AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080669407
479 pages
Éditeur : Flammarion (01/11/1998)
4.08/5   6 notes
Résumé :


On croit connaître Arletty mais on se trompe. La "môme de Courbevoie", née en 1898, a observé le siècle avec une curiosité amusée, ironique, mordante.

A la mort de son père, tué dans un accident de tramway, celle qui n'est encore que Léonie Bathiat devient tourneuse d'obus. Puis mannequin et enfin petite femme de revue.

Ce sont les Années Folles, le temps béni de son existence. Egérie des peintres - Van Dongen, Kisling... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
sionlisaitensemble
  18 juillet 2020
Pseudonyme de Léonie, Marie, Julia Bathiat, Arletty naquit à Courbevoie au nord de Paris. Banlieue industrielle qui lui donna l'accent gouailleur. Elle passe son enfance à Clermont-Ferrand et reçoit une éducation religieuse. Son père, ajusteur-tourneur aux tramways, meurt dans un accident de travail. Sa mère est lingère. Arletty vit dans une famille heureuse. Tôt, elle ressent une profonde solitude. Auvergnate d'origine, elle s'en vantera. A dix-neuf ans, elle est séduite par un banquier qui l'emmène à Garches, dans les Hauts-de-Seine. Attrayante et fine mouche n'ayant pas la langue en poche, elle devient chanteuse et meneuse de revue dès 1928.
Tour de piste au Théâtre des Capucines. Auparavant, en 1919, elle aura tenté de devenir mannequin chez Poiret, célèbre couturier de l'époque. Excédé par ses frasques, il la met à la porte.
Elle suit quelques cours rue Blanche et une formation de sténo à l'Institut Pigier. Son éclatante jeunesse, son joli minois, sa taille de guêpe (1 m 70 pour quarante-sept kilos) l'aident à faire frémir d'envie autant les femmes que les hommes. « Avec un physique comme le vôtre, ou on devient vendeuse de journaux ou on fait du théâtre » avait affirmé Paul Guillaume, critique d'art.
Arletty inspire les peintres. Marie Laurencin, van Dongen et Domerque la prennent comme modèle.
En 1930, elle rencontre Marcel Carné. Son ascension débute en 1932. Elle se distingue au théâtre dans les opérettes et entonne : « Comme de bien entendu », suave duo avec Michel Simon. Puis, « La Java » et « Mon homme ». Dans le film « Hôtel du Nord (1938) de Marcel Carné, elle sort une réplique de Jacques Prévert, ce dernier énamouré de la môme : « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? ». La fine auvergnate connaît le succès : « Hôtel du Nord », « le Jour se lève », « les Visiteurs du Soir », « Les Enfants du Paradis » (1945).
Sollicitée par les studios allemands, elle refuse de tourner pour la UFA, comme de se réfugier en Allemagne (1944). Protégée en haut lieu, elle entame une longue relation avec Hans Jürgen Soehring, lieutenant colonel à la Luftwaffe, juriste de son état, officier cultivé, francophile et polyglotte, homme de confiance de Goering et proche d'Otto Abetz. le lieutenant Abetz contrôle la très « foisonnante » vie artistique du Tout Paris guilleret. Arletty a quarante-deux ans, Hans dix de moins. Il est élégant, beau et possède les oreilles en pointe. Elle le nomme le Faune et signe la Biche. Enceinte de son bel officier, elle avorte. A deux doigts de l'Académie française, au treize rue de Conti, la lumineuse actrice se distrait : dîners composés de homards, d'huîtres calibrées et de vins choisis. On sabre le champagne, fenêtres ouvertes sur la Seine.
Colette, Valéry et Guitry passent de temps en temps. Elle entretient une sérieuse liaison sentimentale avec une dame de la haute société parisienne (sa protectrice aussi car, « résistante », elle a sauvé quelques Juifs, via son amant). Jürgen Soehring la demande en mariage après 1945. Refus catégorique. Arrêtée à Paris, elle symbolise « la collaboration à l'horizontale » et est condamnée en 1946. Finalement, de toute cette histoire, on ne connaît qu'une célèbre formule, attribuée à sa gouaille provocante : « Mon coeur est français, mais mon cul est international ! » Après sa fuite parisienne et un passage derrière les barreaux, on lui refuse de travailler à nouveau et ce durant trois années. Elle revient sur scène, mais ne retrouve plus la notoriété d'autrefois. Elle perd partiellement la vue à soixante-huit ans. La môme de Courbevoie fera une ultime apparition dans le film d'Alain Resnais « On connaît la chanson ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tostaky61
  18 juillet 2014
En passionné de cinéma, je voulais en savoir un peu plus sur l'interprète des
enfants du paradis, et le moins que je puisse dire, c'est que j'ai appris énormément... Arletty, une personnalité complexe... une énigme...
Commenter  J’apprécie          120
Lollipop789
  01 septembre 2020
Ouvrage complet sur une artiste du temps de papa et grand-papa. Une icone du cinéma français qui n'avait pas froid aux yeux ni ailleurs !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Bibliobs   12 juillet 2012
Des planches de théâtre aux plateaux de cinéma en passant par Drancy et Fresnes, où elle fut internée à la Libération pour avoir fricoté avec un officier nazi, voici magnifiquement conté le parcours épique d'une femme libre, talentueuse et courageuse, d'un vrai personnage de roman.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
bohanonbohanon   22 janvier 2013
A bien des égards ,elle se trouve davantage d'affinités avec Nietzsche,quelle a découvert a vingt ans en lisant " Ainsi parlait Zarathoustra".Comme lui,elle perd très tot la fois.
"J'ai pas la foi.J'ai les foies."
Un mot pour la galerie.Dans le font ,Arletty fait un constant travail d'ascèse pour atteindre a l'individu doué de qualités supérieures,que prone le philosophe.
"On ne m'a pas élevé.Je me suis élevé"dit elle plus simplement au héros nietzschéen:"J'ai appris a marcher de moi-meme ;depuis,je cours."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Denis Demonpion (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Demonpion
Depuis 2017, en l?honneur de celle qui fut présidente de l?Académie de 2002 à 2014 et amie fidèle de Nancy, les Académiciens ont souhaité que ce prix prenne le nom de « Goncourt de la Biographie Édmonde Charles-Roux ». Ce prix, doté de 4 500 ? par la municipalité, a été décerné cette année à Denis Demonpion pour son roman "Salinger Intime" (Robert Laffont), le 8 septembre 2018 à l'Opéra national de Lorraine.
autres livres classés : arlettyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6114 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre