AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277302724
Éditeur : J'ai Lu (25/02/1999)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Des cadavres d'opposants au régime du général Pinochet transformés en momies atacamèques ? C'est l'incroyable thèse d'un jeune avocat révélée par un entrefilet du journal Le Monde. Problème : un importateur français vient précisément de revendre un lot de ces momies à l'un des plus grands musées européens. De quoi vous échayffer un Poulpe !
Direction Santiago ! En poche, Gabriel n'a que deux adresses et une coupure de journal. C'est peu pour savoir si cette a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
KiriHara
  20 février 2018
Le Poulpe est un personnage que j'aime beaucoup, inventé par un auteur que j'aime énormément et dont les premiers épisodes m'ont beaucoup enthousiasmés.
Il faut avouer que ce qui fait la grandeur d'un homme, parfois, fait la décadence d'une série. En clair, quand Jean-Bernard Pouy (une génie, est-il besoin de le rappeller), a inventé le personnage de Gabriel Lecouvreur et mis en place le concept et la bible de la série (en clair, des passages obligés, des personnages récurrents, un auteur différent à chaque fois, un titre sous forme de jeu de mots...) et qu'il a ouvert cette série à tous le monde, il a, à la fois, fait la renommée de cette collection et, à terme, l'a condamnée.
Car, d'avoir tenu parole en acceptant de publier toutes les histoires qui seraient écrites et ce quelqu'en soit l'auteur, il a réalisé ce que personne n'avait fait avant et, en même temps, à condamné la collection à vivre des hauts et des bas.
Au final, après presque trois cent épisodes, force est de constater que la qualité littéraire de ceux-ci oscillent entre l'excellent et l'exécrable. Et, entre les deux curseurs, nombre d'épisodes ne parviennent pas à trouver leur place faute à des auteurs voulant parler à tout prix d'un sujet, au point, peut-être, d'adapter un scénario qui n'était pas prévu pour le Poulpe, ou bien de vouloir incorporer un de leurs personnages auprès de Gabriel Lecouvreur. Ces épisodes, sans être mauvais, pouvant même être parfois bons, n'en sont pas moins des déceptions tant ceux-ci n'entrent pas dans le moule et dans l'ambiance d'un bon « le Poulpe ».
C'était le cas avec, par exemple, « Touche pas à mes deux seins » de Martin Winckler où l'auteur incorpore son personnage de Bruno Sachs dans la série et c'est encore le cas avec le titre d'aujourd'hui où le sujet semble avoir été choisi pour un autre projet et l'auteur l'aurait remanié pour y incorporer le Poulpe.
En effet, Gérard Delteil est un auteur confirmé dont il est difficile de mettre en doute la qualité de plume. D'ailleurs, je ne me risquerais pas à cette extrémité, n'ayant rien à redire sur la qualité littéraire intraséque du roman dont il est question.
Seulement, l'on sait Gérard Delteil passionné d'Amérique Latine et on connait l'engagement politique de l'auteur. Si l'engagement politique n'est pas un frein à l'écriture d'un bon le Poulpe, la plupart des auteurs de base de la série sont très engagés, le sujet sur le chili, Pinochet et cette histoire de momies n'avait, selon moi, que très peu de chance d'intéresser Gabriel Lecouvreur. Non pas que le bonhomme soit rétif aux voyages, ni qu'il ne soit pas touché par les problèmes de dictature, mais, j'ai du mal à le voir s'intéresser à cette histoire de momies, d'autant que l'auteur ne parvient pas vraiment à nous faire comprendre les motivations du héros (à part l'argent ?) et qu'il semble plus pousser par une tierce personne que par sa propre curiosité (qui est sa source habituelle de motivation).
À partir de là, je me demande ce que va foutre Lecouvreur au Chili et je me désengage de l'histoire et c'est fort dommage.
Dommage car, avec une motivation bien établie ou, mieux, avec un autre personnage, un journaliste Chilien, par exemple, quelqu'un touché de prêt par le fait divers, le roman aurait pu être tout autre.
Effectivement, le sujet pouvait être intéressant bien que j'ai du mal à croire que l'on puisse confondre des momies de plusieurs milliers d'années avec des corps récemment momifiés, surtout lorsqu'elles sont destinées à des musées. Je ne sais si l'auteur a trouvé cette idée dans des rumeurs...
Pour autant, le sujet pouvait surtout être prétexte à exposer l'histoire du Chili et des pays alentours...
Mais, Gabriel Lecouvreur étant de la partie, le fait de respecter la « Bible » du Poulpe, empêchait, de facto, de produire une oeuvre appronfondie et renseignée.
Reste alors une petite histoire sympathique dans laquelle, pour moi, Gabriel Lecouvreur ne trouve jamais sa place. Il a beau se trouver dans la mouise, boire des bières, vivre des péripéties, rarement j'ai eu l'impression de lire un vrai « le Poulpe ».
Au final, un roman qui se lit sans déplaisir mais qu'il est difficile d'apprécier réellement en tant qu'un « Poulpe » tant les motivations du héros demeurent floues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
RChris
  28 mars 2017
Les aventures de Gabriel Lecouvreur, alias le Poulpe, héros récurrent, ont la particularité d'être écrites par un écrivain différent à chaque roman. Ici, c'est G. Delteil qui s'y colle et nous emmène en Amérique du Sud. Il "pérégrine" au Chili et au Mexique tandis que les témoins se font dessouder.
Allègre et de style humoristique, le thème a pourtant un substrat véridique : des militaires chiliens auraient vendu à des archéologues européens de fausses momies fabriquées à partir des cadavres d'opposants politiques torturés et assassinés.
Un roman dans la tradition, qui respecte le cahier des charges du Poulpe.
Commenter  J’apprécie          140
cdilyceehotelier
  14 décembre 2015
Gabriel Lecouvreur alias « Le Poulpe », détective privé, tombe sur un article de journal concernant une affaire de fausses momies chiliennes. A la demande d'un client il mènera sa propre enquête.
Des affaires d'assassinat, de vengeance et d'espionnage le conduiront du Chili à Santiago jusqu'au Mexico.
Sa vie sera souvent mise en danger.

Sous les traits de différents auteurs « Le Poulpe » vivra différentes aventures et mènera Plusieurs enquêtes.
Gérard Delteil, fan de l'Amérique Latine écrira à son tour un volet du Poulpe en roman policier de suspense avec une pointe humoristique .
Delteil écrira plusieurs histoires sur le thème de l'Amérique Latine telles que « Chili con carne », «  Viva Villa » , ou encore « Cerro rico ».
Tout d'abord l'histoire m'a beaucoup plu,dans le thème de l'action et du suspense on prend part a l'histoire en se demandant toujours ce que le héros va devenir. de plus lorsqu'on commence à le lire on n'a plus envie de s'arrêter
Par exemple : « Le garçon se contorsionna lâcha l'arme, et soudain se jeta dans le fond de la voiture. Une détonation retentit au même instant. »
Ici on se demande ce qu'il va se passer .
Selon moi il faut absolument lire ce livre ; on plonge dans l'histoire qui est passionnante et captivante.
De plus, on apprend de l'espagnol et des choses sur l'histoire du Chili.
Lacombe-Depuntis Pierre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
quoilire
  30 novembre 2014
Si vous n'avez jamais lu un Poulpe, je pense que celui-ci est u bon exemplaire pour découvrir cette série. En dehors du fait qu'il présente toutes les caractéristiques obligatoires de ces histoires (meurtre au premier chapitre, Poulpe au bar au second chapitre, titre en calembour, ...), il présente de nombreuses qualités.
Tout d'abord, la rédaction est de très bonne qualité et rend la lecture fluide, rapide, agréable. Ce livre n'est pas un turn page, mais il faut bien avouer que l'on a du mal à lâcher le livre avant la fin. Heureusement pour nous, cette monopolisation ne durera pas trop longtemps puisque le roman ne fait que 130 pages.
D'autre part, l'aventure du Poulpe nous amène à découvrir un pan de l'histoire, et plus particulièrement celle du Chili, que nous ne connaissons malheureusement pas : la dictature chilienne, et le lendemain de celle-ci; et des exactions qui ont eu lieu à cette période.
Enfin, parce que l'auteur a su distiller d'ici-de-là quelques notes d'humour qui allègent l'ambiance et nous fait encore plus aimer le héros.
Lien : http://quoilire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GDupas
  01 mars 2017
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   12 novembre 2016
Gabriel avait encore sept heures devant lui pour réfléchir au problème. Il était tout à fait inutile de s'affoler à l'avance. Il se carra profondément dans son fauteuil et ferma les yeux. (p.75)
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Gérard Delteil (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Delteil
La chronique de Jean-Edgar Casel - Les années rouge et noir
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr