AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020382059
Éditeur : Seuil (03/02/2000)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Une femme seule prépare des seiches farcies pour ses invités du soir. Et cuisiner, c'est tout un art. L'art de recevoir, d'offrir, de se mettre en scène et de séduire. Cuisiner c'est sentir, toucher, goûter. Et c'est aussi se plonger dans ses souvenirs d'enfance, ses désirs ou ses peurs... La nostalgie a parfois un goût d'huile d'olive et de confiture de tomates vertes. Un récit pur et poétique,
qui se savoure tout doucement.

"Tournés et retour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  11 septembre 2013
Lu dans le cadre de la prochaine rencontre du club-lecture auquel j'appartiens, j'avoue qu'en commençant ce livre, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre et d'un côté, tant mieux car, au moins je n'ai pas été déçue. Eh oui, comme vous l'aurez compris, je n'ai pas du tout accrochée avec cet ouvrage, trouvant les phrases bien souvent trop longues (j'ai horreur de cela...enfin, cela dépend dans quelles circonstances bien sûr) et le thème du livre sans grand intérêt.
Une femme, que l'on suppose avoir la quarantaine (simple déduction puisque lorsqu'elle se décrit, elle fais allusion à l'apparition de ses premiers cheveux blancs), seule, prépare pour ses amis un dîner. A menu : des sèches farcies ! Elle n'est pas très sûre que ce soit des sèches ou des calmars (des calamars, si vous préférez, les deux termes sont exacts comme elle le dit elle-même), voire des encornets. Elle nous décrit donc les douze étapes qui vont l'amener à la préparation de ladite Sèche, au cours desquelles elle se met à se remémorer des souvenirs d'enfance, lorsque sa vieille voisine d'enfance qu'elle se plaît à appeler sa marraine, en référence à l'histoire de Cendrillon, cuisinait et qu'elle se glissait dans sa cuisine.
Pour elle, ce dîner est un vrai défi (et j'avoue que pour moi aussi, défi réussi pour moi puisque je suis allée au bout de ce livre mais qu'en sera-t-il du sien ?).
Un livre très court et très vite lu, et même si je dois reconnaître qu'il est bien écrit, ce fut pour moi une lecture très ennuyeuse. Mais tous les goûts étant dans la nature (et heureusement), je vous invite à le découvrir pour me dire ce que vous en avez pensé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
andras
  21 février 2016
Chez Maryline Desbiolles, la cuisine se mitonne autant avec les mots et les souvenirs qu'avec les sauces. Au fur et à mesure de la préparation du plat (des seiches farcies) des choses longtemps enfouies remontent à la surface, tant ces odeurs de cuisine sont intiment liées à l'enfance. Ce livre a évoqué en moi le souvenir d'un roman et d'un film, des oeuvres qui l'une et l'autre font partie de mon panthéon personnel : le festin de Babette pour le film et les Variations Goldberg de Nancy Huston, pour le roman. Pour « le festin de Babette » le lien est assez évident. Il l'est peut-être moins pour « Les variations ». Pourtant dans cette oeuvre comme dans le livre de MD, la structure du livre respecte une contrainte stricte : la recette des seiches farcies pour MD et les 30 variations Goldberg de Bach pour NH. Et dans les deux livres, cette contrainte formelle rigoureuse est l'occasion d'une sorte de mise à nu de l'auteur-interprète (si je puis assimiler la recette à une partition). NH, s'introduisant dans les pensées de plusieurs personnages est plutôt dans le concerto (pour clavecin en l'occurrence) alors que MD nous donne plutôt une sonate (pour "piano" évidemment !), mais une sonate où de multiples chants et contre-chants se répondent. Et dans les deux cas, c'est l'intime qui se joue là, dans les improvisations fuguées à partir des thèmes initiaux. Avec, dans les deux cas, une pudique impudeur qui me ravit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cdilyceehotelier
  07 décembre 2015
Mme DESBIOLLE


Nom de l'oeuvre : La Seiche, Roman.
Auteur : Mme Desbiolle
Maryline Desbiolle est écrivain.Elle est née à Ugine en 1950. Elle obtient le prix Fémina en 1999 pour « Enchise ». Elle vit actuellement dans l'arriéré pays niçois. « La Seiche » a été écrite en 1998. Mme Desbiolle n'a pas qu'écrit ce livre, loin de là.elle a écrit en tout 30 livres dont « Anchise » qui lui a permis d'obtenir le prix Fémina.
D'un coté on est en temps réel chaque chapitre correspond à un moment de la préparation culinaire EX:de la Seiche. Tous les temps se bousculent : celui des souvenirs et de l'enfance, des obsessions douloureuses qui refont surface, de tragédies obstinées qu'évoque le ventre arrondi des mollusque que notre cuisinière dispose avec soin sur la planche à découper .

Je n'ai pas aimé ce roman car c'est un roman descriptif et à la fois argumentatif. Je n'aime pas ce genre de roman. Je ne conseille pas ce livre à moins que la personne soit fan de cuisine, de seiche, de de poulpe, de chipirons. On s'y ennuie.
Je déconseille ce livre qui est d'un ennui total, mais si vous désirez vous enrichir sur la seiche et sur sa présentation je vous le conseille.
Dufourcq Thomas 1PRO R1
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Angelye
  06 avril 2015
Non... Non... le livre m'a terriblement ennuyée et la recette de la seiche ne m'a pas du tout alléchée. Chez moi, dans les farcis, on ne met pas de riz. Notre farce est généreuse : de la viande, des oeufs, de la crème, tout un tas de plantes aromatiques et cela fait un mélange onctueux qui n'a rien à voir avec ce qui est décrit ici. Donc, pas bon le livre, pas bonne la seiche !
Commenter  J’apprécie          60
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  24 janvier 2019
Que dévoile-t-on de soi lorsqu'on cuisine pour les autres ?Au-delà du choix minutieux de la recette, de la précision technique des gestes - hacher, farcir, cuire -, que dit ce temps de la préparation, à la fois introspectif, intime, et tourné vers les autres ? Alors qu'elle s'apprête à se mesurer aux seiches qu'elle servira à ses invités, la narratrice du roman de Maryline Desbiolles plonge en elle-même, oscillant entre les souvenirs de sensations passées, l'attente du partage à venir et l'espoir que le résultat de la recette soit à la hauteur des espérances. En 12 étapes qui sont autant de consignes de la recette, Maryline Desbiolles esquisse ainsi un parcours culinaire et sentimental d'une grande délicatesse, embaumé par les parfums de la cuisine provençale, au cours duquel la cuisinière autant que ses produits se transforme et change d'état.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
andrasandras   21 février 2016
On jette le hachis dans l'huile, on tourne tambour battant à l'aide d'une cuillère en bois, puis on baisse le feu, on laisse bruire gentiment quelques minutes, le temps que la couleur change de tous côtés. On reconnaîtra à l'odeur que le tout a bien pris, que le tout a rondement pris, alors que l'odeur est lente et qu'elle traîne dans ses filets toutes sortes de choses familières et quelques inconnues aussi. Je pense curieusement aux lilas, à l'odeur des lilas, une sorte d'envers du cuit, un envers du tissage d'odeurs que la cuisson invente. Dans l'odeur crue des lilas qui bordaient le chemin menant à l'école car ils ne sentaient jamais aussi bon qu'un peu tôt le matin, à peine enrobés comme le bonbon de papier transparent, de la lumière encore ensuquée de soleil. il faut savoir qu'au retour de l'école nous les avions oubliés, la tête bourdonnante d'histoires à raconter et aussi de celles à ne pas dire, qu'on n'aurait même pas su comment dire, il faut savoir que la nuit ne serait pas de trop pour laver ce grand drap tendu où se sont pris d'un coup tous les mots du monde, il faut savoir que la nuit ne serait pas de trop pour qu'au matin l'odeur nouvelle née des lilas s'engouffre en nous, que nous soyons l'eau du torrent et son lit, que nous oubliions toute ressemblance avec nous-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
andrasandras   21 février 2016
[…], je sors de l’armoire ma robe rouge pour que tous me voient et rien ne m’irait tant qu’être aussi transparente que le souffle des anges, cachée dans l’armoire d’où sort la robe, enfuie, envolée, tu redoutes qu’on t’attrape, n’est-ce pas ? qu’on t’attende au tournant, qu’on t’attende où on croit te trouver et où tu te démènes pour ne pas être, seiche pour encornet, seiche pour calmar et tous cheveux si confondus, si embrouillés, si entremêlés qu’aucun peigne plus jamais ne pourra les séparer. Cheveux emmêlés, enchevêtrés, enlacés. Que veut dire « mon amour », que veut dire « je t’aime » sinon peut-être que les mots s’enflent en même temps que quelque chose enfle dans la poitrine, le mot « amour » ne vient-il pas aux lèvres pour empêcher ces mots-là de gonfler démesurément, pour qu’ils n’explosent pas dans tous les sens et qu’à la fin on n’en retrouve pas seulement des lambeaux exténués, vidés de tout le souffle qu’il a fallu pour qu’ils enflent, « mon amour » pour dire calmement qu’on est hors de soi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cicou45cicou45   11 septembre 2013
"Le monde lui-même a la tête dans un sac. Il n'est pas un livre dont la lecture nous donnerait peu à peu les clés. C'est à nous d'écrire indéfiniment le livre."
Commenter  J’apprécie          180
nataly11nataly11   28 décembre 2013
Et surtout peut être elle faisait la cuisine du pays, alors que nous étions d'ailleurs et que mes parents, nouvellement installés, continuaient encore de manger comme ils avaient mangé chez eux. Chez la voisine, ce qui mijotait sentait à plein nez le romarin et l'olive noire dont l'acidité s'arrondissait en cuisinant, chez la voisine on mangeait des légumes crus baignés de la seule huile d'olive qui, tout exotique qu'elle fût pour moi, devint sur le champ inséparable de toute cuisine, j'en aimais d'abord la merveilleuse couleur, l'odeur puissante et douce, je l'aimais même rance quand on en parfumait de quelques tombées la soupe du soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cicou45cicou45   11 septembre 2013
"Il faut du courage pour ne pas craindre l'imperfection."
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Maryline Desbiolles (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryline Desbiolles
Maryline Desbiolles - le beau temps .Maryline Desbiolles vous présente son ouvrage "Le beau temps" aux éditions Seuil. Rentrée littéraire automne 2015. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/desbiolles-maryline-beau-temps-9782021241525.html Notes de Musique : le quai des brumes Jaubert - largo. ® www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : saveursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique d'écran, Musique des grands !

Quel réalisateur, icône de de la nouvelle vague, a choisi une musique de Maurice Jaubert pour accompagner un film (avec Nathalie Baye et Antoine Vitez) réalisé en 1978, d'après trois nouvelles de Henry James ? La femme de Gérard Mazet vient de décéder. Julien Davenne est arrivé dans l'est de la France pour le réconforter, mais lui-même vit un véritable drame : il est veuf, vit avec une gouvernante et Georges, un enfant sourd et muet à qui il apprend à parler. Dans cette même maison, où il abrite sa solitude, il a aménagé une chambre entièrement consacrée au souvenir de sa femme Julie.

Jean-Luc Godard
Claude Lelouch
François Truffaut
Jules Dassin
Jacques Rivette
Eric Rohmer

12 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Le beau temps de Maryline DesbiollesCréer un quiz sur ce livre