AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791095383307
246 pages
Éditeur : Chambre Noire (15/12/2019)
3.6/5   48 notes
Résumé :
Quatre noms sur une liste. Quatre victimes introuvables. Comment les identifier et briser le silence ?L'adjudant Maxime Monceau, spécialiste du langage non verbal, se voit chargé d'enquêter sur une affaire mystérieuse qui met la Brigade de recherches dans une impasse. Un homme étrange s'est présenté de lui-même à la gendarmerie pour s'accuser d'assassinat. Problème, hormis une unique phrase qu'il psalmodie en boucle, l'inconnu reste totalement muet sur son identité ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 48 notes
5
6 avis
4
15 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

coquinnette1974
  05 mars 2021
Je remercie les éditions Chambre Noire pour l'envoi, via net galley, de : La liste de Florian Dennisson.
Un homme étrange s'est présenté de lui-même à la gendarmerie pour s'accuser d'assassinat.
Problème, hormis une unique phrase qu'il psalmodie en boucle, l'inconnu reste totalement muet sur son identité et les raisons qui l'ont poussé à l'acte.
Avec lui, un papier sur lequel sont écrits quatre noms.
Une liste..
Quatre victimes introuvables...
Comment les identifier et briser le silence ?
L'adjudant Maxime Monceau, spécialiste du langage non verbal, se voit chargé d'enquêter sur une affaire mystérieuse qui met la Brigade de recherches dans une impasse.
La liste est un roman policier dont le personnage principal, Maxime Monceau, est singulier. Il revient d'un arrêt de travail pour burn-out. Pour son premier jour, un homme arrive à la gendarmerie, ensanglanté, désorienté, et s'accusant d'avoir tué. Mais qui a t-il tué ? Les quatre personnes présentent sur la liste ? Et si oui, où sont t-ils ?
Débute alors une course contre la montre, avec un Maxime aux méthodes surprenante et un comportement parfois déroutant.
L'auteur nous emmène avec lui sur les pas de ces victimes, c'est très intéressant et il prend plaisir à nous balader sur de fausses pistes.
J'ai aimé, même s'il m'a manqué quelque chose pour que je sois totalement captivé.
C'est un bon roman, avec un final stupéfiant. Impossible de deviner que la solution soit celle-ci !
Pas de coup de coeur mais un bon moment de lecture en ce qui me concerne.
Ma note : quatre étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
pompimpon
  20 décembre 2020
Maxime, jeune gendarme à la Brigade de Recherches d'Annecy, reprend son travail après deux mois d'absence.
Dès son retour, il est confronté aux changements intervenus durant ces soixante jours : nouvelle cheffe, la lieutenante Assia Larcher, nouvel adjudant-chef, Boris Pawlovski, qui a pris et son bureau et son binôme, l'adjudante Emma Leroy.
Mais voilà qu'on leur amène un homme s'accusant de meurtres, répétant en boucle : "Je les ai tous tués !" sans donner son identité. L'homme finit par écrire quatre noms sur une liste, seul indice dont les gendarmes devront se contenter pour se lancer sur sa piste.
Maxime va devoir composer avec ses propres difficultés, utiliser tout son savoir de synergologue diplômé et éviter les chausses-trappes tendues par un adjudant-chef qui ne semble pas lui vouloir que du bien.
C'est joliment ficelé, les personnages sont bien campés et leur course-poursuite contre le temps de la garde à vue déroule sans temps mort.
Les écrans de fumée destinés à nous brouiller le jugement ou à nous distraire de l'essentiel sont plutôt bien amenés, l'on assiste de très près aux recherches de Maxime et de ses collègues, et aux réflexions qui les motivent.
La gendarmerie nous change des brigades de police, même si, forcément, on y retrouve un langage et des façons de faire communs.
Que les faits se déroulent à Annecy et dans ses environs n'est pas anodin non plus, on échappe ainsi à un urbanisme de banlieue ou de grande ville si souvent au coeur des polars français.
Les descriptions du lac dans son écrin de montagnes et d'une météo exceptionnellement glaciale pour un premier jour de printemps, sont très soignées et permettent une immersion quasi-totale dans un univers à la fois familier et anxiogène juste ce qu'il faut.
Florian DENNISSON n'en est pas à son coup d'essai, on sent une plume qui s'affine et s'attache à la véracité de son récit. Son personnage principal n'est pas exempt de zones d'ombre, ô combien, les autres ont de l'épaisseur également. L'histoire se tient bien.
Quelques maladresses peuvent accrocher par moments, mais il ne faut pas perdre de vue l'essentiel : un bon policier pour nous mener par le bout du nez, "ça joue !" comme disent nos amis suisses (merci pour l'expression, Monsieur DENNISSON), c'est un moment de lecture à ne pas se refuser.
Merci à #floriandennisson et à #NetGalleyFrance pour ce partage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
bagus35
  24 février 2021
Merci à NetGalley et à Chambre Noire de m'avoir permis la lecture de ce bon polar.Maxime Monceau reprend du service à la brigade de recherche d'Annecy après un burn-out dû à la mise en liberté d'un violeur à cause d'un vice de procédure.Quand un homme se présente à la gendarmerie en répétant qu'il les a tous tué et en livrant une liste de quatre noms sans donner plus d'indices ,la brigade se retrouve démunie et va se livrer à une course contre la montre pour retrouver les quatre victimes.Un polar au dénouement inattendu.
Commenter  J’apprécie          260
Valmyvoyou_lit
  01 avril 2020
Maxime Monceau, un gendarme, reprend le travail, après un arrêt-maladie de 60 jours, le jour où un homme se présente, en s'accusant « de les avoir tous tués. » Tous, ce sont quatre noms sur une liste : trois hommes et une femme. Placé en garde à vue, l'assassin présumé ne dit rien d'autre, il ne donne pas son nom, il ne dit rien sur les meurtres, il ne dit pas où sont les victimes. Rien, excepté « je les ai tous tués ». Pour les enquêteurs, une course contre la montre commence, car sans indications complémentaires, l'homme sera remis en liberté.

Les maigres indices entraînent Maxime dans une direction qui le renvoie à son passé. Il s'agit d'une boîte de Pandore qu'il ne veut pas révéler à ses collègues. Or, c'est justement ce qu'il a vécu qui lui permet de participer aux investigations, après une si longue absence. Il lui faut jongler entre ce qu'il veut cacher et l'urgence de l'affaire.

La priorité est de trouver les victimes potentielles. Or, les méthodes habituelles de la gendarmerie ne fonctionnent pas. Malgré les talents de synergologie (étude du langage non verbal) de Maxime, la brigade ne soutire aucune information au suspect et ne sait pas comment trouver les personnes dont les noms figurent sur la liste.

Maxime est un personnage opaque, qui ne se dévoile pas beaucoup. L'auteur livre quelques traits de son caractère, sans aller au bout, volontairement. Aussi, je m'interrogeais autant sur l'enquête qu'à son sujet, ressentant une frustration positive : celle qui fait tourner les pages, pour assouvir l'envie de comprendre. Il m'a été difficile de me faire une idée précise sur lui, avant la fin, et je le trouvais successivement attachant et énervant. Mais, ne dit-on pas que les animaux ne se trompent pas sur les gens ?

Au sujet de l'intrigue, je n'avais absolument pas envisagé un tel dénouement : tellement complexe à imaginer et si clair, une fois dévoilé. Bravo à Florian Dennisson pour la construction du récit qui a fait que je ne l'avais absolument pas envisagé et qui, pourtant, colle parfaitement à la chronologie des faits et des découvertes. Sincèrement, je suis restée bouche bée, quand j'ai lu les conclusions. J'aime lorsqu'un livre m'amène là où je ne m'y attendais pas.

Je remercie sincèrement Florian Dennisson pour ce service presse.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
loeilnoir
  07 janvier 2021
Première lecture en ce qui me concerne de cet auteur, La Liste est un roman policier bien ficelé et qui se lit de manière très agréable.
Maxime Monceau, gendarme à la Brigade de Recherche d'Annecy, reprend du service après deux mois d'arrêt. Pour l'accueillir, une nouvelle lieutenante, Assia Larcher, qu'il connaît déjà de façon particulière, et l'adjudant-chef Boris Pawlovski, qui a plus ou moins pris sa place notamment auprès de sa binôme et amie, Emma Leroy. Un homme très perturbé se présente de lui-même à la gendarmerie pour s'accuser de quatre assassinats. Au milieu de propos incohérents, il fournit la liste de ses prétendues victimes, sans les localiser ni fournir de raison à ses actes. Course contre la montre avant que le suspect ne retrouve la liberté, la liste est la seule piste pour tenter de retrouver les insaisissables victimes.
Spécialiste du langage non verbal, Maxime va mettre à profit son talent pour décrypter la gestuelle d'un suspect pour le moins original. le thème de la synergologie est suffisamment rare dans le milieu du roman policier pour être remarqué : j'ai appris à ce sujet des éléments vraiment intéressants, qui m'ont donné envie d'approfondir mes connaissances dans ce domaine. Maxime, le personnage central du roman, est un être réservé, plus enclin à s'occuper de chats errants que des personnes qui l'entourent. Il possède des secrets qui le rendent assez taciturne; j'ai éprouvé pour lui beaucoup d'empathie: il est hypersensible, ses réactions semblent parfois inappropriées mais démontrent chez lui une profonde angoisse. C'est un personnage que j'ai trouvé très attachant: ses relations aux autres sont compliquées mais il est profondément humain, et grâce à lui cette étrange enquête va aboutir.
Je n'aurais jamais pu imaginer le surprenant dénouement auquel nous convie l'auteur : l'intrigue est inattendue du début à la fin mais tout se tient et est parfaitement expliqué ! le lecteur est comblé ! Je remercie NetGalley et les Editions Chambre Noire pour cette lecture divertissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
emelinevdc76emelinevdc76   27 avril 2020
« -Je les ai tous tués !
Celui qui venait de prononcer ces mots était mince, et son visage émacié -découpé par des joues creusées et des cernes qui semblaient lui happer toute la face - témoignait d’une mauvaise hygiène de vie.
Le brigadier de garde avait haussé des sourcils broussailleux et avait instinctivement effleuré de la paume son arme de service.
L’inconnu s’enfonça lentement dans la pièce et, à chaque pas, le gendarme serrait un peu plus la crosse de son Sig Sauer.
Les yeux du visiteur étaient injectés de sang et des habits troués et jaunis lui donnaient des airs de mendiant. Tout l’inverse de sa longue chevelure noires et lisse.
Une odeur âcre fit presque reculer le brigadier lorsque cet étrange individu se retrouva accoudé à l’imposant meuble en bois servant de comptoir d’accueil.
- je les ai tous tués ! Répéta-t-il, plus doucement cette fois. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bagus35bagus35   30 janvier 2021
Il se laissa guider sans protester, comme un navire à la dérive sauvé par le halo d'un phare au large, qui perce la nuit de sa lumière providentielle.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   18 décembre 2019
Sa crise n’était en réalité qu’un pétage de plombs en bonne et due forme. Un burn-out comme on disait aujourd’hui ; un énième euphémisme pour caractériser le mal-être d’une société qui agresse et écorche les âmes. Les gendarmes, comme toutes les forces de l’ordre, les services d’urgence et de sauvetage, se trouvaient au cœur de cette tourmente, dans l’œil du cyclone, et étaient frappés de plein fouet par toutes les bassesses du comportement humain. Il fallait du cran pour encaisser ce flot d’incivilités dont la violence allait crescendo, ce manque d’empathie toujours plus grand et ce désespoir toujours plus profond qui gangrénaient l’humanité comme un cancer foudroyant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bagus35bagus35   03 février 2021
Seul à son bureau, Maxime sentit les tentacules de l'angoisse s'immiscer dans tout son corps ,comme un poison s'écoulant dans tous ses fluides vitaux.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   18 décembre 2019
Maxime continua à observer le suspect pendant de longues minutes. Il aurait tant aimé s’asseoir en face de lui et le questionner. Depuis qu’il était diplômé de synergologie, le moindre entretien avec une victime, le moindre interrogatoire ou le moindre dépôt de main courante ne se passait plus du tout comme avant. Il orientait ses questions, scrutait les plus infimes des réactions et analysait chaque tic du visage ou des mains. Le diable se cache dans les détails, même les plus insignifiants.
Un jour, alors qu’il recueillait le simple témoignage d’une jeune femme dont le mari s’était tué en moto, il avait remarqué chez celle-ci un léger haussement du sourcil droit lorsqu’elle évoquait son défunt époux. Avec ses propres mots, elle décrivait son homme comme quelqu’un d’aimant et d’attentionné, tandis que son langage non verbal exprimait totalement le contraire. Son discours n’était pas en accord avec ce qu’elle pensait au fond d’elle-même. Maxime décida de creuser un peu et orienta ses questions sur le comportement du mari. Il ne fallut que quelques minutes pour que la pauvre veuve fonde en larmes et avoue que son conjoint la battait.
Le diable se cache dans les détails.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Florian Dennisson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florian Dennisson
Florian, et si ?
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2168 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..