AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072741416
Éditeur : Gallimard (07/09/2017)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 265 notes)
Résumé :
"Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny..."
Quand il fit la promesse à ce M. Piekielny, son voisin, qui ressemblait à "une souris triste", Roman Kacew était enfant. Devenu adulte, résistant, diplomate, écrivain sous le nom de Romain Gary, il s’en est toujours acquitté : "Des estrades de l’ONU à l’Ambassade de Londres, du Palais Fédéral ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (123) Voir plus Ajouter une critique
Piatka
  08 septembre 2017
Qui est donc M. Piekielny ?
Vous ne le saurez peut-être pas en lisant l'excellente enquête de François-Henri Désérable. En revanche, vous découvrirez une approche très personnelle de Romain Gary, sa vie, son oeuvre. C'est inattendu tant on a déjà disserté sur le sujet et surtout c'est passionnant, quelques pages m'ont suffi pour être embarquée dans l'aventure.
Les hypothèses sur l'identité de Piekielny se succèdent, ouvrant des brèches dans l'histoire même de Gary, questionnant ses écrits et ses dires. La recherche est solide, le ton enjoué, le propos tour à tour drôle et sérieux.
Suis-je tout à fait objective ?
Probablement pas puisque je suis une fan de Gary depuis longtemps, j'avoue.
Mais au jeu des hypothèses, j'en avancerais bien deux :
-soit vous connaissez déjà « Romain Gary, sa vie, son oeuvre », et vous risquez d'adorer cette enquête originale qui donne un sacré coup de neuf au genre biographique ;
-soit vous n'avez jamais entendu parler du seul détenteur de deux prix Goncourt, ou vous le connaissez mal, et je veux bien parier que la curiosité va vous pousser à découvrir au moins La promesse de l'aube.
Et ça, c'est brillant M. Désirable !
Pardon, Désérable. Faut dire qu'à force d'utiliser des pseudos, de brouiller les pistes, on s'y perd. Et puis, vous finissez par vous rendre désirable aussi, avec votre style rapide, vos apartés, votre ton enlevé, votre humour, sans oublier vos séquences émotion personnelles. Par moments, tiens…on dirait du Gary.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11011
Merik
  13 septembre 2017
Traquer la vie d'un Lituanien anodin du siècle dernier sans avoir de lien tangible avec lui, sur simple évocation de sa personne dans un roman (les promesses de l'aube de Gary), et dont on n'est pas seulement sûr qu'il ait vraiment existé, voilà une inaccessible étoile. Désérable le dit lui même : "... c'est peut-être cela et rien de plus, être écrivain : fermer les yeux pour les garder grands ouverts, n'avoir ni dieu ni maître et nulle autre servitude que la page à écrire, se soustraire au monde pour lui imposer sa propre illusion".
Cette impossible quête est touchante quand on sait pourquoi Gary en a lui-même parlé, de ce petit bonhomme juif à la redingote grise, souvent comparé à une souris, à l'existence si banale et si difficile à retracer. Un (in)certain Piekielny était donc voisin d'enfance à Vilnius du petit Roman Kacew (futur Romain Gary). Il désirait que Roman se souvienne de lui quand il serait célèbre, en évoquant son existence devant les grands de ce monde qu'il ne manquerait pas de rencontrer, sa mère (à Roman) en était certaine. Ça, c'est ce qui est raconté dans les promesses. Un peu mince, non, pour se lancer dans l'écriture d'un récit sur Piekielny ?
Cela donne pourtant un roman riche, qui tourne (surtout) autour :
- d'un fantôme (Piekielny), et Désérable imagine, extrapole ou suppute plus qu'il n'en sait réellement à son sujet
- un écrivain célèbre, Romain Gary, dont les frasques, les excentricités, la bio et les citations assurent la voûte du récit
- un autre écrivain, François-Henry Désérable, noyé sous les piles de livres de Gary ou Gogol entre autres, perdu dans les errements labyrinthiques de son enquête, écartelé dans la recherche de vérité des écrits de Gary, ce caméléon aux identités multiples
- des digressions, des anecdotes aléatoires, de l'humour, une narration débridée et un doux parfum de littérature

J'ai beaucoup aimé.
Voilà un roman qui touche au coeur de l'existence, sa fragilité et son évanescence, surtout si on s'appelle Piekielny, étendard de la tragédie juive en Lituanie.
Mais ce qui est peut-être le plus beau, c'est qu'un siècle plus tard on continue à en entendre parler de ce petit bonhomme gris, dans un monde noyé d'indifférence. Son voeu, qu'il soit fictif ou réel, est finalement exaucé, et pourrait même l'être au-delà de toute espérance si Désérable décroche la timbale (comme son mentor).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          707
gouelan
  20 août 2017
Qui est M. Piekielny ?
Un personnage qui apparaît dans la biographie romancée de Romain Gary au Chapitre VII de la Promesse.
Un jour, les circonstances amènent l'auteur F.-H. Désérable sur les traces de Gary, à Vilnius, devant l'appartement où il a passé son enfance. Son voisin, M. Pielielny, à priori insignifiant, va pourtant grandir à travers la promesse de Gary enfant. Lorsqu'il sera célèbre, il prononcera son nom devant les plus grands hommes du monde.
« Au 16è de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny... »
Ce personnage a-t-il réellement existé, peut-on imaginer sa vie son métier, ses passions, sa mort.
Son nom ne sert-il qu'à désigner tous les Juifs de Lituanie ?
M. Piekielny donnerait alors le pouvoir de la parole à ceux qui ont subi la barbarie, dans le ghetto de Vilnius en 1941.
Quelle est la part de fiction dans la Promesse de l'aube ?
Gary a-t-il été marqué par ses lectures de Gogol, tout comme F.-H. Désérable l'a été par celles de Gary ?
Comment un auteur trouve-t-il le sujet de son roman ?
Roman sur le travail de l'écrivain, sur les pas qui le mènent vers l'inspiration, roman sur Gary et son M. Piekielny. Ceux qui ont lu Romain Gary s'y retrouveront sans doute mieux. Sinon, Un certain M. Piekielny les invitera à le découvrir.
J'aimerais un jour que J.-H. nous raconte l'histoire romancée de ce personnage à peine dessiné dans la Promesse de l'aube, et dont l'auteur nous offre ici quelques pistes, pour lui donner toutes les couleurs qu'il mérite. L'homme au violon silencieux m'a plu.
Je remercie Babelio et les Éditions Gallimard de m'avoir permis de lire ce roman en avant-première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
FredMartineau
  18 août 2017
La promesse de l'aube, découvert sur le tard, m'avait enthousiasmé et donné envie de plonger plus profondément dans l'oeuvre de son auteur, Romain Gary, en attendant que l'adaptation cinématographique achevée et diffusée me fournisse l'occasion de revivre cette belle parenthèse en confrontant mon imaginaire à l'incarnation des personnages, voulue et dirigée par le réalisateur. Quand Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable a atterri sur ma pile à lire, je me suis réjoui du moment où il arriverait en haut, parce que le saisir signifierait peut-être une nouvelle promesse, la poursuite du chemin entamé en compagnie de Romain Gary, la rencontre d'un écrivain, qui m'était inconnu jusque-là et que sa biographie situe à l'aube de sa carrière littéraire. Ma préhension fut ferme, goulue, j'ai croqué à pleines dents les premières lignes de ce livre comme dans une pomme bien verte, espérant de son jus qu'il contienne les saveurs et l'émotion du chef-d'oeuvre, que la prise d'importance de ce personnage secondaire, qui s'échappait des quelques pages de la promesse de l'aube révélerait le mystère qui le fit côtoyer les grands de ce monde, en fidèle et intangible compagnon de Romain Gary. J'apprécie rarement les séries dérivées, qui cherchent à capitaliser sur le succès d'un opus original et qui trop souvent n'apportent rien d'autre que de la rentabilité au producteur. En littérature, le roman-feuilleton du 19e fut en quelque sorte le précurseur du genre, l'exploitation grandiose qu'en fit Balzac dans La Comédie Humaine demeure à ce jour inégalée sans que cela décourage les auteurs contemporains de renoncer au procédé. Dans sa catégorie, JK Rowling a gratifié les fans de sa saga Harry Potter d'un essaimage d'animaux fantastiques qui tient en 54 pages, mais accouche d'une trilogie sur grand écran ; la poule aux oeufs d'or participe sûrement de cette ménagerie chimérique…
Ce roman ne m'a pas déçu ! Cette recherche d'un temps perdu, celui de Vilnius quand la ville lituanienne s'appelait encore Wilno et que Romain Gary vivait au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka m'a procuré énormément de plaisir. L'amateur d'Histoire guidé par la plume de François-Henri Désérable, souvent brillante même si elle s'égare parfois, formant des hypothèses supputant de la destinée de M. Piekielny après le départ de Roman Kacew de l'immeuble a enrichi ses connaissances des ravages de la peste brune, puis rouge qui réduisirent "la Jérusalem de Lituanie" à des ghettos, des traces sur les murs, des sépultures et des souvenirs de survivants ou de descendants. Ces évènements tragiques du passé lituanien, les exécutions massives d'une balle derrière la nuque et les horreurs qui se déroulèrent en ces lieux ne subsistaient que de manière parcellaire dans un recoin de mon cerveau, et, tandis que les bras se tendent à nouveau dans certaines parties de la planète, l'évocation de cette noirceur oubliée a agi comme un aiguillon rappelant l'importance du devoir de mémoire.
Mais, ce que j'ai le plus apprécié, c'est qu'en embarquant dans sa quête, François-Henri Désérable emmène en réalité le lecteur sur les traces de Romain Gary, de son oeuvre, de sa vie, de ses amours, de sa carrière de diplomate, des rencontres avec les personnages qui forgèrent le destin de l'après-guerre, de ses interventions publiques fameuses, de tous ces moments durant lesquels il s'acquitta de la promesse faite à un être humain, notre voisin de palier, un monsieur tout le monde s'élevant de sa condition ordinaire pour atteindre une dimension spirituelle et frôler l'éternité grâce à une seule phrase : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka à Wilno habitait un certain M. Piekielny.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          447
Eve-Yeshe
  16 août 2017
C'est la première fois que je lis un roman de François-Henri Désérable, que je ne connaissais pas du tout, mais le hasard fait bien les choses…
J'ai pris le temps de déguster ce livre en me lissant porter par le style de l'auteur et la manière dont il marche sur les traces de ce M. Piekielny dont j'avais fait la connaissance en lisant « La promesse de l'aube », autobiographie de Romain Gary.
A quoi tient une histoire ? le narrateur, hockeyeur bloqué par hasard à Vilnius avant de rejoindre Minsk, rate son train et en profite pour visiter un peu la ville. Il tombe sur une plaque à l'entrée d'un immeuble disant en lituanien et en français que Romain Gary a vécu ici et une phrase lui revient :
« Je restai là, stupéfait, ruisselant, et je récitai cette phrase à voix haute : « Au N° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait un certain M. Piekielny »
L'auteur se lance à sa recherche, épluchant les listes des personnes déportées et exécutées par les nazis, explorant la rue Grande-Pohulanka qui a été débaptisée depuis, pour se pénétrer de l'atmosphère chargée d'histoire. Une fois qu'il s'est bien imprégné des lieux, il apprend que ce n'est pas le bon numéro…
Faut-il avoir lu « La promesse de l'aube », je pense que oui car on a tous imaginé cet homme au museau de souris qui avait été impressionné par la conviction de Mina : « Mon fils sera ambassadeur, un grand écrivain… » ; quoi qu'il en soit l'auteur nous rappelle comment commence ce fameux chapitre 7 du livre, ainsi que la requête de ce mystérieux homme de parler de lui aux grands personnages que Romain rencontrera plus tard, ce qu'il fit.
La question qui se pose est : a-t-il existé réellement ou est-il sorti de l'imagination de Romain Gary, le pied de nez d'un écrivain qui n'était pas à une facétie près pour brouiller les pistes.
Se pourrait-il que ce soit symbolique, pour rendre hommage aux Juifs déportés, massacrés ?
Peu à peu, Romain alias Roman ou Romouchka entre dans la vie de l'auteur, s'immisce dans sa pensée comme on se faufile dans un costume et on le suit avec un plaisir non dissimulé, car il ne lui vole jamais la vedette. On note des ressemblances, la mère de Romain voulait qu'il fasse des études pour assurer ses arrières, celle du narrateur aussi qui le pousse vers le droit.
« Mais revenons à Gary. Est-ce que, parlant de moi, ce n'est pas de lui que je parle ? Je crois savoir ce qu'est l'exigence d'une mère : j'avais une Mina Kacew, moi-aussi, seulement celle-là n'empilait pas en esprit des romans comme un marchepied vers la gloire – une thèse pensait-elle, m'y mènerait plus sûrement – mais, l'une comme l'autre coulait nous voir leur rendre au centuple ce dont la vie les avait injustement spoliées. »
François-Henri Désérable est formidable conteur, il sait tenir le lecteur en haleine, en l'entraînant dans sa quête. de plus, il nous offre des illustrations : la photo de la statue de Romain Kacew, enfant, une rose à la main, à Vilnius, ou une lettre des archives de l'état civil, ou encore le registre des résidents du fameux 16 de la rue… Il évoque aussi les rencontres de Romain : De Gaulle, Druon, Kessel, Aron.
« Gary sort du bureau du Général, et sur qui tombe-t-il ? Pierre Mendès-France et Raymond Aron. Il entre dans une taverne, et qui en sort au même moment ? Maurice Druon. Il s'y attable, et qui vient lui parler ? Joseph Kessel. Y avait-il seulement des anonymes pour peupler la terre en ces temps-là ? » P 112
Sans oublier une scène d'anthologie : le passage de Romain Gary à « Apostrophes » où il craint que soit révélée la mystification : Emile Ajar et lui ne font qu'un et l'auteur nous offre un extrait de la partition de Rachmaninov (générique de l'émission) ainsi qu'une photo prise lors de l'émission.
J'aime bien Romain Gary, l'écrivain comme le personnage, donc ce livre avait déjà beaucoup de chance de me plaire mais aussi éveiller mon esprit critique, je ne me lançais pas dans l'aventure béatement.
J'ai beaucoup aimé ce livre et je remercie vivement Babelio et les éditions Gallimard qui me l'ont offert. J'espère avoir été convaincante car, que vous aimiez ou non Romain Gary, vous apprécierez ce livre car il est très bien écrit et le mystère est entretenu jusqu'à la fin.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          466

critiques presse (3)
Actualitte   01 mars 2018
Exhumant le passé ou le réinventant au gré de ses recherches, François-Henry Désérable redonne corps et âme à M. Piekielny, symbole du martyr juif.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeFigaro   20 octobre 2017
Parti d'un personnage de Romain Gary, François-Henri Désérable épuise vite un sujet un peu mince, s'éloignant de son modèle pour mieux nous entretenir de lui-même.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde   25 août 2017
L’écrivain s’est rendu en Lituanie dans les pas de l’auteur de « La Promesse de l’aube ». Et donne ce bel éloge, « Un certain M. Piekielny ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (123) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   09 novembre 2017
« C'était à Roger Grenier qu‘il fallait poser la question. Roger Grenier, quatre-vingt-quinze ans, écrivain, éditeur chez Gallimard où depuis 1949, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu'il neige, il se rend à pied chaque jour que Dieu fait. Pendant longtemps, son rituel fut le même, immuable et sacré : levé a six heures, deux minutes plus tard il était sous la douche, à six heures douze il se rasait, à six heures vingt il enfilait un pantalon puis boutonnait sa chemise, entre six heures vingt-cinq et six heures cinquante il buvait son café en lisant les journaux, à sept heures moins cinq il passait autour de son cou une cravate qu’une minute après il avait fini de nouer, à sept heures moins une il chaussait ses lunettes, et a sept heures précises, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu'il neige il sortait de chez lui, rue du Bac, qu'il descendait d’un pas ferme sur lequel les habitants du VII‘ arrondissement réglaient leurs petites habitudes : le voyant qui passait devant ses fenêtres, le boulanger savait qu'il était temps de sortir son pain du four, la mère de famille de réveiller ses enfants, le facteur d‘enfourcher sa bicyclette et de commencer sa tournée. de sorte que, le 3 décembre 1980, au lendemain de la mort de son cher Romain. quand Roger Grenier. accablé de tristesse, dut garder le lit, il y eut des baguettes trop cuites, des enfants en retard à l’école et du courrier non distribué. L'anarchie. » p. 136
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PiatkaPiatka   06 septembre 2017
Comment distinguer ce qui relève de la littérature de ce qui n'en est pas ? "Si l'on ne peut trouver de jouissance à lire et relire un livre, disait Oscar Wilde, il n'est d'aucune utilité de le lire même une fois." C'est un critère subjectif, excessif, largement excessif, tout aussi largement exclusif ; j'y souscris : chaque fois qu'il y a désir de relecture, il y a littérature.
J'ai lu et relu La Promesse de l'aube...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          288
gouelangouelan   28 juillet 2017
On croit que l'écrivain choisit toujours le sujet de ses livres. [...] Or ce n'est pas toujours le cas, en tout cas pas souvent, pour ainsi dire jamais. Mais après tout, s'il plaît à l'écrivain de penser qu'en ce domaine il est bel et bien tout puissant, que rien n'est à l’œuvre sinon sa seule volonté, pure, inaltérable, dénuée de contraintes, au nom de quoi viendrait-on lui ôter ce plaisir ? Pourquoi ne pas laisser se bercer d'illusions ? Faut-il vraiment lui dire qu'en vérité c'est le sujet qui le choisit, bien plus qu'il ne choisit son sujet ? Des évènements hétéroclites, en apparence anodins et dont la logique lui échappe, se succèdent dans un désordre trompeur ; peu à peu, voilà qu'ils s'agencent parfaitement, qu'ils font sens, l'idée germe, chemine et l'écrivain, frappé par l'évidence, se frappe le front, eurêka, il tient son sujet; le livre est là, il peut déjà le lire en esprit : il n'y a plus qu'à l'écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
FredMartineauFredMartineau   18 août 2017
Gary écrit le nom de Piekielny sur la page. Le fait-il naître ? Renaître ? Jaillir du tréfonds de sa mémoire ? Ou bien cela vient-il de plus loin, de l’imaginaire se déployant par miracle pour assujettir le réel ? Je ne sais pas. Il est tout-puissant. Il écrit. Il ne pense qu’à cela. Écrire. Tenir le monde en vingt-six lettres et le faire ployer sous sa loi.
Commenter  J’apprécie          240
gouelangouelan   27 juillet 2017
Gary, on le voit, ne faisait pas la guerre. Qu'est-ce que c'est d'ailleurs que la guerre ? Le massacre de gens qui ne se connaissent pas, disait Paul Valéry, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. Un amplificateur d'héroïsme et de bassesse. La meilleure part de hommes, et la pire. La fureur de vivre décuplée par l’imminence de la mort. et aussi, pour les Français de Londres, un salon mondain sous les bombes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Videos de François-Henri Désérable (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-Henri Désérable
Avec Thibault de Montalembert, Alexandre Gefen, Adélaïde Bon, Carole Fives & François-Henri Désérable.
Rencontre animée par Sylvia Minne
Pour voir la première partie : https://bit.ly/2G6vrFq Retrouvez toute la programmation ici : http://www.maisondelapoesieparis.com/
autres livres classés : LituanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
691 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..