AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

André Bridoux (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070101665
1421 pages
Gallimard (01/05/1937)
4.33/5   12 notes
Résumé :
Ce volume contient les oeuvres suivantes : Règles pour la direction de l'esprit - Discours de la méthode - Méditations - Les Principes de la philosophie - Les Passions de l'âme - Traité de l'homme - La Recherche de la vérité par la lumière naturelle - Entretien avec Burman. Édition d'André Bridoux. Édition remaniée et augmentée en 1953.
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
abdoullah16
  07 juillet 2015
Dans son livre le ‘’Discours de la méthode, Descartes préconise au tout début une méthode de recherche, avance-t-il qui peut conduire à la vérité et qui se résume en :
1 - De douter, mais pas de tout( ?). On peut déjà penser que Descartes à quelques problèmes pour pouvoir réfuter tout, et qui devrait être un préalable non négociable pour toute recherche qui devrait pouvoir s’acquitter de tout doute. ‘’’De ne concevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connusse évidemment être telle. Descartes page 42’’.
2 - Décomposer le problème en autant de problèmes élémentaires, qu’il se pourrait.
3 - Hiérarchiser les difficultés, pour les résoudre du plus simple aux plus difficiles.
4 - Faire un recensement exhaustif des publications touchant au problème pour ne rien omettre sur le sujet. (Chose certainement insensée et indétrônable).
Toutefois, il en rajoute ce qui présume être trois maximes auxquelles il ne peut faillir et qui peuvent se résumer de la sorte :
- Ne pas déranger l’ordre politique et religieux établi et dont il ne faut surtout pas en douter, c'est là où se trouve les raisons du premier postulat.
- Avancer tout droit dans son raisonnement comme un voyageur qui s’égare dans une forêt drue. ( Ce qui va à l’encontre de la recherche; surtout de la pensé, qui, elle, oblige à se rétracter bien plus souvent qu’à avancer, autrement çà serait de l’entêtement qui fera qu’on aboutira à des passages clôturés, ceci étant parce qu’au départ; on ne sait vraiment pas de quoi sera fait le lendemain de ce qu’on cherche).
- On ne voit pas comment peut-on espérer atteindre un savoir tout en s’étant enfermer dans cet adage que celui-ci ‘’ Tacher plutôt à me convaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l’ordre du monde..’’
L’insensé dans l’ouvrage, même s’il y a multitude, le résume ce passage : ’’ Car notre volonté ne se portant naturellement à désirer que les choses que notre entendement lui représente en quelque façon comme possibles [……], nous n’aurons plus de regret de manquer de ceux qui semblent être du à notre naissance, lorsque nous en serons privés sans notre faute… Pour croyant qu’il fût, il a juste oublié que les raisons qui ont fait qu’il se trouve à se poser tant de questions, incombent au premier péché, et qui n’était que la convoitise de ce qui était rendu impossible. Cependant notre Descartes parait avoir une foi à toute épreuve, et que même gauchement ( Il se pourrait qu’il le savait, puisque c’est l’évidence même) ; il a essayé tant bien que mal de la faire prévaloir, sans grand succès, il faut le reconnaître, parce qu’il n’avait se pourrait-il que la foi et que lui manquait terriblement les moyens et les outils pour lui faire voir le grand jour, et que pour cela, il a même fait fi de la méthode de recherche qu’il a préconisé et avec elle les maximes auxquelles il espérait s’atteler, parce que tout au long du livre, cette forme, cette méthode d’approche et à laquelle on s’attendait, n’apparaît point, pour se retrouver en fin de compte avec un livre sans méthode. Malgré tout ceci, notre Descartes n’a jamais perdu foi et fonce tout droit (comme il le préconisa cette fois) et pense avoir prouvé par sa méthode qui ne figure nulle part, l’existence de Dieu, rien que ça.
Me concernant, cher Descartes, je vous crois, mais ce que vous ne savez pas, c’est que je vous crois parce que je crois et c’est aussi bête que ça, et que je sais un peu à quoi vous vouliez en venir, disant que je suis de votre côté, aussi gaucher que vous l’étiez, pour des raisons qui échappent à la raison et à laquelle vous n’avez essayez que trop à s’attacher.
Enfin le livre est à lire, ne serait-ce que pour contenir de bien singulières tournures littéraires aux côtés de certaines nobles et sensées pensées. Il en ressort du livre aussi que la langue française va s’ennoblissant, puisque celle de nos jours parait bien meilleure et plus à jour, ce qui permettra aussi à certains, de reconnaître et de savourer d’autres langues toutes matures, Dieu m’est témoin, comme je présume aurait aimé m’entendre dire Descartes. Et merci à Descartes d’avoir permis cette réflexion et cette évadée dans la tumultueuse pensée humaine. Cette critique n'est valable que pour le discours de la méthode.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fx1
  13 avril 2014
Dans l'histoire de la pensée il y a un avant et un aprés Descartes . Cet homme a révolutionné la pensée et le rapport au monde de l'esprit . Son oeuvre est un don que l'on ne peut mesurer qu'il a fait à l'humanité pour que l'humain puisse un jour accomplir son chemin vers la pleine conscience de sa présence spirituelle . Dans le cheminement d'une pensée vivante Descartes représente la base fondamentalequi fera aboutir une pensée libre. Chacun devrait lire dans le parcours de sa vie la pensée de Descartes .
Commenter  J’apprécie          60
Sullyvan
  11 mars 2011
Bravo l'artiste.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeSpectacleduMonde   16 mars 2012
[Les] Visages d’une vie, publiés en 2008 et aujourd’hui réédités, demeurent un régal posthume; car ne n’est pas son existence qu’il y conte, mais les rencontres qui ont marqué la sienne […].
Lire la critique sur le site : LeSpectacleduMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
abdoullah16abdoullah16   07 juillet 2015
Dans son livre le ‘’Discours de la méthode, Descartes préconise au tout début une méthode de recherche, avance-t-il qui peut conduire à la vérité et qui se résume en :
1 - De douter, mais pas de tout( ?). On peut déjà penser que Descartes à quelques problèmes pour pouvoir réfuter tout, et qui devrait être un préalable non négociable pour toute recherche qui devrait pouvoir s’acquitter de tout doute. ‘’’De ne concevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connusse évidemment être telle. Descartes page 42’’.
2 - Décomposer le problème en autant de problèmes élémentaires, qu’il se pourrait.
3 - Hiérarchiser les difficultés, pour les résoudre du plus simple aux plus difficiles.
4 - Faire un recensement exhaustif des publications touchant au problème pour ne rien omettre sur le sujet. (Chose certainement insensée et indétrônable).
Toutefois, il en rajoute ce qui présume être trois maximes auxquelles il ne peut faillir et qui peuvent se résumer de la sorte :
- Ne pas déranger l’ordre politique et religieux établi et dont il ne faut surtout pas en douter.
- Avancer tout droit dans son raisonnement comme un voyageur qui s’égare dans une forêt drue. ( Ce qui va à l’encontre de la recherche; surtout de la pensé, qui, elle, oblige à se rétracter bien plus souvent qu’à avancer, autrement çà serait de l’entêtement qui fera qu’on aboutira à des passages clôturés, ceci étant parce qu’au départ; on ne sait vraiment pas de quoi sera fait le lendemain de ce qu’on cherche).
- On ne voit pas comment peut-on espérer atteindre un savoir tout en s’étant enfermer dans cet adage que celui-ci ‘’ Tacher plutôt à me convaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l’ordre du monde..’’
L’insensé dans l’ouvrage, même s’il y a multitude, le résume ce passage : ’’ Car notre volonté ne se portant naturellement à désirer que les choses que notre entendement lui représente en quelque façon comme possibles [……], nous n’aurons plus de regret de manquer de ceux qui semblent être du à notre naissance, lorsque nous en serons privés sans notre faute… Pour croyant qu’il est, il a juste oublié que les raisons qui ont fait qu’il se trouve à se poser tant de questions, c’est le premier péché, et qui n’était que la convoitise de ce qui était rendu impossible. Cependant notre Descartes parait avoir une foi à toute épreuve, et que même gauchement ( Il se pourrait qu’il le savait, puisque c’est l’évidence même) ; il a essayé tant bien que mal de la faire prévaloir, sans grand succès, il faut le reconnaître, parce qu’il n’avait se pourrait-il que la foi et que lui manquait terriblement les moyens et les outils pour lui faire voir le grand jour, et que pour cela, il a même fait fi de la méthode de recherche qu’il a préconisé et avec elle les maximes auxquelles il espérait s’atteler, parce que tout au long du livre, cette forme, cette méthode d’approche et à laquelle on s’attendait, n’apparaît point, pour se retrouver en fin de compte avec un livre sans méthode. Malgré tout ceci, notre Descartes n’a jamais perdu foi et fonce tout droit (comme il le préconisa cette fois) et pense avoir prouvé par sa méthode qui ne figure nulle part, l’existence de Dieu, rien que ça.
Me concernant, cher Descartes, je vous crois, mais ce que vous ne savez pas, c’est que je vous crois parce que je crois et c’est aussi bête que ça, et que je sais un peu à quoi vous vouliez en venir, disant que je suis de votre côté, aussi gaucher que vous l’étiez, pour des raisons qui échappent à la raison et à laquelle vous n’avez essayez que trop à s’attacher.
Enfin le livre est à lire, ne serait-ce que pour contenir de bien singulières tournures littéraires aux côtés de certaines nobles et sensées pensées. Il en ressort du livre aussi que la langue française va s’ennoblissant, puisque celle de nos jours parait bien meilleure et plus à jour, ce qui permettra aussi à certains, de reconnaître et de savourer d’autres langues toutes matures, Dieu m’est témoin, comme je présume aurait aimé m’entendre dire Descartes. Et merci à Descartes d’avoir permis cette réflexion et cette évadée dans la tumultueuse pensée humaine. Cette critique n'est valable que pour le discours de la méthode.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FaeruneFaerune   17 février 2015
Dieu possède, par définition toutes les perfections. Or, l'existence est une perfection. Donc Dieu existe.
Commenter  J’apprécie          70
abdoullah16abdoullah16   07 juillet 2015
Puis pour les autres sciences, d’autant qu’elles empruntent leurs principes de la philosophie, je jugeais qu’on ne pouvait avoir rien bâti qui fût solide, sur des fondements si peu fermes. Discours de la méthode.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de René Descartes (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Descartes
Qu'est-ce qu'un canon en philosophie ? En quoi Descartes est-il un auteur « canonique » ? Éléments de réponse avec Delphine Antoine-Mahut, professeure d'histoire de la philosophie moderne à l'ENS de Lyon, à propos de son livre L'autorité d'un canon philosophique. le cas Descartes (Vrin, 2021, collection « Bibliothèque d'histoire de la philosophie – Poche »).
Découpage : - Qu'appelez-vous le « problème de Glaucus » ? (0:44-3:49) - Vous identifiez six figures du canon philosophique. Sur quels critères ? (3:49-10:10) Réfléchir aux critères du canon (5:14-10:10) 1) Retracer l'histoire du canon (5:46-6:26) 2) Élargir le canon (6:26-6:48) 3) Travailler d'autres types de corpus (6:48-10:10) - Comment Descartes est-il devenu une figure canonique en philosophie ? (10:10-19:19) Le travail de Descartes lui-même (10:46-14:45) 1) Contrôler son image philosophique (10:55-11:38) 2) Se démarquer (11:38-12:46) 3) Engager des polémiques (12:46-14:45) Les propriétés « canoniques » de la philosophie de Descartes (14:45-15:03) 1) Concilier les contraires (15:03-17:10) 2) Léguer un programme de travail (17:10-18:30)
Plus d'informations sur le site des éditions Vrin : Référence du livre : https://www.vrin.fr/livre/9782711630202/lautorite-dun-canon-philosophique Entretien avec Delphine Antoine-Mahut en 2021 : https://www.vrin.fr/actualite/lautorite-d-un-canon-philosophique-entretien-avec-delphine-antoine-mahut-26
+ Lire la suite
Dans la catégorie : FranceVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>France (324)
autres livres classés : philosophieVoir plus






Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre