AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782700275520
384 pages
Éditeur : Rageot Editeur (01/07/2020)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Esther Parmentier, 19 ans, sorcière non répertoriée, est embauchée pour un premier stage dans une agence très spéciale... Délires assurés !

Esther Parmentier a quitté sa Bretagne natale pour un stage à Strasbourg dans une société informatique quand elle est repérée par l’Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles. Car Esther est une sorcière. À peine remise de cette découverte, et des tests visant à déterminer ses capacités, Esthe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
sylviedoc
  27 juin 2020
J'ai reçu ce roman jeunesse par le biais d'une Masse Critique privilégiée, et j'en remercie Babelio ainsi que les éditions Rageot.
Alors, désolée de l'exprimer aussi crûment, mais je n'ai pas du tout accroché ! Déjà la couverture, surchargée et d'un goût douteux, avec quatre titres-sous-titres : Les tribulations d'Esther Parmentier, Sorcière stagiaire, Cadavre haché vampire fâché, Une enquête sang pour sang...ouf ! C'est à l'image du contenu, où on a l'impression que l'auteure voulait à tout prix fourrer toutes ses idées quitte à faire frôler l'indigestion au lecteur. Et ça part dans tous les sens, je me suis perdue, à certains moment j'étais obligée de retourner en arrière pour comprendre qui était avec qui et faisait quoi. Je vais même avoir du mal à résumer l'histoire.
Essayons tout de même.
Esther, la narratrice, a 19 ans, elle est en stage de compta à Strasbourg depuis deux mois et s'ennuie ferme dans sa vie. Son physique n'est pas vraiment attrayant (c'est martelé toutes les 5 pages), et elle passe son temps libre à jouer en ligne. Mais un jour, après avoir perçu une brume dorée à l'entrée d'une galerie commerciale, sa vie va radicalement changer. Elle apprend qu'elle est en fait une sorcière sous-douée, et va entrer en qualité de stagiaire à l'ACDC (Agence de Contrôle et de Détection des Créatures), les Créatures en question étant des Vampires, des Djinns, des Goules, des fantômes, des Loup-Garous et des Sorcières croisés avec des humains. Ah oui, j'oubliais les Banshees. La plupart de ces êtres sont fabuleusement beaux (le physique est manifestement très important pour l'auteure). Tout ce beau monde est en pleine enquête concernant la disparition d'adolescents impliqués dans un défi stupide nommé le "Ghost challenge". Certains d'entre eux seraient transformés tout à fait illégalement en "nouveaux-nés" ou en "goupires", à l'insu de l'agence. Et le 15 août approche, une date-clé où le monde d'origine des êtres surnaturels (les Vrais, pas les mixtes-humains) vient s'approvisionner avec les ressources terriennes par le biais de "portails", ouverts par les Sorcières. Quel rapport avec tout le reste ? Des dissidents qui veulent faire passer les nouvelles recrues en force sur Sidh, ce fameux monde des Faës.
Je n'ai pas tout compris, j'avoue, et encore là je vous l'ai fait simple.
Le tout est écrit dans un style humoristique djeun's, avec des références à pleins de jeux et de séries que je ne connais pas. Et pour en rajouter une couche, un des personnages un fantôme, invisible, s'exprime par le biais des téléphones portables à grand renfort de symboles incompréhensibles à qui a plus de 20 ans. Un exemple :
-\_("/)_/-, parmi les plus simples...et il y en a plein certaines pages !
C'était presque un pensum de lire ce bouquin, et pourtant j'aime beaucoup la littérature jeunesse (il vaut mieux d'ailleurs, étant donné mon métier !) et on y trouve des ouvrages de grande qualité.
Je ne doute pas qu'il y a un public pour ce genre particulier, mais j'hésiterai beaucoup à l'acheter pour un CDI. Au niveau du vocabulaire et de l'intrigue, ce serait plutôt destiné à des collégiens un peu branchés jeux et fantastique, mais les protagonistes sont plus proches de lycéens.
Une déception, ce livre n'était pas pour moi. Ce n'est jamais de gaieté de coeur que j'écris une critique négative, mais cela n'aurait pas été honnête de ma part de prétendre avoir aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2314
Cigale17
  27 juin 2020
Je voudrais avant tout remercier l'opération Masse critique de Babelio ainsi que les éditions Rageot pour l'envoi de ce roman jeunesse (Word souligne et me propose « cette romane jeunesse »…)
***
En traversant un centre commercial, Esther Parmentier, tire-au-flanc assumée, tignasse indomptable et pas mal de kilos en trop par rapport aux canons actuels de la séduction, va se retrouver mêlée à une enquête sur un meurtre et devenir la stagiaire de l'agent Sloan, un vampire extrêêêêmement séduisant ; il comprend le premier qu'elle est une sorcière. Pas une sorcière très douée, pas une sorcière très efficace, mais enfin, une sorcière : si elle a bien peu de pouvoirs, elle voit cependant des « traces » et des créatures que les autres ne voient pas. Elle possède aussi un esprit logique et une solide intuition, ce qui lui permettra de sortir ACDC (Agence de Contrôle et de Détection des Créatures), son employeur, de situations pour le moins compliquées…
***
Ce roman part vraiment dans tous les sens et c'est bien difficile d'en faire une synthèse. On se retrouve dans un monde où semblent s'être réunies toutes les créatures imaginaires que l'on connaît déjà (sorcières, vampires, fantômes, djinns, loups-garous, etc.), mais peuplé aussi des variantes de goules, de faës et d'encore plus étranges créatures, mélange des précédentes et des humains. Des portails sont ouverts entre deux mondes (la Terre et Sidh), et la LLC (la Ligue de Libération des Créatures) tentera un coup de force dont je ne vous dirai rien ici. L'enquête proprement dite, qui porte sur le meurtre d'un adolescent et la disparition de plusieurs autres, se perd dans des détails, et j'ai été submergée par une foultitude de personnages dont le rôle n'est pas clairement nécessaire…
***
Comme l'orthographe de « faës » m'intriguait, j'ai googlisé le mot et j'ai trouvé qu'il s'agissait de personnages d'un roman de Sandy Williams, La Diseuse d'ombres : Sidhe, tome I, classé par Google Books dans le genre « Romance paranormale » (sic), livre auquel, j'imagine, Maëlle Desard a voulu rendre hommage. J'ai d'abord cherché un sous-texte (plaidoyer contre le racisme et la grossophobie, lutte contre le sexisme, etc.), mais c'est à peine esquissé et ça ne tient pas la route. On tombe au contraire très vite dans les clichés sexistes : la grassouillette moche tombant raide dingue amoureuse du très beau (et mince, forcément) Loan. L'écriture prend le parti du mélange des niveaux de langue et de l'humour, humour auquel je suis restée la plupart du temps imperméable. En revanche, certains des kaomoji du fantôme m'ont amusée (ʕ•ᴥ•ʔ, ◔_◔), mais d'autres sont parfaitement incompréhensibles pour tout individu d'une génération née avant le début de ce millénaire (j'exagère à peine).
***
Je ne suis assurément pas le bon public pour ce genre de romans, mais je ne suis pas certaine que ma perception négative soit seulement due à une question de génération. J'aurais lâché ce livre avant la centième page si je n'avais pas eu à donner mon avis : j'ai trouvé l'enquête bâclée et le style trop approximatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
Sharon
  07 juillet 2020
« C'est l'histoire d'une sorcière, d'une banshee, d'un djinn et d'une goule qui partent en Bretagne dans une voiture pétaradante pilotée par un fantôme. » chapitre 35.
Je trouve que cette phrase donne le ton, et résume assez bien l'histoire qui nous est racontée, histoire que j'aurai aimé lire quand j'étais ado. Ce n'est pas grave, j'ai aimé la lire, adulte, et il est probable que, comme Alana et l'enfant vampire de Cordélia ou Wicca – le manoir des Sorcelage par Marie Alhinho c'est un livre que je relirai avec plaisir. Je ne vais pas me lancer dans une étude comparative entre ces trois oeuvres récentes, je vais me replonger tout de suite dans les tribulations d'Esther Parmentier.
Esther n'est pas parfaite, loin de là : elle a un poids indéterminé, un goût vestimentaire inclassable, et une chevelure indomptable. Elle effectue un stage de comptabilité qui la motive autant qu'il m'aurait motivée (c'est à dire, pas du tout). Seulement, comme pour beaucoup d'héroïnes, son destin change : par le biais d'un incident magique et d'une rencontre qui ne l'est pas moins, elle découvre ses pouvoirs de sorcière, ou, pour mieux dire, elle découvre qu'elle en a vraiment très peu. Qu'à cela ne tienne : elle a décroché un record historique, et surtout, elle est capable de résister aux pouvoirs de séduction des Créatures. J'ai presque envie de dire « les pauvres, ils n'ont pas l'habitude ».
Voici donc Esther, personnage principal et narratrice, qui découvre un univers très différent de ce qu'elle connaissait. Oui, les créatures surnaturelles sont parmi nous et si, comme tout le monde ai-je envie de dire, Esther sait distinguer un vampire d'un loup-garou, si elle apprécie très rapidement Mozzie, le fantôme qui fait partie de leur équipe et regrette que Marine, leur banshee, ne reçoive pas davantage de considération, elle approfondit ses connaissances sur leur manière de vivre, de s'intégrer à la société, et aussi de perpétuer leurs espèces : on ne devient pas un vampire comme cela. J'ai aimé justement, la présence de toutes ses créatures surnaturelles, sans qu'elles aient été hiérarchisées. Ah, bien sûr, elles ne s'entendent pas vraiment entre elles, pour cause de conflits conséquents survenus dans le passé. Non, Esther ne fera pas de gaffes, son tuteur s'en charge pour elle. Esther porte un regard assez étonnant sur lui (Loan pour les intimes et pour les autres aussi). Oui, elle a flashé sur lui, parce qu'il est l'archétype du vampire beau et ténébreux. Par contre, elle est assez circonspecte sur sa manière de se vêtir, tel un Neo qui aurait oublié que le temps avait passé. Oui, le roman est bourré de références qui m'ont fait sourire, autant que la capacité de Loan à…. composer des plans foireux ? Oui. Si Esther est une sorcière de niveau 2 sur 82, Loan ne doit pas être loin de ce score en tant que tuteur.
J'ai vraiment pris plaisir à lire les aventures d'Esther, à suivre cette intrigue au rythme soutenu, j'ai aimé aussi m'attacher à certains personnages comme Mozzie. J'ai aimé l'auto-dérision dont Esther est capable : « J'avais déjà été moche dans ma vie – mais à ce niveau ? Non. de l'art mes amis. du GRAND art« . Il n'est pas question, comme il peut l'être dans des romans (jeunesse, fantasy, ou pas) de la relooker, de lui faire suivre un régime. Par contre, la pratique intensive du sport, elle n'y coupera pas – mais ce n'est pas du tout dans le but de changer de silhouette !
C'est à regret que j'ai terminé les aventures d'Esther, sorcière stagiaire. J'aimerai bien la retrouver pour de nouvelles aventures.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JessieL
  07 juillet 2020
Alors qu'une énième et ennuyeuse journée s'achève à son stage au sein du service comptabilité d'une entreprise, Esther Parmentier ne pense qu'à fuir la chaleur estivale et à retrouver son appartement. Seulement arrivée devant le centre commercial, elle trouve les portes fermées et les clients massés devant. Plus étonnant encore, certains sont recouverts de paillettes. Mais alors qu'elle en fait la réflexion à un agent, celui-ci la conduit de suite à l'intérieur du bâtiment. Peu rassurée, elle le suit tout de même sans imaginer que sa vie est sur le point de faire un virage à 180 degrés. Des adolescents viennent d'être enlevés, et la seule piste est une fontaine qui crache des paillettes qu'elle seule peut voir. En tout cas, c'est ce que les enquêteurs présents lui disent, notamment cet agent Loan, si méprisant à son égard. Esther l'ignore encore mais elle est une sorcière. Bon, d'un niveau minable - je vous l'accorde - mais une sorcière quand même. Lorsqu'on lui demande de quitter son stage actuel pour intégrer l'agence, elle n'hésite pas un seul instant et compte bien prouver sa valeur. Ne serait-ce que pour faire rabattre le caquet de ce prétentieux Loan.
Maëlle Desard adore la littérature fantasy et le moins que l'on puisse dire est qu'elle le lui rend bien. Avec Les Tribulations d'Esther Parmentier, l'autrice se réapproprie les codes d'une fantasy urbaine où les créatures fantastiques sont propulsées dans le monde des humains à leur insu. Ainsi, non seulement Esther se découvre être une sorcière mais en plus elle pénètre dans un monde onirique très réglementé et même encadré par une multitude d'organismes. La preuve puisqu'elle-même intègre l'Agence de Contrôle et de Détection des Créatures (ACDC), une instance dirigée par le Conseil des Royaumes Indépendants de Sidh (CRIS) et qui est chargé de vérifier toutes les manifestations magiques survenant sur Terre. Dans l'univers fantastique de Maëlle Desard, on rencontre aussi bien des loups-garous, des vampires, des sorcières que des banshees. L'amateur du genre n'est donc pas déçu.
Dans ce roman jeunesse, on apprécie également les personnages, à commencer par la narratrice. Esther rompt avec le stéréotype de la femme fatale que l'on retrouve souvent dans la Bit-lit. Elle est ronde, mal peignée et a surtout un foutu caractère. On l'aime pour ses défauts et pour sa gouaille. Elle a de l'esprit notre Esther, et ne s'en laisse pas compter facilement. C'est une héroïne proche de ses lecteurs. Ses réparties sont bien volontiers acerbes surtout celles à l'encontre de son tuteur. Or, justement parlons de lui, maintenant. L'agent Loan est un vampire. de fait, il est beau comme un dieu : ne dérogeons pas à l'image de la créature irrésistible et sensuelle. Mais le plus notable à souligner chez lui, c'est surtout son caractère détestable et horripilant. En tout cas, il irrite fortement Esther. Il est si imbu de sa personne que cela le rend au premier abord assez antipathique. L'autre personnage important de ce récit est le fantôme Mozzie. Dans l'imaginaire de Maëlle Desard, les fantômes communiquent via le réseau et sont donc d'excellents indics pour l'ACDC. Très vite une amitié se noue entre Esther et Mozzie. Leur côté "geek" y est sans doute pour quelque chose. Qu'ils soient en chair et en os, à poils, pourvus de longues dents ou invisibles, les personnages de cette autrice nous offrent une enquête rocambolesque et captivante.
Pour un premier roman, Maëlle Desard fait fort en proposant un récit drôle et léger... plus d'infos sur Fantasy à la Carte
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
bbtiz
  30 juin 2020
Vous êtes fan de Buffy contre les vampires et de Agatha raisin ? Alors j'ai ce qu'il vous faut: ce roman est un petit condensé des deux, version jeunesse.
Au début j'ai eu un peu de mal avec le bagout d'Esther, la protagoniste principal, je trouvais qu'elle en faisait des tonnes question humour et dérision, mais après quelques chapitres j'ai complètement adhéré à son personnage. Elle en fait trop, et c'est bien pour ça que c'est drôle! Elle enchaîne les situations toutes plus rocambolesque les unes que les autres, au cours d'une enquête totalement improbable, dans un univers dont elle ne soupçonnais même pas l'existence la veille. Alors forcément elle sort parfois de ses gonds, pour le meilleur et pour le pire !
Au cours de cette aventure, elle va faire la connaissance de plusieurs personnes aux caractères diverses et variés. Certains seront exaspérant, d'autres attachants, la plupart les deux à la fois !
L'autrice a réussi à développer un univers assez complet et cohérent, avec une intrigue bien ficelée (un début et une fin!) mais qui ouvre à une possibilité de suite : Esther pourrait bien réintervenir sur une prochaine enquête pour mon plus grand plaisir!
Le livre aborde également un certain nombre de points forts, véhiculant délicatement et l'air de rien des messages de tolérance. On y parle stigmatisation selon son origine, on n'y parle pression de la réussite, on y parle grossophobie. C'est marrant, il n'y a pas de personnage noir dans cette ouvrage, mais je trouve quand même que la lecture est parfaitement d'actualité dans la mouvance actuelle de sensibilisation au racisme.
Bref vous l'aurez compris, j'ai passé un très bon moment lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   09 juillet 2020
Et pour ne rien arranger, mes cheveux avaient décidé de me dire merde. J’y avais coincé autant de pinces, d’élastiques et de barrettes que j’avais pu trouver dans mon appartement – sans succès. Mètre après mètre, mes longues mèches bouclées retournaient à la vie sauvage et venaient me narguer en se plaquant sur mon front ou ma nuque en sueur.
Commenter  J’apprécie          80
Anais511Anais511   09 juillet 2020
Sur les écrans face à nous, Mozzie afficha les fichiers des adolescents. L'un de ces gamins reposait à présent à la morgue - cadavre haché aux entrailles suspendues dans un local de gym, comme les décorations de Noël d'un boucher un peu dérangé qui aurait fait du zèle. Alors certes, ils se faisaient appeler Coxynator, Shirosamadu67 et N00b-killer mais... méritaient-ils une mort aussi atroce pour autant ? Une grande baffe pour grandir et mûrir un bon coup, oui. Un démembrement ? Excessif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anais511Anais511   09 juillet 2020
Je croisai mon reflet dans les miroirs de l'ascenseur et retins un gémissement. A dix-neuf ans, mon corps montrait une incapacité à gérer la moindre privation de sommeil qui forçait le respect. Comprendre : ma tronche aurait fait fuit la lèpre.
Commenter  J’apprécie          10
Anais511Anais511   09 juillet 2020
Trois jours. J'avais passé trois jours avec le vampire, et je m'y étais attachée comme une moule à un rocher particulièrement confortable.
Commenter  J’apprécie          20
Anais511Anais511   08 juillet 2020
Ma dégaine ne lui revenait pas - je ne pouvais lui en vouloir. Je devais ressembler à Hagrid en jupe juste sorti d'une rave party. La barbe en moins.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : univers parallèlesVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16054 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..