AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2824613130
Éditeur : City Editions (29/08/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Valérie Labbé regarde les heures défiler avec inquiétude depuis la disparition de son fils unique, Thomas, 17 ans. A-t-il fini par adhérer aux idées haineuses de son ex-mari qui semble s’être volatilisé lui aussi ?

Allemagne, 1933
Frida, qui rêve de devenir infirmière, se bat pour sortir de sa condition. Les bouleversements que connaît l’Europe vont-ils lui ouvrir des possibilités inespérées ou au contraire la plonger en pleine tourmente?
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BillDOE
  08 mars 2018
Valérie divorcée depuis 10 ans de Patrick, entre dans le commissariat pour signaler la disparition de son fils Thomas, 17 ans. Elle est sans nouvelle de lui depuis la veille et a l'intuition que quelque chose de grave s'est passé. le commissaire Laurent Fournier prend l'affaire en main et mène l'enquête.
Des années auparavant, Frida est une petite allemande de 13 ans qui vit dans la ferme de ses parents en pleine campagne de Poméranie alors que le chancelier qui vient d'être élu s'appelle Hitler. Elle ambitionne de devenir puéricultrice afin d'échapper au monde rustique et dur de ses parents agriculteurs. Elle est prise dans la tourmente de la montée du nazisme et de ses thèses raciales.
Elle ne sait pas encore qu'elle sera des années plus tard, la grand-mère de Thomas.
Le roman de Gabrielle Desabers alterne la narration de cette montée du fascisme dans l'Allemagne des années 30-40 et la recherche de Thomas qui est partie du domicile familial sans que l'on sache pourquoi. Rapidement apparait l'évidence qu'un terrible secret de famille a été enfoui sciemment par les protagonistes.
Le récit est remarquablement bien documenté et nous livre une facette de l'histoire de la deuxième guerre mondiale rarement abordée, celle des Lebensborn et de la propagande pro-aryenne que l'on répandait jusque dans les écoles.
L'écriture de l'auteure est précise et bien structurée. le texte est clair et la lecture n'en est que plus confortable. C'est un véritable plaisir de lire Gabrielle Desabers et, pour un auteur auto-édité, une véritable bonne surprise. Elle nous met rapidement face à différentes pistes que vont exploiter Valérie et le commissaire Fournier pour nous emporter vers des horizons insoupçonnables, jusqu'en Patagonie. L'auteure nous confine dans une ambiance de suspense haletant. le roman de Gabrielle Desabers est un véritable « page-turner ».
« Un matin plus tranquille » est un roman dont je ne saurai trop vous conseiller la lecture, merci à Babelio et à masse critique pour cette heureuse découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Soukiang
  18 juin 2018
Il y a des jours où votre vie peut prendre une tournure différente voire inquiétante ...
Au plus profond de son être, Valérie sait qu'il est arrivé quelque chose à son fils de 17 ans, Thomas, il n'est pas rentré à la maison à l'heure habituelle la veille au soir.
Tous les scénarios sont envisagés, elle décide de signaler sa disparition au commissariat.
Elle est loin d'imaginer à quel point sa vie va être chamboulée, à jamais ...
L'amour sous toutes ses formes, il peut prendre des virages hasardeux, des prémices programmées par la providence ou pas, des détours, des formes invisibles, il est apparent, il disparaît, il refait surface sous une autre apparence, il s'égare dans la nuit évaporeuse du temps qui s'écoule, la terre continue de tourner, des rencontres heureuses, des révélations qui prennent au dépourvu tout un chacun, des sentiments qui se mêlent pour la plus grande joie et les meilleures illusions, l'espoir d'une vie meilleure et tout le monde peut trouver sa chance, son petit bonheur fut-il éphémère, l'intensité du moment, le fruit des entrailles fait perdurer cet amour naissant, au gré des vagues qui s'échouent sur les récifs, à la force du vent qui fait entendre sa force, en traversant les tempêtes et les éclairs de l'histoire écrite avec un grand H, le monde est tout à la fois un miracle depuis 4 millions d'années qui doit malheureusement composer avec les aléas des évènements qui n'en finissent de redéfinir les contours de la carte, de chavirer et de transformer des milliers de vies, qui sur la route de l'exil, qui sur les braises ardentes du brasier, le passé ne cessera de se rappeler à son souvenir, le présent n'a qu'à bien se tenir et demain ... à chaque jour sa peine.
La vie a-t-elle un prix, comment l'amour se place dans cette équation complexe qui peut changer du jour au lendemain, comment trouver le juste équilibre quand il s'agit d'évoquer les sentiments qui traversent l'esprit d'une femme à qui rien n'a été épargné, quand l'être qu'elle a mis tant de mal à mettre au monde se volatilise, toutes les hypothèques mêmes les plus improbables sont suivies, pourquoi le fil de la confiance qu'elle a mis toutes ces années à tisser s'est rompu, un jour, pourquoi ce matin particulièrement alors que son fils va bientôt les épreuves du baccalauréat ? Autant vous dire que j'ai été happé par cette mise en abîme de ce personnage, tout est magnifiquement retanscrit, éprouvé, la peine immense d'avoir été peut-être en dessous de son rôle de mère, de n'avoir pu voir des signes précurseurs, quand les liens du sang doivent trahir certains acquis, que reste-t-il à espérer si ce n'est justement cette volonté, de trouver le courage d'avancer un pas après l'autre, jour après jour, de ravaler les larmes et les sanglots dans sa prison intérieure, dans les méandres de sa tête où tout prend des proportions, cette femme divorcée sait que le temps est son plus précieux allié et en même temps son pire ennemi.
Une quête identitaire, la recherche de ses racines, quand on avance dans la vie, l'importance de connaître ses origines finit par s'imposer naturellement, les mensonges finissent par émerger pour laisser exprimer la vérité, si douloureuse soit-elle, la culpabilité et la honte sont des notions fortes et immuables dans le cycle de la vie, l'amour maternel et les liens du sang sont inextinguibles, inaliénable au point que la puissance de l'amour en est démultiplié, il survit au-delà de toutes les contingences de toutes les agitations et autres compromissions qui risquent de s'interférer dans le remous de l'existence. La souffrance réprimée, l'angoisse latente qui se consume chez les unes et les autres, la raison qui vacille à l'idée de se rapprocher de la vérité, l'amour peut revêtir différents visages et vous en aurez un aperçu dans cette histoire qui dépeint merveilleusement l'attitude devant l'amour du prochain.
Notre capacité à faire face aux difficultés, l'aptitude à affronter toutes les velléités du destin, le remords qui ronge l'esprit, l'être humain a des ressources qu'il n'a pas toujours conscient d'avoir, cette sagacité propre à chacun, Valérie le découvrira à ses dépens, une forme non dénuée de respect et de sagesse devant la vie et les épreuves endurées.
Une écriture qui alterne entre le présent et le passé, quand l'auteure sait trouver le ton juste, les mots finissent par se confondre avec la pensée du lecteur à vivre à travers tous les personnages, dans leur peau et leur état d'esprit, le silence est un langage comme un autre, elle peut être une arme et se révéler destructeur pour celui qui la subit, pour peu que vous soyez un tant soit peu muni d'empathie et de compassion, je vais vous avouer que le miracle a eu lieu et ce, pendant ces 325 pages, jamais le rythme ne faiblit, jamais les nombreux aller-retour dans un passé peu glorieux de l'histoire de l'humanité ne m'ont paru longues, une construction dans l'alternance solide qui fait ses preuves une nouvelle fois s'il fallait le dire et le redire, on ne le dira jamais assez, s'il y a un présent, aujourd'hui, il y avait un passé, avant, il suffit juste de se souvenir, d'écouter la voix de l'au-delà, de respecter les ondes sonores de la musique qui plane dans le subsconcient, les filtres sont éventrés, les portes du passé affichent encore leur devanture défraîchie, des secrets et des mystères attendent qu'on veuille bien les dépoussiérer, qu'on prenne la juste mesure du temps qui passe et que l'urgence de la situation doit précipiter tout le monde à l'ouvrage, Valérie, la première, sait que l'heure tourne, au fur et à mesure de la progression de l'intrigue sur la disparition inquiétante s'ajoute plusieurs pistes, à l'instar de la fumée de la cigarette évanescence, elle peut prendre des chemins détournés pour mieux désespérer voire plonger dans l'effroi, dans ces profondeurs avec la peur vissée au ventre, une tension palpable de tous les instants, des récriminations et de la colère sous-jacente, l'angoisse de la solitude, ces secondes invivables et étouffantes, des émotions à fleur de peau qui se parent de toutes les couleurs de l'arc en ciel, des sentiments contrariés et soumis à des secousses permanentes, le chaos dans une vie bien que compliquée prenait un essor favorable, laisser libre court à un futur d'espérance, caresser la vie dans le bon sens, Valérie en est l'épicentre de cette histoire mais pas seulement, quelque part, quelque forces invisibles se tiennent prêtes, prier pour de bonnes nouvelles, sinon que reste-t-il de nos rêves d'enfance ? Quelle existence aspirons-nous désormais sans cette puissance divinité qu'est ... l'amour des siens ?
Embarquement en première classe dans les tréfonds de l'histoire se confondant avec le présent qui prend des allures d'une enquête plus complexe de prime abord, la plume rend la lecture addictive, un page-turner, ce qui au début me laisser croire à une histoire d'investigation policière va dépasser toutes les convictions, les transcender, sans prendre de gants, l'auteure sait instiller le doute, faire parler les caprices du destin, faire tourner une histoire à plein régime, donner de la consistance à tous les protagonistes, un roman qui évoque un épisdoe peu connu du grand public sert à bon escient le roman, un tragique passé, la mémoire ne trompe jamais, une chronologie parfaite dans le récit qui fait se rassembler tous les points de convergence, à point nommé, pour le plus grand bonheur du lecteur, rien n'est factice, rien ne sonne autrement que la conscience d'une justice imparable et divine au-dessus des cieux, la résistance mentale à toute épreuve, les blessures morales et béantes n'en finissent pas de saigner, la memoire est un catalyseur et un déclencheur de mouvements, toujours en rotation et en gestation, les morts et les vivants cohabitent depuis la nuit des temps, puiser au plus profond de chaque être ce qui fait la différence, la bonté de l'âme, les temps sont durs, donner pour recevoir, recevoir pour transmettre, un roman qui ne se contente pas de chercher un être manquant et tout rentrera dans l'ordre, creuser les chemins de la rédemption et de la réconciliation, le pardon n'est pas toujours un acte facile mais parfois il peut se révéler salvateur, libérateur pour purifier ou briser les chaînes des âmes tourmentées, sortir de la prison mentale dans laquelle certains des personnages ont trop longtemps été enfermées, pour le meilleur et surtout le pire ...
Assurément une belle découverte, une révélation dans le monde de l'auto-édition, si l'auteur a déjà publié plusieurs livres, Un matin plus tranquille est un de ces romans que je garderai précieusement dans mon coeur de lecteur, Valérie et tous les personnages, des lieux tristes et d'autres plus mythiques, paradoxe quand tu nous tiens, des rencontres émouvantes, des passages d'une grande humanité qui saisissent la gravité du moment, la vie est pleine d'incertitudes et de doutes mais également, le bonheur ne tient qu'à un fil, à des petits détails, à cette force intérieure qui peut décupler les sentiments de certains et alors renverser des montagnes, fussent-ils un petit rouage dans l'immensité de la nuit étoilée et du crépuscule de l'aube, un livre qui se situe dans la mouvance des plus belles histoires d'amour actuel, quand le passé, le présent et le futur doivent converger vers un point d'ancrage, une union de la plus belle des manières, quand les mauvaises langues se délient, la gentillesse et la compassion prennent le dessus, l'empathie croissant à l'égard de Valérie et des siens finira par l'emporter et engloutir les esprits les plus étroits et les plus récalcitrants à laisser leur coeur se décontracter et à vivre pleine, peut-être, Un matin plus tranquille.
Je recommande ce roman qui m'a fait oublier que la nuit était déjà bien entamée et que l'aube ne va pas tarder à se pointer pour laisser place à une nouvelle journée, à une matinée plus ... tranquille, je remercie l'auteure Gabrielle Desabers pour cette belle découverte, un livre auto-édité, vive l'auto-édition, merci à Lhattie Haniel pour m'avoir permis cette lecture, un miracle de lecture qui a eu lieu, le rêve continue, le sentiment que cela ne fait que commencer, la promesse et d'honorer encore des livres qui attendent, la vie continue !!!
A noter la très belle couverture d'Arnaud Codeville et la mise en page assurée par Claudie Libersa, un roman qui n'a d'auto-édité que le nom tant il transpire la qualité professionnelle, tant dans la lecture que j'en ai éprouvé que dans la forme.
Un matin plus tranquille de Gabrielle Desabers est un roman déchirant, liens du sang quand tu nous tiens ...
❤️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elodie-Liseuse-Lifestyle
  14 mars 2018
Ce livre, je l'avais aperçu lors de mes pérégrinations sur Amazon, un roman policier se passant en partie à Brest, ville où je résidais il y a encore quelques mois, et l'Allemagne des années 30-40. Un résumé intrigant, et finalement j'ai eu la chance d'être sélectionné par Babélio lors de leurs Masse Critique pour découvrir ce roman mis depuis un petit moment dans ma wish-list.
Une histoire alternée entre passé et présent, la disparition d'un adolescent de Brest en 2016, sa mère qui le recherche, une enquête policière sur cette disparition ou sur une potentielle fugue, une alternance avec la vie d'une jeune fille allemande pendant la montée du fascisme et Valérie, mère prête à tout pour retrouver son fils dans notre présent. Un roman sur divers points de vue, tantôt Valérie pour suivre cette enquête, tantôt Frida jeune fille faisant partie du mouvement Bund Deutscher Mädel (la Ligue des jeunes filles allemandes) et qui vénère Hitler et Thomas qui nous donnent des avancé sur sa disparition sans trop nous en dire. Cette alternance rend le roman fluide et agréable à lire. Les deux époques se mélangent aux points de rendre chacune des histoires intéressantes et complémentaires.
Les indices sont donnés au fur et à mesure et même si certains détails m'avaient amené assez rapidement vers la conclusion, j'ai tout de même été surprise sur bien des points. Chaque personnage est travaillé, à un passé propre à chacun difficile et douloureux, des motivations ancrer et plus ou moins justes en fonction des périodes de l'histoire. L'ambiance du roman reste assez douce, malgré la monter du fascisme, certains moments douloureux à lire, d'autres moments de l'histoire donnent du baume au coeur et diminuent le côté sombre de l'enquête.
En ce qui concerne la plume, je l'ai beaucoup apprécié, l'autrice arrive à rendre son enquête fluide, addictive et réaliste malgré l'horreur de certains passages. Elle nous montre sans philtres certains secrets allemands cacher pendant une grande période, ce fascisme encore présent même en Bretagne à l'heure actuelle. L'horreur et les propos de certaines personnes et groupe d'individus envers certaines communautés.
Un roman parlant de seconde guerre mondiale, d'une disparition et de secrets de famille enfouis depuis des années. Une belle découverte auto-édité.
Lien : https://elodie-liseuse-lifes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lectures_et_gourmandises
  05 avril 2018
Une histoire d'hier : on suit la vie de Frida, jeune femme à l'époque de l'ascendance d'Hitler en Allemagne
Une histoire d'aujourd'hui avec la vie de Valérie et de son fils Thomas à Brest... jusqu'au jour où celui-ci disparaît !
Des histoires touchantes, une belle émotion, un suspens bien présent... On croit deviné le pourquoi du comment mais Gabrielle Desabers sait nous mener où elle veut qu'on aille jusqu'aux dernières pages de son livre.
Ce n'est pas un polar comme j'ai l'habitude d'en lire, mais plutôt une belle histoire de vie(s)...
Il se lit très vite et l'écriture est agréable avec une belle sensibilité. J'ai beaucoup apprécié le fait que ce livre soit écrit au présent que ce soit pour les années 35-40 que pour les années 2000... Les personnages sont vraiment attachants, surtout celui de Frida qui m'a totalement bouleversée.
J'ai également beaucoup appris sur l'époque de l'avènement d'Hitler, de son emprise, de la vie en Allemagne à cette époque et de ces Lebensborn, que je ne connaissais pas et dont le but était la cration et le développement de la "race aryenne".
Je ne peux que vous encouragez à découvrir ce livre et j'en profite pour remercier Babelio qui m'a permis de découvrir cette auteure lors de leur masse critique.
Une belle lecture avec des secrets de famille aux 4 coins du monde !
Lien : http://lecturesetgourmandise..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BillDOEBillDOE   08 mars 2018

- Frida, votre engagement politique et votre adhésion totale à l’œuvre de notre Fürher vous ouvrent les portes d’une implication au premier rang dans la construction de la nouvelle Allemagne. En effet, vous avez été jugée, par le parti nazi, digne d’intégrer ses récentes structures. Notre chancelier a souhaité la création d’une association aidée par l’état et gérée par les SS, le Lebensborn. Ila confié cette mission à Heinrich Himmler en 1935. Cette institution rassemble des maternités, des foyers pour jeunes mères et des crèches dans différentes régions allemandes. L’objectif de ces établissements s’inscrit dans la participation et l’accélération à l’émergence et à l’expansion d’une race aryenne pure et appelée à dominer le monde. Votre spécialisation en puériculture fait de vous la candidate idéale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2017
C’est facile de fuir ! Elle ne s’est aperçue de rien. En ce matin d’avril, je n’avais pas le choix. Mais de penser à la panique qu’elle ressentira, quand elle comprendra que je ne vais pas rentrer, m’attriste. J’aurais voulu ne pas lui infliger cette souffrance. J’ai conscience que je suis le centre de son monde. D’ailleurs, quelquefois, l’étendue de son amour me fait peur. Saurais-je, un jour, éprouver des sentiments aussi inconditionnels que ceux qu’elle me porte ?
Je dois cesser de penser à ce que je laisse derrière moi. Dans quelques semaines, elle comprendra l’utilité de mon départ. Mon avenir, mon bonheur et le sien en dépendent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2017
Elle me plaît et elle m’attire. C’est la seule fille de tout le lycée qui m’intéresse vraiment. J’ai été nul avec elle. Dès notre entrée en seconde, je l’avais remarquée. Puis au fur et à mesure de l’année, j’avais appris à la connaître et réussi, par l’intermédiaire d’un copain, à faire partie de son cercle d’amis. Tout me paraît délicat chez elle, sa taille, ses mains, ses pieds et même sa bouche. Elle mesure à peine un mètre soixante et elle chausse un petit trente-six. Nous la taquinions tous à ce sujet. Je la trouve belle, fine et attirante. Mais au-delà, j’aime aussi le fait qu’elle m’inspire l’envie de la protéger. Ma carrure un peu imposante et mon mètre quatre-vingts contrastent avec sa petite personne. D’ailleurs, nos physiques s’opposent alors que nos caractères s’accordent à merveille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2017
Les riches sont tous décrits avec les caractères raciaux spécifiques aux juifs, qu’on nous enseigne en cours. Et à la fin de la pièce, les sauveurs, qui débarrassent le village de ces parasites, sont blonds, grands et aux yeux bleus.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : amour maternelVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3056 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre