AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848781106
Éditeur : In Octavo (08/01/2011)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : In Octavio Editions - 1° Trim 2011)
ISBN : 9782848781105


« Soudain, derrière nous, la grande porte se ferme et un Soldat allemand s'approche de nous avec un sourire goguenard. On ne peut plus avancer, plus reculer. On s'éparpille comme des oiseaux apeurés.
Je me retrouve dans un poulailler. Les poules caquettent et battent des ailes, apeurées. Elles vont me trahir. Les secondes – les m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Junie
  21 octobre 2012
Qu'est-ce qui pousse un homme à raconter sa vie?
à témoigner de son expérience, à servir d'exemple, à gagner de l'argent, à se faire pardonner ses erreurs, à dénoncer un système, à faire pleurer dans les chaumières, à vouloir passer pour un héros, à se prouver qu'il est capable de faire imprimer son nom et sa photo.....?
Ce récit est écrit au premier degré, son auteur ne cherche pas à dégager le sens des évènements qu'il raconte. Il nous livre des faits, guère plus.
Les faits abondent, depuis l'enfance misérable sous l'Occupation, la vie d'un gamin qui commence à gagner sa croûte à 12 ans, chaparde ce qui tombe des camions, se fait choper une première fois à 15 ans et mettre au trou, puis se fait expédier à la Section Disciplinaire au bagne de Tataouine, dans le Sud Tunisien. Puis retour à la case prison alors qu'il est père de 6 gosses, et où il tire encore 2 ans.
Après cet aperçu digne de Jean Valjean, de Papillon, on s'attend à un réquisitoire contre l'armée et ses bourreaux, la société et ses inégalités, la famille défaillante, le Destin aveugle et injuste.....
Mais non, rien, que dalle, le Ch'ti, mauvaise tête mais bon coeur, se contente de tirer sa révérence en nous envoyant une jolie carte postale de soleil couchant sur les dunes.
Navrant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
capujojo
  09 novembre 2012
Autobiographie d'un personnage haut en couleurs!
Paul nous raconte sa vie, de sa petite enfance à la quarantaine (il a aujourd'hui 80 ans). Il évoque d'abord son enfance, pauvre mais choyée grâce à l'amour inconditionnel (et bien réciproque!) que lui portent ses grands-parents qui l'élèvent, généreux et bienveillants. On le suit dans ses débrouilles de gamin (avec un petit quelque chose du Joseph d'"un sac de billes") pour se procurer de quoi améliorer l'ordinaire en cette 2ème guerre mondiale. Puis il dérive un moment entre poker et cambriolages avant de se retrouver en prison... Mais son expérience, avec un grand E, c'est la Tunisie, ou il atterrit malgré son extrême réticence à intégrer l'armée. Paul raconte en détail, avec la distance due au temps qui a passé, les traitements inhumains auxquels il est soumis pendant des semaines, des mois... avant de rentrer en France construire sa vie d'adulte...
Ce livre ne m'a pas déplu, l'histoire est intéressante et les personnages très attachants (en particulier ces merveilleux grands-parents), mais deux ou trois choses m'ont "chiffonnée":
Le style d'abord, un peu abrupt, peut-être trop "parlé", avec un recours trop fréquent à mon goût au futur simple pour évoquer ces faits passés.
Un petit côté fanfaron ensuite: ce Paul, quand-même, ne se prend pas pour la moitié de rien, et s'il a indéniablement fait preuve de grandes qualités tout au long de sa vie, on sourit parfois de le sentir si fier de lui...
Sa relation aux femmes ensuite: sa première épouse est décrite de façon extrêmement négative, mais il ne semble pas voir de paradoxe dans le fait de lui faire un enfant tous les deux ans!!! Et puis, Monsieur, si je comprends la satisfaction que vous avez pu ressentir à faire découvrir le plaisir charnel à votre deuxième épouse, sachez que ce sont des choses dont il est plus élégant de ne pas se vanter! ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
morgane1491
  21 octobre 2012
Ce livre est tout simplement un coup de coeur ! L'auteur à une magnifique écriture, on le suit dans sa vie qui malheureusement n'a pas toujours été heureuse, mais voila, jamais il ne se plaint ! Bref un livre que je recommande à tous !!! Un livre qui mérite d'être lu !
Commenter  J’apprécie          60
AntoineRives
  22 juin 2013
Étrange.
L'on donne comme excuse à celui qui tourne mal, le manque d'éducation, et ou le manque d'amour.
Pour lui, ni l'un ni l'autre, choyé par ses grands parents malgré le manque de moyens,et plutôt intelligent, dans ce cas difficile de comprendre sa dérive.
Quant aux bataillons disciplinaires,c'est tout aussi paradoxal, puisque l'on trouva à cette époque des petits délinquants et de vraies ordures, si les seconds ne volèrent pas leur sort, l'on se demande pourquoi les premiers étaient là.
Au côté des bataillons disciplinaires les petites têtes qui sont en taule sont dans des cinq étoiles.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JunieJunie   21 octobre 2012
On dort sur place, tout habillé,sur une toile, et sur nous, une couverture, on gèle. Soixante degrés dans la journée, trente-cinq ou quarante dans l'oasis,la nuit, vingt-cinq degrés de moins, toute la différence est là.
Quand je vois tous ces gradés qui nous font marcher à la cravache, ça ne me donne pas envie de passer pour un salaud, même si parmi eux il y en a de braves. Je refuse. Et je prends "trente dont quinze". Et la pelote. Je ferai cent dix-huit jours de prison en six mois de service.
La pelote: un sac de quarante kilos de sable et de caillasse, pieds joints, genoux joints, debout, accroupi, debout, accroupi, et toujours au sifflet, essayez un peu!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JunieJunie   21 octobre 2012
Je continue à lire, beaucoup. Pour économiser le pétrole qui coûte cher et se raréfie, j'ai récupéré à l'église tous les fonds de bougies. J'ai fabriqué un moule en bois et je me façonne des loupiotes. Le soir, à leur petite lueur, dans mon lit, je lis Alexandre Dumas, Michel Zévaco, Eugène Sue, Paul Féval, Victor Hugo, les Pardaillan en douze ou quinze volumes- je ne me souviens plus bien- je les dévore. J'ai un appétit de lecture qui ne s'assouvit jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : lilleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre