AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782367409078
240 pages
Scrineo (22/10/2020)
4.19/5   35 notes
Résumé :
Inspirée d’une histoire vraie, découvrez le récit poignant de deux survivantes plongées au cœur de l’enfer nazi.

16 juillet 1942.
Sarah Lichtsztejn-Montard et sa mère Maria sont arrêtées durant la Rafle du Vél d’Hiv. Contre toute attente, elles arrivent à s’en échapper et se cachent des nazis pendant deux longues années sous une fausse identité…

… Jusqu’au 24... >Voir plus
Que lire après Vous ne nous séparerez pasVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 35 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je ne fais pas partie de ces gens qui, après avoir lu un livre sur la Seconde Guerre Mondiale et les camps de concentrations, estime avoir tout lu. Chaque livre lu m'a toujours donné envie d'en savoir plus.

Quitte à ce que certains ne soient jamais terminés d'être lus et finissent dans le freezer.

Qui dit littérature jeunesse, dit récit plus soft, si j'ose dire ce terme, maintenant que j'ai terminé cette lecture. Non, il n'est pas soft, mais je dirai qu'il est moins descriptif dans les horreurs que d'autres.

Le fait qu'il soit destiné à la jeunesse fait aussi que beaucoup de mots sont expliqués en bas de page (ce qui ne fait pas de mal à l'adulte que je suis) et il y a un carnet explicatif en fin d'ouvrage. le genre de carnet qui ne sera jamais lu par des révisionnistes ou de ceux qui trouvent que le maréchal était un brave homme…

Ce roman est en fait la véritable histoire de Sarah Lichtszejn et sa mère Maria, arrêtées une première fois durant la rafle du Vel' d'hiv', où il n'y avait pas un seul allemand dans le coin, tout étant organisé par la préfecture française et des gendarmes français. No comment…

Réussissant à s'échapper, elles vivront dans la semi-clandestinité, avant de se faire dénoncer et d'aller à Drancy, puis aux terribles camps d'exterminations que furent Birkenau et Auschwitz… et de terminer par les marches de la mort.

Il y a beaucoup d'émotions dans ce petit livre, beaucoup d'horreurs, aussi, et d'inhumanité. Je me demande comment on peut en arriver là et puis en réfléchissant un peu, j'ai compris qu'on y arrivait très très vite, avant même de s'en rendre compte.

On exécute un ordre, on ne discute pas, on a peur, on se sent le seul parmi la multitude à trouver ça honteux, mais on la ferme, parce qu'il n'est pas facile d'être la seule voix à s'élever. Une famille à nourrir, un emploi à garder, alors on s'arrange avec sa conscience.

Pour d'autres, c'est encore plus simple de considérer les autres comme des sous-Hommes, rabaisser les autres leur permet de s'élever, ils aiment ça. le pouvoir absolu corrompt absolument. Un autre se dire que s'il n'est pas méchant, il perdra son poste de kapo et un autre, pire que lui, le remplacera et lui perdra ses avantages.

Mais dans ce livre, l'auteur explique aussi que l'inhumanité se retrouve chez les prisonniers, chez les pauvres gens enfermés dans les camps. Sarah, pourtant une gentille fille, obéissante et respectueuse, deviendra, elle aussi, inhumaine, ne s'émouvant même plus des cadavres.

On a beau être dans de la littérature qui s'adresse aux jeunes de +12 ans, il n'en reste pas moins que le récit est glaçant, qu'il vous atteint aux tripes, qu'il vous tordra, vous laissant avec un mauvais goût dans la bouche et des yeux plus brillants.

Je vous avoue que j'étais contente de lire sur la couverture « rescapées d'Auschwitz », même si on n'en revient jamais tout à fait et que les séquelles mentales resteront, surtout que tous ces rescapés n'ont jamais vraiment pu expliquer ce qu'ils leur étaient arrivés, leurs proches ne voulant rien savoir (d'un côté, on peut aussi les comprendre).

Un excellent petit livre autobiographique, non romancé, non fictionnel, qui permettra aux plus jeunes de découvrir les horreurs de la guerre, la taylorisation de ces assassinats et de les sensibiliser à ce que ces genres d'horreurs ne se produisent plus (hélas, elles se sont encore produites, ça ne s'arrêtera jamais).

L'antisémitisme monte de plus en plus et on dirait que ça ne touche personne, ou du moins, que ça touche moins la population que l'homophobie, la grossophobie, le racisme, la xénophobie…

Un peu comme les féminicides, on dirait que tout le monde s'en fout un peu, tant que ça ne le touche pas. Ou alors, c'est encore pire, tout le monde se fout de tout, tant que ça ne le concerne pas.

Un roman jeunesse à lire et à faire lire. Un témoignage émouvant, qui ne sombre jamais dans le pathos et deux personnages forts, celui d'une mère et d'une fille qui n'ont jamais voulu être séparées.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          170
L'histoire, vraie, est glaçante. Sarah et sa maman ont vécu l'horreur des dénonciations, des rafles, des camps... Un témoignage de plus n'est jamais de trop. D'autant qu'il est complété par un dossier pédagogique très complet.

En revanche, je regrette le style de ce roman. Il y a de nombreuses répétitions, c'est très explicatif et lourd. Cela m'a amenée à me demander à qui s'adresse ce livre. Car s'il n'est évidemment pas question de taire les horreurs vécues, il y a un écart entre le style enfantin et le contenu à réserver aux plus grands (à partir du CM2 selon moi).

L'histoire est très forte, et j'ai eu le sentiment que l'émotion du témoignage avait quelque peu dépassé l'auteur.
Commenter  J’apprécie          110
Quelle claque !

Je ne sais pas bien par où commencer, mais peut-être vous dire que ce fut un COUP DE COEUR est déjà un bon début.

Lorsque j'ai vu cette parution chez SCRINEO, impossible de résister, je suis allez en librairie et l'ai commencé le soir même.
Une lecture belle, incroyable, touchante, révoltante, percutante, poignante... J'ai du mal à trouver les mots justes pour décrire cette lecture.

Sur la couverture vous pouvez lire "Inspiré de l'histoire vraie de Sarah et Maria, échappées du Vel d'Hiv, rescapées d'Auschwitz". Ce livre est classé dans les 12 ans et +, je pense qu'il est important de noter que ce n'est pas une lecture facile, je vous invite même à préparer votre boîte de mouchoirs. Je me suis énormément attachée à Sarah et à sa maman. le lien qui les unies est celui d'une mère et de sa fille qui ont parfois du mal à se comprendre, à communiquer... mais un lien qui dans l'horreur et l'inhumanité leur sauvera la vie...

Cette période de l'histoire est si riche, si intéressante, et à la fois tellement inhumaine qu'il est toujours compliqué de se dire que tout cela a réellement eu lieu, dans notre pays... et au final il n'y a pas si longtemps. Certains passages vont retournent l'estomac, vous soulève le coeur et vous glace le sang... Les faits sont décrits avec justesse, on ne nous cache par les choses, on ne les minimise pas.

En fin de livre vous trouverez des photos de Sarah et Maria, les vraies Sarah et Maria, encore un moment qui vous touche en plein coeur. le petit plus, vous trouverez également quelques pages regroupant les dates principales à retenir de cette sombre période de Notre Histoire.
Commenter  J’apprécie          41
Thèmes : Seconde guerre mondiale, déportation, camps de concentration, souffrance, relation mère-fille, Shoah, histoire vécue

Au travers de ce récit, l'auteur retranscrit l'horreur connue par de nombreux Juifs durant la seconde guerre mondiale. Inspiré de faits réels, Régis Delpeuch, nous entraine dans la vie de Sarah, une adolescente juive et de sa maman.
Si elles ont réussi à fuir le Vélodrome d'Hiver où elles avaient été conduites lors de leur première arrestation, elles n'ont pas eu autant de chance la seconde fois.
On suit alors leur parcours, tout d'abord au camp de Drancy puis le transport en train jusqu'à Birkenau. Chaque jour elles sont un peu plus confrontées à la faim, la fatigue, la maladie, la mort mais font le nécessaire pour ne pas être séparées. Envoyée seule à Auschwitz durant plusieurs mois, Sarah va continuer de se battre avec l'espoir de retrouver sa mère et d'être libérée par les forces alliées.
La fin de la guerre ne signifie pas pour autant la fin des problèmes. Leur retour se fait dans des conditions difficiles. Comment oublier, faire comme si rien ne s'était passé ? Comment reprendre le cours de sa vie ? Ceux qui n'ont pas été déportés ne peuvent pas comprendre et ne veulent pas forcément savoir.
Après la souffrance des camps, c'est la souffrance du retour.
Mais une bonne rencontre peut changer les choses et redonner le goût de vivre…

Accompagné de documents complémentaires, ce livre est un appui pour aborder le sujet de la déportation et le sort des juifs durant la seconde guerre mondiale. C'est aussi un bon support pour le devoir de mémoire.
Commenter  J’apprécie          40
Un récit poignant

le devoir de mémoire... Comment faire en sorte que l'on n'oublie jamais l'horreur vécue durant la Seconde Guerre Mondiale ?
Grâce aux témoignages. En écoutant, en lisant ceux qui ont survécu à l'innommable.
Régis Delpeuch s'inspire d'une histoire vraie pour son roman Vous ne nous séparerez pas qui laissera, à n'en pas douter, sa trace chez le lecteur.

Sarah a 14 ans. Avec sa mère, elles sont arrêtées durant la Rafle du Vél d'Hiv en juillet 1942.
La peur... L'horreur...
Pourtant, toutes deux réussiront à s'échapper.
Mais un matin de mai 1944, des policiers frappent à leur porte.
Le cauchemar recommence.
Elles ont été dénoncées.
Sarah et Maria sont Juives.
Elles seront envoyées au camp d'Auschwitz-Birkenau.

Sarah Lichtsztejn-Montard a raconté sa terrible histoire dans les collèges et lycées de France.
Pour que l'on n'oublie jamais.
Elle accompagne lors de visites du camp d'Auschwitz.
Elle retourne dans cet enfer, pour que jamais plus des êtres humains aient à revivre ça.

Régis Delpeuch se fait le porte-parole de cette jeune fille qui a dû se battre pour sa survie.
La mort partout autour d'elle, les humiliations, des souffrances que l'on ne peut même pas imaginer.
Les faits (réels ! faut-il le rappeler ?) décrits sont au-delà de l'insoutenable.
Cependant, ils m'ont parus comme "atténués". Peut-être était-ce voulu par l'auteur, le roman s'adressant à de jeunes adolescents. Peut-être y a t-il de la pudeur dans ces pages ?
Beaucoup de dates, qui effectivement permettent de replacer les faits, mais qui semblent un peu "artificielles" lorsqu'elles apparaissent dans les dialogues.
J'ai été émue aux larmes par le fond, la forme m'a plus tenue à distance.
La lecture en a été moins douloureuse ceci dit.
Je lis assez peu de romans ayant trait à cette période historique. Je crois avoir beaucoup de mal avec cette violence si proche de nous et qui n'est malheureusement pas une fiction.
Vous ne nous séparerez pas n'est pas aussi douloureux à lire que d'autres témoignages.

Ce roman est tout de même nécessaire.
Les camps ne devraient jamais devenir de simples faits historiques.
Nous avons besoin de ces témoignages, de prendre conscience de l'horreur subie par de vraies personnes, des hommes, des femmes, des enfants...
Régis Delpeuch a rendu certaines parties de son roman terriblement - douloureusement - vivantes.
D'autres m'ont parues plus superficielles mais Vous ne nous séparerez pas reste un roman absolument essentiel à lire.

Le côté presque didactique m'a moins séduite mais le témoignage, avec ses détails, ont rendu ce camp très réel. Et c'est là l'essentiel, le vrai but de ce roman.
C'est une claque nécessaire.

A découvrir en librairie dès le 22 octobre.
Lien : https://demoisellesdechatill..
Commenter  J’apprécie          30


Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Lecteurs (0) Voir plus



Quiz Voir plus

Histoires de dragons

Qui se moque du dragon Odilon?

Charlotte
Les 4 Dragons
Jules
La Grand Mère

4 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Histoires de dragons de Régis DelpeuchCréer un quiz sur ce livre

{* *}