AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021034820
448 pages
Éditeur : Seuil (11/02/2016)
2.12/5   4 notes
Résumé :
Et si le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Si Napoléon avait remporté la bataille de Waterloo ? L'invitation à arpenter l'univers des possibles du passé n'est pas récente mais la position des historiens français à ce sujet semble arrêtée. Ces incursions mèneraient hors du domaine de l'histoire, celui des faits avérés. Ces fictions plaisantes seraient inutiles. Sans fascination ni rejet de principe, les auteurs s'attachent à revisiter cette ancienne question en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
YvesParis
  05 janvier 2017
Et si le nez de Cléopâtre avait été plus court ? Et si Louis XVI n'avait pas été reconnu à Varenne ? Et si Napoléon avait gagné la bataille de Waterloo ? Et si François-Ferdinand n'avait pas été tué à Sarajevo ? Imaginer des passés non advenus nourrit l'imagination fertile des romanciers : c'est Philip K. Dick (Le Maître du haut château) ou Robert Harris (Fatherland) qui décrit le monde de l'après-Seconde guerre mondiale dominé par les nazis, Philip Roth (Le Complot contre l'Amérique) Lindbergh élu président des Etats-Unis, Eric-Emmanuel Schmitt (La Part de l'autre) Hitler admis à la faculté des Beaux-arts et renonçant à une carrière politique. L'historien sérieux, voué à établir des faits, n'aurait pas de temps à perdre à ces distractions futiles.
D'ailleurs les « histoires alternatives » les plus populaires, forgées à partir d'un turning point souvent trompeur, ne résistent-elles pas à l'analyse historique rigoureuse. Si Gavrilo Princip n'avait pas assassiné le pince héritier, il est probable qu'un autre événement similaire aurait mis le feu aux poudres et provoqué la Première guerre mondiale. Si les colonnes de Grouchy avaient sauvé Napoléon, sa victoire aurait sans doute été de courte durée. Si Louis XVI avait rallié Coblence, il n'est pas certain qu'il aurait réussi à constituer une armée contre-révolutionnaire et à reprendre le pouvoir à Paris. Quant au nez de Cléopâtre,on ne sait à la vérité rien de sa taille…
Le succès de l'histoire contrefactuelle est symptomatique d'une époque qui remet en cause la notion de progrès et semble engluer dans le présentisme. Autre tare originelle : la What if history a été plutôt l'apanage d'historiens « de droite » qui, à l'instar de Niall Ferguson, ont entendu rétablir le rôle des grands hommes et du hasard tandis que les historiens « de gauche », pour lesquels l'histoire est la conséquence inéluctable d'évolutions économiques et sociales sur lesquelles la contingence n'a pas de prise, la considérait avec méfiance.
Pour autant la démarche contrefactuelle, utilisée avec modestie et prudence, peut entrer dans la boîte à outils de l'historien. Car les futurs non advenus ne sont pas seulement des chimères. Ils étaient, pour leurs contemporains, des potentialités qui, certes, ne se sont pas réalisées, mais qui ont eu leur influence sur le déroulement des événements. La démarche contrefactuelle nous prémunit également contre une vision linéaire de l'histoire. Elle révèle l'illusion de l'inéluctabilité de l'advenu. Elle nous permet, pour reprendre la belle expression des auteurs, de « défataliser l'histoire » (p. 348). La démarche contrefactuelle enfin est ludique comme le révèle son utilisation dans des jeux vidéos célèbres (Wolfenstein, Civilization) et les expériences pédagogiques relatées par les auteurs en fin d'ouvrage.
Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou instruisent un procès en réhabilitation de l'histoire « avec des si ». Alors que la matière a acquis ces lettres de noblesse aux Etats-Unis et y compte déjà ses ouvrages de référence, leur ouvrage, d'une impressionnante érudition,fera date de ce côté de l'Atlantique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Danieljean
  01 avril 2016
Une réflexion ambitieuse et novatrice sur l'écriture de l'histoire, sa définition et sa mise en partage.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LaViedesIdees   28 août 2018
L’histoire contrefactuelle s’écrit avec des si. Et si les Alliés avaient perdu la Seconde Guerre mondiale ? Et s’il n’y avait pas eu de traite atlantique ? Deux historiens français analysent les vertus de connaissance de cet usage du passé, depuis longtemps appréciées du monde anglo-américain.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   03 mars 2016
Ce constat permet de distinguer l'uchronie de l'utopie. L'uchronie est fille du XIXe siècle tandis que l'utopie en tant que telle s'inscrit dans une plus longue durée. Son origine réside dans la parution du célèbre Utopia de Thomas More qui donne naissance à une tradition qui se développe au XVIIe-XVIIIe siècles. L’utopie invente un autre lieu, hors du temps : elle constitue un hors-lieu où peut se développer une fable philosophique et politique, qui propose un modèle alternatif et ébranle l’organisation sociale et politique de son temps. En dessinant un autre lieu, elle produit un autre temps, ce qui permet à certains auteurs de rappeler que l’utopie est souvent une uchronie. Toutefois, si les fonctions sont proches, l’uchronie proprement dite penche elle hors du temps pour imaginer un autre devenir historique et une autre dynamique temporelle. En ce sens elle apparaît bien comme l’un des dispositifs narratifs mis en oeuvre pour répondre à l’impression nouvelle du flot des temps qui marque le XIXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   29 février 2016
La méthode contrefactuelle est aussi utilisée à des fins politiques par le célèbre philosophe Charles Renouvier. Polytechnicien, proche du néokantisme, mais aussi homme politique engagé aux côtés des socialistes républicains, Charles Renouvier est plus connu pour son Manuel républicain de l’homme et du citoyen, publié en 1848, ou pour la fondation de la "critique philosophique" en 1872 que pour son Uchronie. Le texte est publié d'abord anonymement sous le titre "Uchronie", en 1857, dans La Revue philosophique et religieuse , avant d'être réédité en 1876 sous un nouveau titre, plus évocateur et éponyme d'un nouveau genre littéraire : Uchronie (L'Utopie dans l'histoire). Esquisse historique apocryphe du développement de la civilisation européenne tel qu'il n'a pas été, tel qu'il aurait pu être. L'ouvrage assure l'entrée du terme "uchronie", défini comme une "utopie dans l'histoire", dans le dictionnaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   29 février 2016
Avec l'essor de la forme romanesque et l'intérêt croissant pour l'histoire, les scenarii contrefactuels se multiplient dès le début du XIXe siècle. La recherche des "origines" de la première histoire alternative ou première uchronie est hasardeuse.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Quentin Deluermoz (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Quentin Deluermoz
3e conférence du cycle «Comment écrire l'histoire aujourd'hui ?» (sept. - déc. 2021). Ce cycle invite historiennes et historiens à exposer leurs méthodes et outils de travail afin d'interroger la façon dont ils écrivent l'histoire, entre faits et interprétation. 
Avec Quentin Deluermoz, professeur d'histoire contemporaine à Université de Paris, et Pierre Singaravélou, professeur d'histoire contemporaine au King's College London et à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Retrouvez les conférences du cycle : https://www.bnf.fr/fr/agenda/comment-ecrire-lhistoire-aujourdhui
autres livres classés : utopieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2426 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre