AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756069213
Éditeur : Delcourt (13/01/2016)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 148 notes)
Résumé :

En Iran, les jeunes ne sont pas plus libres aujourd'hui.

Rien n'a changé depuis l'arrivée au pouvoir de Hassan Rohani et l'accord signé avec les grandes puissances occidentales sur le contrôle du programme nucléaire iranien.

Ces témoignages ont été recueillis sous la présidence de Mahmoud Ahmadinejad puis durant celle de son successeur, Hassan Rohani, qualifié de réformateur par la communauté internationale.

La... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  26 juillet 2016
Ils s'appellent Gila, Mila, Saviosh, Kimia, Zeinab, Omid, Ashem, Nima, Saeedeh, Soban, Jamileh ou Leïla.
Ils habitent Téhéran, Ispahan, Bandar Abbas, Yazd, Mashhad ou Shiraz.
Ils ont entre 20 et 30 ans.
Ils habitent tous l'Iran, un pays où s'aimer semble difficile. Des mariages arrangés par les familles, des baisers volés à l'abri des regards.
Malgré un régime totalitaire, malgré un nouveau président au pouvoir, malgré la tradition, ces jeunes ont choisi de s'aimer.
Sous le pseudonyme de Jane Deuxard, un duo de journalistes et un couple à la ville. Un couple qui arpente les rues de Téhéran ou d'Ispahan, toujours clandestinement, afin de recueillir ici et là ces quelques témoignages de jeunes femmes ou jeunes hommes qui, face à eux, peuvent enfin parler librement. Ils évoquent ainsi l'amour, bien sûr, mais aussi la virginité obligatoire, les mariages arrangés, les hommes de main du régime qui sillonnent les rues, l'alcool prohibé, le voile, le Mouvement Vert, les rêves d'évasion... Des témoignages forcément édifiants pour tout occidental. Des témoignages utiles pour mettre en lumière ces conditions de vie particulières et ces coutumes.
Graphiquement, Zac Deloupy nous offre un dessin plutôt simple mais efficace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
carre
  05 novembre 2016
Belle découverte avec cette « Love story à l'iranienne ». Jane Deuxard, pseudonyme d'un couple de journalistes qui travaille clandestinement, est allé à la rencontre de la jeunesse iranienne pour témoigner de leurs privations de liberté, notamment celle d'aimer. La parole libérée malgré les dangers potentiels donne bien évidemment toute la sève à ce bel album graphique. Devant ces témoignages, on reste sidéré devant les interdits et admiratifs devant le courage de ces jeunes gens pour vivre le simple fait de s'aimer. La révolution de 2009 n'a malheureusement pas eu les conséquences espérées. Il faut dire qu'avec Ahmadinejad au pouvoir, difficile d'espérer une ouverture des droits qui nous semble indéfectibles. L'arrivée de Rohani ensuite, malgré un espoir de réforme des occidentaux paraît un rêve encore bien éloigné. Les dessins de Deloupy très expressifs apportent un plaisir supplémentaire à ce bel ouvrage. L'amour plus fort que tout, Gila, Saeedeh, Omid, Leïla et les autres en sont de parfaits exemples.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Under_The_Moon
  25 août 2016
Intriguée par le titre qui donne déjà une autre image de l'Iran que celle des conflits politiques relayés par nos médias.
Oui ! Les jeunes s'aiment en Iran ! Mais est-ce si facile dans un pays aussi conservateur et traditionaliste que l'Iran d'aujourd'hui ? Pas nécessairement, même si comme tous les système, le système iranien a aussi ses failles et des téméraires qui n'ont pas peur de prendre des risques pour s'aimer - ou pour se confier à un couple de journalistes occidentaux.
Les témoignages présentés sont très variés et n'offrent pas une vision trop unilatérale de l'Iran, ce qui permet de ne pas trop s'ennuyer dans la lecture de cette bande dessinée.
Pour ce qui est des graphismes, ils restent assez basiques, permettant ainsi d'attirer davantage l'attention du lecteur sur le récit.
Et puis, finalement, on ne parle pas que d'amour (beaucoup, certes, mais pas que), en réalité cette bande dessinée témoigne plus de ce que c'est d'être jeune en Iran aujourd'hui - pour les relations amoureuses, le mariages, les études, la surveillance du régime, l'espoir d'une vie meilleure, les désillusions quant à un changement de politique, etc
Bien plus qu'un simple recueil de témoignages ou catalogues de points de vue, Love story à l'iranienne permet aux lecteurs qui ont des connaissances ultra basiques et fragmentaires sur l'Iran (comme moi !) de mieux comprendre ce qu'est ce pays dont on ne parle que sous des aspects assez négatifs. Et surtout, il m'a permis de mieux comprendre les liens entre la révolution de 1979 et le régime des ayatollahs.
Un bon complément aux lectures de Marjane Satrapi et Chahdortt Djavann ( " Les putes voilées n'iront jamais au Paradis ! ") et au documentaire de Mehran Tamadon ( "iranien ").
Encore une preuve que la lecture permet une meilleure compréhension de ce qui est loin et différent de nous, qui peut nous effrayer mais nous ressemble tellement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
badpx
  21 août 2017
Voilà un format un peu atypique pour un reportage : la bande dessinée.
Mais le propos est très intéressant, et change un peu des "traditionnels" reportages qu'on nous sert sur l'Iran. On y découvre une jeunesse qui n'a plus aucune illusion quant au retour des libertés individuelles dans son pays, dont une liberté qui pour nous occidentaux semble une évidence : la liberté d'aimer.
Ils n'ont plus d'espoir, ils ont peur, mais en même temps ils acceptent de témoigner....
La lecture est assez troublante et je pense que je vais beaucoup m'en souvenir.
Commenter  J’apprécie          170
Apoapo
  04 janvier 2019
Un couple de journalistes, à l'évidence français, s'étant rendus en Iran sous couvert d'un visa touristique, ont entrepris d'interviewer un certain nombre de jeunes Iraniens, sans doute en anglais, sur leur vie privée – et marginalement sur leurs opinions et engagements politiques.
Ils font état de tracasseries administratives et policières que je n'ai pas expérimentées : difficultés à louer une chambre d'hôtel n'étant pas mariés, prises à partie fréquentes de la part des basidji, interrogatoire au commissariat...
Ils rédigent leur scénario (texte et surtout graphisme) de manière à confirmer les a priori qu'ils nourrissaient sans doute depuis longtemps, avant de rencontrer leurs interlocuteurs : manichéisme des personnages, enlaidissement jusqu'à la caricature des « méchants », représentation de la mère d'une protagoniste sous les traits d'une hydre...
Ils se permettent de commenter les propos recueillis par des jugements de leur cru : « Comment vous avez tenu sans sexe pendant 8 ans ? »...
De cette manière, ils contribuent à tenir vifs, voire à alimenter, tous les stéréotypes éculés, les éléments de langage idéologiques, les idées reçues les plus méprisantes, les malentendus les plus imbus d'ethnocentrisme aussi inculte que rassurant.
Et pourtant... Rien qu'à lire la lettre des témoignages, l'on peut en vérifier la variété des contenus, les nuances qui peuvent être mises en relation, outre qu'avec des individualités, avec l'identité sociale, familiale, culturelle, avec l'âge, le cens, la ville d'origine des personnes interviewés.
Les journalistes français étant aussi portraiturés comme des personnages, le lecteur a loisir de sourire de la faiblesse de leur compréhension de la parole reportée, comparée à sa propre perspicacité. du coup, tout le monde en peut tirer son compte, et à si bon compte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
BoDoi   05 août 2016
Plein d’anecdotes terribles, révélant une société verrouillée, brutale et hypocrite, l’album dresse un portrait assez désespéré de cette jeunesse privée d’amour et de liberté.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   03 février 2016
Un panorama complet et contrasté sur l'ingérence d'un Big Brother dans ce qu'un homme et une femme ont de plus intime.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   19 janvier 2016
C’est une immersion dans un univers de résistance à l’échelle individuelle et l’empathie que l’on peut ressentir à la lecture de ces entretiens où la parole est libre et largement portée par le trait de Deloupy.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   26 juillet 2016
L'époux doit subvenir aux besoins de sa femme. S'il ne possède pas de voiture, d'appartement, de situation professionnelle stable, un jeune homme a peu de chances de trouver une épouse, ou alors elle sera beaucoup plus pauvre que lui. Les belles-mères iraniennes ont la réputation d'être très exigeantes: leur beau-fils doit être beau, exercer un boulot prestigieux qui paie bien.
Commenter  J’apprécie          190
marina53marina53   26 juillet 2016
Il n'existe pas de statistiques officielles sur le nombre de reconstitutions d'hymen pratiquées, mais le phénomène est devenu courant malgré le prix élevé. Celles qui n'ont pas les moyens se suicident parfois, de peur que leur famille ou futur mari ne découvre qu'elles ont perdu leur virginité avant le mariage.
Commenter  J’apprécie          180
miladomilado   05 avril 2016
Le mariage temporaire, le Sigheh, est l'une des institutions chiites les plus controversées. Il permet d'avoir des relations sexuelles en dehors du mariage traditionnel. Le Sigheh peut durer de quelques minutes à plusieurs années. Il est validé par les mollahs eux-mêmes. Ils l'ont réhabilité après la révolution de 1979.
...
Disons que les mollahs ne s'en privent pas.
Commenter  J’apprécie          120
Under_The_MoonUnder_The_Moon   23 août 2016
Hassan Rohani, présenté comme réformateur, a remporté la présidence en 2013. Les lois et la répression ne se sont aucunement assouplies. Selon Amnesty International, du 1er janvier au 15 juillet 2015, il y a eu en Iran autant d'exécutions par pendaison que pour tout 2014.
Commenter  J’apprécie          131
AxelinouAxelinou   27 août 2017
- Le 'mehrieh' est une somme d’argent que l’époux doit verser à sa femme en cas de divorce. Le montant est déterminé par les familles avant le mariage. Ces dernières années le montant des 'mehrieh' a augmenté de façon considérable.
- Ça vous choque ? En Europe, vous payez bien des assurances accidents, pas vrai ? Eh bien, c’est pareil ! Si mon mari commence à me pomper l’air, je dégage et il paie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
autres livres classés : iranVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3218 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..