AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072964978
544 pages
Gallimard (03/03/2022)
3.54/5   236 notes
Résumé :
Et si les animaux n'étaient que de malheureuses sentinelles... "C'est le bruit, qui tue. Le dernier chant. Il apporte la mort". Telle est la prédiction de la vieille Innu devant l'immense cimetière qu'est devenu le fleuve Saint-Laurent en ce matin d'août 2021. A perte de vue, des marsouins, des bélugas, quelques orques, flottent le ventre en l'air. Une hécatombe sans précédent. Deux mois après, dans une réserve du Congo, les gorilles succombent eux aussi à un mal in... >Voir plus
Que lire après Le dernier chantVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 236 notes
Aux quatre coins de la planète, les animaux meurent d'un mal étrange, d'un mal qui se répand, d'une espèce à l'autre, de façon inquiétante : virus ? toxine ? pollution ? autre chose d'imperceptible ? La virologue Shan se penche sur l'affaire après avoir récupéré dans son institut un dossier qui liste les hécatombes les plus spectaculaires : elle se rend au Québec puis au Congo au chevet des cétacés et des gorilles. Tous meurent après un état de prostration quasi dépressif, les yeux emplies de liquide lacrymal, les animaux pleurent.

C'est rare de démarrer un roman de façon aussi déchirante et percutante. Les premiers chapitres m'ont littéralement happée par la poésie et la puissance qui se dégagent de scènes mémorables qui décrivent la mort en masse des baleines à bosse et gorilles. Et durant une grande partie de ma lecture, je suis restée sous l'emprise de l'intense émotion ressentie initialement.

D'autant plus que le personnage de Shan est très attachant, que la plume de Sonja Delzongle est fluide et efficace, et que l'enquête est menée
tambour battant, sans temps mort, multipliant les péripéties et les ramifications scénaristiques pour aboutir à un dénouement très convaincant et cohérent expliquant le mystérieux carnage.

L'auteure développe une intrigue très riche, surprenante aussi par les chemins empruntés, explorant de nombreuses thématiques scientifiques qui ont exigé, c'est évident, un travail colossal de documentation. Il est ainsi question de modifications d'ADN en quête d'immortalité, de sons à basses fréquences et du Hum ( mystérieux bruit sourd, persistant, à basses fréquences entendues par une minorité, dans certains endroits, sans que cela s'apparente à des acouphènes ), mais aussi du Moho ( la limite inférieure de la croûte terrestre ) et de synchrotrons ( accélérateur de particules construits pour reproduire le Big Bang ).

Sonja Delzongle sait vers où elle veut conduire son lecteur. J'avoue m'être un peu perdue dans la deuxième moitié par tant de densité narrative portée par tant de personnages, sur des sujets scientifiques complexes. J'ai poursuivi ma lecture finalement nostalgique du choc poétiquement mystérieux des premiers chapitres, loin de tout ce tourbillon scientifique. C'est là que son message, très engagé, prend son envol pour raconter une planète à bout de souffle en plein anthropocène, piégée dans ce processus d'autodestruction de l'homme.

Lu dans le cadre de la Masse critique mauvais genre de mars 2021
Commenter  J’apprécie          1048

Un petit conseil avant de commencer cette lecture : ne lisez pas trop de critiques car bon nombre d'entre elles détaillent une grande partie du livre et, pour certaines, laissent franchement présager la fin
Dommage de gâcher ainsi notre plaisir
Première lecture de Sonia Delzongle
L'histoire est celle d'un bruit mystérieux , le hum ,très perturbant pour les humains et les animaux . Tous ne l'entendent pas mais les conséquences à moyen terme peuvent être dramatiques voire mortelles pour les animaux
Point positif: l'originalité de l'intrigue
Bien évidemment, des scientifiques vont s' emparer de l'affaire et essayer de résoudre cette énigme car les conséquences pourraient être
épouvantables pour la vie sur notre planète
Sonia Delzongle cadre bien les principaux protagonistes de cette enquête complexe et on ne s' ennuie pas un instant
Un gros bémol cependant quand on est de formation plutôt scientifique, ce qui est mon cas
Sonia Delzongle ne semble pas maîtriser suffisamment les données scientifiques, physiologiques, physiques pour que le livre soit parfaitement crédible
Certes, elle a dû bien se renseigner auprès de gens très compétents
Mais, à vouloir trop en faire , elle s' égare un peu
Quand , en plus , elle rajoute un peu d' ésotérisme , cela ajoute une note un peu approximative à l'ensemble qui m'a laissé un peu dubitatif
Malgré ces travers, le livre reste très intéressant ,original , pose de vraies questions et, surtout , nous maintient en haleine
Ce n'est certes pas le polar de la décennie mais cela reste un livre intrigant et bien agréable


Commenter  J’apprécie          331
Voilà un roman dont il ne me sera pas facile de faire la chronique car j'ai vécu des émotions intenses durant ma lecture et va falloir faire passer dans ma chronique.

A contrario, certaines petites choses ont eu tendance à moins bien passer durant ma lecture…

Commençons par le positif : les émotions ressenties durant la lecture ! Elles furent intenses, surtout au départ, avec les décès inexpliqués de plusieurs mammifères, dont des baleines et des gorilles. Ça vous prend aux tripes car l'autrice arrive à vous décrire cette hécatombe sans pour autant en faire des tonnes.

C'est un polar écologique d'anticipation, mais on se doute qu'il ne faille pas attendre des centaines d'années pour arriver à ce genre d'extinctions de masse… La date butoir est plus proche qu'on ne le pense. Je dirais même plus, ça a commencé depuis longtemps !

Anybref, cette première partie est intense et bourrée de suspense, de mystères, à tel point que je me demandais comment l'autrice allait se dépatouiller de tout cela dans le final du roman : de manière folle ou en restant les pieds sur terre ? Ouf, elle n'a pas suivi le chant des mauvaises sirènes…

L'avantage de ce polar écologique, c'est qu'en plus d'être addictif, bien écrit, il vous envoie vous coucher moins bête qu'avant, vous pousse à des réflexions et donne matière à réfléchir sur notre mode de vie toujours plus fou, exagéré, bourré de gaspillage, de douleurs animales, de foutage des ressources de la planète en l'air…

Les personnages croisés sont bien campés, bien typés, j'ai apprécié celui de Shan, la scientifique, qui est un personnage fort complexe et rempli de fêlures : débarquée de son pays en France, ce ne fut pas rose tous les jours, les Blancs ayant tendance au dénigrement des autres.

Pourtant, Shan, qui est intelligente, aura parfois un comportement un peu imbécile : se ruer sur des évidences un peu trop grosses, faire confiance à des gens qu'elle ne connait pas, discute avec un Deadbot sans y voir malice et fait du quad deux jours après sa sortie de l'hôpital (non, je ne crois qu'après ÇA, il soit indiqué de faire du quad, mais je ne suis pas médecin). Les HPI ne sont pas toujours les plus intelligents…

Dans le récit, qui à un moment donné vire vers quelques théories complotistes (les personnages pensent ce qu'ils veulent, pas obligé de les croire sur parole), l'autrice nous parle du "covirus", nous rappelant ce que nous avons vécu, mais sans aller plus loin. Il semble d'ailleurs terminé puisque personne ne porte de masque et que tout le monde vit l'un sur l'autre (la vie d'avant !). Alors, pourquoi en parler ? On aurait pu le bazarder de l'équation.

Détail sans importance, je vous l'accorde. Là où le bât a blessé grave sa mère (je parle d'jeun's), c'est dans le final, version Zorro qui arrive pile au bon moment, sorte de deus ex machina qui n'arrive que dans les romans ou les films (dans la vie réelle, cours toujours) et dans le fait que les Grands Méchants ont tout des stéréotypes des méchants croisés dans des films drôles et débiles : zéro crédibilité ! Dommage.

Si le départ avait été correctement amorcé, bourré d'émotions en tout genre, de mystères, de suspense, de questionnements, ça se détériore un peu dans la seconde partie.

Les théories complotistes viennent se mélanger avec d'autres théories abordées dans le récit, le rendant chaotique. Cela donne l'impression que l'autrice veut trop en faire, trop mettre de sujets différents dans son récit, on s'éparpille un peu au lieu de se concentrer sur ce qui nous avait fait mener l'enquête du début.

N'allez pas croire que ces bémols ont gâchés ma lecture, le positif l'emportera sur les points négatifs. le récit est entraînant et diaboliquement efficace.

Que faisons-nous subir à la Terre et aux animaux ? La Terre nous survivra, elle a connu pire que les virus que sont les Humains.

Mais nous ? Survivrons-nous alors qu'on se tire des balles dans les pieds, qu'on (nous) scie les branches sur lesquelles nous sommes assis ? Il me restera des questions sans réponse… Un jour, on le saura et il sera trop tard…

Un thriller écologique qui apporte des émotions, des questionnements et qui est terriblement addictif. À découvrir, malgré ses petits défauts…

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          270
Gilets jaunes, transhumanisme, théorie de Gaïa, autorégulation de l'écosphère… ajoutez-y une équipe de nerds tous plus brillants les uns que les autres, une pincée de la Firme et vous obtenez le dernier chant, sorte de pot-pourri de magnifique XXIème siècle.
La première partie du livre démarre plutôt bien, même si le fait de changer d'endroit pour raconter exactement la même chose est un peu limite à mon sens. Au bout du deuxième exemple, on a compris ! le personnage Shan est d'emblée présenté comme complexe, très complexe. Là encore, Sonja Delzongle en fait des caisses, et la mayonnaise ne prend pas. le roman part dans tous les sens très rapidement. C'est déroutant, car cette complexité n'apporte rien au final. Les détails s'accumulent, les pistes explorées n'aboutissent pas toutes, rompant l'équilibre de l'intrigue.
Le moment où l'autrice m'a définitivement perdu ? L'évocation de Tesla (ne manquez plus que ça) et le complot militaire avec ses armes surpuissantes inconnues du grand public.
Vous l'aurez compris je n'ai pas du tout accroché, c'est creux, mal ficelé et terriblement superficiel.
Uniquement pour les ultras complotistes en tout genre.
Commenter  J’apprécie          272
Bon je vais être honnête avec vous : les romans écolo-complotistes, c'est pas ma came. Mais alors vraiment pas. Alors pourquoi me suis-je attaquée à cette lecture perdue d'avance ? Eh bien déjà on me l'a prêté et recommandé. Alors je n'allais pas dire non ! Soit j'allais adorer, (pour une fois), soit j'allais pouvoir continuer à râler après les romans écolo-complotistes et déclarer dans les diners, "et vlan encore une daube !" Je me demande ce qui est pire d'ailleurs entre la catégorie écolo-complotiste et la catégorie feel-good. Feel beurk plutôt la plupart du temps.

Mais il y en a qui parviennent à ne pas sombrer complètement dans le catastrophisme à trois sous et qui ne se contentent pas de nous servir une soupe pseudo littéraire infame.

Ce roman en fait partie. Et je vous confirme : 3 étoiles de ma part, c'est quasiment un Oscar dans cette catégorie.
Parce que finalement c'est quand même écrit de telle manière qu'on a envie de le lire, de savoir ce qui fait pleurer les gentils animaux du monde entier, et qui fait péter les plombs à des gens qui pourraient être vos voisins.
On n'échappe pas à un manichéisme assez (trop) marqué, mais c'est pas pire que Star Wars au final.
Je salue les recherches scientifiques, notamment sur les sons qu'a du effectuer l'auteure Egalement le suspense du scénario qui nous amène sans qu'on s'en rende compte à la fin assez originale, même si je ne suis pas certaine d'avoir tout bien compris.
Là c'était la partie compliments.
Pour l'histoire, quand on y repense, elle est quand même assez tirée par les cheveux, avec des personnages qui ont des sentiments en 2D et alors qui changent complètement leur vie en moins de 24h. C'est dingue. J'aurais aimé avoir un coup de main de leur part la dernière fois que j'ai déménagé. Pas que cela me dérange de déménager ou de partir à l'autre bout de la planète, mais il faut un passeport, un peu de pognon, quelqu'un éventuellement pour garder votre chat, arroser vos plantes. Là ça passe crème. L'héroïne fait le tour du monde hop ! Comme si elle allait au marché.
Pas de finesse. Pas de demi-mesure. Comme si on coupait une tranche de saucisson avec une tronçonneuse : il ne va pas rester grand chose à manger. Pour un roman, il ne va pas rester de souvenirs mémorables.
Alors faut-il le lire ? Si vous aimez le genre. Sinon ce n'est pas nécessaire. Allez plutôt vers Lorsque le dernier arbre de Michael Christie. C'est magnifique. Et je suis à l'écoute de vos recommandations de romans écologiques. Je précise que j'ai absolument détesté Encabanée de Gabrielle Filteau-Chiba. Véritable imposture littéraire écologico-féministe. de mon côté je salue le sens du suspense de l'autrice, et je n'exclue pas de tenter de lire un de ses autres romans.
Commenter  J’apprécie          191


critiques presse (1)
MadmoizellePresse
08 janvier 2022
Un polar qui a conjugué notre passion pour les récits animaliers et celle pour le grand frisson.
Lire la critique sur le site : MadmoizellePresse
Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Au début de la pandémie de covirus, les promesses d’un « monde d’après », un monde meilleur, avaient fusé dans le ciel noirci, aussi belles que les Perséides d’été et aussi trompeuses qu’un mirage.
Au fond, personne n’y avait cru.
Était-ce pour cette raison que l’humanité courait à sa perte ?
Parce qu’elle n’avait plus foi en elle-même ?
En ses propres illusions ?
Parce que, au lieu d’être composée de millions d’êtres humains en joie ou en souffrance se reconnaissant un peu en chacun, elle se décomposait en riches, en pauvres, en politiques, en criminels, en délinquants, en drogués, en fous, en méchants, en idiots, en intelligents, en pour ou en contre ?
Commenter  J’apprécie          320
La notion de tristesse animale était encore abstraite pour pas mal d'humains.
Voire inimaginable.
Seuls les hommes pouvaient être capables d'émotions.
Comment un simple animal, si prompt à abandonner ou à dévorer ses propres petits, oubliant tout instinct maternel ou paternel, dans la plupart des espèces une fois ceux-ci sevrés, capable d'avoir une centaine de partenaires sans le moindre attachement ni la moindre constance - sauf chez quelques espèces comme le loup, le cygne, la chouette, le castor ou encore le gibbon et même le termite -, ne sachant ce qu'est rire ou pleurer, serait-il doué de sensibilité ? .......
....... Que tous ces animaux meurent de chagrin n'aurait rien de vraiment étonnant, vu ce que devient la planète, leur planète.
Parce qu'ils étaient là avant nous.
Parce que s'il y a un virus, et de loin le plus meurtrier, c'est l'être humain.
Commenter  J’apprécie          190
C'était un épisode de brouillard particulièrement dense au-dessus de l'eau, pourtant il ne craignait pas de s'enfoncer, seul sur son embarcation, dans ce jour blanc.
Il savait que ça se lèverait tôt ou tard.
Que, tel le rideau au-dessus d'une scène révélant toute la magie des lumières lorsque le brouillard se dissiperait tout à coup le spectacle serait féérique.
Comme aimantées par les rayons du soleil perçant les ondes, semblables à des épées étincelantes, les baleines feraient leur apparition, précédées du souffle annonciateur de leur présence imminente
Commenter  J’apprécie          270
- Entre 2006 et 2018 les éoliennes terrestres sont passées de 2 à 7 mégawatts, de 100 à 220 mètres de hauteur, leurs pales atteignent cinquante mètres et, si leur fréquence a baissé, en revanche leur puissance a dépassé les 110 décibels. Vous pouvez imaginer les effets que produisent leurs rotations. Ces troubles s'expriment par des nausées, des maux de tête, des vertiges, un stress décuplé, des sifflements dans les oreilles, des acouphènes, une pression dans le crâne, dans la poitrine, une tachycardie, des palpitations, des pertes d'équilibres, des insomnies, une fatigue chronique et de la dépression. On les appelle "symptômes éoliens".
Commenter  J’apprécie          100
Il était encore tout petit et cependant marqué à tout jamais du chant de la baleine.
Un chant parfois aux limites du supportable pour une oreille humaine et dont l’intensité dépassait en décibels celle d’un avion supersonique.
Comme celui que cette baleine bleue inconnue émit en chutant lentement vers les abysses…
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Sonja Delzongle (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sonja Delzongle
À l'occasion de la 19ème édition des quais du polar à Lyon, Sonja Delzongle vous présente son ouvrage "Thanatea" aux éditions Fleuve noir.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2729414/sonja-delzongle-thanatea Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (552) Voir plus



Quiz Voir plus

Hanah Baxter, à la Proust N°2

Si elle était un instrument d'investigation ?

Une loupe
Un smartphone
Un carnet moleskine
Un pendule
Une pipe
Des jumelles longue portée
Des bottes Sorel Caribou
Un burberry froissé

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Sonja DelzongleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..