AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 270964293X
Éditeur : J.-C. Lattès (13/02/2013)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Max était un crève-la-faim lorsqu’il peignait Iris. Aujourd’hui, ses tableaux s’arrachent à des prix auxquels il n’aurait jamais osé rêver. Des tableaux de singes, cyniques, réalistes, grinçants. Fini les nus, fini les portraits d’enfants. Iris, journaliste politique, a passé ces deux dernières années à oublier son histoire avec Max, à se reconstruire auprès d’Antoine, député aux dents de loup en passe d’obtenir un ministère.
Mais confrontée un soir à cet ho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
kllouche
  28 mars 2013
Avec ce magnifique titre et cette magnifique couverture, difficile de résister à ce livre.
Le titre de ce roman, Souviens-toi de m'oublier, est au départ le titre d'une chanson de Serge Gainsbourg qui est tout aussi magnifique que l'objet-livre. Au passage, c'est extrêmement plaisant de l'écouter en même temps que de lire ce livre.
Nous faisons la rencontre d'Iris, une journaliste en politique, âgée de la trentaine. Elle vit avec Antoine, un politicien en vogue, qui ne cesse de progresser dans l'échelle de la hiérarchie gouvernementale, et son fils Thomas qu'elle a tendance à délaisser. Au début du roman, nous découvrons Antoine et Iris à l'inauguration de l'exposition de peintures d'un artiste jusqu'alors quasiment inconnu, essentiellement composée de portraits de singes au regard vide. Cette exposition est pour Iris l'élément déclencheur d'une remise en question sur sa vie actuelle et son passé. le peintre de ces oeuvres se trouve être nul autre que son ancien amant, Max, dont elle s'est séparée deux ans plus tôt. Or, cet homme semble avoir tout oublié de leur relation. Pire, il ne se souvient plus ni de son existence, ni de celle de son fils. Comme si on lui avait lavé le cerveau de sa période "Iris". Feint-il son ignorance ou est-elle réelle? Iris est décidée à éclairer ce mystère, à ses risques et périls.
Dans un style acceptable faute d'être transcendant, l'auteur nous dépeint une histoire d'amour qui tend rapidement vers le thriller. Ce qui s'annonçait dans les premières pages comme une banale histoire de relations devient vers le milieu plus mystérieux, plus étrange, plus poussé. Plus scientifique devrais-je dire. Et cette intrigue parallèle (dont vous révélez la nature vous gâcherez le plaisir !) nous amène à réfléchir sur une possible application dans la vie réelle. Est ce que la science peut tout se permettre du moment qu'elle soulage certaines personnes? Où placer les limites? Autant de questions auxquelles l'auteur répond clairement à la fin en positionnant le devenir des personnages dans le sens de son opinion sur le sujet. La fin est une fin comme je les aime: une "vraie" fin. La boucle est bouclée puisque les toutes premières pages du roman renvoie à l'acte final de l'intrigue.
Régis Descott nous propose une galerie de personnages tout à fait intéressante. Iris, personnage central du roman, est certes intelligente mais un peu trop lunatique à mon goût. Les deux amants de la jeune femme, Antoine et Max, sont aux antipodes l'un de l'autre. Antoine est politicien pur et dur, qui pense avant tout à ses intérêts, et pour qui la femme ressemble davantage un objet qu'à autre chose. J'ai eu du mal à comprendre la vision d'Iris sur ce personnage. Elle le trouve rassurant et stable. L'impression que j'en ai eu est totalement à l'opposé. Mais après tout, comme on dit, l'amour rend aveugle. Il y a juste à la fin où j'ai eu l'impression qu'elle se réveillait et réalisait qu'il n'était pas ce dont elle avait besoin. Max, au contraire, est un artiste: créatif, introverti, sensuel, mais brute de décoffrage. Je l'ai largement préféré à l'autre pingouin.
Si on ne se plaît pas dans ce roman pour la beauté ou l'originalité de l'histoire d'amour, on aura en revanche plaisir à le découvrir pour l'âme et la créativité artistique de Max et l'intrigue autour de sa mémoire défaillante. Un beau roman qui a son utilité!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
delphlabibliovore
  15 novembre 2015
" Dans souviens toi de m'oublier", Régis Descott nous dépeint l'histoire de deux personnes importantes: Iris Almond et Max Leenhart. Ils se sont aimés d'un amour fou.
Antoine, le compagnon d'Iris se rend à un vernissage sur Paris d'un peintre animalier avec Iris. Les tableaux exposés représentent des portraits de singes et la signature de ces chefs d'oeuvres assez déroutants n'est autre que Max Leenhart.
Assez étonnée Iris connaissait très bien ce peintre puisqu'elle était son amante et posait nue pour lui.
Mais les années ont passé et Max n'a aucun souvenir d' Iris.
" Max avait annihilé une partie d'elle même, une partie de sa vie, l'une des plus intenses peut être, et elle n'était plus sûre de rien: ni de son passé, ni de son souvenir, ni d'elle même."
Pourquoi ne la reconnaît-il plus? A t-il sombré dans le folie? Est t-il atteint d'une amnésie?
Après avoir lu Les variations fantômes, Régis Descott nous décrit cette fois-ci un roman sur l'amour avec un fond de suspense.

Ce roman amène plus à la réflexion de soi alors que l'action est mise au second plan. le rythme n'est pas trépidant mais cela ne m'a absolument pas empêché de le lire jusqu'au bout. Avec une écriture merveilleuse, Régis Descott arrive à me faire ressentir d'étranges sensations et j'ai aimé la façon dont il aborde le thème de la névrologie.
" Tu ne me reconnais pas alors que tu rêves de ce nu toutes les nuits et que tu pleures sur des chansons qu'on écoutait ensemble."
Max a tout oublié, il ne se souvient plus du tout des moments passés avec Iris. Il ne reste que des portraits fanés, usés par le temps d'Iris.
Les personnages sont hauts en couleurs, peints avec beaucoup d'amour. J'ai été très touchée par Max et Iris.
Régis Descott a un style d'écriture bien à lui, j'aime la façon dont il fait vivre les protagonistes. Mais il a le mérite également de s'interroger sur la technologie dans ce roman.
Au fond doit-on essayer de revivre les moments disparus?

Très bon roman que je conseille de lire, j'ai passé un très bon moment et l'écriture est juste très belle et merveilleuse.

Lien : http://delphlabibliovore.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ingridfasquelle
  14 mars 2013
Entre passion amoureuse et technologie, il y a un pas audacieux que Régis Descott n'a pas hésité à franchir dans son roman Souviens-toi de m'oublier.
La lecture de ce roman à la croisée des genres laisse le curieux sentiment d'un auteur à cheval entre deux univers : celui de la littérature classique et la science-fiction. Rien de plus normal pour Régis Descott qui, après plusieurs titres remarqués, aime surprendre son lectorat avec des romans d'anticipation et des polars psychologiques (Pavillon 38, L'année du Rat, Obscura). Cette fois, il change de genre et livre un roman d'amour aux confins de l'étrange...
Réglée comme un thriller, son histoire intrigue, inquiète et dérange. Les réflexes du polar ne sont pas loin ! L'auteur laisse son art du suspense s'exprimer pleinement et fait de son histoire d'amour un petit page-turner bien ficelé, que le lecteur prend un réel plaisir à lire !
Quand Iris, journaliste radio, se laisse entraîner par Antoine, son compagnon, au vernissage parisien d'un peintre animalier dont elle ignore le nom, les tableaux présentés la déroutent : des portraits de singes ultra réalistes, grinçants, dérangeants. L'artiste n'est autre que Max Leenhart, l'homme avec qui elle a vécu une folle histoire d'amour deux ans plus tôt et pour qui elle posait nue. le peintre est désormais devenu un artiste couru dont les oeuvres s'arrachent à des prix exorbitants. Fini les nus et les portraits d'enfants qu'il avait coutume de réaliser ! Oubliée sa muse ! Son histoire avec Iris appartient au passé. Iris, elle-même, s'est reconstruite auprès d'Antoine, député aux dents de loup en passe d'obtenir un ministère. Un début d'histoire somme toute classique. Sauf que confrontée à cet homme qu'elle a tant aimé et qui n'a peint qu'elle pendant quatre années, Iris se heurte à une réalité terrifiante : Max ne la reconnaît pas.
C'est sur ce choc émotionnel que s'ouvre le roman de Régis Descott. Comment cet homme qu'elle a aimé passionnément peut-il ne pas la reconnaître ? le mystère que cette "amnésie" engendre happe instantanément le lecteur. L'intrigue est proche de l'enquête. Si Iris hésite, gamberge, elle va vite concentrer ses efforts à comprendre ce qui a bien pu arriver à Max. C'est une question de survie. le détachement, l'indifférence de son ancien amant la laisse si hébétée, seule à partager des souvenirs qui étaient les leurs, qu'elle doute finalement avoir vécu cette histoire avec lui. Cette "amnésie", qui s'apparente à une forme de mort, la bouleverse et fait vaciller tout son être. Sa quête de la vérité l'entraînera à tout remettre en cause, sa vie, mais aussi sa perception d'elle-même... Elle comprendra vite qu'on a parfois beaucoup à perdre à remuer le passé...
"Et vous, que voudriez-vous oublier ?"
Je ne dévoilerai rien du virage futuriste qu'opère Régis Descott à ce point précis du roman, ni de la question dérangeante qu'il aborde à ce moment. Mais de manière très inattendue, il relance totalement la vision que l'on a de son oeuvre. C'est glaçant, captivant mais surtout très déstabilisant pour le lecteur !
Dans un style fluide et élégant, Régis Descott s'interroge sur la mémoire et les enjeux de la technologie. Sur fond d'histoire d'amour parfois contemplative, il construit un beau récit d'aventure passionnée à deux doigts du roman de science-fiction ! Une belle découverte pour laquelle je remercie les éditions JC Lattès et Livraddict.
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
s0-kelly
  11 avril 2013
Pourquoi ai-je acheté ce livre ?
Ce n'est pas un achat mais un partenariat avec JC Lattès et Livraddict que je remercie encore et encore pour cette découverte.
Mon avis :
C'est un roman qui m'a étonné, séduit mais surtout touchée. Bref un véritable coup de coeur ! Pourtant, il faut avouer que je ne savais pas à quoi m'attendre avec cette maigre présentation et cette magnifique couverture, mais je me suis laissé tenter pour mon plus grand plaisir.
Antoine, politicien, emmène sa femme, Iris, au vernissage d'un artiste peintre sans lui révéler l'identité de celui-ci. C'est une exposition assez surprenante de chimpanzé vue sous différents angles. Cependant Iris reconnaît la technique de l'artiste qui ne lui est pas inconnue. Effectivement, l'artiste est tout simplement son ancien partenaire, Antoine, avec qui elle a eu une relation passionnée pendant 4 ans. Elle ne l'a plus revu depuis. Pendant l'exposition, elle pourra échanger quelques mots avec lui mais il ne la reconnaîtra pas. Elle repart de cette exposition contrariée, en ce demandant à quoi Max joue. de plus, Antoine achète le tableau d'un chimpanzé qui rit et qui s'appelle "Max" et l'offre à Iris. A partir de ce moment elle se sent oppressée, elle a l'impression que ce tableau se moque d'elle. C'est alors qu'une foule de questions remontent à la surface. Pourquoi Max l'ignore-t-elle ? le fait-il exprès ? Pourquoi Antoine a-t-il acheté ce tableau ? Que cherche-t-il ?...
Régis Descott a une magnifique plume, une écriture prenante, fluide et riche en rebondissements. Il arrive à nous faire cogiter sur des sujets importants tels que la politique, l'argent, la technologie, ...
Iris est l'héroïne de ce roman. Elle est curieuse et va mener l'enquête sur "l'amnésie" de Max. Elle est tellement déterminée qu'a certains moments, je me suis demandé si elle n'était pas "schizophrène", que tout cela venait de son imagination, mais les soupçons ce sont vite atténués au fil des pages. Elle est attachante, car elle veut prouver que le véritable amour, la passion existe et que son histoire avec Max est loin d'être finie. Quant à Antoine, c'est tout l'inverse, il est loin d'être attachant, il est même limite répugnant (en tout cas pour moi). Il est alcoolique et ne démontre aucune attention envers Iris. Il se rapproche d'elle uniquement dans son intérêt ou pour la contrarier comme par exemple en lui offrant une toile de son ancien partenaire. Thomas, le fils d'Iris, est quand à lui tout en retenue et très observateur. Ce qui nous permettra de comprendre les ressentis des autres personnages.
J'ai aimé cette fiction surprenante qui pimente la fin de ce livre et qui nous fait réfléchir sur la technologie de maintenant, la recherche constante du perfectionnisme, le pouvoir, notre capacité de mémorisation,... Mais je n'en dirai pas plus pour que vous puissiez être aussi surpris que je l'ai été. J'ai été emporté par cette histoire du début à la fin, il m'était impossible de la lâcher.
Je vous le conseille chaudement. Cependant, à certains moments le vocabulaire est un peu plus difficile, donc à vous de voir mais ne passez pas à côté de cette perle !
Lien : http://www.s0kellys.com/souv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SophieLesBasBleus
  21 juin 2015
Max et Iris se sont aimés d'amour fou avant de se séparer. Lorsqu'ils se revoient au vernissage de l'exposition des peintures de Max, les images affluent dans la mémoire d'Iris. Mais pourquoi Max, qui l'a tant aimée, semble-t-il ne pas la reconnaître ? Pourquoi prend-il des singes sarcastiques pour modèles de ses peintures à succès, lui qui n'aimait que peindre des portraits d'enfants et Iris nue ? Quel chemin a-t-il pris pour repousser ainsi tous ses souvenirs ? Iris, obsédée par ces questions, se replonge dans un passé que sa vie tranquille avec Antoine n'a pas réussi à lui faire oublier. Suffit-il de "singer" l'amour et le bonheur pour aimer et être heureux ?
L'intrigue nous emporte vers des contrées énigmatiques où les frontières se brouillent. Avec beaucoup de maîtrise, Régis Descott nous raconte une histoire d'amour en utilisant les caractéristiques qui pourraient le définir : étrange, merveilleux, angoisse, suspense, métaphysique...
C'est paradoxalement en se situant loin de la romance que Régis Descott parvient à nous faire sentir la folie et le romanesque de l'amour dans toute sa complexité ! Etonnant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Lexpress   21 février 2013
3 raisons de lire "Souviens-toi de m'oublier": pour l'esquisse [...], pour les ombres [...], Pour les couleurs: Couleurs éclatantes du souvenir, couleurs troubles du réel, couleurs de l'espoir en Inde... Dommage que l'écriture soit un chouia convenue.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
YukoYuko   15 mars 2013
Son regard retenu par celui du primate, Iris tendit soudain l'oreille : la rumeur de l'assemblée s'était éteinte, remplacée par une autre, peuplée de cris, de gloussements et de hululements s'élevant d'ordinaire au coeur des forêts primaires. Dénué d'artifice, tenant sur son seul sujet - un singe massif sur un à-plat beige uniforme -, le tableau représentait un univers en soi, une invitation à s'immerger dans un monde sans repères.
Intriguée, Iris visa l'étiquette sur le mur à côté du cadre : John, Macaca nigra. Le charme rompu par cette dénomination scientifique, aussitôt la jungle se tut au profit des conversations mondaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
s0-kellys0-kelly   11 avril 2013
"On se trompe rarement sur les enfants. C'est plus tard qu'on ferme les yeux, parce qu'on a envie d'y croire, qu'on en a assez de se méfier, ou au contraire parce qu'on se méfie trop." P.60
Commenter  J’apprécie          10
s0-kellys0-kelly   11 avril 2013
"Au-delà des paroles, des gestes et des regards, les pensées d'autrui demeuraient un sanctuaire inviolable. On n'y pénétrait jamais complètement, il restait toujours une zone de mystère." P.211
Commenter  J’apprécie          00
s0-kellys0-kelly   11 avril 2013
"La plupart des gens n'arrêtent pas parce que fumer est une façon de satisfaire leur instinct de mort. A la moindre contrariété, ils s'y remettent comme des perdus." P.42
Commenter  J’apprécie          00
s0-kellys0-kelly   11 avril 2013
"On a tous quelque chose à oublier, vous pensez-pas ?" P.241
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Régis Descott (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Descott
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Obscura de Régis Descott aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15117-poche-obscura.html
http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman #bd #bandedessinée #gérardpartenlive #émission
+ Lire la suite
autres livres classés : mémoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre