AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226403155
256 pages
Éditeur : Albin Michel (31/10/2018)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 28 notes)
Résumé :
" Elles avaient tout : la beauté, l'intelligence, l'élégance, la fortune. En épousant les richissimes Onasis et Niarchos, elles ont cru atteindre leur idéal.
Elles ignoraient que ces séducteurs, hommes d'affaires redoutables et ennemis jurés, ne vénéraient qu'un dieu : l'argent. ..."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
kielosa
  06 décembre 2018
Est-ce le résultat d'une culture trop ancienne ou la faute de trop de bateaux et d'oseille ? Toujours est-il que la vie des filles du patriarche des armateurs grecs, Stavros Livanos (1891-1963), Eugenia, née en 1926, et Athina "Tina", née en 1929 n'a pas été des plus simples. Leur père avait l'habitude de ne prendre jamais du crédit à la banque et de payer ses bateaux rubis sur l'ongle. Lorsqu'un beau jour quelqu'un s'en étonna et lui en fit la remarque, le père Livanos répondit : "Je n'ai pas d'argent, j'ai des bateaux".
Une façon de voir bien sûr, car dans plusieurs langues l'expression "riche comme" se termine souvent par un renvoi à ces armateurs grecs, au lieu du classique comme Crésus (115-53 av. J.C.). Et les fortunes de lui, Stavros Niarchos (1909-1996) et Aristote Onassis (1906-1975), que nous allons rencontrer plus loin à côté d'Eugenia et Tina, ont été proprement colossales.
Il est évidemment logique de se marier dans son entourage, mais lorsque ce cercle devient si restreint qu'un homme décide de marier les 2 filles de son collègue et rival comme Stavros Niarchos, d'abord Eugenia en 1946, ensuite Tina en 1971, cela devient un peu compliqué, surtout si la dernière nommée avait déjà épousé l'autre du trio, Onassis.
C'est comme si les soeurs Livanos ont voulu illustrer de façon dramatique que l'argent ne fait pas le bonheur. En dépit du fric et des facilités qu'il permet, elles sont mortes toutes les 2 jeunes : Eugenia à 44 ans, en 1970 d'une overdose de barbituriques et Tina à 45 ans, en 1974, officiellement d'un oedème des poumons, mais il y a été également question d'une overdose de drogues.
Ce n'est pas absolument indispensable, mais si vous aimez les mondanités, cela vous aidera sûrement à apprécier cet ouvrage, car l'auteure vous emmène aux endroits exclusifs fréquentés par la jet-set : l'hippodrome d'Ascot, les bals de l'Aga Khan, la station de ski de Courchevel etc.
Le récit démarre avec le mariage d'Aristote Onassis, qui a 40 ans, avec la cadette des Livanos, Tina, qui en a 17. Ils auront 2 enfants ensemble, tous 2 décédés : Alexandre (1948-1973) mort à 25 ans dans un accident d'avion et Christina Onassis (1950-1988) à 37 ans d'une crise cardiaque. Christina s'est mariée 4 fois, avec Joseph Bolker en 1971, Alexandre Andreadis en 1975, Sergueï Kauzov en 1978 et Thierry Roussel en 1984. Avec ce dernier elle a eu une fille, Athina Onassis, née en 1985 et prénommée ainsi en honneur à sa grand-mère.
Tout le monde se souvient certainement de la liaison d'Aristote Onassis avec la diva Maria Calas (1923-1977), commencée en 1959. La "Bible de l'opéra" (son surnom) restera fidèle à son Aristote jusqu'à la fin, malgré son affaire avec Caroline Lee Bouvier-Radziwill (née en 1933), la jeune soeur de Jacqueline Kennedy-Bouvier (1929-1994) et son mariage avec la veuve du Président John Fitzgerald Kennedy, en 1968. La grande cantatrice sera la seule à aller visiter l'armateur grec à l'hôpital américain de Neuilly, où il est mort d'une pneumonie en 1975.
Si j'ai dressé ce petit aperçu plutôt fastidieux de liaisons, mariages et rejetons c'est dans le but de vous offrir quelques points de repères utiles, si vous vous lancez dans la lecture des aléas de la vie mouvementée des soeurs Livanos et consorts parmi les "happy few" (ou supposés tels), que je ne vais pas résumer ici. Pas plus, par ailleurs, que les nombreuses affaires d'héritage et de procès retentissants.
Appartenir à cette élite fortunée n'est, en tout cas, pas de tout repos. Non pas que j'en sois envieux. Comme vous allez constater - si vous ne vous en doutiez pas déjà - il y a pas mal de ragots, jalousies, rivalités et médisances parmi la crème de la crème. Feuilleter leurs prouesses dans les magazines "people", chez mon coiffeur de temps en temps, me comble largement.
Il s'agit du premier livre que j'aie lu de Stéphanie des Horts, romancière et critique littéraire, née de Courmon en 1965 à Tours. "Les soeurs Livanos", paru en octobre dernier, est sa 8ème oeuvre littéraire en 10 ans. Son début concernait une biographie intitulée "Pamela" de Pamela Beryl Digby (1920-1997), épouse du fils de Winston Churchill, Randolph ; Leland Hayward (un agent artistique américain) et Averell Harriman, gouverneur, secrétaire d'État au commerce et ambassadeur américain à Londres et à Moscou. Bill Clinton a nommé "Pam" ambassadrice US à Paris (1993-1997). J'avais déjà lu sur cette dame la biographie écrite par Sally Bedell-Smith "Reflected Glory : Life of Pamela Churchill Harriman", paru l'année de sa mort. Sinon, je me serais peut-être attaqué à l'ouvrage de Stéphanie des Horts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
Aufildeslivres
  18 décembre 2018
Elles ont défrayé la chronique des années 50 à 70, étalé le faste et leurs frasques, l'argent, l'indécence, la démesure.
Elles, petites filles richissimes et gâtées, jeunes femmes avides et formatées à l'idée du mariage avec de riches partis. Evidemment. Elles ont trouvé hommes à leur mesure, l'une choisit Onassis, l'autre prendra Niarchos. Deux redoutables rivaux.
L'argent coule à flot dans les somptueuses villas ou à bord du Cristina O, les fêtes sont grandioses, arrosées de champagne et nourries au caviar. le gotha est présent, les stars, les politiciens, les financiers, les robes scintillent, les diamants s'étalent en rivière.
Le bonheur ? Une façade. Les coups pleuvent, les hommes sont volages, les pilules et l'alcool sont le lit de l'oubli.
Très documenté, truffé d'anecdotes tirées des journaux de l'époque, les faits sont épluchés et livrés sans chichi, de la belle apparence aux alcôves malheureuses. Tina et Eugénie souffrent. Des tragédies de femmes soumises aux hommes pour des richesses et la célébrité, une façon d'exister au-delà des violences et des couleuvres avalées. L'amour, les illusions, elles en mourront. Jeunes et brisées.
Stéphanie des Horts ressuscite les soeurs Livanos pour quelques pages captivantes d'une écriture vive et percutante au rythme de la vie qui file, du bonheur aux larmes, de la folie à la chute. Elle nous raconte ces femmes et leurs souffrances, des étoiles oubliées qui ont cru au bonheur dans un monde d'apparences et d'hypocrisie.
Des destins qu'on lit à la fois subjugué et écoeuré. L'argent fait-il le bonheur ?

Lien : http://aufildeslivresblogetc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
MariondeMontmorency
  26 mars 2019
Connaissez-vous l'histoire des soeurs Livanos ? Filles d'un grand armateur grec, Eugénie et Athina ont le monde à leurs pieds. Beauté, gloire et richesse sont leur quotidien, et rien n'est trop beau pour ces jeunes filles de bonne famille. Quand l'une épouse le célèbre Onassis et l'autre son redoutable ennemi, Niárchos, la guerre de pouvoir ne fait que commencer.
À travers cette biographie, Stéphanie Des Horts nous entraîne dans le monde impitoyable du luxe et de la richesse. Véritables poupées entre les mains de leurs maris respectifs, les deux jeunes femmes se bercent d'illusions dans leurs jolies cages dorées. Car derrière leurs caprices futiles, se cachent des enjeux bien plus importants, et les deux héroïnes ne sont que des jouets dont on se lasse très vite. Si le milieu de l'élite fortunée peut faire rêver, l'autrice démonte peu à peu le rêve étincelant. Derrière ce jeu de faux-semblants et les sourires de façade se cachent des secrets bien sombres : mensonges, jalousies et drames familiaux sont en réalité le quotidien d'Athina et Eugénie. Moi qui aime les femmes fortes aux destins remarquables, je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir une pointe de dégoût à chaque page, tant ces femmes sont victimes malgré elles d'hommes avides d'influence et de grandeur. Onassis et Niárchos sont plus mégalomanes l'un que l'autre, et manquent cruellement d'humanité et d'élégance, à tel point que je me suis plusieurs fois demandé qui pouvait encore admirer des hommes pareils. Je n'ai jamais été attirée par la gloire ou le pouvoir, et ce livre est une illustration de l'indécence de notre monde, si bien que j'ai refermé les dernières pages avec scepticisme. .
Je lis peu de biographies et préfère la fiction, mais Stéphanie Des Horts nous propose ici un livre romancé au style très accessible, que j'ai terminé en quelques heures. Je ne connaissais rien de ce monde fermé au prestige fané, mais cela me conforte une nouvelle fois dans le choix d'une vie simple, sans prestige, mais heureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Shabanou
  02 octobre 2019
"Les soeurs Livanos" " de Stéphanie Des Horts (256P)
Ed. Albin Michel
Bonjour les fous de lectures….
Vous cherchiez un livre sur les armateurs grecs, passez votre chemin...
Vous cherchez un livre "people", celui-ci est pour vous !!!
Quelle vie superficielle et sans aucun intérêt que celle de ces deux soeurs qui ne cherchent que faste et opulence quel qu'en soit le prix à payer.
Elles ont eu tout, connu la jet-set, jalousent tout le mode, vénèrent les billets verts et se damneraient pour le pouvoir.
Le bonnheur ? elles s'en foutent.. seul compte la puissance et la gloire.
Les cops pleuvent.. peu importe
Les enfants ? pas leur problème
L'alcool et les petites pilules de couleur apportent l'oubli et noient une certaine lucidité qui pourrait parfois les habiter.
L'écriture est certes fluide et l'auteur a fait un long travail de recherche mais cela ne suffit pas à rendre la lecture addictive.
Malgré quelques passages intéressants, je me suis franchement ennuyée avec cette biographie de ces deux soeurs superficielles à souhait.
Je referme le livre au bord de la nausée
je recommande cependant chaudement ce livre pour les amateurs de "people" et presse a scandale
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VivianeB
  21 août 2019
Deux soeurs, deux destins identiques, deux amoureuses d'hommes aux caractères forts voire violents. Plongée au coeur d'un monde où l'argent fait tout sauf le bonheur. J'ai été touchée par ces deux femmes mal aimées et en recherche d'amour.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2019
Demain, je ferai les gros titres du New York Times. On dira que je suis ravissante, même si mon nez est un peu long à mon goût. On qualifiera Ari de bandit, mon pirate pour la vie.
Car mon époux est originaire de Smyrne. Il est le fils d’un petit marchand sans le sou. On ne lui pardonne pas ses faux airs levantins, ses intonations rauques qui fleurent bon l’exil. On ne lui pardonne pas son rire guttural et ses amis argentins. Il a le corps en alerte de celui qui a fui pour sauver sa peau. Sa peau tannée par le soleil de Buenos Aires. On ne lui pardonne pas d’avoir disparu plusieurs années et d’être revenu milliardaire. On ne lui pardonne pas d’avoir soulevé l’attention de Hoover et celle de Truman. On ne lui pardonne pas son audace, son argent gagné à la force du poignet et ses accointances avec d’anciens nazis. On médit sur ses cheveux gominés, son air de mafieux en goguette, ses mains de catcheur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2019
Onassis doit s’établir, il est dans la fleur de l’âge. Son épouse brillera au Prix de l’Arc de Triomphe, à Ascot, au bal de l’Aga Khan ou dans l’une des multiples sauteries d’Elsa Maxwell. Elle sera mince et fine, presque frêle. Ses cheveux miel retomberont en boucles lourdes sur sa nuque. Ses yeux pétilleront d’intelligence. Et son sourire sera dévastateur. Onassis se trompe rarement. La route est un ruban tortueux bordé de cottages aux balcons fleuris. Elle sillonne le cœur de villages bucoliques, la rue principale, ses enseignes dorées, et puis le cinéma, la mairie, le coffee-shop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2019
Quel cliché ! Eugénie jette sa cigarette dans le sable, attrape son panier, ses lunettes de pimbêche et file sans un mot. Que sa sœur se comporte comme une putain, c’est son droit, mais elle ne lui accordera pas sa bénédiction.
Il faut dire qu’elle est jolie, la cadette des Livanos. Ses seize ans, son insolence, sa peau brunie. Elle pénètre dans l’eau à la suite du Grec, ils nagent jusqu’au bateau dans lequel ils embarquent. Elle se laisse happer par son corps tortueux et musclé. Il dégage quelque chose d’insensé, de chaud et suave à la fois. Qu’il la prenne, l’embrase, elle en crève d’envie. Onassis plaque Tina au fond du bateau et lui vole sa virginité avant qu’elle ait eu l’idée de dire non. Elle n’aurait pas dit non. C’est brutal et ça lui plaît. Elle aime être dominée, elle se donne, il est son maître. Il joue avec ses fesses, ses seins ronds qu’il dévore à pleine bouche. Tina Livanos se gave de luxure, son amant est un fauve avide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2019
Je m’appelle Tina, j’ai dix-sept ans et je vais épouser le Grec le plus riche du monde. Plus riche que Papa. Plus riche que Niárchos, Kulukundis et Embiricos réunis. Aristote Onassis. Ari et ses cheveux gominés aplatis sur les tempes, ses souliers en croco et ses costumes froissés. Ari, son passé de métèque, ses mauvaises fréquentations et ses liberty ships. On parle de lui, je veux qu’on parle de moi avant tout. Tenir le devant de la scène. Avec Ari, mon amour. Être adulée, admirée, enviée. Ne plus jamais être la seconde. Mariée avant Eugénie et ses quelques années de plus que moi. Mariée avant Georgie Boy, mais c’est un garçon, donc ça ne compte pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   24 avril 2019
Il est impitoyable en affaires, fidèle en amitié. Il a été élevé dans la fascination d’Homère, dans la chambre de chacune de ses maisons, on trouve un exemplaire relié de l’Odyssée. Il croit en la chance et au destin. Il ne prend jamais l’avion le mardi, ça porte la poisse. Ce qu’il aime avant tout, c’est fracasser les assiettes à la grecque dans les boîtes de nuit. Ça fait un peu désordre à New York, mais on lui pardonne tout. Au Morocco, au Stork Club, au Copacabana, on encaisse les chèques en fermant les yeux. Onassis aime la fête, manger avec ses doigts, rouler à vive allure la nuit. Son plus grand luxe, c’est de n’être jamais là où on l’attend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Stéphanie Des Horts (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Des Horts
📻 L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • 📚 Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! ❤ 👉🏻 • • 📚 Grand café Martinique de Raphaël Confiant aux éditions Mercure de France 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1029530... • 📚 L'Énigme de la Chambre 622 de Joël Dicker aux éditions de Fallois 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1036950... • 📚 La Disparition de Stephanie Mailer de Joël Dicker aux éditions de Fallois 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1002577... • 📚 Comme un enchantement de Nathalie Hug aux éditions Calmann-Lévy 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1034672... • 📚 Une vie entre les pages de Cristina Caboni et Marie Causse aux éditions Presses de la Cité 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1032924... • 📚 Jackie et Lee de Stéphanie des Horts aux éditions Albin Michel 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1034862... • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com • 📺 Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • 👀 Notre Newsletter 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, @Gérard Collard & @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
949 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre