AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2278059386
Éditeur : Didier Jeunesse (25/02/2015)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 131 notes)
Résumé :
Le roi, excédé par les caprices de sa fille, décide de la marier... S’ensuivent des épreuves hautes en couleurs qu’un jeune bûcheron réussira à la grande surprise de tous. Oui, mais, il dira non, le bûcheron ! Pas d’accord pour épouser la princesse et ses caprices !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  06 décembre 2016
Ma fille lit ce livre dans le cadre d'un défi lecture dans sa classe de 6è.
Au début , j'ai été un peu surprise par ce choix, le titre, la couverture, et surtout le thème, encore une histoire de princesse, me semblait surprenant. Pas sûr que cela plaise à cet âge là, surtout si les garçons doivent s'y coller.
Et finalement, dès les première pages j'ai aimé le ton un peu décalé. Bien que le schéma habituel soit le même, une jolie princesse à marier et des épreuves pour faire le tri dans le flot de prétendants, le ton humoristique, le caractère bien trempé de la princesse capricieuse, le courage du bûcheron amoureux mais pas idiot, permettent de revisiter quelques contes et légendes avec le sourire et sans ennui.
Un peu de magie, oui, du romantisme aussi, mais ce que l'on retient surtout c'est le plaisir de voir cette princesse, à qui tout le monde dit toujours OUI, se voir apprendre de grandes leçons sur la vie lorsque, enfin, on lui dira NON. Elle va ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure en cessant d'en être le centre.
Apprendre à voir au-delà des apparences, écouter, regarder et partager, tout cela pour toucher du doigt le bonheur.
Plus de caprices, plus de cris, plus de larmes étouffées sur l'oreiller, par manque d'amour, par solitude malgré la foule de domestiques à ses pieds.
Caprices ? C'est fini ! Oui et vive la vraie vie sans tromperie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Ziliz
  16 février 2016
C'est décidé, sa Majesté abdique. Non pas de son titre de Roi mais de son rôle de père. La Princesse est décidément insupportable avec ses caprices et ses colères : "on peut toujours compter sur l'imagination délirante et débordante des enfants pour rendre marteaux leurs parents" - oh oui ! Mais en plus, élevée dans l'opulence, cette Princesse aussi splendide qu'invivable ne s'est jamais vu opposer de "non", ni même de "peut-être" à ses désirs/ordres.
Et si on la mariait ? Le père sera débarrassé. Et d'ici là, la jeune fille va être bien occupée à recevoir (et éconduire) tous ses prétendants. Là encore, c'est la Princesse qui pose ses conditions, sa main se mérite, il y a une énigme à résoudre. Une énigme qu'elle croit insoluble. Les nobles se succèdent, puis des pauvres, les têtes tombent. Jean, jeune bûcheron "travailleur, honnête et droit", tente sa chance...
Des contes de ce genre, vous en avez lu des dizaines ? Moi aussi. La surprise n'en a été que meilleure en découvrant cette version pleine de bonnes trouvailles. Sous ses airs de roman fifille loufoque, ce conte revisité est une vraie pépite !
J'ose comparer ce merveilleux texte au 'Petit Prince' : aventures et rencontres, mais surtout poésie et sagesse, notamment autour des notions de richesse, de pauvreté, de pouvoir, de courage et de mérite. Avec une légèreté en plus, dans le meilleur sens du terme : cet ouvrage n'est pas moins profond, mais plus drôle (humour dans les situations, les dialogues, les jeux de mots).
La couverture (rose, jaune, girly) et le format (300 pages très aérées) ne rendent pas hommage au livre, à mon sens. On peut craindre qu'ils ne visent pas le bon public. Cette histoire se déguste telle quelle dès huit-neuf ans (filles et garçons), et les adultes, avec un autre recul à la lecture, devraient jubiler. ♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
orbe
  06 juin 2015
Un Roi promet de marier sa fille, une princesse particulièrement capricieuse, à l'homme qui découvrira de quel animal vient la peau qui sert à recouvrir son fauteuil favori.
Contre toute attente, la solution est apportée par un paysan pauvre ce qui provoque un grand effroi à la cour. Dès lors ce n'est plus une mais trois épreuves qu'il devra réussir s'il souhaite conserver sa tête...
Un conte succulent que l'on savoure à chaque page. Les mots claquent et très vite on interrompt la lecture pour partager des passages avec notre entourage.
C'est que le texte se prête merveilleusement à la lecture à haute voix. Il a d'ailleurs pour auteur un conteur, c'est-à-dire un magicien des mots qui sait réenchanter les histoires.

Si le thème principal, celui du caprice est bien connu de toutes nos chères petites têtes, les ramifications sont nombreuses, pauvreté et richesse, bêtise et ruse...ainsi que les rebondissements.
Mon passage préféré est celui où l'un des personnage se doit de ramener au plus vite trois idiots afin de remplir sa mission.
Ne vous fiez pas à la grosseur du livre. Il est constitué en grande partie de dialogues savoureux et se lit avec facilité car il donne tout à la fois à voir et à rire.
Les dessins qui accompagnent le texte contribuent à sa dégustation sereine.
Un livre réjouissant pour petits, moyens et grands... à mettre donc dans toutes les mains !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Juin
  02 mars 2016
Une princesse capricieuse, un roi autoritaire et dépassé, une cour à plat ventre devant ces 2 personnages peu sympathiques.... Enfin à première vue.
Voici un conte qui semble bien classique. Une princesse à marier et des prétendants nombreux. Et l'un d'eux plus malin qui "emportera" sans doute la princesse..
le titre donne le ton. Il y a pléthore de jeux de mots, de l'humour et des saillies pertinentes.
Enfin le roi a trouvé une solution pour se débarrasser de sa fille. En la mariant mais sans vouloir la marier vraiment. Il faut juste l'occuper avec ce défilé de prétendants qui doivent résoudre l'énigme, pendant ce temps il peut souffler un peu, c'est à dire continuer à ne rien faire.
Hélas un pauvre bucheron, ( ne pleurez pas encore dans les chaumières) va se coltiner le voyage jusqu'au château. C'est que papa a de l'ambition pour le fiston.
Là il découvrira la ville, et aussi qu'il y a des riches et des pauvres.... Des despotes et des larbins. Des demeures somptueuses et des quartiers sordides.
Jean découvrira la belle, ( oups coup de foudre - ) et la Princesse se battra pour conquérir l'amour... Bons sentiments et grandes orgues sont au rendez-vous. Mais ces deux-là ne sont pas simples ce qui nous vaut une série de rebondissements.
C'est romantique à souhait, écrit avec verve, doucement rigolo, et légèrement poil à gratter. Cette société n'est pas parfaite loin de là.... et rien n'a vraiment changé semble nous dire l'auteur.
295 pages tout de même, je ne suis pas certaine que les jeunes iront vers ce roman. Ce n'est plus trop leur univers... Même si c'est plus une fable satirique avec des vrais airs de contes qu'une histoire cucu de princesse...
Un bon moment que cette lecture, que je n'aurai surement pas faite si on ne m'en avait pas parler avec autant d'enthousiasme. Je me suis bien amusée en le lisant, même si ce n'est pas un coup de coeur.
Ah oui le roi s'appelle "S'affala". Mais si, le roman débute ainsi " le roi s'affala"...
La Princesse on ne l'apprend qu'à la toute fin son prénom. Si vous ne voulez pas vous poser la question pendant 294 pages vous savez quoi faire....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
kanarmor
  14 avril 2015
Pendant la première moitié du livre, je me suis demandé comment les éditions Didier Jeunesse, si souvent inspirées pour les albums et les contes, pouvaient publier un tel roman.
Un humour un peu lourd, un style relâché assez plat et parfois un peu maladroit… Et puis cette histoire de pou, engraissé puis décapité dont la peau devient une couverture (et l'objet d'une énigme pouvant mener l'heureux vainqueur au mariage avec la princesse)… Assez répugnant ! Conte traditionnel brésilien ou pas.
Et puis le roman est devenu plaisant à mes yeux à partir du moment où la princesse, reine des caprices, est soumise à des épreuves par son promis.
La perspective change en effet.
D'indésirable malgré sa réussite à l'énigme, le pauvre jeune bûcheron devenu très séduisant aux yeux de la princesse, a dit « non » (provisoirement) le jour du mariage et va proposer à la princesse trois défis.
La jeune fille va devoir sortir de sa tour dorée, découvrir la réalité qui l'entoure et se découvrir des qualités insoupçonnées. Elle s'en sort avec intelligence et générosité, tout comme le jeune homme s'était sorti des improbables épreuves ajoutées par le roi pour se débarrasser de lui.
Ce côté positif a emporté toutes mes critiques les plus affirmées, les faisant fondre comme neige au soleil. Pierre Delye a su créer un roman plein de vie, drôle, plein de moralité (de manière un peu trop démonstrative peut-être) mais surtout humaniste et faisant la part belle à l'intelligence de l'esprit et du coeur. A découvrir donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   15 février 2016
Comme tout le monde, Jean admira les grandes avenues aux belles maisons impeccablement alignées, il parcourut les grands boulevards, où les boutiques débordaient sur les trottoirs. C'était étourdissant. Pourtant il ne se laissa pas prendre par les lumières de la ville, le miroir aux alouettes des gens de la campagne. Sa curiosité le poussa à aller voir un peu plus loin. [...]
Il eut mal en voyant les gens miséreux et affamés qui mendiaient. Dans son monde, personne ne mourait de faim. Il n'y avait peut-être aucun riche, mais personne n'était pauvre à ce point. Avec un jardin, des rivières, une forêt, on trouvait toujours de quoi manger. [...]
Jean ne comprenait pas comment tant de richesse pouvait côtoyer tant de pauvreté sans qu'une émeute n'éclate. C'est alors qu'il remarqua les soldats qui patrouillaient par quatre, bien habillés, bien nourris, et surtout bien armés. Jean comprit. C'était par la peur que l'ordre régnait.
(p. 76-78)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
relietesratures62relietesratures62   23 mars 2016
Ma critique Babelio

PETIT RÉSUMÉ DE L'HISTOIRE :

C'est l'histoire d'une princesse, extrêmement jolie mais au comportement exécrable. Et d'un roi, qui veut "se débarrasser de sa fille" (la princesse) en la mariant.
Jean, un jeune bûcheron, va être poussé par son père à tenter les trois épreuves qui lui permettront d'épouser la princesse. Va-t-il réussir les trois épreuves ??? Jean et la princesse vivront-ils ensemble d'autres aventures ?

MA CRITIQUE :

J'ai adoré ce livre car il offre tout ce que je souhaitais découvrir. En effet, il y a des passages amusants, drôles même s'ils sont ridicules. Par exemple, j'ai bien aimé le passage où la princesse abrite le pou ! J'ai aussi apprécié le courage de Jean lorsqu'il va à la rencontre de la princesse.

MES CONSEILS :

Je conseille donc ce livre à toute personne (adulte ou enfant) parce qu'il est divertissant mais aussi parce qu'il raconte l'histoire d'un père seul élevant sa fille unique et que cette histoire évoque certains moments de la vie réelle, notamment l'éducation d'une fille par son père.

LA NOTE QUE J'ATTRIBUE À CE LIVRE :

- 19 / 20 !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gouelangouelan   06 décembre 2016
- Tu sais, Jean, j'étais perdu corps et âme. Je ne savais plus qui j'étais ni où j'allais, alors j'ai frappé aux portes des maisons, j'ai même essayé de faire ouvrir celles des châteaux ! Quel fou ! Elles sont restées fermées... Je n'ai rien reçu d'autre que des regards acides et des sourires de piège à loup. Je n'ai rencontré que des gens qui doivent avoir des hérissons dans le porte-monnaie et des cailloux à la place du cœur. Voilà !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
gouelangouelan   05 décembre 2016
Pour la première fois de sa vie, elle se fit la réflexion que lorsque l'on ne regarde que vous et que l'on est regardé par tous, il est difficile de voir quelque chose.
Commenter  J’apprécie          310
orbeorbe   05 juin 2015
Ce fut une vision et une révélation, c'était la Princesse. Pouvait-on imaginer princesse plus princesse qu"elle ? Jean aurait juré que non et il sut à l'instant qu'il y aurait dorénavant un avant et un après. Et il se mit à rêver à un "pendant".
Commenter  J’apprécie          190
Video de Pierre Delye (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Delye
Pierre Delye - T'as mal où ?
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Caprices ? C’est fini !

Le plus proche conseiller du roi est

Son chambellan
Son intendant
Son premier ministre

20 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Caprices ? C'est fini ! de Pierre DelyeCréer un quiz sur ce livre
.. ..