AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1447665228
Éditeur : lulu.com (18/04/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 9 notes)
Résumé :
"Il était temps de partir. L'homme appuya sur le bouton dissimulé au bord inférieur de l'appareil. Un « bip » discret se fit entendre. Sans plus attendre, il ramassa son sac à dos et descendit en contrebas du col. En marchant d'un bon pas, il serait de retour au village juste pour l'ouverture du bar-tabac. Il pourrait attendre son commanditaire – et l'argent promis – en savourant un café serré.

Une sympathique balade nocturne, somme toute bien rémunér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
pititecali
  18 juin 2013
Mon avis : 3/5 - Me réconcilierait "presque" avec le thriller... Un livre très beau, et bon, mais une histoire trop "réaliste" pour moi :)

Il y a quelques semaines, mon "Calidoscope 'Dimanche" portait sur Éric Descamps. (retrouvez l'article ici)
Lors de notre "entretien" préalable à la parution de l'article, Éric me présentait Alvéoles, un roman dont la couverture m'avait fortement fait craquer, surtout quand il m'a expliqué le petit secret qui se cache derrière (lisez l'article !! ^^). Malheureusement, en tant que rêveuse inconditionnelle, je fuis autant que faire se peut les vilainies du monde réel, particulièrement dans mes loisirs littéraires et cinématographiques, où je préfère me concentrer sur ce qui me fait du bien, à savoir l'imaginaire. (Après, ça peut bien être sanglant et horrible, c'est pas un problème, du moment que ce n'est pas réaliste ^^)
Aussi, à la lecture du résumé, je m'étais dit :"dommage, ce livre n'est pas fait pour moi". Un thriller, des pirates informatiques, des complots industriels, tout ça... Ça ne me fera pas rêver.
Éric m'a ensuite proposé de recevoir malgré tout son ouvrage, en souhaitant "prendre le risque" d'être lu par un public peut-être moins acquis d'avance. Je crois qu'il voulait se confronter un peu à un lectorat peu enthousiasmé par l'idée, pour évaluer vraiment honnêtement ce qu'il a écrit. Dans la mesure où chacun se lançait en toute connaissance de cause, et qu'il acceptait d'avance une chronique qui risquait d'être "nettement pas emballée", j'ai accepté ce partenariat.
Et finalement, pensant ne pas aimer DU TOUT, je dois dire que la surprise est plutôt positive, dans la mesure où j'ai "bien aimé" ce livre. Loin du coup de coeur ou du livre que je n'aurais pas su fermer avant d'arriver à la fin, j'ai tout de même bien apprécié ma lecture.
Ce qui, mine de rien, et vu mes goûts personnels, est déjà un beau petit exploit pour un thriller !
(Viens-en aux faits, Cali s'il te plait ! Oui oui, j'arrive j'arrive !)
Alors, qu'est-ce qui nous vaut ce 3/5 mi mitigé, mi positif, mi "c'était bien, mais..." ?
- Clairement, niveau positif, le style d'Eric Descamps a joué un grand rôle. Fluide, hyper naturel, sans tendre à l'hyper simplicité de la littérature d'aujourd'hui, mais sans aller non plus trop loin dans le côté "technique" de l'histoire (jargon informatique et compagnie), je dois dire que sa plume m'a bien aidée à lire facilement cette histoire. (Oui je sais, j'ai mis 13 jours à lire 450 pages, mais j'ai surtout eu beaucoup de boulot !! Pour une fois, le temps de lecture n'est pas un indice entièrement fiable.) Si Éric n'avait pas eu un talent aussi prononcé pour l'écriture, probable que je me serais arrêtée au premier chapitre. Heureusement pour nous, talentueux, il l'est.
- le niveau du livre. Un peu parfois fatiguée de lire des livres franchement bâclés pour certaines petites maisons d'édition, et un peu par déformation professionnelle aussi (j'avoue !), je chausse toujours mon "oeil critique" en ce qui concerne le soin apporté à la qualité de la langue et du français dans les ouvrages. Après quelques pages d'Alvéoles, il m'est apparu clairement qu'un soin particulier avait été apporté à la correction. Comme dans toutes les petites maisons d'édition, qui n'ont pas de budget pour la correction professionnelle bien souvent, il reste quelques coquilles ou fautes courantes, mais elles sont anecdotiques, vraiment. le niveau est plus que correct, et je ne suis pas du tout ressortie de ma lecture avec l'impression de : "la vache ! Ils auraient pu faire un effort !" Ça se passe très bien à ce niveau-là :) (toujours pour une "petite maison" bien sûr ! Je serais nettement moins laxiste avec les grosses boites qui ont des correcteurs pros !)
La couverture, et la qualité générale du livre-objet sont également très soignées, ce fut un réel plaisir de l'avoir entre les mains.
- L'intrigue. Évidemment, compte tenu de mes goûts personnels toujours, en matière de lecture, c'est à ce niveau-là que ça a un peu plus coincé. du réalisme, du terrorisme industriel, des pirates informatiques, le complot, des méchants coupables... Rien là dedans qui puisse nourrir mon besoin d'évasion. Néanmoins, Éric est parvenu à vulgariser l'ensemble, à en simplifier la compréhension pour les non initiés, aussi bien en ce qui concerne l'intrigue "enquête", que pour tout le contexte informatique dans laquelle elle se situe. Ce n'est pas TROP simplifié, mais suffisamment pour que tout le monde puisse bien comprendre ce qui se passe. Et ça, ouf, parce que vu la trame, ça aurait pu vite devenir beaucoup TROP complexe pour que moi je puisse suivre !
Mais bon, malgré un petit élément "fantastique" qui m'a bien plu, on est vraiment resté dans le réalisme pur. Ça plaira sûrement à beaucoup de gens, mais personnellement, je n'en tire un plaisir que très limité ;)
En tout cas, tout m'a paru cohérent, crédible, et compréhensible, même le dénouement. C'est déjà plutôt pas mal, dans la mesure où je n'ai vraiment AUCUNE logique, et que même les intrigues de NCIS, je n'arrive pas à les suivre ^^ !
- Les personnages. Mitigée je suis. Déjà, il y a pas mal de personnages à suivre, pas simple quand on a, comme moi, besoin de s'attacher et/ou s'identifier à eux pour apprécier vraiment sa lecture. J'ai apprécié certains, d'autres me sont restés totalement indifférents, et d'autres encore ne m'ont pas plu du tout. Là, encore, tout est question de goût, c'est très subjectif.
Je me suis plutôt assez bien attachée à Dominique et Judith, les jeunes mariés, ainsi qu'à Valérie, la petite fille, et sa maman Faustine. Ils m'ont touchée quelque part, et c'est particulièrement les paragraphes qui leur étaient consacrés qui ont retenu mon attention. Normal, je pense, dans la mesure où ce sont ceux qui amènent le tout petit côté "fantastique" dont je vous parlais plus tôt.
Je sais que certains lecteurs (coucou Danielle !! lol) ont particulièrement apprécié le pirate informatique Milos, pour son charme et son charisme, alors qu'il m'a laissée complètement de marbre. (les goûts et les couleurs, hein ^^), quant à vous, vous pourriez même être plus attirés par les gros pontes de l'industrie agroalimentaire que je n'ai particulièrement pas aimés, ou par Sabrina, à la beauté foudroyante. Comment savoir ? Encore une fois, c'est le genre de choses totalement personnelles, propres à chacun, avec lesquelles un auteur est bien obligé de composer sans trop pouvoir les prévoir. Cela étant, je trouve que dans ce livre, il y a un panel de personnalités suffisamment large pour que chaque lecteur puisse y trouver son compte et des affinités avec certains personnages, quels que soient ses goûts. Qu'importe si au final, nos préférés ne sont pas les mêmes pour chaque lecteur, n'est-ce pas ? :)

En résumé : Si vous aimez déjà le genre "thriller réaliste", aucun souci, ce livre ne peut que vous plaire. C'est un bon livre ! Bien construit, bien ficelé, bien écrit, avec des personnages variés et intéressants.
Si vous ne l'appréciez pas trop, voire pas du tout, comme moi, vous pouvez aussi le tenter, c'est quitte ou double. Personnellement, même si ça ne deviendra jamais mon genre de prédilection, il m'a tout de même un peu réconciliée avec. Je serai moins catégorique sur le fait qu'un thriller ne PEUT PAS ME PLAIRE, désormais ;)
Mine de rien, c'est déjà une petite victoire pour Éric, je pense qu'il peut considérer que le "pari" qu'il a pris en misant sur moi pour le lire est réussi, même s'il reste encore de nombreux points (propres au genre, pas à ce livre) qui resteront pour moi des entraves.
Sur ce, après 13 jours plongée dans la réalité avec ce livre, je vais quand même beaucoup apprécier de repartir sur une lecture plus "imaginaire". Mais bravo Éric, mon avis est nettement plus positif que je ne l'aurais pensé, tu vois :)

Cali
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Paco
  24 avril 2012
Je tiens à remercier Eric Descamps pour m'avoir remis son premier roman. Merci pour cette histoire à grande vitesse!
Vous vous souvenez de la série 24 heures chrono avec l'agent spécial Jack Bauer? Au terme de l'épisode, aviez-vous aussi ce besoin méchamment viscéral de connaître la suite à tout prix? C'est précisément cette sensation que j'ai eue en évoluant dans ce roman d'Eric Descamps. L'auteur, tel un chimiste particulièrement habile, a trouvé le dosage parfait pour activer nos molécules déclenchant cette sensation de dépendance!
L'utilisation de courts chapitres - ce fameux cliffhanger que vous apercevez dans certaines séries - permet de maintenir un rythme soutenu et persistant, une tension quasi permanente. A la fin de chaque partie, l'auteur place ses personnages dans des situations peu agréables - (cliffhanger = suspendu à une falaise, c'est assez explicite) - et je dois reconnaître qu'il a réussi à utiliser ce procédé avec beaucoup d'adresse. La multitude de situations se produisant simultanément dans cette histoire permet de passer d'un plan à un autre, respectivement d'un groupe de personnages à un autre - avec une tension allant crescendo. L'intrigue progresse, les divers plans se regroupent, pour ensuite se chevaucher et finalement se fondre entre eux. Une culture du suspense assez prodigieuse je dois dire!
Je ne sais pas trop comment classer ce roman. Peut-être dans le genre thriller de conspiration, d'espionnage? Il y a la tension, j'en ai parlé avant. Également une sorte de crainte, d'angoisse relatives aux personnages qui sont continuellement pourchassés et talonnés de près! Ou alors encore mieux; je le définirais comme un techno-thriller! Et oui car vous allez être servi en technologie de pointe et piratage informatique. Eric Descamps doit certainement posséder un sacré bagage dans ce domaine. Ou alors il s'est extrêmement bien documenté pour écrire son livre, mais je ne le crois pas. Lors de la lecture, nous percevons clairement une puissante maîtrise en la matière. Mais je vous rassure, même si vous êtes un vrai manche au niveau informatique, vous allez largement vous en sortir. L'auteur utilise toutes les opportunités, toutes les occasions favorables pour nous rendre la lecture limpide.
L'auteur, par ce techno-thriller, nous rend attentif sur la problématique des réseaux informatiques, leurs limites, leurs dangers mais surtout leurs possibilités qui semblent presque illimitées. Il place également dans son intrigue une autre sorte de réseau bien structuré, composé d'éléments extrêmement bien reliés les uns aux autres, celui des abeilles et des frelons d'Asie, qui prendront une importance capitale dans cette intrigue, durant laquelle souffle un vent chargé de menaces. Un bruit sourd émis en continu va déranger le lecteur du début à la fin, un bourdonnement qui représente certainement une haute tension qui se déplace dans les veines, ou alors tout simplement le grondement régulier des hyménoptères qui tournent autour de vous telles des vautours.
En quelques mots, je vais vous présenter les divers plans qui forment cette intrigue qui démarre, je dois dire, relativement fort. Je ne vais pas m'engouffrer dans les détails, cela ne servirait à rien. Je ne veux justement pas aller trop loin afin que ce livre conserve l'entier de son suspense et de son rythme, ce qui est à mon sens son point fort.
Daniel, père de famille à la recherche de travail, est mandaté par un service de Météo France pour un petit boulot. Sa mission consiste à aller placer au sommet d'une colline un appareil permettant de prendre quelques mesures. Mais voilà, au terme de cette tâche, Daniel tombe malade, direction les urgences. le diagnostique est sans appel, notre homme est atteint du virus de la grippe H1N1 et la transmet par la même occasion à sa petite fille Valérie. Nous apprendrons par la suite que de nombreuses autres personnes ont également été embauchés aux quatre coins de la France pour cette même mission, et ainsi déposer ces fameuses stations météorologiques dans des lieux bien précis. Enfin... stations météorologiques, pas vraiment ça!
Dominique et Judith, jeune mariés, partent en voyage de noce dans le Vaucluse, afin de prendre un peu de bon temps et profiter pleinement dans leur nouveau statut conjugal dans une petite maison isolée. La belle vie! Alors qu'elle se trouve dans la chambre en attendant son mari qui fait quelques longueurs dans la piscine, Judith est attaquée par un essaim d'abeilles particulièrement agressives. Allergique au venin, Judith termine à l'hôpital dans un profond coma.
Milos, pirate informatique particulièrement doué, vient de créer un virus, ou plutôt une technique nommée "la chute des dominos", qui permettrait de s'infiltrer dans les réseaux les mieux protégés, en prendre le contrôle et disparaître sans laisser de trace. Évidemment, cette brillante méthode suscite bien des convoitises, peut-être même dans des secteurs proches de l'OTAN, comme le Centre Interallié de Lutte contre le Terrorisme Informatique (CILTI). Notre hacker est très surveillé - vous vous en doutez bien - et le développement de son virus est pour lui le point de départ d'une aventure qui va s'avérer plutôt agitée. Sa méthode hautement performante placée entre des mains mal intentionnées peut s'avérer catastrophique.
Et finalement, que vient faire une puissante entreprise agro-alimentaire ayant pignon sur rue dans cette histoire? Cette organisation, MeyerLintz, dirigée par les trois frères Kettenmeyer, va s'avérer être très proche de ce que je viens de vous expliquer. A présent, à vous d'essayer de faire le lien entre tout ces tableaux qui vont finir par fondre les uns dans les autres, petit à petit. Terrorisme? Manipulation génétique? Drame écologique? Peut-on maîtriser et contrôler des prédateurs naturels afin de les utiliser pour un acte de terrorisme, pour créer le chaos, l'angoisse et la confusion totale en Europe.
Eric Descamps met tout cela en place avec beaucoup de dextérité et de précision. Il met en scène des personnages tout à fait ordinaires, pas de super héros. Des gens qui se retrouvent dans une situation menaçante et qui vont devenir, à force d'être persécutés et pris pour cibles, méchamment perspicace et déterminés! A l'image de Dominique, ex-flic, qui sent son épouse partir toujours plus loin dans son coma et qui va mettre tout en oeuvre pour comprendre ce qui l'a mise dans un tel état - et surtout qui!
L'auteur nous réserve également un moment assez fort - quelque peu surnaturel - entre une petite fille et une femme dans le coma. Un clin d'oeil très humain, très profond, qui prend une place intéressante dans cette intrigue, et surtout dans son dénouement.
Filatures, surveillances, courses-poursuite mémorables entre la Suisse, la France et la Belgique! le rythme sera constant et soutenu jusqu'à la dernière page. Les personnages, que l'auteur maltraite sans ménagement, vont devenir de plus en plus attachants et le lecteur aura envie de prendre sur lui quelques unes de leurs douleurs afin de rendre leur souffrance un peu plus supportable. de méchants tueurs de deux mètres de haut se déplaçant en Audi A3, des gentils, des dirigeants qui veulent s'accaparer du monde entier et peut-être même de ses alentours, de méchants virus informatiques...; c'est clair, ce sont des clichés, des idées toutes faites, mais par la plume d'Eric Descamps, ça passe plutôt bien et franchement ça déménage! En plus, cela se passe près de chez nous... ;-)
A présent, si vous voulez savoir jusqu'où sont prêts à aller certaines personnes pour se profiler, pour tenter de prendre le pouvoir au dépend de ses concitoyens en souhaitant créer le chaos total, montez dans le TGV manoeuvré par Eric Descamps, car c'est vraiment à grande allure qu'il va vous emmener jusqu'au dénouement. Bonne lecture.
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dgcourrier
  17 mai 2012
Une merveilleuse surprise, voilà comment je peux qualifier Alvéoles. Tout débute avec un couple de jeunes mariés, douceur de vivre, joie au coeur...
Puis l'intrigue qui se noue et les personnages qui se croisent.
Les chapitres sont courts, dynamiques et prenants. Par petites touches le suspense monte crescendo jusqu'à nous entraîner dans les dédales d'un complot international, (je ne dirai rien, mais les abeilles ont un grand rôle) les courses poursuites, et l'urgence.
Le coeur bat plus fort, les pages se tournent toutes seules, on ne peut plus lâcher le roman sans avoir la frustration d'avoir laissé les personnages dans une situation haletante. Vraiment un grand bon moment de lecture.
A ne pas manquer !
Commenter  J’apprécie          40
Tmor
  21 février 2016
Je reviens sur une lecture de cet été. J'avais oublié d'écrire un petit mot à ce sujet. Il s'agit d'un thriller copieux à la construction complexe, qui partant des abeilles, nous emmène dans un complet économique des plus sombres. L'intrigue est très solidement ficelée. On en a pour notre argent en termes de détails, d'approfondissement des personnages et de précisions scientifique. Sans tomber dans l'exposé ultra technique, on comprend assez vite de quoi il en retourne. On passe de questions d'écologique (les abeilles), aux questions d'informatique (sécurité) en passant par la fertilité... J'ai particulièrement apprécié le propos de départ : profiter du chômage et de la précarité pour donner soit disant un boulot qui ne sert qu'une obscure cause. Certaines scènes sont redoutables de stress et de force. Même après le temps, certains "cliff hanger" - comme on dit dans les films - me sont restés en mémoire. On veut connaître la suite, la fin, le dénouement... Mais bon avant cela, je vous laisse le débuter ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilly1503
  25 janvier 2015
Narration extérieure avec plusieurs narrateur ce qui fait que j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire (j'ai toujours du mal avec les narrations multiples). Mais finalement, je me suis laissée entrainer dans l'histoire, et ce fut une surprise totale!
Tout débute avec un couple de jeunes mariés respirant le bonheur, et puis.... tout basculent, et les histoires se croisent et se mélangent
Les changements de point de vue et donc de narration sont rapides et le suspense monte crescendo jusqu'à nous entraîner dans les dédales d'un complot international.
Les pages finissent par se tourner seules et on a toujours envie d'en savoir davantage...

Lien : http://les-lectures-de-lilly..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AtineAtine   02 novembre 2013
« Alors c'était cela qui se passait lorsque l'on prenait le temps de mourir ? On perdait peu à peu ses mots comme un vieillard ses cheveux, jusqu'à ce que l'âme, dépouillée des ultimes notions terrestres, en revienne à sa virginité ? Les mots que l'on avait mis dans notre tête, que l'on avait laborieusement babillés, répétés, appris à écrire, étaient-ils là juste pour nous maintenir conscients ? Judith trouvait l'idée séduisante, mais à présent que ses pensées s'effilochaient avec lenteur, en faire sa conviction était bien au-dessus de ses capacités.
Elle se demanda si quelqu'un l'accompagnerait, au dernier moment, et en y pensant, se rendit compte qu'elle n'aurait peut-être pas le temps de faire le tour de la question. »

Extrait de: Descamps, Eric. « Alvéoles. » Atine Nenaud, 2013-04-08T22:00:00+00:00. iBooks.
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtineAtine   19 janvier 2012
— L'air est froid.
— Tu sens encore la chaleur qui nous entoure ?
— Oui. Elle est dans mon dos, mais devant moi c'est glacé.
— Comme en hiver ?
— Non.
— Comme à la montagne ?
— Non. À la montagne, le froid pince la peau. Ici il pince loin.
— Loin ?
— Profond. Le ventre.
Commenter  J’apprécie          40
AtineAtine   23 juin 2013
Ah oui, j'oubliais. Tu n'es pas cinéphile. Pas le temps. Le sexe a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Commenter  J’apprécie          20
AtineAtine   02 août 2011
Je me suis juste laissé guider par mon bon sens de Sicilien, qui sait toujours comment faire venir le bonheur à lui.
Commenter  J’apprécie          10
AtineAtine   22 décembre 2013
— Je lui ai même dit que je ne l'avais pas, dit Sabrina d'un ton hésitant. Mais il a peut-être deviné que je lui mentais.
— Ne me fais pas rire. Mentir fait partie de tes compétences de base.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Eric Descamps (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Descamps
2015 - Innocenti - une belle aventure !
autres livres classés : abeillesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1803 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre