AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782871295709
46 pages
Dargaud (02/04/2004)
4.08/5   193 notes
Résumé :
La fumée blanche confirmant l’élection d’un nouveau pape s’est élevée au-dessus du Vatican. Mais, n’est-ce pas le démon qui vient de ceindre la tiare pontificale ? Sur la foi d’un signe merveilleux, le sombre cardinal Trebaldi s’est fait élire à la succession de saint Pierre…

Un miracle aurait fait apparaître la croix de saint Pierre au cœur de la ville éternelle, dans les entrailles mêmes du palais ancestral des Trebaldi ! Chercheur réputé de relique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 193 notes
5
4 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Dionysos89
  10 juillet 2013
Malgré le titre bien peu évocateur de ce tome, vu ce qu'on sait déjà après le troisième, ce quatrième opus repart de plus belle !
Après le voyage entamé dans le troisième, vient ici le temps des discordes quand, le but approchant et le chemin se faisant, les relations sont tendues et les trahisons susceptibles d'être percées à jour. L'action est largement mise en valeur ici, tant par le scénario direct de Stephen Desberg que par le dessin énergique d'Enrico Marini. Difficile d'en dévoiler davantage sans tomber dans les gros spoilers liés à l'intrigue, toutefois disons que l'ensemble s'étoffe de belle manière et les relations des personnages sont suffisamment approfondies pour avoir envie de se jeter sur les tomes suivants. Pour en avoir fait une expérience de lecture parallèle, on peut comparer ces enchaînements de bons tomes au début de la série Largo Winch, ces deux sagas misant sur des ingrédients légèrement similaires autour des complots, de l'action et des jolies filles.
De l'aventure pure donc, dans des environnements qui enchantent, à voir et lire sans retenue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Lorraine47
  08 juillet 2013
J'ai fait l'impasse sur les tomes 2 et 3 pour les critiques car ils n'ont pas un grand intérêt pour la narration: la dilution n'est pas ma tasse de thé!
Avec ce tome 4, nous entrons enfin dans le vif du sujet!
Le Scorpion ne peut empêcher l'élection de son ennemi héréditaire Trebaldi à la tête de la papauté. Ce dernier a falsifié des reliques pour parvenir à ses fins et obtenir une légitimité pontificale.
Notre Scorpion n'a pas dit son dernier mot et se rend à Istanbul sur les traces d'Hélène, mère de l'Empereur Constantin pour retrouver les authentiques reliques.
Dans son sillage, deux belles femmes sulfureuses: la rousse Ansea Latal et la brune gitane Méjaï se chargent de donner du fil à retordre à notre bel italien.
Les couleurs d'Enrico Marini sont chatoyantes comme des étoffes orientales.
Ses rouges et ses verts sont un hymne aux couleurs byzantines et ce tome 4 une invitation au voyage...
" le voyage vers l'orient ressemble toujours à un fascinant retour aux sources. Notre esprit n'est-il pas né, nos espoirs n'ont-ils pas pris forme là-bas? Où d'autre pourrions-nous aller pour chercher à la fois notre passé et notre avenir?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
Davalian
  22 septembre 2013
Voici une quatrième aventure du Scorpion construite en dents de scie. Laissé sur sa faim à la fin du tome précédent, Desberg nous dévoile enfin l'issue des différentes tractations menées par Trebaldi. Est-il heureux pour autant ? Difficile de répondre, tant le personnage gagne il ici en complexité. La joie des relectures offre quelques informations... intéressantes.
Le Scorpion reste à l'égal de lui-même et redevient un héros de cape et d'épée. La (longue) scène se déroulant dans les cales du navire n'offre guère d'intérêt... sinon un comique regrettable. L'apparition d'Ansea Latal apporte beaucoup. Idem pour le final dans les archives ottomanes. L'utilisation de sources, l'incipit, le retour à l'archéologie se marient bien avec des scènes d'action, dont certaines sont fabuleuses (le port, les jardins du palais...).
Le changement d'univers des dernières pages s'accompagne d'une ambiance renouvelée. Assurément, nous aurions aimé rester plus longtemps à Istanbul et un peu moins en mer. Marini apporte donc beaucoup à une intrigue qui promet de bons moments, exotiques, tout en préservant un lien logique avec le scénario romain originel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
bdelhausse
  11 mai 2018
Les tomes 3 et 4 participent d'une même logique et se ressemblent. D'une part, ils rebattent les cartes entre les opposants. Mejaï hésite entre amour et haine, et on sent qu'un fifrelin pourrait faire tout basculer. de nouvelles familles entrent en jeu et on finit par avoir l'impression que Trebaldi ne maîtrise pas tout.
D'autre part, ils permettent à Desberg de s'épancher sur le sens de la religion et de l'église. On sent que les propos tenus par plusieurs protagonistes ne sont pas trempés dans le vitriol du XVIIIè siècle, mais frappent directement nos sociétés à l'aube du XXIè siècle.
Malheureusement, il y a de la dilution dans ces deux tomes. Il faut bien que l'on respire, que l'on fasse le point, certes. Et en fin de tome 3 et en fin de tome 4, l'action repart après s'être quelque peu calmée. La différence réside dans le fait qu'en fin de tome 4, le défi est énorme et les enjeux également.
Le Scorpion, poursuivi par Rochnan, s'est trouvé une alliée... Belle et rousse, elle manie le fleuret comme une guerrière. le Scorpion est séduit. le lecteur aussi. D'autant que Mejaï déploie ses charmes et sa haine de même. La croix de Pierre va-t-elle se laisser découvrir? On sait le Scorpion très au fait des manuscrits et des reliques. Mais quand on se retrouve en fin de tome encerclé par les gardes turcs, que faire?
Desberg, quand il est à court de rythme, joue la carte de l'érotisme. Ce n'est pas la première fois que je le note. Dans Golden Dogs, IR$ team, Miss Octobre... on a droit à des scènes qui hésitent entre voyeurisme et superflu. Ici aussi. Ce n'est pas, à proprement parler, déplaisant, mais cela n'apporte pas énormément au récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
JCLDLGR
  27 novembre 2019
Série avec des hauts et des bas, cette fois-ci ce sera un bas : peu de nouveau, hormis cette créature de rêve (Ansea) dont on ne comprend pas très bien le rôle, sauf à la fin. La haine réciproque entre Mejaï et Scorpion, teinté de désir, traîne en longueur.
L'intrigue (retrouver le lieu et la croix du supplice De Saint-Pierre, alors que Trebaldi obtient ce qu'il voulait), est sans surprise ou presque.
Pas mal mais j'attends le prochain haut !
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   16 juin 2013
Depuis la nuit des temps, le monde entier s’enfonce dans la misère humaine. Sans rien y comprendre. Et nous, les Trebaldi, nous n’avons jamais cessé d’en profiter.
Parce que nous sommes. Toi, moi. Tous ceux qui ornent les murs de ce palais. Nous sommes au-dessus des lois, au-dessus des consciences.
Nous sommes des vainqueurs !

Commenter  J’apprécie          320
goodgarngoodgarn   11 novembre 2012
Le voyage vers l'Orient ressemble toujours à un fascinant retour aux sources. Notre esprit n'est-il pas né, nos espoirs n'ont-ils pas pris forme là-bas?
Où d'autre pourrions-nous aller pour chercher à la fois notre passé et notre avenir?
Commenter  J’apprécie          90
reve2003reve2003   18 février 2018
En amour, on m'a souvent reproché de me conduire comme un homme. Je passe rarement plus d'une soirée avec le même. Ainsi, vous gardez au moins une chance de me plaire encore.
Commenter  J’apprécie          30
rulherulhe   18 novembre 2017
- l,obscurité de la nuit ne
sert qu,a révéler l, éclat des étoiles.
Commenter  J’apprécie          90
DiabolauDiabolau   28 juin 2020
— Tu te moques de Dieu, Trebaldi. Pourquoi tiens-tu tant à devenir son premier serviteur ?
— Il n'est guère question de religion, j'en ai peur.
Si un empereur romain n'avait pas décidé de s'en servir, un jour, pour unifier son empire, ta religion serait morte depuis longtemps. Je ne serai le serviteur de personne.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Stephen Desberg (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Desberg
Aimer pour deux
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

6 questions pour voir si vous avez lu le Scorpion, tome 6:Le trésor du temple, moyen

comment s'appelle l'égyptienne, amoureuse de scorpion?

Réjaï
Méjaï
Thaï

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Scorpion, tome 6 : Le Trésor du Temple de Stephen DesbergCréer un quiz sur ce livre