AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070382478
Éditeur : Gallimard (22/05/1990)

Note moyenne : 4/5 (sur 18 notes)
Résumé :


Roman historique ? Oui... car, en 1950, les taxis s'appelaient «voitures de place», à l'aube, aux Halles, une forte odeur de soupe à l'oignon réconfortait les amis de la nuit; on dansait la rumba, le fox-trot et le slow. Et même, dans les caves, endroits de perdition, on dansait le jitterburg.

Saint-Germain-des-Près était un joli village; les jeunes filles ne se mettaient pas au lit dès qu'on leur disait bonjour un peu poliment : elle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lecassin
  12 février 2012
A Venise Patrice Belmont prend du bon temps chez sa tante, Mercedes Bongiovanni, une vraie Marquise et tellement snob, elle qui prétend une liaison avec le grand Gabriele d'Annunzio. Elle sera à l'origine de la rencontre entre Patrice et Olivia, une mystérieuse jeune femme dont Patrice tombera follement amoureux…Sans retour : Olivia est avide d'argent facile et de fête…
Paru en 1950, « Je ne veux jamais l'oublier » est le troisième roman de Michel Déon. On voit poindre ce qui fera le succès de l'auteur : un détachement du « héros » des choses de la vie et de son coté matériel, adepte du « fare niente », un style qui suggère plus qu'il ne décrit. Bref, une ambiance délicieuse de hussard dont il est le dernier représentant.
Commenter  J’apprécie          140
Fantine
  27 février 2010
Ce roman a été écrit en 1950, peu de temps après la seconde guerre mondiale.
Il y règne une certaine atmosphère de libertinage, de liberté de vivre, d'espoir afin d'essayer d'oublier les années de terreur, de privations vécues pendant la guerre.
On peut dire que ce roman se partage en deux parties : l'Italie et Paris.
Venise est peu présente, seulement, dans les 2 premiers chapites, mais y joue un rôle important dans la vie du héros, Patrice Belmont.
D'abord à Venise, puis, un peu partout en Italie, Patrice prend du bon temps en compagnie de sa tante (Mercédès Bongivanni), une authentique Marquise, agaçante et snob à souhait !!!!
C'est grâce à sa tante que Patrice rencontre à Venise, une « mystérieuse » jeune femme dont il tombe éperduement amoureux, et, serait la femme de sa vie.
Mais celle çi est superficielle, frivole, avide, hyper gâtée, aimant l'argent et la fête. Elle le fera tourner en bourrique avant d'en épouser un autre …
Patrice Belmont, quant à lui, peut sembler un être cynique, blasé, peu matérialiste, mais, semble entier. Si il ne tenait qu'à lui, il passerait sa vie à ne rien faire, à mener la grande vie, mais, devant gagner sa vie, il retourne à Paris afin d'y trouver, sans grande conviction, un boulot.
Que se soit à Venise, à Milan, à Brescia, à Florence, à Cardone, l'ombre de l'écrivain Gabriele d'Annunzio plane sur la vie des héros, et, notamment sur la vie de la Marquise. En effet, l'auteur a imaginé une liaison entre la Marquise de Bongiavanni et l'écrivain. Cette dernière en garde un souvenir ébloui. Au fil des pérégrinations de la Marquise et son neveu, on a l'impression que la Marquise suit les traces de l'écrivain en « visitant » les lieux dans lesquels il a vécu.
Le periple italien est aussi l'occasion pour les 2 héros de s'arrêter à San Giovanni Rotondo où vécu le Padre Pio dont on parlait tant à l'époque
Appréciant énormément Michel Déon, j'avoue m'être régalée en lisant ce roman écrit dans un style poétique … …

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ThierryA
  03 décembre 2017
Comme d'habitude Michel Déon m'embarque dans un récit épique et romanesque à souhait : L'Italie dans les trente glorieuses, les vacances, la bohème, l'amour.. bref j'adore. C'est l'histoire de Patrice, un français dilettante, qui voyage en Italie avec sa tante et profite de toutes les beautés de Venise et de la région des Lacs. Il tombe assez rapidement amoureux d'une espagnole, Olivia, ce qui ne l'empêche pas de papillonner de maitresse en maitresse jusqu'à ce qu'il se rendre compte de son amour pour elle. de coups de téléphone en rendez vous et en échanges épistolaires, il va naître une passion entre eux, surtout du coté de Patrice, Olivia semblant plus effacée. Ils forment un couple improbable, elle toquée et capricieuse et lui confus dans sa tête et dans sa démarche.
Le récit nous montre leurs rapports sous un angle particulier qui met en évidence les conflits d'egos quand les deux protagonistes ne veulent pas montrer qu'ils cèdent l'un à l'autre ; cela crée des situations plus délicates ou complexes que nécessaire, car ils pourraient simplement s'aimer sans se prendre la tête comme on dirait aujourd'hui.
Cette histoire de passion amoureuse va se terminer comme toutes les passions... mais je ne vous en dis pas plus, d'autant plus que chacun peut s'imaginer la fin qu'il veut car l'auteur nous laisse libre choix. En effet, à la toute fin du récit, bien que Patrice réponde au télégramme de la galerie d'art de New York, on ne connait pas sa réponse ; d'elle dépend son destin, car suivant sa réponse il fera un choix qui le ramènera vers Olivia ou qui le laissera auprès de Florence à Paris.. A vous de décider.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Antoine2laRochelle
  31 mai 2016
Le premier succès de Michel Déon. Déjà une maturité étonnante, prometteuse d'un grand écrivain dans ce roman écrit à 31 ans à peine. J'ai beaucoup aimé ce livre qui se lit aisément grâce à son style classique, fluide et évocateur. C'est à la fois un roman de formation, un hymne à l'amour et à l'Italie, un adieu aux illusions de la jeunesse...Je le recommande à tous, particulièrement aux amoureux du beau style et du panache.
Commenter  J’apprécie          10
danielegodardlivet
  27 mai 2019
Je ne veux jamais l'oublier de Michel Déon est un roman d'un autre temps (écrit dans les années 50). Neveux et nièces passent leur temps chez des oncles et tantes richissimes et allumés, personne ne travaille, tout le monde cherche l'amour, la gloire et l'argent au fil d'interminables vacances tristounettes. On se laisse prendre au charme désuet de ces déambulations dans Venise, au bord du lac de garde ou à Paris. c'est doucement désespéré et élégant, excessif et minuscule.
Lien : https://www.lesmotsjustes.org
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
lecassinlecassin   12 février 2012
Vous êtes jolie, distante et ambiguë. C'est trop beau. Il y a un piège là-dessous. Je pense toujours aux annonces de mariage : rien que des qualités et une certaine fortune. Alors pourquoi ne se marient-elles pas sans le secours des journaux ? On leur écrit, on va les voir : il leur manque un œil, elles ont un bec-de-lièvre, ou un fils naturel, elles veulent partir pour les colonies. Quel est votre piège ?
- Indiscret !
- Cela vaut mieux. Ne me dîtes rien. J'ai encore deux chances : que vous soyez parfaite ou bien qu'il y ait vraiment un piège et que je ne le découvre jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   12 février 2012
Patrice la quittait avec, chaque après-midi, un peu plus de regrets. Il aimait se dire qu'il était amoureux et que cette passion grandissait de rencontre en rencontre.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michel Déon (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Déon
"Les mondes de Michel Déon" par Christian Authier (http://bit.ly/2gbBXQQ) est le livre du jour pour la Librairie La Procure !
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2033 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre