AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782277141730
Éditeur : J'ai Lu (21/03/2001)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 165 notes)
Résumé :
Très belle et adulée, Chantal est un ancien mannequin ayant brusquement renoncé à sa carrière pour une raison inconnue. En quittant Paris pour l'archipel des Iles Fidji, dans le Pacifique Sud, où sont soignés des lépreux, elle attire, d'emblée, tous les regards de ses compagnons de voyage. Subjugué, Robert Nicot entreprend de faire sa connaissance mais ne parvient pas à percer son mystère. Pour Chantal, il est encore trop tôt pour confesser son terrible secret. "Mes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
isajulia
  23 mars 2013
Guy des Cars, chez moi, c'est une histoire de famille. L'impure est le roman préféré de ma maman cela coulait donc de source que je le lise.
C'est l'histoire de Chantal, mannequin en vogue de Paris. Infecte et superficielle elle croit que tout lui est dû parce qu'elle est très belle. Sa réussite la conforte dans sa personnalité car elle croit avoir définitivement pris sa revanche sur la vie après une enfance difficile. Un jour, après des examens médicaux elle apprend qu'elle est atteinte de la lèpre, dans l'impossibilité de se faire soigner à Paris elle va partir pour une léproserie située dans une île de l'archipel des Fidji. C'est alors qu'isolée du monde qu'elle fréquente, confrontée de plein fouet aux ravages de la maladie, Chantal va beaucoup apprendre sur elle-même...
Ce roman est marquant, Guy des Cars nous offre une magnifique leçon de vie. Par l'intermédiaire de Chantal il nous démontre que l'on peut apprendre à trouver la lumière dans les moments difficiles. S'accepter soi et accepter les autres dans leurs différences, tel est le message phare de ce roman. J'ai aimé le style et l'écriture qui nous montre de manière poignante que rien n'est jamais acquis et que les épreuves ont toujours un sens, même si elles nous paraissent insurmontables. Comme ma maman j'ai adoré, j'ai voyagé jusqu'au Fidji et je me suis imaginé chaque moment et chaque protagoniste au sein de la léproserie. J'ai été touchée par l'histoire des personnages secondaires qui sont très attachants. Même si le sujet en soi n'est pas très ragoûtant, je vous conseille ce livre, vous pourriez être surpris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
KrisPy
  05 septembre 2014
Lu du Guy des Cars quand j'avais 11 ans, mon grand-père possédant une magnifique collection de livres ringards, qui ne l'étaient pas encore à l'époque, dont les fameux Guy des Cars : L'impure, La brute, La tricheuse, la maudite, L'insolence de sa beauté... et j'en oublie certainement. (Il recelait aussi TOUTE la collection des "Angélique"... J'en reparlerai...).
Je viens de relire donc, L'impure. (j'avais acheté cet exemplaire à 30 centimes chez Gibert, avec émotion, retrouvant un des livres de mon enfance...)
Et là, oh consternation !!! Ces romans qui m'avaient parus si intenses quand j'étais encore gosse, m'apparaissent maintenant sous un jour bien moins glorieux...
Quel ramassis de clichés ! Quel réactionnaire et vieux raciste que ce Guy des Cars !
Et quel cul-béni aussi !
Se dire que des tas de jeunes, comme moi dans les années 70-80, on été élevés au Guy des Cars, c'est terrible... (On se demande parfois d'où nous viennent ces rémanences religieuses, du genre culpabilité, croyances irrationnelles, inhibitions diverses...? Les lectures sont dangereuses sur les esprits jeunes et malléables, elles s'insinuent et vous marquent plus qu'on ne pourrait le soupçonner.) Et avant nous, la vraie génération des Cars, celle de mon grand-père, c'est encore pire, car ils étaient façonnés à cette image, vraiment baignés là-dedans, plein de cet esprit colonialiste et paternaliste, avec des relents de Vichy... (Oups, excusez-moi, j'ai la nausée...)(Mais que les choses soient claires, mon Papou n'était pas un collabo, au contraire, par contre ses lectures étaient basiques, c'était un vendeur de graines mon Papou, un homme qui aimait jardiner, un homme simple.)
Fort heureusement, j'ai de moi-même été vers des lectures plus saines, comme Boris Vian, mais ces livres là, je ne les ai pas trouvé dans la bibliothèque de mon grand-père, trop conformiste, mais à la bibliothèque du collège ! Comme quoi, l'éducation scolaire sert aussi à voir d'autres horizons que ceux de son petit environnement familiale, ça éveille aux autres, à d'autres mode de fonctionnement.
Le mélange des cultures, des environnements, c'est vitale ! C'est la clé du savoir et de la libre-pensée.
Sinon, pour en revenir à L'impure : une jeune parisienne, mannequin, voit sa vie bouleversée quand elle apprend qu'elle a contracté la lèpre. Elle part dans une île des Fidjies, Makogaï, l'ile des lépreux, pour y être soignée par des religieuses. Là, elle va guérir après de longues années pendant lesquelles elle aura changé profondément, et repartira pour prendre en main sa vie. Elle finira par devenir bonne-soeur à son tour, et retournera à Makogaï soigner les lépreux - cette vermine humaine, comme l'appelle négligemment Guy des Cars...
Ne lisez du Guy des Cars que si vous en avez déjà lu avant, il y a longtemps, pour comparer... C'est édifiant.
Par contre, si vous lisez du Guy des Cars parce que vous aimez ça, passez votre chemin, nous n'avons pas les mêmes valeurs... Je sens que je ne vais pas me faire que des ami(e)s...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          276
mariposa0211
  04 juillet 2013
Et bien.. Je dois dire que je suis surprise par ce livre et cette fin. Chantal se révélait plutôt superficiel au début du livre, mais au fur et à mesure de sa maladie, on découvre une femme ouverte et très forte. Elle croit finalement en plein d'idéaux, qui me touchent.
Surprenante fin mais ua bout du compte, c'est logique. Elle rend ce qu'on lui a donné.
Commenter  J’apprécie          100
sunev
  04 novembre 2015
Ce roman me fait un peu penser à un récit initiatique comme l'on en rencontre beaucoup dans la littérature pour adolescents à ceci près que l'héroïne n'est pas issue d'un milieu ordinaire ou défavorisé pour découvrir toute la magie d'un nouvel univers; mais issue d'un milieu favorisé pour découvrir toute l'horreur d'un monde à part.
Une maladie la rend "impure" et la force à repenser les priorités de sa vie.
Elle perd en partie sa beauté physique pour y gagner en beauté et bonté d'âme.
Ce livre est une grande leçon de vie et d'espoir...
Commenter  J’apprécie          70
sofy74
  11 décembre 2011
lu et relu ... je ne sais expliquer pourquoi ce livre est ancré en moi . Je ne suis pas fan de cet auteur, mais ce titre et "la voleuse" sont des titres phares pour moi
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Marie- Ange était petite. Chantai serait toujours élancée. Elles n'avaient qu'un point commun : la beauté. Moralement, Chantal se sentait très éloignée de cette aristocrate qui avait quitté une vie luxueuse pour venir s'enterrer dans une île damnée! Elle se savait incapable de renoncement et
n'avait qu'un désir : guérir pour retrouver le luxe sans lequel la rie lui paraissait ne pas mériter d'être vécue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Une jolie femme amène la perturbation sexuelle partout où elle passe et peut-être encore plus ici, où l'on n'en voit jamais. Sans doute ignorez-vous que la maladie développe les besoins physiques du mâle ? C'est la principale raison pour laquelle nous avons dû isoler les femmes à l'hôpital et ne pas les laisser cohabiter avec les hommes dans les villages.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2013
Le seul mot lèpre, prononcé mentalement, la faisait frémir d'horreur Elle se souvenait d'avoir vu, chez la vieille dame où l'assistance publique l'avait placée, une gravure représentant un roi de France visitant les lépreux : ceux-ci étaient dessinés avec des nez rongés par la maladie, des oreilles gonflées, des membres atrophiés ; tous ces déchets humains cachaient, comme ils le pouvaient, leur laideur impitoyable sous de longues robes de bure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
soso1974soso1974   01 octobre 2013
Elle entra dans l'église catholique au moment ou le cheur de jeunes filles lépreuses entonnait le KYRIE ELEISON Elle avait suivi les conseils du pasteur Wesleyen uniquement par curiosité, se souciant assez peu d'assister à une messe et voulant connaitre la physionomie de ce Tulio Morro dont la voix, si belle, n'hésitait pas à chanter l'amour dans les plantations d'hydnocarpus.
Commenter  J’apprécie          20
luis1952luis1952   22 juin 2020
Elle était une maharani , toute jeune, portant un "sari" blanc brodé d'or, avec une longue traine qui passait entre ses jolis pieds et qui avait balayé le tapis de la salle à manger quand elle était entrée ; comme bijoux elle arborait des rubis à ses oreilles, à son cou, à ses poignets, à ses doigts, à ses orteils même...
Commenter  J’apprécie          20

Video de Guy Des Cars (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy Des Cars
"Le chateau du clown" (Plon) est le 40ème roman de Guy des CARS, dont il lit les premières lignes à Bernard PIVOT. L'écrivain définit ce qu'est un roman, alors que le personnage de son livre, lui, a existé. Au cours d'un séjour dans le Sud il visite le château de GROK, château monstrueux ou le clown est enterré. Guy des CARS raconte, comment, jeune journaliste, il a fait une tournée avec le Cirque Pinder. Dans son roman il raconte l'ascension et le déclin de GROK.PIVOT lui parle de sa "pas bonne" réputation dans le milieu littéraire, celui-ci dit qu'il est "lu". Il a des lettres de grands écrivains, GIDE, VALERY, CARCO, COLETTE qui l'ont encouragé. Il parle du seul prix littéraire qu'il ait eu dans sa carrière, du Goncourt qu'il n'a pas eu, et de la bataille que ça a suscité à l'époque. De noblesse authentique, il est fier des militaires de sa famille, notamment celui de l'Algérie. Il se dit "heureux", entouré de gens intelligents...ne se voyant pas d'ennemis.Mot de la langue française qu'il n'aime pas : valableMot que vous aimez bien : l'amitié
+ Lire la suite
autres livres classés : lèpreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2373 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..