AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782700275520
384 pages
Éditeur : Rageot Editeur (01/07/2020)
4.03/5   138 notes
Résumé :
Esther Parmentier, 19 ans, sorcière non répertoriée, est embauchée pour un premier stage dans une agence très spéciale... Délires assurés !

Esther Parmentier a quitté sa Bretagne natale pour un stage à Strasbourg dans une société informatique quand elle est repérée par l’Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles. Car Esther est une sorcière. À peine remise de cette découverte, et des tests visant à déterminer ses capacités, Esthe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 138 notes
5
38 avis
4
32 avis
3
9 avis
2
3 avis
1
0 avis

iris29
  22 février 2021
Attention : livre-anti-morosité !
Je me doutais bien avec un titre pareil que j'allais bien rigoler; un énorme fou-rire plus tard, je confirme : dés que je retombe sur ce passage , je me marre mais je me marre ...
Esther Parmentier, dix-neuf ans , environ quatre vingt kilos, a trop la loose.
Fuyant sa Bretagne natale depuis que sa mère lui a piqué son petit copain, elle est stagiaire dans un cabinet de comptabilité et le moins qu'on puisse dire , c'est que ce n'est pas l'éclate totale. Mais la loose-attitude s'évapore depuis que, rentrée dans un centre commercial , elle est prise pour une sorcière et qu'elle est enrôlée à l'ACDC ( Agence de Contrôle et de Détection des Créatures) en tant que stagiaire de l'agent Loan, un vampire - beau-gosse comme il se doit pour un vampire [ ahhhh, Robert.....] . C'est que la Esther n'a pas été engagée par hasard, elle est vraiment sorcière, mais une sorcière nulle, de catégorie 2 sur l'échelle des compétences de sorcières.
Mais Esther est courageuse, loyale , sympa et grande gueule aussi parfois... mais, faut au moins ça pour tenir tête à toutes les bébettes présentes dans cette histoire ( loup-garous, faes, fantômes, banshees, djinns, goules, goupires, etc..) et ça tombe bien parce que sa mission, si elle l'accepte, sera de trouver le tueur d'adolescents . Et Esther est futée aussi , et ,comme c'est une jeune créature ( par rapport à ses collègues, c'est pas difficile !), elle maîtrise le langage "jeuns", les activités "jeuns" elle comprendra des choses qui leur passent au dessus de la tête et elle fera sacrément avancer l'enquête...
Servie par une écriture jeuns et dynamique , cette histoire n'offre aucun temps morts.
Et on s'attache à cette bande ACDC, qu'on aimerait bien revoir dans d'autres aventures. On s'attache à Esther qui a un gros faible pour son vampire de mentor, tout en ayant , grâce à ses 2% de dons de sorcière, le pouvoir de lui rabattre son caquet par des réparties impayables, ultra marrantes. Esther est une héroïne qui dépote et qui contrebalance son "physique-pas-terrible" par un humour décapant et un courage extraordinaire....
Et on s'attache à l'agent Loan, hyper fiable , hyper séduisant..
Et on s'attache au djinn exhibitionniste parce que les djinns opèrent toujours en tenue d'Adam pour une mission, c'est comme ça ...
Et on s'attache au fantôme qui conduit la voiture, et qui s'exprime en kaomojis (petits dessins figuratifs écrits grâce aux touches de clavier), tellement amusants, créatifs , inattendus.
Un style frais, novateur, péchu et très amusant .
A la fin du bouquin, l'autrice remercie ses lecteurs et espèrent bien les revoir. Moi , elle me reverra, c'est sûr, je ne refuse jamais une bonne "marade" ( et puis j'aime bien Esther ...enfin Loan...)
Merci à elle pour ce fou-rire nocturne.... Depuis "Queen Betsy", je n'avais pas autant ri en compagnie de vampires et autres créatures....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          635
florencem
  12 juillet 2020
Qu'est-ce que j'ai ri, mais qu'est-ce que j'ai ri ! Et cela dès le départ. Et commencer un roman avec un style aussi frais, moderne et plein d'humour, cela fait un bien fou. Surtout que cela ne gêne absolument pas l'histoire, bien au contraire. Il y a un dynamisme pétillant et on se laisse happer dans les aventures d'Esther les yeux fermés.
Maëlle Desard donne le ton dès les premières lignes. Son héroïne, Esther Parmentier, est une jeune femme au caractère bien trempée, qui a de la réparti et un sens de l'humour auquel j'adhère entièrement. Et je l'ai adoré dès la première page. Ce petit bout de femme qui ne ressemble pas aux héroïnes stéréotypées, mais qui n'a rien à leur envier, qui râle, avec plein de petits défauts comme nous, qui est un amour, entière, franche, spontanée, pleine de ressources... Difficile de ne pas tomber sous le charme. Et puis Esther a quand même le don de se retrouver aux mauvais endroits aux mauvais moments, entraînant ainsi des situations parfois très rocambolesques. Passer de stagiaire en compta, à stagiaire dans une organisation secrète de régulation des créatures surnaturelles, avec pour tuteur un vampire pas très coopératif... C'est un peu la poisse... Ou pas ?
Et c'est là que le roman est génial. Parce que clairement, Esther se serait bien passer de découvrir qu'elle est une sorcière, d'être enrôlée de "force" dans tout ce bazar. Mais au final, si c'était aussi la chance de sa vie. Une aventure qui permettrait de lui donner un but, de découvrir combien elle est géniale notre petite héroïne. Alors on embarque dans ce nouveau monde un peu fou avec des personnages haut en couleur, mais tellement attachants, chacun à leur manière. Et on voit non seulement notre Esther grandir, s'affirmer, mais aussi se construire une famille, un peu névrosée, un peu bizarre... mais une famille quand même. Et je me suis prise au jeu. C'est tellement fun, avec une petite dose de frissons, d'enquête, de découvertes. Tous les ingrédients sont là pour rendre l'histoire palpitante et pour nous faire passer un excellent moment.
Le côté décalé est ce que j'adore vraiment. L'auteur donne parfois l'impression de se moquer gentiment de ses héros, mais on sent la bienveillance qu'il y a également derrière. Et je trouve cela très chouette, dans le sens où je pense qu'il faut pouvoir se moquer de soi-même pour s'accepter vraiment. Et puis, les personnages sont quand même attendrissants au possible, même les plus ronchons. Une grosse préférence pour Mozzie d'ailleurs que j'ai trouvé absolument adorable. Marine est aussi clairement un personnage dont j'aimerai en apprendre plus, tout comme Dario. Même le chef de la division de Strasbourg sait se montrer tout mignon malgré le fait qu'il soit un loup-garou alpha. Loan a un côté antipathique qui ne laisse pas indifférent, mais j'avoue que ce n'est pas forcément le personnage vers lequel j'ai eu le plus d'atomes crochus. J'attends de voir ce que pourra donner la suite.
L'histoire principale est plutôt sympathique également. On apprend, bien entendu, pas mal de choses sur l'univers que Maëlle Desard a créé, mais sans se sentir perdu par le flux d'informations. Il n'y a pas non plus de temps mort, ce qui donne un bon rythme mais qui permet également de nous garder accrocher à notre livre. Pour ma part, j'ai eu du mal à le lâcher, et pas forcément parce que je voulais découvrir le fin mot de l'histoire, mais parce que je me sentais bien dans cet univers.
Un premier tome fort réussi avec un petit pied de nez à ce que l'on peut lire habituellement dans le genre, et cela fait un bien fou. Comme quoi, on peut allier l'humour sans être vulgaire, et construire un univers et une histoire qui captive. J'en redemande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
sylviedoc
  27 juin 2020
J'ai reçu ce roman jeunesse par le biais d'une Masse Critique privilégiée, et j'en remercie Babelio ainsi que les éditions Rageot.
Alors, désolée de l'exprimer aussi crûment, mais je n'ai pas du tout accroché ! Déjà la couverture, surchargée et d'un goût douteux, avec quatre titres-sous-titres : Les tribulations d'Esther Parmentier, Sorcière stagiaire, Cadavre haché vampire fâché, Une enquête sang pour sang...ouf ! C'est à l'image du contenu, où on a l'impression que l'auteure voulait à tout prix fourrer toutes ses idées quitte à faire frôler l'indigestion au lecteur. Et ça part dans tous les sens, je me suis perdue, à certains moment j'étais obligée de retourner en arrière pour comprendre qui était avec qui et faisait quoi. Je vais même avoir du mal à résumer l'histoire.
Essayons tout de même.
Esther, la narratrice, a 19 ans, elle est en stage de compta à Strasbourg depuis deux mois et s'ennuie ferme dans sa vie. Son physique n'est pas vraiment attrayant (c'est martelé toutes les 5 pages), et elle passe son temps libre à jouer en ligne. Mais un jour, après avoir perçu une brume dorée à l'entrée d'une galerie commerciale, sa vie va radicalement changer. Elle apprend qu'elle est en fait une sorcière sous-douée, et va entrer en qualité de stagiaire à l'ACDC (Agence de Contrôle et de Détection des Créatures), les Créatures en question étant des Vampires, des Djinns, des Goules, des fantômes, des Loup-Garous et des Sorcières croisés avec des humains. Ah oui, j'oubliais les Banshees. La plupart de ces êtres sont fabuleusement beaux (le physique est manifestement très important pour l'auteure). Tout ce beau monde est en pleine enquête concernant la disparition d'adolescents impliqués dans un défi stupide nommé le "Ghost challenge". Certains d'entre eux seraient transformés tout à fait illégalement en "nouveaux-nés" ou en "goupires", à l'insu de l'agence. Et le 15 août approche, une date-clé où le monde d'origine des êtres surnaturels (les Vrais, pas les mixtes-humains) vient s'approvisionner avec les ressources terriennes par le biais de "portails", ouverts par les Sorcières. Quel rapport avec tout le reste ? Des dissidents qui veulent faire passer les nouvelles recrues en force sur Sidh, ce fameux monde des Faës.
Je n'ai pas tout compris, j'avoue, et encore là je vous l'ai fait simple.
Le tout est écrit dans un style humoristique djeun's, avec des références à pleins de jeux et de séries que je ne connais pas. Et pour en rajouter une couche, un des personnages un fantôme, invisible, s'exprime par le biais des téléphones portables à grand renfort de symboles incompréhensibles à qui a plus de 20 ans. Un exemple :
-\_("/)_/-, parmi les plus simples...et il y en a plein certaines pages !
C'était presque un pensum de lire ce bouquin, et pourtant j'aime beaucoup la littérature jeunesse (il vaut mieux d'ailleurs, étant donné mon métier !) et on y trouve des ouvrages de grande qualité.
Je ne doute pas qu'il y a un public pour ce genre particulier, mais j'hésiterai beaucoup à l'acheter pour un CDI. Au niveau du vocabulaire et de l'intrigue, ce serait plutôt destiné à des collégiens un peu branchés jeux et fantastique, mais les protagonistes sont plus proches de lycéens.
Une déception, ce livre n'était pas pour moi. Ce n'est jamais de gaieté de coeur que j'écris une critique négative, mais cela n'aurait pas été honnête de ma part de prétendre avoir aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2818
Cigale17
  27 juin 2020
Je voudrais avant tout remercier l'opération Masse critique de Babelio ainsi que les éditions Rageot pour l'envoi de ce roman jeunesse (Word souligne et me propose « cette romane jeunesse »…)
***
En traversant un centre commercial, Esther Parmentier, tire-au-flanc assumée, tignasse indomptable et pas mal de kilos en trop par rapport aux canons actuels de la séduction, va se retrouver mêlée à une enquête sur un meurtre et devenir la stagiaire de l'agent Sloan, un vampire extrêêêêmement séduisant ; il comprend le premier qu'elle est une sorcière. Pas une sorcière très douée, pas une sorcière très efficace, mais enfin, une sorcière : si elle a bien peu de pouvoirs, elle voit cependant des « traces » et des créatures que les autres ne voient pas. Elle possède aussi un esprit logique et une solide intuition, ce qui lui permettra de sortir ACDC (Agence de Contrôle et de Détection des Créatures), son employeur, de situations pour le moins compliquées…
***
Ce roman part vraiment dans tous les sens et c'est bien difficile d'en faire une synthèse. On se retrouve dans un monde où semblent s'être réunies toutes les créatures imaginaires que l'on connaît déjà (sorcières, vampires, fantômes, djinns, loups-garous, etc.), mais peuplé aussi des variantes de goules, de faës et d'encore plus étranges créatures, mélange des précédentes et des humains. Des portails sont ouverts entre deux mondes (la Terre et Sidh), et la LLC (la Ligue de Libération des Créatures) tentera un coup de force dont je ne vous dirai rien ici. L'enquête proprement dite, qui porte sur le meurtre d'un adolescent et la disparition de plusieurs autres, se perd dans des détails, et j'ai été submergée par une foultitude de personnages dont le rôle n'est pas clairement nécessaire…
***
Comme l'orthographe de « faës » m'intriguait, j'ai googlisé le mot et j'ai trouvé qu'il s'agissait de personnages d'un roman de Sandy Williams, La Diseuse d'ombres : Sidhe, tome I, classé par Google Books dans le genre « Romance paranormale » (sic), livre auquel, j'imagine, Maëlle Desard a voulu rendre hommage. J'ai d'abord cherché un sous-texte (plaidoyer contre le racisme et la grossophobie, lutte contre le sexisme, etc.), mais c'est à peine esquissé et ça ne tient pas la route. On tombe au contraire très vite dans les clichés sexistes : la grassouillette moche tombant raide dingue amoureuse du très beau (et mince, forcément) Loan. L'écriture prend le parti du mélange des niveaux de langue et de l'humour, humour auquel je suis restée la plupart du temps imperméable. En revanche, certains des kaomoji du fantôme m'ont amusée (ʕ•ᴥ•ʔ, ◔_◔), mais d'autres sont parfaitement incompréhensibles pour tout individu d'une génération née avant le début de ce millénaire (j'exagère à peine).
***
Je ne suis assurément pas le bon public pour ce genre de romans, mais je ne suis pas certaine que ma perception négative soit seulement due à une question de génération. J'aurais lâché ce livre avant la centième page si je n'avais pas eu à donner mon avis : j'ai trouvé l'enquête bâclée et le style trop approximatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Saiwhisper
  27 novembre 2020
Une pépite pleine d'humour ! (。◕‿◕。) Grâce aux lecteurs du PLIB, j'avais entendu parler d'Esther Parmentier. Or, les avis étaient dithyrambiques et affirmaient que l'on se marrait tout au long de la lecture… Et c'est vrai ! La narration est à l'image de l'héroïne : franche, bavarde, sarcastique, intelligente et pétillante ! Esther, en plus d'être une jeune femme geek et gameuse est une véritable boule d'énergie. Elle m'a directement conquise, m'emportant sans effort dans le monde de l'ACDC… Non, pas le groupe de musique : l'Agence de Contrôle et de Détection des Créatures ! Aux côtés d'un vampire peu loquace, séduisant, vieux jeu et cassant, notre héroïne pimpante va découvrir qu'elle est une sorcière et qu'il existe tout un monde d'occultes. Pour mon plus grand plaisir, le bestiaire est riche (djinn, loup-garou, vampire, goule, banshee, fantôme, etc.) et chaque créature possède ses propres capacités comme la séduction ou la capacité de retracer la vie d'une victime en croquant un morceau de chair. Je me suis régalée à découvrir chaque espèce surnaturelle. Les membres de l'ACDC sont intéressants, sympathiques et fascinants… Mais mon chouchou est clairement Mozzie, un fantôme adepte des smileys/kaomojis. Je vous invite fortement à le rencontrer si ce n'est pas déjà fait !
‘'ヽ('▽`)ノ''
Comme dans tout ouvrage de bit-lit qui se respecte, la narratrice va enquêter sur une bien étrange affaire mêlant le monde des humains et celui des créatures fantastiques. Cependant, Esther ne saura pas vraiment compter sur ses qualités physiques ou sur son don magique… Mais plutôt sur son esprit d'analyse, son sens de l'observation, son courage, sa détermination et ses coéquipiers ! (•̀ᴗ•́)و ̑̑ On a enfin une héroïne « normale », qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui, malgré son attirance pour le beau vampire froid comme la mort, n'hésite pas à s'affirmer en le rembarrant. J'ai également apprécié le fait qu'Esther soit ronde, avec une tignasse indisciplinée et avec toute une panoplie de références pop-culture que j'approuve. On apprécie son côté naturel, voire on s'identifie facilement à elle.
En plus de posséder une chouette ambiance, le récit est dynamique. ʕᵔᴥᵔʔ On oscille entre découvertes du monde magique, enquête, rapprochement des personnages, action, etc. le dosage est bon. En plus de rire souvent, on ne s'ennuie jamais ! D'ailleurs, on en redemande !! Maëlle Desard, il faut ABSOLUMENT que vous fassiez une suite. Je vous l'ai déjà dit, mais je le clame haut et fort : vos personnages principaux et votre univers ont énormément de potentiel ! Vous pourriez aisément écrire une saga sur cette super stagiaire… ♥ƪ(ړײ)‎ƪ​​
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   23 février 2021
- Bonsoir, il me faudrait...trois litres de café, extra-noir, et trois...quatre ? kilos de sucre, me corrigeai-je alors que le vampire levait les doigts en l'air. On paie cash.
- Vous vous moquez de moi ? me répondit la voix à travers le combiné.
- Du tout. trois litres de café, quatre kilos de sucre. Cash. Chambre 204.
- Qu'est-ce que vous allez faire avec tout ce café et tout ce sucre ?
- Mais je vous en pose des questions ?
- Je...
- Bon sang, je ne vous demande pas de me faire une omelette à la mère poularde, juste de nous monter du café et du sucre !
- Mademois...
- C'EST MA LUNE DE MIEL ET JE VEUX DU SUCRE ET DU CAFÉ. EST-CE QUE JE PEUX VIVRE MES FANTASMES SANS QU'ON ME FASSE CHIER ?!
- ...
- ALORS ?
- On vous monte ça rapidement. Toutes nos félicitations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
florencemflorencem   10 juillet 2020
- Contentez-vous de la décrire.
- J’en sais rien, grommelai-je en observant l’étrange phénomène qui déversait des litres de paillettes à la minute comme un Coca dans lequel un coquin aurait enfilé un Mentos. C’est très beau, haut… comme ça, continuai-je en positionnant ma main au niveau de mon front.
- Quelle précision, vraiment ! Merveilleux.
- Mais je vous emmerde !
- Non, non c’est parfait. Donc je note : « hauteur : comme ça. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
iris29iris29   24 février 2021
- Capitaine...commença l'agent Loan. Elle est de catégorie deux. Deux . Sur quatre-vingt-deux. Je ne suis pas certain qu'elle parvienne à ouvrir un pot de cornichons. Alors un Portail sauvage ? Restons sérieux.
Commenter  J’apprécie          190
IdeesLivresIdeesLivres   08 novembre 2020
Les nouvelles crachotantes diffusées sur mon téléphone de secours me tirèrent de mon coma éthylique.
Une migraine à me faire trépaner sur la première chaise à ma portée menaçait de me rendre folle et je tapotai mon matelas à l’aveugle, planifiant de jeter cette cochonnerie de machine du diable par la fenêtre. J’avais dû ressortir mon ancien portable de mes cartons et, en plus des affreux autocollants dont je l’avais paré à quinze ans, je devais faire avec les bogues de cette machine antédiluvienne.
[…]
- Taaaais-toooooooiiii !
Ma propre haleine m’anesthésia et je me retournai sur mon lit pour fuir les effluves de vodka mal digérée. Mauvaise idée. Je me laissai bercer par la radio, le temps que la tempête de mon estomac se calme. […]
Mais alors que je retombais dans les bras du séduisant Morphée, des coups violents à la porte d’entrée me sortirent de ma torpeur. Je restai immobile, les mains à plat sur les draps, me demandant si je n’avais pas simplement rêvé ce boucan.
Nouvelle semonce.
Quand mon téléphone vibra contre ma cuisse, je poussai un cri strident qui calma le boxeur impatient sur mon palier. Attrapant l’appareil, j’y lus en diagonale : « C’est l’agent Loan – nous vous attendions ce matin. » […]
- J’arrive ! hurlai-je avec autant de puissance que ma voix cassée me le permettait.
Je me laissai glisser sur les fesses à travers le parquet de ma chambre, et décidai de ne pas tenter le sort et descendre l’escalier de la même manière. Sécurité avant dignité, toujours… […]
L’agent Loan se faufila à l’intérieur et je bataillai avec la porte pour la refermer, ma joue collée contre le bois frais du battant.
- Vous avez bu ?
- Qu’est-ce que vous faites ici ? marmonnai-je.
- Vous avez bu.
Je me redressai avec difficulté, une main courageuse tentant de dompter la touffe sauvage de ma tête.
- Qu’est-ce. Que. Vous. Faites. Ici, martelai-je.
L’agent Loan m’ignora et s’engagea dans la cuisine, ouvrant les rideaux pour mon plus grand malheur.
- Ouch. Pas la lumière… […]
- Reprenez-vous, m’ordonna-t-il. Nous avons une urgence, et nous devons décoller rapidement. […]
- Quoi ?
- Un meurtre.
Un frisson me remonta l’échine, mais je le mis sur le compte des gouttes qui me chatouillaient la colonne.
- Et alors ?
- Et alors on va aller voir ce qu’il en est.
- Bon sang… Mais on est samedi…
- Quand nous attraperons le coupable, je lui ferai savoir que ses choix calendaires vous ont indisposée.
- Faites ça, oui, maugréai-je en lui présentant le chiffon. Mais humidifiez ce torchon avant, vous serez bien brave.
Ignorant ma main tendue, l’agent Loan vint se poster face à moi. Agacée par le sermon que je pressentais arriver, je me redressai pour lui couper la chique. Mal m’en prit. Je fus accueillie par deux iris dorés dont la lueur m’aveugla aussi certainement que le soleil au-dehors.
Je me plaquai les doigts sur le visage et me laissai tomber sur le canapé.
- Cachez ces trucs, bon sang, grognai-je. Vous me démontez le crâne, là…
- Stagiaire Parmentier…
- Quoi ?!
Je tournai la tête et restai interdite. Il se tenait agenouillé, à quelques centimètres de moi, et je fus directement capturée par le piège de ses yeux.
- Vous ne devriez pas vous mettre par terre, marmonnai-je sans réussir à bouger. Je ne sais pas quand j’ai passé l’aspirateur pour la dernière fois…
La pièce s’assombrit, toutes les couleurs et toute la chaleur du monde, concentrées dans ses incroyables iris.
- Levez-vous, stagiaire Parmentier.
Il sentait les chouchous, le vil sagouin.
- Non. Pas envie, non.
Il recula et s’assit à même le sol, le dos contre la petite table basse et l’air très agacé.
- Vous vouliez voir si ça marchait mieux quand j’ai dix grammes d’alcool dans le sang ?
Comme unique réponse, il plaqua ses lunettes sur son nez. Je pouffai et me relevai tant bien que mal, m’y reprenant à deux fois alors que mes abdos refusaient de coopérer.
- Vous en faites pas, grognai-je. Ça peut arriver au meilleur d’entre tous, une petite impuissance passagère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
florencemflorencem   09 juillet 2020
Et pour ne rien arranger, mes cheveux avaient décidé de me dire merde. J’y avais coincé autant de pinces, d’élastiques et de barrettes que j’avais pu trouver dans mon appartement – sans succès. Mètre après mètre, mes longues mèches bouclées retournaient à la vie sauvage et venaient me narguer en se plaquant sur mon front ou ma nuque en sueur.
Commenter  J’apprécie          100

Video de Maëlle Desard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maëlle Desard
Dans le cadre du concours d'écriture de l'imaginaire des éditions Rageot, auquel vous pouvez participer jusqu'au 15 octobre 2021, les ambassadeurs Adrien Tomas et Maëlle Desard nous donnent chacun 2 conseils pour écrire de la fantasy et du fantastique. Retrouvez-les dans cette vidéo.
Pour plus d'informations sur le concours d'écriture Rageot, visitez cette page : https://www.rageot.fr/actualite/concours-decriture
Et pour rappel, voici les principales dates du concours : Réception des dossiers : jusqu'au 15 octobre 2021 Délibérations : du 15 octobre au 10 novembre Rencontres professionnelles : le 2 décembre
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : bansheeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1837 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre

.. ..