AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754807333
72 pages
Futuropolis (22/08/2012)
3.64/5   28 notes
Résumé :
Dans une forêt, un coup de feu trouble les émois d’un couple d’amoureux. Les jeunes gens découvrent au pied d’un arbre un homme gisant dans son sang. Tué sur le coup, apparemment.
Qui est cet homme ? Serge Guérin, un quinquagénaire vivant seul, à Paris, avec son chat Mikado. Il souffre d’un mal qui le dévore et lui rend sa vie quotidienne insupportable : troubles de la concentration, de la mémoire, insomnies, irritabilité, migraines, il est électro-sensible. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 28 notes
5
0 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

ninosairosse
  14 octobre 2016
En entrant dans la "zone blanche", vous allez découvrir les symptomes d'un nouveau genre, ceux perçus par les sensibles des ondes electromagnétiques....en plus va venir se glisser l'esquisse d'une belle inconnue nue, des retours en arrière, autrement dit des " flash black ", normal pour une zone blanche, non ! Tout ça pour terminer sur une page blanche !!! Des fois la lecture ça me donne des idées noires !
Je déconne, rassurez vous c'est une très bonne BD. :-)
Commenter  J’apprécie          470
RChris
  03 avril 2017
L'histoire ressemble, au départ, à celle de "l'inconnu de nord express", un Hitchcock qui partirait en vrille.
Le récit est bien construit à la manière d'un polar, avec force flash back et une enquête actuelle éclairée par des retours en arrière
A la fin, il reste des parts de mystère qui ajoutent au charme.
Le dessin est moderne, efficace. Il soutient une narration réussie.
Commenter  J’apprécie          180
trust_me
  29 août 2012
La zone blanche, c'est un endroit où les portables ne passent pas. Serge Guérin en rêve de cette zone, lui qui ne supporte pas les ondes électromagnétiques. Ce soir d'hiver où une panne d'électricité paralyse la ville, Serge revit. Problème, le digicode de son immeuble étant HS, il doit se réfugier au troquet du coin puis dans le hall d'un hôtel pour fuir le froid. C'est là qu'il rencontre une charmante jeune femme. Au fil de la discussion, chacun confie à l'autre ses malheurs et ses envies de meurtre. Après avoir passé la nuit ensemble, ils décident de mettre au point un plan imparable devant leur permettre de parvenir à leurs fins. Seulement, les choses ne se passent pas toujours comme prévu…

Jean-Claude Denis mélange les genres, tâtant à la fois du polar et de la sociologie. Mais pas de politique, les écolos « anti-ondes » en seront pour leurs frais. le grand prix du festival d'Angoulême 2012 ne donne pas dans la dénonciation de la nocivité des antennes-relais. Zone blanche n'est donc pas un cri d'alarme. L'auteur concède que de toute façon, il n'a jamais cherché à délivrer des messages dans ses albums : « je n'ai jamais eu qu'une seule ambition, dans mon travail : parler de la vie. » C'est en recentrant son propos sur l'ambigüité des personnages que J-C Denis tricote le noeud de son récit. Serge est-il vraiment malade ou tout simplement givré ? Et cette femme croisée au bar de l'hôtel : femme fatale sincère ou fieffée mythomane ? Leur point commun tient dans l'absolue solitude qui semble les habiter. Pour le reste, chacun gardera jusqu'au bout sa part de mystère.
L'intrigue entremêle flashbacks et retour au présent. Un procédé classique mais qui fonctionne parfaitement bien. Niveau dessin, le trait de l'auteur se reconnaît au premier coup d'oeil. Comme d'habitude, il a effectué un gros travail sur la lumière, les ombres et les clairs-obscurs pour diffuser une ambiance d'ensemble plutôt feutrée.
Zone blanche n'est sans doute pas le meilleur album de J-C Denis mais il n'empêche que sa lecture fut pour moi un agréable moment. Petite cerise sur le gâteau, la pirouette finale (merci les écureuils^^), d'une crédibilité certes discutable, est aussi inattendue que surprenante et clôture le récit avec une maestria teintée d'un soupçon de désespoir (voir pour cela les trois dernières cases).

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
jamiK
  28 mars 2020
C'est une variante sur le thème de “Le crime était presque parfait” d'Hitchcock, avec l'échange des victimes à assassiner. C'est bien construit, jouant sur les flashback, les périodes différentes de l'action. Assez classique, mais très agréable et distrayant, j'ai passé un bon moment.
Commenter  J’apprécie          180
antoineperroud
  25 janvier 2014
Un coup de feu claque, un homme tombe, le crâne fracassé par une balle de gros calibre. Cet homme, c'est Serge Guérin. Une personne ordinaire qu'une situation exceptionnelle a placée dans un engrenage terrible et, malheureusement, fatal pour lui.
Jean-Claude Denis sort de sa zone de confort et propose un polar ambitieux avec Zone Blanche. D'un autre côté, des états d'âmes des bourgeois au crime, il n'y a parfois qu'un pas. Parti d'un schéma très classique du genre, l'auteur de Tous à Matha transforme très rapidement sa trame en un exercice de style à la construction savante. Il mêle très habilement des retours en arrière (souvent imbriqués les uns dans les autres) racontés par le défunt et l'enquête policière. Il en résulte une double narration inversée des plus captivantes. En effet, pendant que la victime « déroule » son histoire, les pandores remontent les pistes. le sort funeste du héros est déjà connu, est-ce que les indices seront suffisants pour attraper le ou les coupables ? Denis offre là un album diaboliquement bien pensé et exécuté sans faille.
Grand observateur de la société, le créateur de Jean-Luc Leroi a évidemment créé une petite galerie de protagonistes très convaincante. Après avoir joué avec son odorat dans Nouvelles du monde invisible, le scénariste a doté son personnage principal d'une hypersensibilité aux champs magnétiques. le monde moderne et ses agaçants gadgets numériques omniprésents transforment la vie de Serge Guérin en enfer. La police et ses dérives racistes en prennent également pour leur grade, même si plus largement, ce sont les injustices, sociales ou pénales, qui guident vraiment le fond du propos.
Zone blanche, sans être de la plus grande originalité, offre un très bon moment de lecture rempli de suspens.
Lien : http://www.bdgest.com/chroni..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (6)
BDSelection   09 octobre 2012
Dans ce récit malin, à la fois mélancolique et plein d'humour, […] le plaisir de lecture est vraiment là ; d'autant plus que l'intrigue monte subtilement en pression, pages après pages ; lesquelles changent donc, alternativement et subtilement, de cadre et de climat : une histoire vraiment déstabilisante et intrigante !
Lire la critique sur le site : BDSelection
Auracan   17 septembre 2012
Une enquête bien singulière au final plutôt surprenant.[…] [L'auteur] nous confectionne une œuvre très ligne claire, avec des ambiances soulignées par des couleurs éclatantes pour les paysages méditerranéens en opposition aux couleurs sombres et ternes de la vie urbaine.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   11 septembre 2012
Un one-shot aux accents policiers surprenant sur un drame remarquablement mis en place et fortement appréciable.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   05 septembre 2012
Zone Blanche, avec son final déstabilisant, parvient à mêler des aspects psychologiques d’une grande finesse avec une intrigue de crime parfait appartenant au registre du polar grand teint. Et la réussite de cet album tient autant au plaisir de lecture qu’il apporte qu’à sa totale originalité.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   27 août 2012
Avec des mots bien choisis, des dialogues drôles et délicieux, un dessin doux et immédiatement abordable, Jean-Claude Denis compose un faux polar en forme de fable moderne.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   27 août 2012
Denis offre là un album diaboliquement bien pensé et exécuté sans faille.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   13 octobre 2016
Les atrocités ne sont parfois que la vengeance des hommes tourmentés.

Louis de Bernières

p2
Commenter  J’apprécie          190
jovidalensjovidalens   21 juin 2013
Le monde est plein de crétins dans ton genre, mon petit Antony...Des mecs pour qui la seule façon d'exister est d'imposer aux autres leurs désirs dérisoires...Les dominants, les conquérants...Il y a suûement un paradis pour vous...Celui des tiques et des poux.
Commenter  J’apprécie          50
jovidalensjovidalens   21 juin 2013
- La victime aussi a ses papiers sur lui...
- Sur elle !
- Non, non, c'est une homme !
- On est d'accord !
- Si elle n'a pas déménagé depuis, elle habite à Paris dans le VII ème...
- Habitait !
Commenter  J’apprécie          20
LilizLiliz   02 juin 2014
C'est l'injustice qui nous tue... Notre impuissance face à l'injustice.
Commenter  J’apprécie          40
Erik_Erik_   22 novembre 2020
Sortir de sa zone de confort, c'est être acteur de sa vie. Y rester, c'est en être spectateur.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jean-Claude Denis (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Denis
Reliefs de l'ancien monde
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4363 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre