AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226607413X
Éditeur : Pocket (02/11/1998)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 38 notes)
Résumé :
En 1804, le matelot Nicolas Jean Lafitte a 18 ans. Condamné à mort pour refus d'obéissance, il attend l'exécution de la sentence.
Quarante ans plus tard, il remet à Karl Marx un sac d'or pour permettre l'édition de son célèbre manifeste.
Jean-François Deniau retrace l'extraordinaire destin de ce corsaire au grand coeur qui faisait fortune "en volant les voleurs", attaquait les navires affectés à la traite des Noirs, s'initiait à l'amour volage dans les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Enila
  26 avril 2010
Ce livre a été pour moi une bénédiction. Déjà lu plusieurs fois, j'ai trouvé l'histoire passionnante, le personnage principal qui raconte sa vie très intéressant, bien creusé. Ce livre donne des envies de voyage, j'ai suivi de nombreux documentaires sur la piraterie (je me souviens d'une fameuse soirée théma sur Arté) et surtout la flibuste et les frères de la côte... Pour moi, il est dans le même esprit que "Sa majesté des mouches" ou le film "Mosquito Coast" même si les histoires sont évidemment très différentes. Il s'agit de destin d'hommes qui se laissent guider par leur vie et qui vont là o! l'aventure les appelle. La nature est très présente : mer, jungle, rivages côtiers. Je le recommande chaudement!!!!
Commenter  J’apprécie          40
Enila
  26 avril 2010
Ce livre a été pour moi une bénédiction. Déjà lu plusieurs fois, j'ai trouvé l'histoire passionnante, le personnage principal qui raconte sa vie très intéressant, bien creusé. Ce livre donne des envies de voyage, j'ai suivi de nombreux documentaires sur la piraterie (je me souviens d'une fameuse soirée théma sur Arté) et surtout la flibuste et les frères de la côte... Pour moi, il est dans le même esprit que "Sa majesté des mouches" ou le film "Mosquito Coast" même si les histoires sont évidemment très différentes. Il s'agit de destin d'hommes qui se laissent guider par leur vie et qui vont là o! l'aventure les appelle. La nature est très présente : mer, jungle, rivages côtiers. Je le recommande chaudement!!!!
Commenter  J’apprécie          10
allard95
  18 juin 2017
Jean-François Deniau était un homme politique de valeur, mais c'était aussi un marin. Dans "La Désirade", il nous fait voyager sur les mers: il a l'oeil et le vocabulaire du connaisseur. Il nous étonne, nous surprend. C'est un récit vif, à rebondissements, un très beau livre, que l'on ne lâche pas.
Commenter  J’apprécie          20
beauscoop
  28 août 2017
La vie passionnante d'un corsaire, homme libre qui fait ce qui bon lui semble jusqu'au jour où il n'accepte pas de rester avec la femme qu'il aime car cela aliénerai sa liberté. Ce mauvais choix l'entraîne dans une errance d'insatisfactions et de regrets sur sa vie passée. Un parcours initiatique tardif pour refaire une vie, mais cela est trop tard et la solitude triomphera.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
beauscoopbeauscoop   25 août 2017
on va te fermer ta plaie. Elle a l’air saine, maintenant.
– Vous allez la coudre ? demande Lafitte.
L’autre s’esclaffe dans l’ombre.
– Pas moi, garçon. Il y a longtemps que je n’ai plus de doigts. Et ici, il n’y a ni fil, ni aiguille. On tisse, on ne coud pas.
Lafitte contemple sans sourciller le petit panier plein de gros termites rouges qu’apporte un Indien. D’une main, l’homme rapproche les bords de la blessure. Le termite mord. L’Indien, qui le tient de l’autre main entre deux doigts, pouce et index, de l’ongle du pouce coupe la tête et la sépare de l’abdomen. La tête n’a pas lâché prise. Voilà un point de suture de fait. La pluie tambourine sur le toit de palmes.
Du fond de la case, le lépreux a surveillé l’opération.
– N’est-ce pas beau, la médecine indienne, garçon ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
beauscoopbeauscoop   26 août 2017
La tradition de la marine à voile n’a jamais été de se laisser périr avec son navire. Au contraire, y compris pour la marine de guerre, la règle a toujours été de baisser pavillon et de se rendre à l’adversaire dès que le bateau n’est plus manœuvrant.
Commenter  J’apprécie          20
beauscoopbeauscoop   25 août 2017
– Comment ? plus de roi de France ?
– On lui a coupé la tête.
– À Louis XV le Bien-Aimé ? Pas possible !
– À Louis XVI.
– Et qui est roi, alors ?
– Il n’y en a plus. C’est la République.
– C’est quoi, la République ?
– C’est quand tous les hommes sont libres et égaux.
Commenter  J’apprécie          10
beauscoopbeauscoop   26 août 2017
Je n’ai pas trouvé l’âme humaine sous mon scalpel parce que l’âme n’appartient à aucun homme individuellement mais à l’humanité tout entière.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean-François Deniau (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Deniau
"Un héros très discret" adapté du livre homonyme de Jean-François Deniau (bande-annonce) 1996
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1021 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre