AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782130539582
117 pages
Seuil (30/11/-1)
3.25/5   4 notes
Résumé :

Le " silence " phénoménologique ne peut donc se reconstituer que par une double exclusion ou une double réduction celle du rapport à l'autre en moi dans la communication indicative, celle de l'expression comme couche ultérieure, supérieure et extérieure à celle du sens. C'est dans le rapport entre ces deux exclusions que l'instance de la voix fera entendre son étrange autorité. Jacques Derrida

>Voir plus
Que lire après Foi et savoirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Qu'est-ce que la religion pour Derrida ? La lecture de ce bouquin ne permet bien évidemment pas de répondre à cette question. Elle empêche même sans doute que l'on puisse penser que cette question a une réponse. Il y a dans l'écriture de Derrida une prudence extrême, car chaque mot a son importance, et elle est décisive. Esquissons cependant deux ou trois pistes de compréhension de la question, évoquons trois ou quatre idées intéressantes (bien que sans doute réduites ici à des banalités).

Tout d'abord, Derrida définit (il aurait sans doute horreur de ce terme) les deux sources de la religion, le sacré (ou l'intact, l'indemne, le sauf, l'immun, heilig, holly, Derrida reproduit à chaque fois la liste afin peut-être de montrer que l'on ne peut pas réduire les concepts à une seule expression) et la foi (la croyance, la fiduciarité). Il montre également, et en cela il réconcilie peut-être philosophie et religion, que tout savoir suppose une foi, c'est-à-dire, pour simplifier peut-être trop, que je ne sais que ce que je crois que je sais. Il montre aussi que l'on ne peut penser la religion et son rapport au monde aujourd'hui que de l'intérieur d'une tradition, que toute pensée aujourd'hui demeure chrétienne et latine, à tel point que notre époque ne serait pas celle de la sécularisation mais celle de la mondialatinisation.

Thèse intéressante, dans la mesure où elle s'intéresse à la religion chrétienne non en tant qu'institution à la peine mais en tant que mode de fonctionnement de la pensée. Cette idée est reprise à propos du pardon, qui, pour Derrida, ne peut être que gratuit, sans la moindre fonction politique ou psychologique et sans la moindre compréhension et excuse de l'acte pardonné, bien au contraire : "le pardon pardonne seulement l'impardonnable". En pensant cela, Derrida me semble fondamentalement chrétien. le pardon est une folie, comme l'amour (dont il est sans doute - j'extrapole - une des composantes) tel qu'il est défini par la tradition chrétienne (Saint Augustin : "Aime et fais ce que tu veux"). le problème de l'amour chrétien et du pardon chrétien, par la même occasion, c'est qu'il n'est pas pur. Si je pardonne, dans une optique chrétienne, c'est toujours dans le but d'obtenir le salut. Or le pardon derridien, plus beau parce plus pur et donc plus fou, suppose l'impossibilité du salut. Pardonner ne change rien. C'est un acte purement gratuit. Et cet acte change tout, bien entendu... C'est un acte religieux, puisqu'il est un acte indemne de toute fin extérieure à lui-même et donc sacré, tout en supposant la croyance de celui qui pardonne dans la possibilité d'un acte pourtant rationnellement impossible : pardonner l'impardonnable.

Lire Derrida après Onfray, ça complique les choses et ça relativise la séduction des propos de l'athéologue, qui se révèlent être, en comparaison avec la prudence de la prose derridienne, terriblement dogmatiques, aveuglément croyants.
Commenter  J’apprécie          60
Il s'agit ici de parler de religion et de pardon, dans un esprit de distance respectueuse dont le τόπος, parallèle à son sujet, est l'abstraction...
L'ensemble de cette brillante réflexion, balançant d'un concept inassignable à l'autre, est une provocation, presque édifiante, à la pensée.
Commenter  J’apprécie          10
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
[L]a religion ne suit pas plus nécessairement le mouvement de la foi que celle-ci se précipite vers la foi en Dieu. Car si le concept de « religion » implique une institutions séparable, identifiable, circonscriptible, lié dans sa lettre au jus romain, son rapport essentiel à la foi et à Dieu ne vont pas de soi.
Commenter  J’apprécie          320

Videos de Jacques Derrida (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Derrida
« On écrit toujours avec une main coupée »
Selon Hélène Cixous, l'écriture ne renvoie pas à un statut ni à une profession, mais à un acte : aussi écrit-elle en collaboration avec les voix qui l'habitent et la traversent. Dans cette perspective on peut à bon droit reprendre la formule par laquelle elle titre une séance de son séminaire : « On écrit toujours avec une main coupée». Ces ouvrages nous confrontent en effet au mouvement même de la vie et de la mort, à la joute entre Eros et Thanatos, au commerce des vivants et des morts. Ils équivalent à bien des égards à « sentir, penser, écrire avec les fantômes ». D'autant qu'à travers eux se déploie un continuel et profond questionnement : qui parle, qui écrit quand « j »'écrit ? On comprend dès lors que, dans ces conditions, Hélène Cixous soutienne : « Transformer sa pensée en poème, parce que c'est cela écrire ».
Première table ronde : - M. Marc Goldschmit, Directeur de programme au Collège international de philosophie : « Derrida, l'écriture, la littérature » ;
- Mme Marie-Claude Bergouignan, PR émérite, ancienne VP de l'université de Bordeaux IV: "Hélène Cixous et la cause des femmes" ;
- Mme Céline Largier-Vié, MCF Paris 3 : « 'Une présence incalculable' : l'Allemagne d'Hélène Cixous ».
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2654738/helene-cixous-mdeilmm-parole-de-taupe
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (30) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}