AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782803631094
46 pages
Éditeur : Le Lombard (26/10/2012)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Rendue sourde suite à un viol, Lynn refuse de se laisser abattre et recherche activement son agresseur, quitte à dérober les fonds nécessaires à cette enquête. En parallèle, des meurtres se produisent : Miss Janvier, Miss Février - autant de cadavres et de clichés laissés par l'assassin. Lynn se rend compte qu'elle a failli figurer dans cette macabre série. Clegg, un flic qui n'est pas insensible à son charme, va l'aider à démasquer le mystérieux photographe.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
beatriceferon
  07 février 2020
Nous sommes en mars 1963 à l'UCLA. Une belle jeune femme vêtue en rat d'hôtel s'est introduite dans le musée, et, lors d'une scène qui rappelle « Mission impossible », elle s'apprête à dérober une oeuvre d'une « valeur absolument inestimable ». Arrêtée par un policier, elle semble très très bien le connaître. Dès les pages suivantes, une rétrospective nous plonge deux ans plus tôt, au moment où un tueur en série invente des mises en scènes macabres dans lesquelles il fait prendre aux corps de ses victimes les poses d'un calendrier érotique. Les titres « Miss janvier » et « Miss février » laissent supposer qu'il va perpétrer douze meurtres.
Je n'aime pas devoir attendre les tomes suivants d'une série. En général, lorsque paraît la suite, j'ai déjà tout oublié de l'épisode précédent. Aussi, pour éviter de devoir relire, je préfère patienter et posséder tous les numéros. C'est ce que j'ai fait pour « Miss octobre ».
Lorsqu'on ouvre le volume, on découvre, en deuxième de couverture, une série de photos dessinées en noir et blanc évoquant l'époque à laquelle se passe l'histoire : Martin Luther King, Les Kennedy, Marilyn Monroe, un livreur de journaux qui s'apprête à lancer un « Los Angeles Times », voitures, danseurs de be-bop, l'ambiance est créée.
Dès la deuxième page, on comprend que l'agile cambrioleuse, qui se glisse entre les rayons de l'alarme sans la déclencher, est tombée dans une souricière. Une armada de policiers l'attendent. Ils ne lui feront pas de quartier. L'un d'entre eux rugit : « Je la veux morte ou vive ». Lorsqu'elle parle, on est surpris : certains mots, parties de phrases, sont écrits en gras. On comprendra un peu plus loin. Viktor Scott est sourde depuis une agression violente dont elle a été la victime. Elle parle donc très fort.
En parallèle à son histoire, on pénètre dans une enquête bien macabre, concernant de jeunes femmes atrocement mutilées et une rivalité à couteaux tirés entre deux flics. Enfin, Viktor mène ses propres investigations pour se rendre compte de ce qui lui est arrivé, puisqu'elle a perdu la mémoire de ce douloureux moment. A ce stade de l'histoire, les choses sont encore assez nébuleuses. Je vais attendre la suite pour me forger une opinion.
Il me semble que l'atmosphère californienne des années 60 est bien rendue par Queireix : véhicules de luxe d'une longueur interminable, habitations bardées de bois, vêtements, coiffures, films, presse... Les couleurs sont assez sombres (soir, nuit) ou sourdes, même en pleine journée. le découpage est plutôt traditionnel, de temps en temps, quelques gros plans ou un plan large, rien de bien original.
Mon avis est assez mitigé. Je vais attendre la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kenehan
  27 janvier 2013
"Miss Octobre" est une bande dessinée annoncée en trois tomes qui reprend toutes les ficelles du polar pour nous raconter deux enquêtes entremêlées. Nous sommes au début des sixties, dans la sulfureuse L.A, où un tueur en série sévit. Sa particularité ? Mettre en scène ses victimes comme des playmates après les avoir violées et tuées. Parallèlement à cela, Viktor, une jeune femme devenue sourde après une tentative de viol dont elle ne se rappelle presque rien part en quête de la vérité. Et elle ne reculera devant rien pour y parvenir, même pas devant le vol. Alors que les journaux font leurs unes sur le tueur en série, Viktor s'interroge "et si elle était l'une des victimes du tueur ?"
Ce premier tome est efficace dans le sens où tout est mis parfaitement en place. On découvre au fil des pages les différents protagonistes. En premier lieu Viktor Scott, fille d'un riche homme d'affaire et victime d'un évènement dont elle ne conserve qu'une impression, de vagues indices et une surdité permanente. C'est peut-être le personnage le plus intéressant de l'histoire de part sa persévérance et sa détermination à vouloir connaître le fin mot de l'histoire alors que tout le monde autour d'elle s'évertue à oublier, dissimuler et éviter le sujet. Mais aussi de part son handicap qui réveille en elle des craintes (d'oublier la musique qu'elle appréciait tant), des carences (elle ne découvrira plus de nouveaux sons ou nouvelles voix), mais également une certaine liberté (notamment au niveau de la parole) et une finesse dans l'observation des comportements et du langage des corps qu'elle décrypte à merveille.
Viennent s'ajouter le lieutenant Clegg Jordan et le lieutenant Ariel Samson. le premier, dont la réputation dans le milieu policier n'est plus à faire, est en charge de la traque du tueur. le second, est du genre jeune loup ambitieux qui cherche par tous les moyens à prendre la place de son collègue. Deux personnages somme toute assez classiques dans ce genre-là. Pour autant, l'opposition et la compétition entre les deux apportent un petit plus à l'histoire. Un intérêt supplémentaire.
Pour les amoureux du polar américain de la grande époque, tout y est à mon avis. de la légendaire Cité des Anges, aux indics, en passant par les prostituées, les femmes fatales, le détective vieux jeu, l'adultère, les crimes, la noirceur, etc. le tout accompagné d'une illustration nous plongeant immédiatement dans l'époque et l'ambiance propre aux années 1960. Les dessins sont soignés et détaillés, les couleurs douces, bref le point fort de cette bande dessinée.
Un premier tome donc qui met l'intrigue et ses protagonistes en place et qui plante un décor agréablement rétro. le soucis c'est que l'histoire ne décolle pas encore, qu'on ne sait pas toujours trop quoi faire avec les éléments que l'auteur nous dévoile et qu'au final on est tenté d'aller voir la suite. La bonne nouvelle, c'est qu'il ne reste que deux tomes et que l'on évite donc une longue série sans fin.
Une lecture sympathique qui a su suscité mon intérêt sans pour autant n'emporter et qui m'a donné envie de voir ou revoir de vieux films. Je me laisserais probablement aller à lire la suite si je tombe dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Vexiana
  05 avril 2019
Je n'ai pas du tout accroché à ce premier tome et je pense que je vais en rester là.
Les personnages sont autant de clichés, les dialogues sont une suite de poncifs et les situations ont déjà été vues 10 fois.
Côté dessin, c'est froid et les scènes sont hyper-posées, théâtrales et racoleuses.
Bref, ce n'est pas une BD pour moi.
Commenter  J’apprécie          140
bdelhausse
  27 janvier 2017
Les années 60, pin-ups, dentelle, jarretelles, privés, grosses bagnoles chromées... Et des crimes. Des crimes sordides, que l'on croirait sortis de l'imagination morbide et cynique de James Ellroy.
Bon, tout n'est pas digne d'Ellroy. Mais on flirte parfois avec les codes savamment (et mieux) maîtrisés par le "maître".
J'ai retrouvé du Berthet aussi dans le propos, dans les dessous et les filles glacées de magazines de la même eau.
Des filles sont sauvagement assassinées et mises en scène comme dans Playboy ou d'autres magazines qui se lisent d'une main. On a retrouvé miss janvier et miss février... Viktor, l'héroîne, a été agressée en octobre, et en est resté sourde. Elle décide de subvenir à ses besoins en jouant les monte-en-l'air. Par ailleurs, elle cherche à savoir ce qui a bien pu lui arriver. Il apparaît alors vite que son propre père en sait bien plus sur l'affaire et que si la police n'enquête pas sur ce qui est arrivé à sa fille, il n'y est pas étranger. Viennent s'ajouter à cela deux flics, très L.A. Confidential, et quelques épouses volages. Et une détective privée liée à la pègre.
Le titre indique que Viktor est miss octobre... qui, comment, pourquoi... et quid de novembre et décembre... et des suites. Beaucoup de
L'intrigue est lente, complexe, faisant florès des lcichés et poncifs pour mieux les renouveler, et les auteurs ont la grande intelligence d'imposer à la BD un rythme qui permet à la fois de dévoiler des éléments, tout en remettant les solutions aux tomes suivants.
Le dessin est le plus souvent bien maîtrisé. Un effort notable est fait sur les visages, et les expressions.
J'ai pris beaucoup de plaisir et je me mets à la suite le plus rapidement possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JCLDLGR
  01 septembre 2019
On est dans une atmosphère à la James Ellroy, début des années 60 à Los Angeles... on sent les auteurs fasciné par l'époque, en particulier par les voitures (dont la finesse du trait est exceptionnel) ; le scénario est assez complexe et ce n'est pas le dessin des personnages qui aide à se retrouver (ils se ressemblent beaucoup), ni l'organisation des planches (on passe d'une intrigue à l'autre sans transition en plein milieu de page).
Il faut s'accrocher mais c'est plutôt réussi même si la noirceur de l'histoire est adoucie par la finesse (la joliesse) et la neutralité du trait et de la colorisation !
A suivre donc !
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (6)
BDSphere   13 février 2013
(...) Navigant entre flics corrompus, femmes fatales et criminels pervers, son intrigue est un hommage à peine voilé aux grands auteurs des romans noirs américains. L’influence de James Ellroy et de son Dahlia noir se fait clairement sentir dans cet album où transparaît le portrait d’une Amérique coincée entre les codes moraux d’un quotidien puritain et les prémisses d’une révolution culturelle et sociale qui s’annonce. (...)
Lire la critique sur le site : BDSphere
BDSelection   21 janvier 2013
La grande force de ce type de bande dessinée [...] réside principalement dans le sens des détails graphiques qui établissent une ambiance, une situation… et dans une construction précise et efficace qui fait que tout s'emboîte, l'accumulation de lieux communs se révélant finalement féconde.
Lire la critique sur le site : BDSelection
BoDoi   23 novembre 2012
Le scénariste américanophile […] offre un polar tiré par les cheveux et qui avance avec des gros sabots.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   05 novembre 2012
Dense et parfois très bavard, le scénario de ce premier tome en impose. Si certains des ingrédients sentent le réchauffé, Desberg réussit néanmoins à faire passer la sauce en jouant habilement sur la construction de la narration.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre   29 octobre 2012
Cette nouvelle série, prévue en trois tomes, nous en met plein les yeux et n’a pas fini de nous surprendre.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   25 septembre 2012
Stephen Desberg se lance avec brio dans le polar noir. Au fil d’un scénario au suspens parfaitement maitrisé, il nous livre une intrigue à la construction millimétrée qui nous fait entrer par petites touches dans l’intimité des protagonistes. […] Le dessin réaliste d’Alain Queireix est d’une lisibilité remarquable.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
IreneAdlerIreneAdler   07 novembre 2012
La première chose à laquelle j'ai pensé en le regardant, ce que... je ne connaitrais jamais sa voix.
Commenter  J’apprécie          30
MonsieurHyacintheMonsieurHyacinthe   17 janvier 2018
"(...) A Los Angeles, le ciel est souvent jaune, et la pluie chaude. Tant qu'à être sourde, c'est sans doute la ville idéale. Plus de klaxons, de hurlements de sirènes de police, de flashs d'informations sur les meurtres qui hantent la cité des anges. (...)"
Stephen DESBERG & QUEIREIX, Miss Octobre, 2012, Lombard (p. 11).
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Stephen Desberg (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Desberg
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Les Anges d'Auschwitz" de Stephen Desberg et Emilio van der Zuiden, Éditions Paquet "La Vie secrète d'Elena Faber" de Jillian Cantor, Éditions Préludes "Comment devenir Belge ou le rester si vous l'êtes déjà" de Gilles Dal et Fredd Jannin, Éditions Jungle
autres livres classés : pin upVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

6 questions pour voir si vous avez lu le Scorpion, tome 6:Le trésor du temple, moyen

comment s'appelle l'égyptienne, amoureuse de scorpion?

Réjaï
Méjaï
Thaï

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Scorpion, tome 6 : Le Trésor du Temple de Stephen DesbergCréer un quiz sur ce livre

.. ..