AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021306132
160 pages
Éditeur : Seuil (07/04/2016)

Note moyenne : 2.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Je pars sur les routes de France, de Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg.

Je vais m’arrêter devant des habitations, des commerces, des places de mairie.

Je pars à la rencontre des Français pour les écouter parler. De quoi ? Je ne le sais pas encore.

Je ne leur poserai pas de questions. Je vais les laisser prendre leur temps, recueillir leurs conversations, leurs accents et leurs façons de parler.

>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fanfanouche24
  08 novembre 2016
J'aurais sûrement dû aller voir le film de M. Depardon auparavant... J'ai fait la démarche inverse, et je suis restée sur "ma faim"... J'apprécie beaucoup habituellement le regard engagé de ce photographe de talent.... mais là, j'avoue ma déception... Il me faudrait pour avoir une vraie vision, aller découvrir le film, le rendu humain sur grand écran...
C'est ainsi que j'ai écrit ce billet en avril 2016, et l'ai laissé en attente dans un coin...
Arpenter l'hexagone en tous sens, installer une caravane pour laisser parler des personnes, par deux, sur tous les sujets, leur quotidien, leurs amours, leurs souhaits, leur vie de couple, l'amitié, la précarité, les difficultés du quotidien... L'idée est géniale, mais le choix trop restrictif des populations rencontrées donne une image infime, réduite de la mosaïque française, qui est
très diversifiée par ses différents milieux sociaux et communautés...
Si tous les âges sont représentés, le brassage social est étroit, des couples , femme-homme,femme-femme, homme-homme dans des situations précaires, n'ayant pas fait d'études, ni de formation longue,ou très brève !
Un côté très attachant pour faire parler ceux qui habituellement n'ont pas l'occasion de
s'exprimer, mais je trouve l'image donnée, des "classes laborieuses" trop limitative, et uniforme...
Le film donne peut-être , sûrement un dynamisme, un élan , un naturel que j'ai eu du mal à trouver dans cet ouvrage , complémentaire du film; une sorte d'albums de notes et de photographies prises en même temps que le tournage. Il me faudra dépasser la frustration de cet ouvrage, et me décider à visionner le film...
Dans ces dialogues... en sus de l'envahissement de la précarité, des peurs... de l'avenir, de perdre son toit, son travail... de nombreuses variétés de solitudes, l'isolement...à tous les âges ....Et je finirai sur l'extrait suivant...
"La solitude
J'étais toujours étonné du mot solitude. La solitude, on est toujours seul dans la vie de toute façon, même si on est entouré...Et.. .je n'avais pas la perception exacte de ce mot: solitude. Et comme je te l'ai écrit, je crois, c'est quand, après dîner le soir, à vingt-deux heures, t'es tout seul dans le fauteuil, tu regardes la télé, ou tu zappes ou tu...tu...tu t'embêtes, et là, c'est là que la solitude t'atteint.
J'écoutais une chanson de Léo ferré et puis aussi je crois de Juliette Gréco sur la solitude: on rentre dans son immeuble, et puis elle est assise là sur le palier, elle t'attend. C'étaient des mots, j'ai retenu,c'est de Léo Ferré, je crois, et ...je crois maintenant que je sais ce que c'est la solitude. Et on s'y adapte, on fait avec, mais d'autant plus difficilement qu'on a été tellement entouré par maman que... il faut réapprendre la vie un moment donné...moi je vais avoir quatre-vingt-ans, je suis bien physiquement, apparemment, mais heu..
.je réapprends à vivre. Je réapprends à cuisiner, je réapprends à sortir seul, je réapprends...enfin bref."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Bazart
  17 mai 2016

Il faut dire qu'avant d'être cinéaste, Depardon est surtout un photographe de renom et de talent, fondateur de l'agence Gamma, et cela a une forcément une incidence sur la beauté de ses plans, ainsi que sur la qualité du regard de Depardon, toujours à la bonne distance, comme seule un photographe sait y être, inventant une sorte de marque de fabrique celle du photo-reportage.
Afficher l'image d'origine
Ce concept du photo reportage est parfaitement illustré par la dernière oeuvre du maitre, que j'ai eu la chance de voir au cinéma, et que j'ai continué à plonger dans le livre qu'il a publié chez Seuil en complément de son projet cinématographique.
Pour "Les habitants", notre célèbre cinéaste-photographe - encore plus célèbre depuis qu'il avait été choisi pour faire la photo officielle du président François Hollande en 2012- a eu envie de partir sur les routes de France, dans des villes plutôt de taille moyenne, de Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg, partir à la rencontre des Français pour les écouter parler., recueillir leurs conversations, leurs accents et leurs façons de parler.
Un parti pris qui s'inscrit parfaitement dans l'oeuvre du cinéaste, qui a toujours pris soin de donner la parole aux gens qu'on n'entend pas la plupart du temps. Depardon a ici pris le parti pris de filmer ces individus toujours par deux, et leur laissent totalement libres de discuter leur quotidien, sans jamais leur imposer de sujet. Pour cela, Depardon utilise des plans séquences fixes sur ces duo discutant dans sa caravane filmés de profil, et Depardon entrecoup simplement ces séquences avec un dispositif simple, des travellings sur les routes de France, un peu comme il le faisait déjà dans jour de France, son dernier long métrage documentaire en date.
On ne saura presque rien de ces femmes et ces hommes attrapés en plein vol, mais grâce à des intonations et des vocabulaires particuliers, on arrive assez vite à les identifier et à les appréhender, pour voir devant nos yeux un portrait de la diversité française, nous donnant l'impression d'être des sortes de voisins de tablée de ces gens à la fois si loin et si proche de nous.
Résultat : on a affaire à des conversations parfois graves, parfois plus légeres qui tournent quasiment toujours autour du sujet du couple, des relations- amicales familiales- plutot pragmatiques, sans jamais que ces discussions n'interfèrent dans des sphères économiques, politiques ou culturelles, ce qu'on peut constater non sans une certaine amertume vu le contexte particulièrement difficile de cette année 2015 pendant laquelle Depardon a posé sa caméra.
Et dans la continuité du film, on peut aussi découvrir le livre photo des Habitants qui reproduit ces conversations séquence après séquence, telles qu'elles ont été enregistrées. Par discrétion, Raymond Depardon n'a indiqué ni l'âge, ni le sexe, ni la condition sociale des interlocuteurs, préférant comme dans son film nous réveler l'intimité de ces gens simplement par leurs mots, sans doute ce qui les définit le mieux.
Une fois plus Depardon nous interpelle et nous secoue pour un projet qui peut parfois laisser perplexe mais qui assurément est un enregistrement juste de notre société française et qui nous fait poser pas mal d'interrogations.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
fefe2
  04 août 2016
j'apprécie toujours les photos de Depardon ; pris sur le vif, les textes, ici, ont plutôt une valeur sociologique ; ils reflètent les modes de vie et le langage actuel. Personnellement, cela a un peu gâché mon plaisir.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   29 avril 2016
La solitude

J'étais toujours étonné du mot solitude. La solitude, on est toujours seul dans la vie de toute façon, même si on est entouré...Et...je n'avais pas la perception exacte de ce mot: solitude. Et comme je te l'ai écrit, je crois, c'est quand, après dîner le soir, à vingt-deux heures, t'es tout seul dans le fauteuil, tu regardes la télé, ou tu zappes ou tu...tu...tu t'embêtes, et là, c'est là que la solitude t'atteint.
J'écoutais une chanson de Léo ferré et puis aussi je crois de Juliette Gréco sur la solitude: on rentre dans son immeuble, et puis elle est assise là sur le palier, elle t'attend. C'étaient des mots, j'ai retenu,c'est de Léo Ferré, je crois, et ...je crois maintenant que je sais ce que c'est la solitude. Et on s'y adapte, on fait avec, mais d'autant plus difficilement qu'on a été tellement entouré par maman que...il faut réapprendre la vie un moment donné...moi je vais avoir quatre-vingt-ans, je suis bien physiquement, apparemment, mais heu...je réapprends à vivre. Je réapprends à cuisiner, je réapprends à sortir seul, je réapprends...enfin bref.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
MimilouMimilou   29 mai 2016
+ film
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Raymond Depardon (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Depardon
{Rencontre avec Claudine Nougaret et Raymond Depardon}
À l'occasion de l'exposition Claudine Nougaret : Dégager l'écoute. le son dans le cinéma de Raymond Depardon, le séminaire Cultures sonores consacre une séance spéciale à Claudine Nougaret et Raymond Depardon.
Rencontre enregistrée le 5 février 2020 à la BnF I François-MitterrandEn savoir plus : le n°87 de Chroniques (https://c.bnf.fr/Ghr)
autres livres classés : conversationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre