AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290252239
224 pages
J'ai Lu (13/10/2021)
3.83/5   29 notes
Résumé :
L'ailleurs : cette petite distance qu'il faut trouver pour rester profondément humain.
Je suis parfois un innocent, parfois un monstre.

Tout ce qui est entre les deux ne m'intéresse pas.

Tout ce qui est entre les deux est corrompu.

Seuls l'innocent et le monstre sont libres.

Ils sont ailleurs.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Kawane
  25 mars 2021
Bon.. après avoir lu "Monstre" et "Inoncent'"qui m'avaient plu..me revoilà repartie avec l'irrésistible Monsieur Gérard Depardieu ! Un barde qui n'a pas de frontières, aventurier des temps modernes qui n'a pas de limites, grand arpenteur du monde et des mots aux bottes de sept lieux, acteur hors norme, un homme- passion..mais en refermant le livre.. dubitative.. le discours ici est récurrent sur son enfance, ses prises de position sur la politique, les voyages, le milieu artistique..le fond me semble-t-il avoir été lâché sur le papier sans mise en forme...aussi malgré le mot "ailleurs " comme un refrain, les couplets deviennent un peu confus...et perdent de leur charme.
Je n'ai pas retrouvé la poésie des autres ouvrages...mais cette prise de paroles reste à "l'instant T" ' à l'image de son auteur:épicurien, libre penseur et vivant! Je vous retrouverai ailleurs avec plaisir sur grand écran ou en musique !
Commenter  J’apprécie          360
LiliLee
  23 décembre 2020
J'ai lu plusieurs livres de Gérard Depardieu car j'aime l'acteur, le personnage, la délicatesse qui l'habite sous cette carapace de brute épaisse et même si je ne comprends pas toujours ses choix. Il dirait certainement qu'il n'en a rien à f..... Dans ce dernier livre, même si j'ai été touchée par la beauté de ce qu'il dit sur les territoires oubliés ou inexplorés et sur son besoin de s'arracher à ce monde qu'il exècre, j'ai eu l'impression de lire un homme assez malheureux au fond. Même s'il prône le détachement matériel, le recueillement et l'ouverture à ce qui nous est étranger, on dirait que cela n'est plus suffisant non plus. En tout cas, sa colère et son ras le bol semblent décuplés. Il s'enfuit pour des périodes de plus en plus longues en espérant ne pas se réveiller le jour suivant mais on ne sent pas chez lui d'apaisement. Cela le rend attachant mais inquiétant aussi car ce livre semble écrit comme un testament, les dernières pensées d'un homme déçu par notre société, et qui n'attend plus que la mort l'emporte. Les dernières interviews que j'ai vues de lui m'ont donné le même sentiment. Sa joie de vivre semble s'en être allée...
Allez Gérard, nous on t'aime!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Garancelle
  05 avril 2021
Toujours agréable à lire Gérard Depardieu. Surtout si on aime le comédien et si on sait d'où il revient...
Dommage qu'il ait parfois un language scatologique... ceci-dit... il a toujours eu un côté Diogene... mais on sent très fort sa pensée spirituelle et surtout son humanisme sans limite qui le ferait prendre pour un saint... l'influence probable de Saint Augustin... et de son côté autodidacte pas du tout formaté qui lui donne une liberté formidable et une curiosité très éclectique.
Franchement les pages sont très épurées, style simple et surtout qui semble le plus proche de sa pensée... sans aucune fioriture.
Certes son amitié avec Poutine ne le sert pas... mais au moins il l'assume.
La fin est très testamentaire et laisse apercevoir un Depardieu très solitaire et très las... comme s'il voulait anticiper sa fin de vie... se détacher, pour peut-être moins appréhender.
Commenter  J’apprécie          60
archi41
  13 décembre 2020
Du grand Gérard, paroles sans filtre et sans concession sur la vie et notre rôle sur terre, ça tire à boulet rouge notamment sur la France et les GAFA . Superbe leçon de vie sur les voyages et la découverte de l'autre sans mots juste avec l'attitude et le regard. Ce livre ressemble à de la poésie, très beau et plein d'enseignement.
Commenter  J’apprécie          90
Jacline
  26 décembre 2021
Il ne peut laisser indifférent, le bonhomme ! Ce roman n'est pas un roman, pas non plus une biographie, plutôt une "collection" de vécus au fil des ans, des choix coups de coeur, retransmis avec plus ou moins de coups de gueule. Gérard Depardieu himself!
Je vais continuer à garder mon admiration à Uranus
https://www.youtube.com/watch?v=7B3vkccfJDI
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LeParisienPresse   12 octobre 2020
« Ailleurs », un traité spirituel et sans filtre, ode poétique au voyage et à la liberté.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
lolitajamesdawsonlolitajamesdawson   23 novembre 2020
Je suis parfois un innocent, parfois un monstre. Tout ce qui est entre les deux ne m'intéresse pas. Tout ce qui est entre les deux est corrompu. Seuls, l'innocent et le monstre sont libres. Ils sont ailleurs.

La vie peut être terrifiante. Elle n'est belle que quand on l'utilise.

Envers et contre tout. Sans cesse partir en quête d'une autre joie ailleurs, pour que ma joie demeure.

C'est en essayant de survivre que j'ai appris à vivre. Dès le ventre de ma mère. Quand elle essayait de se débarrasser de moi à l'aiguille à tricoter. J'ai lutté contre ces pointes, je m'en suis sorti. Et je suis sorti de son ventre, heureux d'être vivant. Déjà. Heureux d'avoir survécu.

Quand tu n'est pas désiré par tes parents, quand la bonne société te met de côté, tu peux vite t'enfermer dans la haine, dans la violence, dans le malheur. C'est presque un réflexe. J'aurais pu en vouloir à la terre entière, mais non. J'ai toujours senti que se replier sur soi, faire la gueule ou faire peur n'était pas une solution. Que ce n'était pas comme ça qu'on se faisait accepter. Jamais je ne me suis fermé, je suis resté ouvert, toujours souriant.

Seul le pouvoir est ridicule. Et haineux. Je n'aime pas le pouvoir car je n'aime ni commander ni obéir. La merde de l'humain commence toujours par un appétit de pouvoir. Il n'y a aucune solution à trouver de ce côté-là.

Seul l'imprévu m'attire. L'imprévu, c'est la vie, c'est ce qui nous emmène ailleurs. Vers tout ce que l'on ignore de soi. On est trop souvent sourd à l'imprévu. Il nous dérange, il nous déstabilise, il nous fait peur, on ne lui fait pas confiance. On préfère prévoir, organiser, savoir. Se cacher derrière ses certitudes, son quotidien et ses routines. Tous nos jours finissent par marcher du même pas. Mais la vie n'est jamais en sens unique. Elle est là, quelque part dans nos souterrains, et elle jaillit d'un coup dans chacune de nos émotions. Il faut juste la laisser libre.

Quand on naît, on sait tout. Puis on oublie tout. On s'encombre d'une éducation, d'un savoir, qui ne font que brouiller les choses, mettre des obstacles entre la vie et nous. On devient hésitant, on ne sait plus, on se recroqueville, on réduit ses capacités et son territoire. Il n'y a rien de plus essentiel qu'apprendre à désapprendre.

Être dans le passé, dans la nostalgie, dans ce que l'on a déjà vécu, c'est tout sauf un moyen de vivre ou de mourir heureux. C'est terrible, tous ces gens qui te racontent leur vie, qui vivent dans leurs souvenirs, leurs petites anecdotes. C'est un peu comme tous ces acteurs qui essaient de se souvenir de leur texte. Ce qu'il faut, c'est l'oublier, ton texte, abruti ! L'oublier pour être. L'essentiel, ce n'est pas de savoir, mais d'être. Et être, c'est au présent. Moi, le souvenir m'emmerde. Il n'y a rien de pire que de vivre dans ses souvenirs. Au milieu de ces peaux mortes depuis longtemps. La vie, ce n'est pas ce qui nous est arrivé, c'est ce qui est là. C'est l'instant.

Quand je suis ailleurs, dans une culture qui m'est étrangère, tout m'intéresse. La terre, ses produits, son histoire, sa géographie, son climat, les odeurs, les coutumes, les sons, les bruits, les silences, les chants, les croyances, la spiritualité, la lumière. Je regarde les gens dans la rue quand ils marchent, quand ils vont. Leur visage, leur démarche, leur respiration. Tout se mêle, c'est à la fois une musique et un tableau, bien plus encore. Une façon de vivre l'instant dans toute sa richesse.

Si tu commences à croire qu'il y a des terroristes partout, tu finis par devenir ton propre terroriste.

La peur c'est vraiment la saloperie. C'est ce qui fait tuer. Les nazis, ils sont devenus nazis pour fuir la peur. Ils avaient l'impression d'être protégés, mais la peur à fait d'eux des monstres.

Le nazisme n'a rien à voir avec l'Allemagne. Le nazisme, c'est l'homme avec son ignorance et ses violences.

Et quand j'entends le mot politique, la première chose à laquelle je pense maintenant, c'est à une mer que l'on vide de toutes ses richesses.

C'est difficile d'aimer. Parce qu'il faut accepter tout ce que ça engendre, dans le meilleur comme dans le pire. Et pour ça il faut une honnêteté pas toujours facile à tenir.

Ton corps c'est absolument pas lié à l'endroit d'où tu viens. Ça, c'est de l'idéologie nazie. Si tu commences à croire à ça, on finit par te mesurer le nez. Le sol français, ça n'existe pas, c'est le sol du monde. L'humain, ça va bien au-delà de toutes les nationalités. Au-delà de toutes leurs putains de races. L'humain, on ne doit pas le réduire, l'assigner à une résidence. Sinon, il a vite fait d'en crever. Ce qui le soigne, c'est toujours d'aller voir ailleurs.

Parce qu'un politique ne peut faire par nature qu'un acte politique, jamais un acte d'amour. C'est la raison pour laquelle en retour ils n'auront jamais d'amour.

Ça fait peur, oui, quand tu n'es que français, mais c'est magnifique quand tu comprends que tu fais partie, avant tout, de cette grande aventure humaine, qui n'a rien à foutre des races ni des frontières.

Nous sommes marqué par cinq mecs, Zuckerberg, Bezos et les autres, qui gagnent chaque jour du terrain, qui déjà nous prennent notre temps, bientôt notre corps, et qui nous lavent le cerveau. Toutes ces foules derrière leurs écrans sont comme ces foules dans les stades éthiopiens, hypnotisées par les prêches qui leur enlèvent tout.

Avec cet Internet, ces nouvelles façons de vivre, ou plutôt de ne pas vivre, et tout ce que nous vendent ces apprentis sorciers, le monde occidental est en train de devenir un vaste centre commercial, un marché du tout. Du rien, surtout. Nous sommes, un peu malgré nous devenus des consommateurs. Des consommateurs hébétés.

Aujourd'hui, ils ont la tête baissée. Leur seul horizon, c'est leur écran. La tête baissée devant l'envahisseur.

Au fur et à mesure que les machines avancent, les gens sont de moins en moins dans le monde réel. Ils passent l'essentiel de leur temps dans cette chose qui peu à peu remplace le monde. Ils sont mais ils n'existent plus vraiment. Aveugles et sourds aux choses. Les sens anesthésiés. Muets.

Avec le monde, c'est aussi le temps qui disparaît. À commencer par le présent. Je le vois bien avec tous ces gens qui, plutôt que de vivre une chose, préfèrent la prendre en photo. C'est comme si, avec ces appareils, ils voulaient doubler leur présent. Mais en le doublant, ils l'annulent. L'instant n'est pas fait pour être capturé, mais pour être vécu. C'est notre seule éternité, et on n'atteint pas l'éternité avec un clic. À partir du moment où il passe à travers un écran, le regard est perdu.

Cette chose qui t'informe de tous les malheurs du monde est comme une greffe malsaine que ton corps n'arrive plus à rejeter, le monde était sûrement pire encore dans les siècles précédents. Des massacres, du malheur, il y en avait partout, et bien plus qu'aujourd'hui. Mais c'étaient des atrocités humaines. Aucune technique ne venait te bousiller le système nerveux toute la journée avec ça. Aujourd'hui, une horreur chasse l'autre. Notre esprit vit dans la tragédie perpétuelle. On nous formate à la tragédie. À la fin, on n'ose plus bouger. C'est la peur et la stupeur.

Bien souvent, on trouve que j'ai une façon de parler un peu confuse. C'est parce que j'ai le langage des émotions que je reçois, que mon corps m'envoie. De leur vérité. Et il n'y a rien d'organisé là-dedans. Ce qui est très bien, car je déteste penser, j'aime ne pas savoir ce que je dis. Parce que fondamentalement, ça n'a pas vraiment d'importance.

Dieu, pour moi. C'est l'aventure cosmique. C'est une connaissance primordiale qui a à voir avec le soleil, les étoiles, la lune, l'air, le ciel, le cosmos, la nature. Le spirituel, c'est ce qui nous entoure. C'est le bruit du vent dans les feuilles, le passage d'un souffle dans un corps, la façon dont il est libre ou entravé, c'est l'arbre, la nature, la matière humaine, tout ça, c'est la même chose. C'est la vie. La seule chose qui me passionne.

On peut sans arrêt renaître. Il faut juste oser. Oser à nouveau l'innocence. Et avoir la sagesse d'être toujours déraisonnable.

Moi, je me fous bien de savoir où je vais être enterré. Là où je vais crever, ce sera très bien. N'importe où sur la terre, n'importe où dans la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KawaneKawane   24 mars 2021
L'aventure, c'est aller plus loin.
Et avant tout en soi-même.
C'est un chemin à l'envers.il faut passer un sas en soi. Pour être plus libre encore.
Commenter  J’apprécie          150
KawaneKawane   24 mars 2021
Le pire de tous les chemins, c'est pour ceux qui n'ont pas été aimés, mais seulement éduqués.
Commenter  J’apprécie          100
KawaneKawane   24 mars 2021
Il n'y a rien de plus essentiel qu'apprendre à désapprendre.
Commenter  J’apprécie          92
KawaneKawane   24 mars 2021
Je n'ai jamais rien appris : j'ai vécu.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Gérard Depardieu (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Depardieu
Gérard Depardieu parle de Marguerite Duras
autres livres classés : ÉvasionsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Gérard Depardieu, le héros romanesque

La première fois que j'ai rencontré Gégé, il combattait à Eylau, il s'appelait alors

Murat
Mortier
Bernadotte
Chabert

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Gérard DepardieuCréer un quiz sur ce livre