AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266310840
720 pages
Pocket (21/10/2021)
4.27/5   182 notes
Résumé :
Toulouse : Éloïse Bouquet, de la Section de Recherches de la Gendarmerie, découvre Maurice Desbals, un ingénieur a priori sans histoire, dont le corps décapité a fait l'objet d'une macabre mise en scène : sur le mur, un swastika tracé avec le sang de la victime et, au pied du lit, un tas de piécettes et des pétales de fleurs faisant penser à une offrande. La tête du défunt, quant à elle, demeure introuvable…

Vengeance, règlement de comptes, acte de ba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
4,27

sur 182 notes
5
33 avis
4
22 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

FrancoMickey
  21 novembre 2021
Dimanche soir, 23h32 (au passage big up à la team "je suis toqué(e) des heures symétriques"), c'est la merde. Il me reste exactement 0 jour pour écrire ma critique afin d'honorer mon engagement dans le cadre du Masse Critique. J'ai promis, juré et même craché. Il ne peut y avoir qu'une seule issue : le compte à rebours est lancé. Tic, tac, tic, tac. Allez, on embraye assez rapidement car vous l'aurez compris, je suis pressé. Bon on prendra tout de même le temps pour deux ou trois conneries, mais pas plus. On se rattrapera plus tard.
La Fille de Kali c'est plutôt frais et épicé comme topo de départ : des têtes de bonhomme bon chic bon genre décapitées et aux abonnées absentes, des symboles nazis aux connotations exotiques peints sur les murs et des cadavres ornés d'un slip léopard (désolé pour la team kangourou). Sympatoche l'ambiance à Toulouse sous la plume de Céline Denjean n'est-ce pas ? Et l'auteure ne s'arrête pas là. Après cette mise en bouche, son histoire se révèle captivante, grâce à une construction narrative diaboliquement efficace menée tambour battant.
Mais venons-en à la question que tout le monde se pose : énième polar ou pas ? Bien sûr que non. La Fille de Kali sort des sentiers battus en offrant une trame originale, très marquée par la noirceur. Âmes sensibles s'abstenir mais amateurs/trices de Claire Favan vous allez être servi(e)s. le style narratif se veut percutant et incisif tout en offrant une plume plutôt délicate et raffinée, détail suffisamment rare dans le paysage polaresque pour être souligné.
Nul besoin d'en rajouter, à vous de juger et d'apprécier le belle surprise qu'est ce petit (enfin plutôt gros en fait sans discrimination aucune) policier bien sombre et palpitant. Attention, risque de nuits blanches (ou au moins grises - passé minuit ndlr) avéré pour cause d'addiction. Ah j'oubliais, dédicace aux éditions Pocket qui m'ont gentiment envoyé un exemplaire du livre. Je vous rajoute à ma liste de mes amis "j'vous aime putain".
PS : pour finir sur une note poétique en ce dimanche soir rigoureux, j'ajouterais une citation personnelle : "A la dernière minute ta critique tu publieras, très fort tes fesses tu serreras".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
cannibalector
  16 novembre 2020
Kali, dans la religion hindou personnifie le pouvoir destructeur du temps; c'est elle qui combat les esprits mauvais: on la représente souvent avec des cranes sous le bras: c'est pas une rigolote! Mais, bon, elle est indispensable à l'équilibre cosmique de cette belle religion.
Mais une tarée prend au pied de la lettre certains de ces préceptes ( çà vous dit quelque chose?) et se met à décapiter des mecs sur la région toulousaine après leur avoir fait un gros câlin!
Éloïse, fraîchement promue à la tète du groupe de recherche de la gendarmerie de Toulouse, mène l'enquête
Parallèlement un détective enquête sur une mort suspecte
Enfin, une jeune journaliste, se lance en solo à la recherche de la fille de Kali
Thriller sympa, vif, bien écrit, un peu rocambolesque par moments mais très haletant
Un petit plus, ce roman parle de tantrisme: sujet que je ne connaissais pas du tout
Savez vous qu'il y a un tantrisme de la main droite et un tantrisme de la main gauche ? non, non je déconne pas! c'est vrai
J'ai donc fait des recherches sur Internet ( avec mes deux mains) et j'ai donc pu comprendre la différence!
Merci donc à l'auteur, qui, en plus de m'avoir fait passer un très bon moment de lecture, me permettra ce soir d'être un peu moins con!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Eroblin
  03 mai 2022
Commentaire :
J'ai découvert Céline Denjean avec son roman « Matrices » et grâce à Babelio (que je remercie au passage) j'ai pu assister à une visio-conférence avec elle. J'ai beaucoup aimé cette rencontre, son roman et j'ai décidé de me lancer dans la lecture de ses autres romans. Avec « La fille de Kali » je n'ai pas été déçue, je me suis retrouvée plongée dans les méandres criminels d'une jeune femme persuadée qu'elle est la fille de Kali et qui tue de manière atroce des hommes.
On découvre peu à peu l'intrigue par des chemins de converse : les chapitres alternent entre l'enquête officielle du groupe de gendarmerie menée par Eloïse Bouquet, celle officieuse d'une journaliste dévorée d'ambition Amanda Kraft et une mission particulière d'un détective privé qui s'intéresse à un prétendu suicide, mission qui va le mener à croiser le chemin d'Amanda et d'Eloïse. Sans oublier la voix d'une petite fille en mal d'amour maternel. le rythme est intense et malgré les 715 pages, on ne ressent pas de longueur, on tourne les pages de plus en plus vite en se demandant comment Eloïse parviendra à arrêter la fille de Kali.
Challenge Pavés 2022
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
LabiblideVal
  27 octobre 2021
Cap sur Toulouse, avec quelques détours en Inde compris dans le voyage ! Voici la première enquête d'Eloïse Bouquet, jeune capitaine récemment promue à la Section de Recherche de la gendarmerie toulousaine. Sa première affaire est des plus glauques : deux corps d'hommes atrocement mutilés sont découverts, en même pas un mois, la tête manquante. A leurs côtés, des pétales de fleurs, quelques piécettes et un sawastika tracé au mur ; l'assassin obéirait- il à un certain rituel en l'honneur de la redoutable déesse hindoue Kali ?
« Est- ce qu'une mère peut haïr sa fille ? Toi, tu as peut- être un avis sur la question… Moi, je sais… Moi, je suis la réponse. D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais vu dans les yeux de ma mère que la désolation de m'avoir enfantée. Rejet viscéral. Dégoût. Parce que je suis l'incarnation même de son drame… » Calcutta. Plus tôt. La petite Nilin voudrait tellement que sa mère la regarde… l'aime. Elle tutoie le lecteur pour le rendre plus proche du drame de sa vie, incompréhensible, celui d'être rejetée par sa mère. Cette petite fille délaissée va être la clef de voûte de ce récit.
« - Il faut me croire ! Mon père était le dernier des salauds !
- ... Et alors ? questionna le détective, interloqué par cette réflexion.
- Les salauds ne se suicident pas. » Toulouse, 2013. Danny Chang, détective privé, reçoit une jeune femme avide de récupérer un héritage, lequel dépend des conditions de décès de son père. Elle est persuadée que les gendarmes se sont fourvoyés. Amanda Kraft, elle, est une journaliste avide de gloire, à l'affut du scoop qui enfin la mettra en lumière aux yeux de la France entière. Et pendant ce temps- là, Eloïse lance ses hommes aux trousses d'une potentielle tueuse en série…
Céline Denjean utilise avec talent l'alternance de trois enquêtes aux finalités différentes pour offrir à ses lecteurs un récit à la forme spiralaire qui permet d'aborder différents aspects d'une affaire qui se révèlera aussi complexe que morbide. Les différents personnages sont psychologiquement finement ciselés au point qu'on ne peut que ressentir de la sympathie envers certains ou de la défiance pour d'autres. Personnellement, j'ai clairement un petit faible pour Jean- Marc, ce flic adepte des locutions latines ou citations littéraires de haut vol… Au final, un roman noir qui se dévore, qui évolue d'une façon qui fait que le lecteur sent le cercle des soupçons se resserrer afin de donner un point final à toute l'histoire, et avec brio ! Si vous ne connaissez pas encore Céline Denjean, foncez, et enchainez avec les deux enquêtes d'Eloïse Bouquet qui suivent : « le Cheptel » et « Double amnésie », tout aussi excellents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Fab306
  11 mai 2022
Second roman de Céline Denjean que je lis. Il est le premier de la série sur les enquêtes d'Eloïse Bouquet.
Comme pour "Le Cheptel", Céline Denjean alterne habilement entre plusieurs histoires et plusieurs enquêtes permettant au lecteur de découvrir progressivement la solution de cette intrigue. Thème original dans ce tome qui a du demandé pas mal de recherches à l'auteure et qui nous permet également d'en apprendre plus sur l'hindouisme et la déesse Kali.
Personnellement, je trouve que les romans de Céline Denjean se lisent facilement, les pages se tournent rapidement, l'intrigue est haletante et on se retrouve à la fin sans trop s'en rendre compte. Voilà, tout ça pour dire que j'aime beaucoup les romans de Céline Denjean. Je le conseille vivement...
Commenter  J’apprécie          102

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
CormorobinCormorobin   17 février 2018
C'est une des déesses les plus connues des Français. Cela étant, de nombreux dieux et déesses hindous ont "des bras partout", comme vous dites. En réalité, c'est juste que, sur la même iconographie, les bras ou les jambes décrivent les différents mouvements qu'opèrent les dieux. Un peu comme l'homme de Vitruve de de Vinci, si vous préférez.
Commenter  J’apprécie          120
CormorobinCormorobin   09 février 2018
Mais son petit doigt lui disait qu'elle avait encore toutes ses chances. Après tout, sa source potentielle avait toujours succombé à ses charmes ! Un proverbe lui revint à l'esprit : qui a bu boira...
Commenter  J’apprécie          100
GaiangeGaiange   28 juin 2017
Est-ce qu'une mère peut haïr sa fille ? Toi, tu as peut-être un avis sur la question... Moi, je sais... Moi, je suis la réponse. D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais vu dans les yeux de ma mère que la désolation de m'avoir enfantée. Rejet viscéral. Dégoût. Parce que je suis l'incarnation même de son drame ...
Commenter  J’apprécie          40
CormorobinCormorobin   13 février 2018
Elle serre encore dans ses mains des touffes entières de mes cheveux. Elle écume par la bouche. Hurle comme une furie. Éructe des insultes. Mais pire que ça, c'est le regard de ma mère qui me foudroie. Cette femme me déteste.
Commenter  J’apprécie          60
LabiblideValLabiblideVal   24 octobre 2021
- Il faut me croire! Mon père était le dernier des salauds!
- ... Et alors? questionna le détective, interloqué par cette réflexion.
- Les salauds ne se suicident pas.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Céline Denjean (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Céline Denjean
A l'occasion de Quai du Polar 2022, Céline Denjean vous présente son ouvrage "Matrices" aux éditions Marabout.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2620470/celine-denjean-matrices
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : toulouseVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2332 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre