AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226444288
272 pages
Éditeur : Albin Michel (26/02/2020)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Deux soeurs. Un destin.

Américaines. Chic. Glamour. Deux sœurs intelligentes et belles. La première aura tout, la seconde en rêvera. La première épouse un président et s'érige en symbole. La seconde s'unit à un prince sans fortune et sans gloire.

Jackie et Lee Bouvier entrent dans la légende. Leurs amants s'appellent Gianni Agnelli ou Aristote Onassis. Elles fréquentent Cecil Beaton, Andy Warhol, Mick Jagger. Elles lancent les Hamptons,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
manonlitaussi
  21 mars 2020
22/ Jackie et Lee
Rien de telle pour sortir de l'ambiance pesante actuelle qu'une bonne lecture prenante qui donne une autre version de la vie de Jackie Kennedy à travers sa relation avec sa soeur Lee. Une biographie romancée, une histoire  de rivalité et d'amour complexe contée avec peps de laquelle je me suis délectée.
De Jackie, j'ai l'image d'une icône de mode, d'une petite chose fragile bafouée par son mari infidèle et De Lee…. je n'avais aucune idée, il faut l'avouer.
Et bien je ressors de cette lecture avec une représentation nuancée. J'ai découvert ce qui se cachait derrière le glamour, l'amour, la passion, les beaux vêtements de ces deux femmes qui ont été élevées  pour "épouser l'argent" par une mère à la répartie cinglante, qui étaient rivales dès l'enfance afin d'être LA préférée de leur papa, Black Jack.
Malheureusement pour Lee, c'était perdu d'avance, papa Black Jack avait déjà sa préférée, Jackie. Cette rivalité on la  retrouve pour la conquête des hommes et pour leur vie en général. 
Mais tout cela ne m'a pas empêché d'adorer ces pestes complices quand il s'agit de railler les autres, qui aiment les coups bas entre elles mais se servent de bouée de sauvetage et se tournent l'une vers l'autre quand elles sont au plus bas. Ce qui leur arrive quand même souvent.
J'ai aimé découvrir Jackie la calculatrice, la vipère, qui a construit cette magnifique image d'elle mais qui a aussi dû souffrir de tous les changements de considération  des américains au moindre de ses gestes.
J'ai aimé découvrir les hommes mis à terre par ces crapuleuses soeurs. Ce fut une lecture jouissive  cramponnée à leur destin, même si on connait le principal. J'ai apprécié le fait de ne pas s'attarder sur les choses qu'on connaît de la vie de Jackie mais de découvrir beaucoup d'autres détails.
Le dernier tiers du livre se concentre sur les ambitions ratées De Lee mais introduit aussi un  autre personnage haut en couleur qui en prend pour son grade, mais que ça ne doit pas déranger, Truman Capote. C'est alors un défilé de célébrités (des auteurs, des photographes, les stones), de mondanités et de désillusions pour Lee.
Une immersion rendue possible par toutes les descriptions des décors, des vêtements, de l'état d'esprit de tout ce beau monde qu'offre l'auteur et ses petites pichenettes aux personnages qui m'ont souvent faite sourire. L'auteur s'amuse avec eux, les manipule avec brio. Bref un livre que j'ai adoré !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lesjolismotsdeclem
  11 mars 2020
Des soeurs Bouviers, je connaissais surtout Jackie Kennedy. En tant que First Lady du président assassiné durant son mandat, j'ai nommé John Fitzgerald Kennedy. Mes cours d'histoire de Terminal évoquant surtout la Guerre Froide, je me rappelle surtout la crise des missiles de Cuba. Et le meurtre à Dallas. Quant à Lee Radziwill, son nom m'évoquait rapidement une lecture d'été( comprendre peu de mots lus, mais un visionnage compulsif de photos) dans un Paris Match quelconque quelque peu anti daté. Voici peu où prou l'état de mes connaissances quant à ses deux soeurs.
Avec ce roman biographique hyper documenté qu'est Jackie et Lee, Stéphanie des Horts nous dresse sans pathos, ni emphase, avec la froideur et la précision d'un chirurgien les faits marquants des vies de ses deux soeurs. Inextricablement liées. L'aînée, qui vend son bonheur au profit d'un statut social. La cadette, qui envie son aînée au point de ne jamais goûter ce bonheur qu'elle a pourtant à portée de main. « Deux soeurs. Un destin. Américaines. Chic. Glamour. Deux soeurs intelligentes et belles. La première aura tout, la seconde en rêvera. La première épouse un président et s'érige en symbole. La seconde s'unit à un prince sans fortune et sans gloire. Jackie et Lee Bouvier entrent dans la légende. Leurs amants s'appellent Gianni Agnelli ou Aristote Onassis. Elles fréquentent Cecil Beaton, Andy Warhol, Mick Jagger. Elles lancent les Hamptons, font vibrer Palm Beach. Sur la côte amalfitaine, Benno Graziani shoote à tout va pour Paris Match, c'est la dolce vita… Et soudain, le drame : Dallas, 22 novembre 1963. Jackie va enfin faire profil bas, songe Lee. Elle se trompe, Jackie se prend pour le soleil et Lee marche dans l'ombre de son aînée. de l'Inde de Nehru à la Ve avenue, du bal Noir et Blanc de Truman Capote aux pontons de Martha's Vineyard, Jackie Kennedy et Lee Radziwill s'affrontent à coups de secrets inavouables, de serments bafoués et de testaments que l'on préférerait oublier. Alors, les soeurs Bouvier, des filles infréquentables ou les dernières princesses de l'Amérique ? »
La Guerre Froide. Je crois que cette crise définit parfaitement leur relation fusionnelle faite de coup bas et de coup en traître. Basée sur l'amertume et la jalousie, la vanité et l'idée puissante qu'elles sont nées pour accomplir quelque chose dont nul autre ne pourra se vanter. Deux femmes, maîtresse de leur destin, à qui tout réussi. Deux femmes qui ne m'ont jamais autant semblé antipathique, par leurs attitudes. Elles sont le nombril de leur monde, écrasant tout sur leur passage – maris, amants, enfants compris. Elles ont vendu leurs âmes pour briller dans un firmament éphémère. Deux soeurs pour un royaume qui n'était pas de taille à supporter deux égos aussi démesurés.
Je lis très rarement de roman biographique, voire jamais. Ma lecture de Jackie et Lee de Stéphanie des Horts a changé la donne. J'ai aimé lire la vie de ces deux femmes, que j'assimilais à des images de papier glacé. Qui se dont données les moyens de vivre cette vie hors du commun. Vie qu'elles se sont partagées, pour le meilleur, mais surtout pour le pire. de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas qu'elles n'ont eu de cesse de franchir.
Belle lecture à vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lulu8723
  26 juillet 2020
Stéphanie des Horts
Jackie et Lee.
En refermant le livre de Stéphanie Des Horts, les premiers mots qui me viennent à l'esprit : « deux petites garces ». Jackie Bouvier a quatre ans à la naissance de sa soeur Lee. Ces deux jeunes filles entreront dans la haute société. Elles courent toutes les deux après des hommes puissants et riches. c'est leur principal objectif. Tous les coups sont permis pour atteindre ce but. c'est la course à l'échalote. Lee, la cadette est la plus jolie, s'unira, en mars 1953, au prince polonais Radziwill, un prince plus ou moins déchu et moins argenté que ne l'espérait sa jeune femme. Jackie Bouvier, plus athlétique mais aussi plus brillante intellectuellement vise habilement un fils Kennedy, John-Fritzgerald. Elle l'épousera en septembre 1953. Il faut dire que les parents de ces jeunes filles ne regardent pas à la dépense pour faire entrer leurs filles dans les clubs de la jeunesse nantie, au blason doré. le carnet d'adresse des parents contient les rejetons de la haute aristocratie du monde entier, que ce soit sur le continent américain ou en Europe. Aussi nous fréquentons de riches industriels, les Agnelli, les Niarchos, des aristocrates, de puissants hommes politiques, découvrons le monde de la littérature, celui du cinéma, de la chanson... Et nous voyageons, aux frais de la princesse à travers la France, l'Italie, l'Angleterre, l'Inde... Nous passons nos vacances sur la cote amalfitaine, Bien sûr nous revêtons les tenues dessinées par les grands couturier, Yves Saint-Laurent, Dior, …. Nous serrons la main de nombreux hommes politiques, Nehru, De Gaulle, Adenauer, Khrouchtchev. Nous ferons même la tournée des Rolling-Stone.
Cette biographie montre tout l'amour qu'éprouve ces deux femmes , l'une envers l'autre, mais aussi toute la haine distillée par l'une et par l'autre, et surtout, envers l'autre par l'une. Jalousie, ambition, arrogance, mais aussi beaucoup de vices. L'argent est le principal nerf de la guerre fratricide que ces deux soeurs ne cessent de se livrer. Un véritable combat. L'une ou l'autre , aucune n'hésite à voler l'amant, l'époux de l'autre. C'est une guerre perpétuelle. Stéphanie décrit avec beaucoup de justesse les états d'âme de ces deux femmes. Jackie, très arrogante a toujours peur que sa jolie soeur lui vole la vedette et bien souvent elle lui donnera de mauvais conseils afin qu'elle tombe en disgrâce...et ainsi elle bénéficiera de la victoire, de la notoriété.
Peut-on dire que ces deux personnes, qui ont mené grand train de vie, ont été heureuses. Jackie se voyait «First lady » aux États-Unis. Son époux la trompe au quotidien. Malheureusement elle perd de jeunes enfants et son mari sera tué à Dallas en 1963. Mais sa période deuil ne durera pas ; elle a des vues sur un milliardaire : Aristote Onassis. Ils vont se marier. Cette union est une véritable prison pour Jackie….
Jackie et Lee s'aiment, s'adorent mais se déchirent, rendent coup pour coup. La vengeance de l'une entraîne une nouvelle attaque de l'autre. Elles s'aiment , se détestent et même se haïssent. La haine et l'amour sont deux sentiments très proches… Cette biographie est bien documentée et nous retrace une page d'histoire, mais aussi tous les scandales qui entachent tous ces évènements. Cette existence qui nous paraît dorée, vue de l'extérieur, est-elle si brillante que cela. Ces deux êtres n'ont pas été très heureuses tout au long de leur vie... Je pense également, en refermant cette biographie consacrée aux soeurs Bouvier à la chanson de Claude François : « Pauvre petite fille riche ». Ce livre est très agréable à lire, bien écrit et apporte un éclairage particulier sur la vie de ses femmes. Merci Stéphanie.

Lien : https://lucette.dutouràorange.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MjeyW
  24 juillet 2020
Depuis toujours les soeurs Bouvier séduisent et fascinent l'Amérique.
Tantôt complices tantôt ennemies, leur relation n'a été bien souvent que rivalité et jalousie.
L'une épousera un Kennedy et deviendra la femme du président, quant à l'autre, elle vivra malheureusement toujours dans l'ombre de son aînée.
Jackie et Lee sont belles et ambitieuses. Vivant dans un monde chic et glamour, elles sont prêtes à tout pour briller.
L'auteure Stéphanie Des Horts est une talentueuse conteuse. Avec son dernier roman, elle signe un récit passionnant, relatant la vie de deux femmes iconiques.
Commenter  J’apprécie          120
Little_stranger
  11 août 2020
J'aime beaucoup le ton de l'auteur S. des Horts : souvent caustique, sarcastique et en même temps l'impression qu'elle porte une réelle tendresse pour ces personnages. Son style est incisif et ses romans sont des page-turner rich and famous épatants.
Son dernier roman nous conte l'histoire de deux frangines, deux gamines élevées dans un univers très douillet et confortable et qui ont un sacré problème d'Oedipe ... Ah, daddy, cet homme formidable dont on est soit la préférée, soit la plus intelligente, soit la plus jolie, mais qui se caractérise par son absence. Elevées, si l'on peut dire par une mère plus soucieuse du compte en banque de leurs futurs conjoints, que par l'objectif de les rendre indépendantes, Jacqueline et Lee, passeront toute leur vie à se mettre en scène, à n'exister que dans l'oeil de l'autre. Alors, certes, leurs vies ne furent pas forcément très heureuses, mais l'argent apaise bien des souffrances. Drôles de femmes, icônes de mode, mais sous la soie, ce n'est pas très joli. Une histoire triste indubitablement ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   18 avril 2020
Mais Londres révèle l'âme de son peuple, et impose sa loi : l'heure du thé, son raffinement et la cruauté qui l'accompagne. Tout ce qui compte, c'est la discrétion, et Lee en fait trop selon Somerset qui finit par la plaquer. Tant mieux, elle est terrifiée à cheval. Comme Jackie, Lee possède cette vitalité, cette énergie, cette malice dans le désir. Elles sont identiques et contraires, complémentaires et indissociables. Elles mènent la même lutte, être aimées pour le côté grisant de leur conversation comme pour leur charme. Adorées pour leur génie créateur, comme pour leurs exigences. Elles ont la passion de la séduction et le besoin de l'exprimer. Ces filles-là rebondissent toujours, et bien plus haut que l'on ne s'y attend. Ambition, passion, orgueil et jalousie dont de sacrés moteurs, alors attendez-vous au pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2020
Je ne la connais pas. Il ne faut jamais parler aux inconnus. Je n’ai pas peur, mes amies sont avec moi. Et mon chien. Papa est le plus beau garçon du monde, on l’appelle Black Orchid ou encore Black Jack. Pourquoi faut-il que ce soit elle qui lui ressemble ? Pourquoi faut-il que ce soit elle qui porte son nom ? Jackie pour Jack Bouvier. Et moi Caroline Lee, comme maman, Janet Lee.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   02 avril 2020
Sa bouche est sensuelle, sa chevelure folle s’envole à chaque mouvement. Lee est féminine, aérienne. Elle est bien plus jolie que Jackie. Pourtant on ne voit que Jackie. Lee est intelligente, vive et sensible, très douée pour les arts. Mais Jackie a multiplié les études, s’est spécialisée dans la culture et l’histoire françaises. Elle use allègrement de la langue de Racine et mêle avec ridicule le français à l’anglais dans la conversation. Quiconque ose afficher sa surprise, subit son profond mépris. Lee s’en émeut, Lee s’en énerve, Lee s’en amuse. Elle regarde sa sœur accaparer l’enseignante qui ne lui a jamais accordé plus de cinq minutes d’attention. Et si elle tirait profit de ces fiançailles avortées…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lulu8723lulu8723   26 juillet 2020
Khrouchtchev et Kennedy n'ont rien à envier aux soeurs Bouvier. Dans le style promesses non tenues et trahisons à gogo, les chefs d’États valent les plus belles garces du pays. La coexistence pacifique, et puis quoi encore? Il a même fallu que le bon Dieu s'en mêle, Jean XXIII en l'occurrence, pour que les choses s'apaisent. Amen !
page 132
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 avril 2020
Qui sont les stars venues chanter pour le Président ? La Callas, Harry Belafonte, Bobby Darin ? Mais personne ne connaît ces gens-là. Ils n’ont jamais existé. Rien n’a jamais existé. Tout a été aspiré dans un trou rose pâle. Un trou blond platine. Elle est là. Le sexe incarné. Elle est là dans sa robe pailletée d’or, mais elle aurait les cuisses ouvertes que ce serait pareil. Sa robe qui craque et s’ouvre à l’arrière. Dans les coulisses, les gens sont pétrifiés. Elle ne porte rien en dessous. Son cul, on voit son cul. Elle s’agrippe au micro, elle va s’affaler. Non, elle inspire. Le son de cette inspiration. Comme un orgasme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Stéphanie Des Horts (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Des Horts
La presse en parle - Jackie et Lee - Stéphanie Des Horts
autres livres classés : biographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
978 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..