AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
40 pages
Éditeur : Passerage (01/06/2017)

Note moyenne : 4.93/5 (sur 15 notes)
Résumé :
N° 105 - La Chevêche

Sacrée petite Chouette !

Dire qu'elle n'est pas plus grosse qu'un merle : drôle de gabarit pour un rapace... Elle prend un bain de soleil en plein jour sur le toit d'une maison : drôle d'horaire pour un oiseau de nuit... Avec ses yeux jaunes et ses sourcils froncés de grand-mère ronchon, elle a l'air perpétuellement en colère — mais ce n'est qu'une illusion : tous ceux qui la connaissent savent au contraire que la C... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
dancingbrave
  18 avril 2018
J'aimerais beaucoup vous parler de la hulotte mais pas d'un numéro en particulier ; tous sont excellents.
Voilà environ 30 ans que j'attends avidement le nouveau fascicule publié à peu près semestriellement.
« A peu près » car il faut dire que l'auteur, Pierre Déom, est un véritable artisan, pour ne pas dire un artiste.
Si les premiers numéros relevaient vraiment de la confection ronéotypée dans la salle des profs, petit à petit le « journal le plus lu dans les terriers » s'est enjolivé tout en restant un objet rare et précieux, sophistiqué par la qualité des dessins que l'auteur s'applique à pourlécher à l'encre de chine et à la plume, par la qualité scientifique des articles et par leur ton léger, plaisant, humoristique.
Imaginez donc bien que sur un dessin de cette finesse, chaque détail apparait bien plus précisément que sur une photo. Accompagné d'un texte clair et « rigolo » il devient un outil de vulgarisation très éducatif.
Alors bien que nous ne soyons plus vraiment des petits écoliers, dans notre « terrier » aussi chaque nouvelle parution est une petite fête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3612
RChris
  13 mai 2017
Le dernier numéro de la Hulotte (N°105) est arrivé dans ma boîte aux lettres.
Uniquement vendu par abonnement, ce numéro qui parle de la chouette...chevêche est emblématique pour la Hulotte.
Quelle couverture ! Quelle mise en page ! Quels progrès depuis les numéros ronéotypés qui s'adressaient il y a 45 ans...aux écoles !
La plupart des dessins sont réalistes et d'une grande finesse d'observation, d'autres complémentaires jouent en contre-point sur l'humour.
De même, l'information est servie avec l'appui de spécialistes sans se départir de l'amusement qui constitue la "marque de fabrique" de la revue. Ainsi apprend-on, photo à l'appui (la photo est peu utilisée mais à bon escient pour soutenir les dires) que la nuque du rapace présente un dessin qui imite à s'y méprendre un bec et des sourcils entourant de grands yeux noirs pour lui éviter de se faire attaquer de dos. "Un comble ! le masque arrière de la chevêche a l'air plus vrai que son visage".
Bon, je me réabonne pour les cinq prochains numéros...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          298
Alzie
  13 mai 2017
"La Hulotte", rendez-vous nature incontournable et tout public, consacre ce nouveau numéro à la chouette chevêche que les habitués du style et de la forme de la revue découvriront avec un grand plaisir. Sur les neuf rapaces nocturnes qui volent encore sous nos latitudes la "chevêche", connue depuis l'Antiquité et baptisée parfois « chouette d'Athéna » ou « de Minerve », selon les endroits, fait vraiment figure de modèle réduit au milieu de ses congénères avec ses 160 grammes. Ses innombrables autres noms populaires – il y en aurait 150 – parmi lesquels Pierre Déom relève : « chouette des pommiers », « chouette des moineaux », « chouette des granges », « chouette des tas de pierres », « chouette des églises » etc., racontent à eux seuls ses moeurs et sa visibilité dans les campagnes qui l'accueillaient ou qui l'accueillent encore. A l'affût sur le sommet d'un piquet, car sa vue pas trop perçante est un frein à la chasse en vol, sa silhouette arrondie et sa tête aplatie rendaient autrefois sa présence très familière en bordure des champs. Jusque vers 1900, elle fut parfois apprivoisée ou recrutée – ailes raccourcies – en assistance à la répression des souris ! Mais tous les noms populaires la concernant parlent le plus souvent de paysages dont la transformation, depuis la fin des années cinquante (sous l'effet du remembrement et de l'utilisation des pesticides), a fini par mettre en péril son habitat traditionnel (dans les saules têtards et autres troncs creux de pommiers ou trous cachés dans les vieux murs) et ses moyens de subsistance (insectes, mulots, souris et campagnols). Il resterait en effet dans notre pays aujourd'hui 25 à 50000 couples de ces sympathiques petits oiseaux crépusculaires capables aussi de se montrer le jour. Ce dernier numéro de « La Hulotte » alerte à juste titre sur leur sort. Sans faire l'éloge nostalgique et déplacé d'une époque révolue la revue se charge simplement en quarante pages très documentées et quelques délicieux ou facétieux croquis de rappeler comment le destin d'une petite chouette s'est indéfectiblement lié à celui des premiers défricheurs de forêts puis des cultivateurs, en les suivant depuis les steppes orientales jusque dans les pâtures clôturées d'Europe tempérée où cette migrante trouva un jour - entre autres vraies et bonnes raisons de s'installer - un asile sur des piquets. A lire pour la vraie poésie des champs et des clôtures distillée dans ce numéro remarquablement dessiné en hommage à une petite chouette menacée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Crazynath
  14 septembre 2017
J'adore, mais que j'adore la couverture de ce numéro 105 de la Hulotte.
Cette jolie petite chouette chevêche qui semble prendre la pluie avec un plaisir assez évident.
Tout au long de ce numéro entièrement consacré à celle que l'on nommait la chouette d'Athéna, on ne peut s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour cette petite bestiole. Toute petite par rapport à certains rapaces nocturnes, elle pèse à peine 160 grammes. On la trouve plutôt à proximité des habitations car elle préfère la campagne à la foret.
Ce n'est pas vraiment un modèle d'hygiène pour élever ses enfants, mais la famille est tellement mignonne qu'on lui pardonne.
Encore une fois, chapeau bas aux dessins de Pierre Déom. Il rend hommage avec beaucoup de talent à cette jolie petite créature qu'est la chouette chevêche tout au long de ce numéro. Mention spéciale pour les pages 20, 27 et 31 .

Commenter  J’apprécie          153
tchouk-tchouk-nougat
  31 mai 2017
Pour ce numéro 105, La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers va nous parler d'une toute petite chouette : la chevêche. Avec sa pédagogie habituelle, ses splendides dessins et ses petits croquis humoristiques Pierre Deom va nous en apprendre plus sur ce petit rapace nocturne de nos campagnes.
Ce petit journal reste un régal de tous les instants pour les amoureux de la nature !! A mettre entre toutes les mains!
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AlzieAlzie   11 mai 2017
La chouette d'Athéna

À force de vivre près des humains, elle est devenue un beau matin la chouette la plus célèbre du monde. Vers 525 av. J.-C. - il y a 2500 ans - les Athéniens décidèrent de graver son portrait sur une pièce de monnaie, la toute première qui ait été gravée en Europe. Son succès fut inouï puisqu'elle servit ensuite aux échanges internationaux pendant plus de cinq siècles. Mais pourquoi diable choisir précisément la chevêche, alors qu'ils avaient sous la main tellement d'autres jolis autres animaux ? La vérité est que les Athéniens de l'époque voulaient avant toute chose faire honneur à leur déesse, Athéna, la protectrice de leur ville, qui leur rendait une foule de services. Or cette Athéna (rebaptisée plus tard Minerve par les Romains) ne se promenait jamais sans une petite chevêche. Il s'agissait d'une amie à elle, Nyctéis, qu'elle avait changé en chouette pour la garder jour et nuit à ses côtés. Les Grecs eurent donc la délicatesse d'ajouter la petite bête sur le côté pile de la monnaie, le côté face représentant bien sûr le visage de leur belle déesse. (p. 10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   31 mai 2017
Ce qui étonne tout de suite, en apercevant, pour la première fois la chouette chevêche, c'est sa taille. Elle est vraiment petite, l'équivalent d'un merle. Pas banal pour un rapace!
Commenter  J’apprécie          110
Maya26Maya26   23 juin 2020
En Angleterre, on l'appelle the little Owl, la petite chouette - et cela suffit, tout le monde sait immédiatement de qui l'on parle. Hélas, en France, les choses sont plus compliquées car, au catalogue, figurent trois autres modèles miniatures : la Chouette de Tengmalm (quel nom bizarre !), le hibou petit-duc, et la plus riquiqui de toutes les chouettes, à peine la taille d'un étourneau : la Chevêchette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : chouette chevêcheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre