AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782894193549
588 pages
Éditeur : Herbes Rouges (08/10/2013)
4.09/5   22 notes
Résumé :
Dix jours de chaleur intense, humide, crasseuse; vingt six personnes, vingt six histoires liées à cet immeuble minable baptisé le Galant. Une seule réalité, impitoyable, dure, vraie. La vie, sans mode d'emploi.

A la fois récit d'actions et de trahisons intimes; thriller policier, récit pornographique, conte cynique et matérialiste; La canicule des pauvres présente un réalisme cru et sensible, parfaitement dénué de morale. Une réalité où l'humain n'est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
sweetie
  06 août 2017
J'avais noté ce titre dès sa parution en 2009 autant pour les critiques louangeuses que pour son propos. Pourtant, j'ai hésité longtemps à en commencer la lecture. Pourquoi? Parce que c'est un roman québécois et que j'ai plus souvent besoin d'exotisme en littérature... Je n'aurais pas dû tant tarder. Comme une canicule se dessinait sur notre territoire, autant battre le fer pendant qu'il est chaud. Et je ne l'ai vraiment pas regretté. Un roman choral autour d'un immeuble à logements le Galant, « trop jeune pour être vieux et trop usé pour être neuf » qui abrite en son sein sordide une galerie de locataires très typés. Durant dix jours, tous subiront la chaleur accablante sévissant sur Montréal en ce début de juillet. L'écriture de Jean-Simon Desrochers est jouissive, ses dialogues rappellent ceux de Michel Tremblay et son langage cru ne nous épargne aucune scène sordide et dérangeante. Et il y en a! Humour, pornographie, morbidité, toxicomanie, prostitution, pauvreté, vieillesse, maladie, criminalité : cet immeuble, un microcosme en soi, nous dévoile toutes les turpitudes humaines dans des huis-clos étouffants avec quelques envolées salutaires hors du temps et de la ville. Une découverte littéraire surprenante. Et je ne peux m'empêcher de terminer mon appréciation par les remerciements de l'auteur qui conclut ainsi : « Et parce que l'ironie dépasse les prétentions à la sagesse, je dédie ce livre à ceux qui ne lisent pas. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ulalumiere
  12 avril 2018
Je me crois bibliophile, cultivé et ouvert d'esprit. Je suis en train de lire ce roman parce qu'on m'y force, et bien franchement, je n'apprécie pas. Peut-être y manque-je un grand dénouement, une conclusion épiphanique, mais ce roman m'exaspère au plus haut point et je ne comprends point son attrait. Nous avons une variété de perdants, de drogués, de dégénérés et d'êtres humains brisés. J'imagine que nous sommes supposés, non pas éprouver de la pitié facile, mais découvrir un certain épanouissement. Je ne sais pas. Je le découvrirai peut-être plus loin lors de mon labeur. le fait demeure que très peu de ces nombreux personnages invoque une sympathie. C'est comme une vision parfaitement cynique des ces . La pornographie est gratuite, n'a rarement de contexte, elle n'existe que pour exister. Elle est graphique, sans réelle beauté ni charme. Elle me semble n'être que le catharsis d'un pauvre petit individu qui avait vraiment besoin de décharger ou bien qui cherchait à provoquer sans y mettre trop d'effort. le contenu a très peu de valeur littéraire. L'oeuvre d'un Marquis de Sade à rabais. J'ai peine à croire que j'ai pu en lire plus de 400 pages et n'y voir aucun intérêt, absolument rien qui me connecte au récit, et pourtant je suis issu d'une famille dans la misère. Tout me paraît insipide, gratuit et complètement intéressé quoique non intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
Errant
  21 août 2020
En débutant cet insolite roman, j'ai songé aux “Chroniques de San Francisco” d'Armistead Maupin où l'on suit, comme ici, la vie des locataires d'un même édifice à logement. Mais la parenté s'est arrêtée assez vite puisque le style est définitivement plus nerveux, les propos beaucoup plus trash et le nombre de personnages plus imposant. Construit en très courts chapitres, non seulement le rythme est haletant mais la lecture est facile malgré ses plus de sept cents pages et la quantité des histoires à suivre. Quant au fond, je dirais qu'il s'agit des scènes de la vie quotidienne d'une faune très spéciale: groupe punk, pornographe, ex-mafieux, starlette en devenir, immigrants en mal d'intégration, bédéiste japonais etc. Il y a énormément de sexe (cru, très cru) et de drogues, surement trop au goût de plusieurs. Mais pas que, car si on s'arrête aux thèmes abordés, toujours sans jugement ni morale, la liste est impressionnante: sida, cancer, machisme, santé mentale, toxicomanie, suicide, solitude etc. Ici et là on trouve aussi des réflexions sur le sens de la vie, parfois amères, parfois d'une justesse inattendue. Cette lecture m'a nettement sorti de ma zone de confort, a confronté certains de mes préjugés tout en étayant d'autres... Ce livre ne sera fort probablement pas un succès de librairie, mais je suis très content de m'y être frotté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Neneve
  07 novembre 2016
Y'a fait chaud à Montréal. Et quand il fait chaud à Montréal, y fait chaud. C'est lourd, c'est pesant, c'est humide... On sue notre vie, on ne supporte pu personne, on ne supporte pu notre corps. Et si, par malchance on vit dans un appartement pas conditionné, t'as beau ouvrir les fenêtres, y'a pas d'air, y'a pas de frais, pis tu te dis que ça serait donc ben l'fun que ça soit l'hiver tout le temps ! C'est ce que vive les 26 protagonistes du roman de Desrochers : y'ont chaud dans leur immeuble crasseux appelé le Galant. 26 histoires qui se croisent, qu'on découvre, qu'on suit avec plaisir, même si on n'en plus de cette chaleur nous autres non plus. Un premier roman très prometteur, qui marque. A lire de préférence l'hiver... quand on a les blues de l'été ! ;)
Commenter  J’apprécie          50
Ariane123
  23 janvier 2012
La canicule des pauvres raconte le quotidien de gens ordinaires alors que la température est insoutenable. Les habitants de l'immeuble s'entrecoisent dans ce récit. Parfois difficile et sordide, le sort de ces gens se chevauchent.
Ce roman est une belle découverte. J'ai envie de lire le second roman de l'auteur le sablier des solitudes.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2014
Autour de lui, de nouvelles mouches continueront de pondre des œufs, de se battre pour assurer leur pérennité. Habituées aux pigeons morts, ces mouches viendront en grand nombre dans l’appartement du Marsouin. Elles bourdonneront, se percheront dans les rideaux, chercheront des miettes de nourriture, des sucres; elles reviendront vers le corps, songeront déjà à effectuer une nouvelle ponte. Aucune ne sortira de l’appartement. Elles arpenteront le corps du Marsouin avec la satisfaction biologique du devoir accompli. Malgré tout, les mouches demeureront sur le qui-vive, effrayées par la possibilité d’être repérées par un prédateur. Elles ne trouveront aucun repos dans l’abondance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   06 août 2017
Elle aimerait croire que les dernières paroles de Kaviak ont su greffer des paupières à ses oreilles. La vie n'y est pour rien... Cette phrase tourne dans sa tête comme le vin dans sa coupe. La vie n'y est pour rien... Fanny ne désire pas donner suite à ces mots. Elle les mettra sous cloche, dans un boîtier d'urgence imaginaire.
- En cas de besoin, brisez la vitre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2014
Elle est bizarre, la réalité, aujourd’hui… faut que je pense sans arrêt pour me convaincre que j’en fais partie, de la réalité… penser, parce que si j’arrête le cerveau… il y a ce bruit, ce brouillage… un white noise qui fait chier. Depuis hier qu’il lâche pas… quand j’ai brûlé le livre… les cendres sur la pute… c’était pas mal. Is there a link? Et pourquoi y’aurait un lien? Un bruit, ouais… un bruit de fond… comme de la neige dans un écran de télé… ça et des dizaines de voix en écho métallique… un brouillage… ouais… c’est le bon mot… de la purée… mon cerveau qui perd du terrain… ça peut pas être bon… … … faut pas que j’arrête de penser… ne pas arrêter… ça étouffe le bruit… ça calme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2014
C’est certain, il faut reconnaître que la distinction entre l’âme et le corps, ça a été très utile pour l’être humain… C’est pratique pour un corps de posséder une option de continuité qui dépasse la vie… ça aide à rendre la mort plus tolérable…
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 février 2014
La pensée ne dépasse jamais son conditionnement initial. En plaçant les mots ou les chiffres comme symboles des idées, l’humain élimine tout ce que le langage codé ne saurait cerner. Pourtant, la pensée humaine est plus âgée que les langages
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Simon DesRochers (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Simon DesRochers
REMISE DES PRIX DU CONCOURS INALCO DE LA NOUVELLE PLURILINGUE 2020
Avec les lauréats 2020, Yasmine Khlat & Jean-Simon DesRochers, écrivains parrains de l'édition 2020 & Cécile Dominjon
En 2020, les étudiants francophones du monde entier ont été invités, dans le cadre du Concours Inalco de la nouvelle plurilingue, à écrire « en présence de toutes les langues du monde », comme nous y invitait Édouard Glissant. Les étudiants lauréats seront mis à l'honneur au cours de cette soirée : leurs nouvelles sont publiées aux jeunes éditions Tangentielles et les quatre premiers textes primés, ainsi que ceux des écrivains parrainant le concours, sont lus par leurs auteurs et la comédienne Cécile Dominjon.
Ces lectures polyphoniques, à l'instar des textes eux-mêmes, sont accompagnées par une table-ronde autour des potentialités de renouvellement poétique – et plus encore – offertes par le plurilinguisme. Celle-ci fera dialoguer écrivains et jeunes auteurs, éditeurs, organisateurs et membres du jury du concours. Elle sera aussi l'occasion de lancer l'édition 2021 du concours.
Ce projet est lauréat du programme de l'OIF Langues en dialogue. Il a également reçu le soutien du programme Licence + (Inalco). Il se déroule dans le cadre du colloque Ecrire entre les langues : littérature, enseignement, traduction : https://ecrire.sciencesconf.org/resource/page/id/3
À lire – Langues en dialogue 2020, éd. Tangentielles, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : Montréal (Canada)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre