AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Évelyne Châtelain (Traducteur)
EAN : 9782366246049
350 pages
Cambourakis (18/08/2021)
3.71/5   14 notes
Résumé :
Réédition du roman posthume de la première ethnologue amérindienne, élève de Franz Boas, fondateur de l'anthropologie américaine moderne. Dans le sillage d'Oiseau bleu, femme sioux mariée précipitamment à un homme immature, et de sa fille Nénuphar, elle met en lumière de manière unique les conditions de vie et le rôle des femmes dans ces tribus.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sarrousse
  23 janvier 2022
La plupart du temps, quand on voit des histoires sur les Amérindiens, on pense aux grands guerriers, à leurs combats contre les colons, ou plus actuel à la vie loin d'être facile dans les réserves.
Nénuphar est un roman très original puisqu'il nous raconte la vie d'une femme sioux au XIXe siècle. Il a été écrit par Ella Cara Deloria, une anthropologue sioux, qui a étudié les moeurs de ses ancêtres toute sa vie. Et ce roman s'en ressent.
Finalement, il ne se passe pas grand chose d'extraordinaire dans ce récit mais on suit avec grand intérêt la vie quotidienne de Nénuphar, de sa naissance à sa vie de femme, à une époque où les blancs ne sont que de ratés lointains voisins. On y découvre l'importance primordiale de la famille au sens large et du respect des traditions.
J'ai adoré en savoir plus sur la vie et les coutumes de ce peuple dakota, de la terrible danse du soleil à la belle cérémonie de la veille du fantôme.
Je conseille fortement ce livre, presque plus proche du document que du roman, à tout ceux qui s'intéressent de près ou de loin à ces peuples.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maphil
  08 juin 2017
Conçu pour introduire le lecteur dans l'univers mental et historique des Sioux, ce roman constitue un témoignage unique du rôle de la femme dans la société sioux. A le lire, on découvre à quel point la société des Sioux était structurée, chacun ayant un rôle précis à jouer dans la tribu pour maintenir l'harmonie générale. On admire aussi le sens de l'honneur et la dignité de ces femmes stoïques pour qui le mot "devoir" n'était pas un vain mot.
Commenter  J’apprécie          70
celinezug
  08 décembre 2021
L'immersion dans cette tribu Dakota vu par un personnage féminin est assurément le meilleur ouvrage anthropologique féministe jamais écrit à ce jour.
L'autrice raconte le quotidien des femmes Dakota dans leur famille, leur place au sein de la famille, les codes sociaux, les liens qui se créent, la transmission ... c'est à la fois une oeuvre littéraire et un enrichissement sur la connaissance d'une époque pré apocalyptique qui a signé la fin d'une culture et de tout les peuples améro indien.
Commenter  J’apprécie          60
lutinielle
  30 septembre 2015
Un coup de coeur immense pour ce roman contant le mode de vie de femmes et d'hommes à présent oublié. Touchant, drôle par moment, étonnant et immersif, ce roman est un trésor pour tout amoureux des cultures amérindiennes.
Une plongée dans le monde amérindien grâce à la plume délicate d'une des plus grande collaboratrices de Franz Boas, le célèbre anthropologue du début du 20iém siècle. Vision de la société Dakota via trois générations de femmes, récit reposant sur des témoignages recueillis tout au long de sa carrière de linguiste et d'anthropologue par Ella Cara Deloria, Nénuphar réussit pleinement son but premier; nous faire mieux comprendre les sensibilités et les fonctionnement de la société Dakota.
Lien : http://unlivresurmeslevres.b..
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
lutiniellelutinielle   30 septembre 2015
"Les présents que vous apporterez iront au meurtrier, ce sont les symboles de notre sincérité et de notre but. Comme il nous a blessés, il doit devenir quelque chose pour nous (un parent) à la place de celui que nous avons perdu. Le défunt était ton frère ? Alors, cet homme sera ton frère. Ton oncle ? Ton cousin ? Pour moi, le défunt était mon neveu, son meurtrier sera mon neveu. A partir de maintenant, il deviendra l'un des nôtres. Nous le considérerons comme si notre cher défunt nous avait été rendu."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lutiniellelutinielle   30 septembre 2015
-Voyez, mes enfants, dit un jour le viel homme, c'est pour ça que j'ai prié. Pour que le cœur de la tribu soit disposé favorablement envers nous, pour qu'un cercle de sympathie se resserre autour de nous. Ma prière est exaucée, et j'en suis reconnaissant.

Très vite, cette cérémonie devint l'affaire de toute la tribu, car tous, un jour ou l'autre, avaient été touchés par la gentillesse de Gloku et voulaient la lui rendre. Souvent, ils ne se contentaient pas d'apporter un seul cadeau, mais en apportaient plusieurs, à des moments différents de la période de deuil. A en juger par la pile qui s'amoncelait, la redistribution des biens allait être grandiose.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lutiniellelutinielle   30 septembre 2015
Les garçons faisaient tourner des branches de cèdre sur la glace, comme des toupies. Les plus petits aimaient représenter le vieux mythe du hibou. Ils se déguisaient et portaient des masques pour incarner l'esprit du hibou et allaient de tipi en tipi tout en dansant. Le public leur demandait de prédire le temps, car ils étaient supposés venir du Nord, le pays de l'hiver. On leur donnait des gâteaux de maïs et de la viande sèche avec des fruits sauvages et autres friandises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lutiniellelutinielle   30 septembre 2015
A la surface de l'eau poussaient des nénuphars qui l'attiraient irrésistiblement. Comme ils étaient beaux ! Comme ils vous forçaient à écarquiller les yeux pour pénétrer leur forme et leur esprit. Son regard passait de l'un à l'autre; soudain, il lui fut impossible de les dissocier du visage de son enfant. Une nouvelle sensation l'envahissait, l'étouffait presque. "Ma fille ! s'écria-t-elle, comme tu es belle ! murmura-t-elle dans des sanglots de joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lutiniellelutinielle   30 septembre 2015
Les enfants qui s'étaient installés dans une position plus confortable finirent par s'endormir, la tête sur les genoux de leur mère. Elle les regardait tendrement en leur épongeant le front, car la journée était très chaude.
- Qu'est ce qu'une femme peut demander de plus que d'avoir les bras pleins d'enfants ?
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : indiens d'amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre