il cède sa place à Miguel Bonnefoy, résident 2018 !
autres livres classés : slamVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
707 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre