AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2823601996
Éditeur : Editions de l'Olivier (20/08/2015)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 151 notes)
Résumé :
Le destin de Rose, qui à 20 ans quitte le manoir familial de Soro, au Danemark, pour aller vivre à Paris. Elle ira d'une fumerie clandestine d'opium à un appartement bourgeois de la rue Delambre où elle vivra en couple avec une femme, avant de recueillir une enfant trouvée qui deviendra sa fille
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  07 novembre 2015
Rose, fillette négligée d'une aristocrate Danoise nymphomane, Kristina, éblouissante de beauté, à la chevelure flamboyante et d'un officier français, gauche et sans charme, obsédé par Spinoza , débarque seule à Paris, à l'âge de dix- sept ans, décidée coûte que coûte à rester dans cette ville.....
Immédiatement livrée à la pauvreté et à l'exploitation, courageuse, elle s'adapte, retombe....elle devient femme de ménage dans un "café"pour lesbiennes. Elle fume de l'opium à en perdre les dents et les cheveux, est sauvée un temps par la passion qui la lie à Louise qui lui trouve un emploi d'habilleuse à l'opéra comique, puis par l'amour qu'elle découvre auprès d'un nourrisson abandonné....
Multiples visages de mére, de fille, d'amante.En compagnie de Rose, nous traversons la politique, les époques, la société, l'affaire Dreyfus, les Années folles, la grande guerre, la vie d'artiste, les bonheurs fugaces, la solitude, la misére, les bas- fonds, les rêves scintillants, les ruptures amoureuses......
Une existence virevoltante, un récit original, un peu baroque, aux rebondissements feuilletonesques, et cœurs " changeants ".
L'auteur décrit une héroïne et ses aventures contradictoires et mystérieuses dans les années 1900- 1930, bohème et bourgeoisie mêléés.
L'écriture, légère, ciselée, gracieuse, attachante, mêle habilement l'épaisseur du roman historique à l'aisance d'un feuilleton que l'on dirait tout droit sorti des contes scandinaves couplés aux romans réalistes français...
Une œuvre d'apprentissage féministe envoûtante diablement moderne où les époques et les identités successives de Rose alimentent une narration subtilement enchevêtrée.
Entre intime murmuré à l'oreille et souffle de l'histoire, entre vaudeville et mélodrame : voilà une existence " incroyable" pour une femme " singulière".
Agnès Desarthe porte un regard insolent et narquois sur la société française du début du siècle. On ne s'ennuie pas une seconde, tandis que l'auteur convoque avec fantaisie, poésie, volupté et gravité délicieuse "les miséres de Zola",Apollinaire et Dickens, Paris et le Danemark...
Un bien bel ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          503
jeunejane
  08 novembre 2015
Rose, l'héroïne, est née au Danemark . Sa mère Kristina est danoise et carrément déjantée. Son père René est un militaire français passionné de Spinoza.
Le père vit en Afrique avec Rose jusqu'au jour où il lui déclare qu'elle est assez grande pour se débrouiller.
C'est ainsi qu'elle débarque à Paris, au début du vingtième siècle avec comme bagage culturel, ses lectures d'Alexandre Dumas et la connaissance de plusieurs langues.
Elle est tout à fait désarmée et va vivre une vie faite de hasards et surtout de pauvreté.
Personnellement, je n'ai pas accroché aux personnages ni au style du roman.
Je reconnais les qualités d'imagination mais cela manque de vibrations humaines.
Commenter  J’apprécie          442
TheWind
  27 juillet 2016
Romanesque.
C'est sans doute le mot qui convient le mieux pour qualifier "Ce coeur changeant", roman d'Agnès Desarthe dont le titre a été habilement emprunté à quelques vers d'Apollinaire.
Voilà ce que nous offre ce roman moderne qui lorgne sans vergogne sur la littérature du 19ème siècle, sur ses romans feuilletons et ses personnages au destin malmené : du romanesque, du rocambolesque, du vaudevillesque, du cauchemardesque...(oui, oui, d'accord, j'arrête les rimes en "esque", ça devient grotesque)
Tout au long de ma lecture, j'ai indéniablement retrouvé certaines héroïnes que je chérissais tant lors de mes lectures passionnées des Rougon-Macquart de Zola. Gervaise, pour les bas-fonds parisiens, son destin déplorable, sa naïveté et sa gentillesse agaçantes. Nana, pour le luxe des appartements haussmanniens, pour la volupté, son insouciance, sa liberté provocante. Lisa, pour sa vaillance à toute épreuve, sa tranquillité...
Rose, l'héroïne, est tout cela à la fois et les personnages qu'elle côtoie, les membres de sa famille et ses amis n'ont rien à lui envier. Entre personnages fantasques, égoïstes, soumis ou encore dévoués corps et âme, ce roman est loin d'être ennuyeux !
D'autant plus qu'on y évoque certains personnages historiques comme Nadar, Dreyfus, Degas...
Tout cela en un seul roman d' à peine plus de 300 pages, c'est incroyable, me direz-vous !
C'est peut-être ce que l'on pourrait reprocher à ce roman. de n'effleurer, de ne toucher que du bout des doigts, de suggérer plutôt que de décrire, d'insinuer plutôt que d'expliquer.
Mais c'est aussi peut être tout ce qui fait la subtilité de ce roman mais surtout sa légèreté.
Ce ton frivole et audacieux pour évoquer les drames, l'histoire tragique de cette héroïne du début du 20ème siècle ne manque pas de faire sourire le lecteur et donne à ce roman un caractère piquant et attrayant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
rabanne
  22 juin 2016
Je ressors épuisée de cette lecture, que j'ai bien failli souvent abandonner ! Je remets moins en cause la plume de l'auteure que la forme narrative choisie, un rythme soutenu d'incessants va-et-vient, dans le passé et le présent, rendant l'ensemble assourdissant (une logorrhée parfois pénible).
Si au départ les portraits de cette famille danoise, ainsi que leurs névroses sont plutôt crédibles, voire drôles et attachants, je n'ai pas adhéré au récit du destin de Rose en France. Un pathos alourdissant l'intrigue, dans un style ampoulé et un rythme poussif, le tout venant ternir ma lecture. C'est vraiment dommage...
Commenter  J’apprécie          248
sylvaine
  16 février 2016
"Le haut, le bas, murmure Rose en suivant d'un doigt le mouvement naturel des cheveux de sa fille qui s'enroulent hypnotiquement. Comment savoir? A droite,à gauche? Où aller? Car tout n'est qu' un cercle. Et toujours celle qui m'abandonne me sauve, ma mère d'abord,puis Zélada, et Louise enfin." (p 336)
Quelques mots et tout est dit. le destin, le parcours de vie de Rose est tracé. Née au Danemark d'une femme aussi belle que nymphomane, Kristina, d'un père militaire de carrière René de Maisonneuve,grand adepte de Spinoza, Rose choyée par sa nounou Zélada, découvre très vite le monde.Elle revient à Paris toute jeune, sûre que sa connaissance des langues, son admiration pour Alexandre Dumas lui permettront de vivre ou du moins de survivre. de rencontres en rencontres, elle descend progressivement les échelons de la société et est sauvée in-extremis par Louise, avec elle Rose découvre la vie amoureuse , la ronde des artistes, le monde des années d'avant la grande guerre. Elle ne se pose pas de questions, elle se laisse porter par Louise et l'adoration qu'elle lui voue.
Roman romanesque qui traverse le début du 20ème siècle secoué par l'affaire Dreyfus, la guerre , le monde de la nuit, la féminité ,les moeurs qui se libèrent, les choix de vie qui s'affirment . Agnès Desarthe à travers la vie de Rose nous offre un texte à clef , un roman où choix et déterminisme politique ont leur mot à dire ! Ne vous fiez pas aux apparences, cette l'écriture légère, ces dialogues qui fusent et qui pétillent cachent, derrière une histoire de vie, des tiroirs à ouvrir pour découvrir la vie .
Un régal à lire voir même à relire .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (3)
Culturebox   03 novembre 2015
Agnès Desarthe réussit brillamment une incursion dans le roman "historique". Elle y fait de sa très belle écriture le récit haut en couleurs de la vie d'une femme née à l'aube du XXe siècle.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   28 septembre 2015
Par son écriture classieuse, son imagination généreuse, sa célébration des pouvoirs de la fiction, Agnès Desarthe est un auteur à part. La preuve par "Ce cœur changeant".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Telerama   26 août 2015
L'épaisseur du récit historique, l'aisance du feuilleton et une gracieuse insolence.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
Floyd2408Floyd2408   28 juin 2015
Les mots ne signifiaient rien. Ils remontaient à la surface de son cerveau comme des bulles, pour éclater sur sa langue. Ils n'avaient aucun sens. Brisés en syllabes sans liens. Des sons abîmés, répétés machinalement, rendus pâteux par le silence et l'absence de pratique vocale. Des sons imaginés, comme le geste qu'effectuerait un membre amputé. Nostalgie de la chose vraie. La bouche de Rose avait perdu sa faculté d'articulation. Elle n'était plus qu'un engin à mâchonner et à déglutir. Les résidus de chandoo lui collaient au palais, remplaçaient l'eau, la nourriture, la parole. Il n'y avait plus que ces petites boules élastiques qu'elle promenait sous ses dents friables. Des dents qui n'en étaient plus vraiment. Tout comme son ventre, changé en caverne, en âtre brûlant jour et nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Annette55Annette55   07 novembre 2015
"Rose plissait les yeux, concentrée, l'aiguille s'enfonçait .et pic! Brigand, escroc, malfrat, ivrogne, assassin......feuilletant mentalement des milliers de pages.....consultant le catalogue de "vices "qu'offrait la " littérature"......délateur, traître, souteneur, meurtrier, vagabond.Rien, rien ne collait.....un mot seul contenait tant de dangers.....inutile de lui adjoindre un qualificatif, l'homme était le prédateur, elle était la proie....."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlicejAlicej   03 octobre 2015
La nuit venue, quand Rose dormait et qu'elle-même ne pouvait fermer l'oeil, Louise se redressait, dos contre l'oreiller, afin de mieux regarder sa trouvaille. Sa gorge se serrait alors, son larynx remontait comme pour pleurer. Elle n'aurait su dire ce qui la traversait, la certitude de son amour et de l'adoration qu'elle recevait en retour, le sentiment de ne pas être à la hauteur, de n'avoir pas la force. Parfois, mais elle se serait pendue plutôt que de se l'avouer, Louise se demandait si ce n'était pas cela, cette crispation du coeur, cette inquiétude sans objet, à la fois légère et infiniment sombre, qui occupait l'esprit des mères au chevet de leurs enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jeunejanejeunejane   08 novembre 2015
La patronne, haute de taille, un torchon passé sur l'épaule, essuyait les verres, les levant un à un à la lumière pour s'assurer que le chiffon ne laissait pas de traces. Rose avait tant de fois admiré Zelada lorsqu'elle exécutait ce geste, quasiment aussi noble que celui de l'astronome tendant sa lunette vers les étoiles.
Commenter  J’apprécie          160
rabannerabanne   20 juin 2016
Cette femme est un démon, pense-t-il. Et voilà que ça le reprend, l'envie de la tenir. Je suis donc maudit, songe-t-il en apercevant la silhouette de sa future belle-mère, au loin, son corps sans équivoque, énorme et flasque, même à l'horizon et malgré le sadisme des corsetiers, l'astuce des couturiers.
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Agnès Desarthe (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Desarthe
Agnès Desarthe publie le Roi René (Odile Jacob), sur la vie et l'oeuvre de René Urtreger.
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

ABO L'ABOMINABLE HOMME DES NEIGES

Où vit Abo?

à la plage
à la montagne
à la campagne

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Abo, le minable homme des neiges de Agnès DesartheCréer un quiz sur ce livre