AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234064478
198 pages
Stock (01/09/2010)
3.13/5   26 notes
Résumé :
La narratrice, libraire depuis 15 ans, raconte sa vie vouée aux livres et à la littérature.
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
L'auteur signe ici un essai tout à fait pertinent sur son travail de libraire. Elle dirigeait une librairie indépendante centenaire avec 30 salariés jusqu'à ce qu'une multinationale rachète le réseau des librairies indépendantes. Cette librairie « Privat » à Toulouse jouissait d'un certain renom, beaucoup d'écrivains venaient y rencontrer leurs lecteurs. Mais la politique de la nouvelle direction « Chapitre.com » ne jure que par la religion du profit soit rentabilisation, fidélisation, standardisation. Ici les invendus n'ont pas leur place, au bout de six mois ils doivent être retournés ! Elle ne supporte pas cette Marque qui méprise la culture et son personnel, elle décide donc de rendre son tablier. Bien sûr en écrivant ce livre, elle règle ses comptes et on ressent sa rancoeur tant le ton est vif. Les portraits de Blondinet, Gus, Beurk ou Amazone ne nous sont pas inconnus à nous qui avons travaillé dans le monde de l'entreprise. Sa passion pour les livres est ce que je retiendrais le plus de ce livre, elle décrit son amour et son respect des livres, de la littérature, des auteurs, le livre regorge de références littéraires. Moi qui ne supporte pas les supermarchés du livre, l'auteur me conforte encore plus dans ma conviction de ne point m'y rendre, malheureusement les petites librairies ont bien du mal à survivre et les bibliothèques qui sont soumises à marché ne les aide pas non plus à mon grand désespoir, mais là c'est un autre débat...
Commenter  J’apprécie          110
Dans Fahrenheit 2010, publié l'année éponyme, Isabelle Desesquelles rapporte son parcours de libraire passionnée jusqu'à ce qu'elle soit forcée de se soumettre aux nouvelles règles de la chaîne ayant racheté la librairie où elle travaillait. L'autrice parvient à transmettre son amour pour sa profession et ses valeurs inhérentes, qu'elle souhaite conserver et perpétuer. « Quand on aime, il faut partir » (p.163). le lecteur perçoit ainsi par contraste d'autant plus fort comment les décisions de la nouvelle direction, si opposées à sa conception du métier, réveillent en elle, après l'avoir portée au plus bas par déception et désillusion, un instinct de survie qui la pousse à partir pour avancer à nouveau…

Fahrenheit 2010 s'apparente ainsi à la fois à un essai, une lettre ouverte et un récit autobiographique proche du journal intime.

Sur le modèle de l'essai, Isabelle Desesquelles dresse un portrait de la transformation des librairies indépendantes lorsqu'elles rejoignent des réseaux, la plupart du temps par nécessité économique. Elles doivent alors se confronter à de nouveaux modes de fonctionnement parfois imposés par des entreprises qui ne saisissent pas la portée d'exception culturelle que les librairies représentent, au-delà de commerces destinés à dégager de la rentabilité. D'après « Lachaîne », dont dépend l'autrice au moment de l'écriture, une librairie doit être productive, dégager du profit en fidélisant le plus de clients et en optimisant la gestion technique du magasin (stock…). Cependant, pour la « femme aux 100 000 livres » comme pour tant d'autres libraires, réduire le stock revient à condamner prématurément des livres à ne pas trouver leur lecteur, et s'oppose à la volonté de valorisation de la production éditoriale dans toute sa diversité. le libraire perd alors la liberté qui lui permet d'exprimer sa passion au travers de son assortiment.

Ce rapport pourrait apparaître comme désolant, noir et excessivement pessimiste. Cependant, le point de vue et la sensibilité de la libraire qu'est avant tout l'auteur permet de transmettre ces constatations comme un témoignage critique, signal de détresse quant à l'avenir de la librairie indépendante à l'époque de l'écriture.

On ne peut faire appel au titre de la dystopie de Ray Bradbury sans créer une image marquante dans l'esprit du lecteur. L'autrice compare elle-même son récit à une lettre, qui à défaut d'atteindre les mains du président trouvera un plus juste interlocuteur en passant par celles d'un éditeur. Cette lettre est ouverte, tournée vers un lecteur qu'elle semble continuellement et personnellement interpeler puisque le récit est à la seconde personne du singulier. En refusant de se refermer sur son histoire par l'usage du « je », l'autrice paraît chercher à impliquer tout un chacun dans son parcours. La puissance cathartique qu'a dû avoir l'acte d'écriture pour Isabelle Desesquelles peut ainsi être ressentie par le lecteur.

Par le pouvoir qui lui est conféré, l'écrivaine s'accorde le droit de renommer les protagonistes (ou antagonistes) de son récit. Il n'est pas difficile de démasquer ces couvertures en effectuant quelques recherches sur le parcours de la libraire. Cependant, l'onomastique devient un nouvel outil d'expression. le plus marquant à ce sujet est la manière dont l'autrice choisit d'accorder, outre des surnoms parfois peu flatteurs, une majuscule ou non aux personnages qui gravitent autour d'elle. La force typographique révèle ainsi une fois de plus l'importance qu'elle estime méritée ou non par ces personnes. Ainsi, elle s'attachera à nommer chacun des libraires qui ont travaillé à ses côtés par leur prénom, tandis que les autres seront réduits aux noms de « blondinet », « amazone », « gus » et « beurk ».

Enfin, ce récit rappelle également la forme d'un journal intime, notamment par la manière dont Isabelle Desesquelles trace une chronologie désordonnée des jours qui ont marqué sa vie de libraire, comme un avant et un après. C'est ainsi avec des dates précises qu'elle évoque le jour où la goutte d'eau a fait déborder le vase, en l'événement d'un séminaire d'entreprise, et le jour où elle a pris la décision de démissionner, où sa vie a pris un nouveau tournant.

J'ai donc trouvé ce témoignage intéressant et instructif dans la manière dont l'autrice rend compte de la réalité d'une partie des librairies, indépendantes ou en réseau, qui doivent se battre pour maintenir les principes faisant d'elles des lieux de culture avant d'être des commerces.
Commenter  J’apprécie          10
Ce fut d'abord le titre qui retient mon attention : Fahrenheit 2010 est une référence à « Fahrenheit 451″, température à partir de laquelle le papier brûle et évidemment, une référence au roman de Ray Bradubury que j'ai beaucoup aimé.
Je me suis donc penchée sur ce livre et c'est en lisant la quatrième de couverture que j'ai absolument eu envie de le lire.

J'aime beaucoup lire les romans /essais/ témoignages sur le thème de la lecture et de la chaîne du livre. J'ai toujours trouvé cela très intéressant de savoir comment cela se passe en librairie, en bibliothèque, aussi bien les aspects positifs que négatifs. Ce livre ne pouvait donc que me plaire.

Isabelle Desquelles, avec ce témoignage, attire l'attention sur les dégradations de la condition de vie des libraires, des librairies et surtout des livres. Elle nous démontre l'absurdité de la transformation des librairies en enseigne culturelle.


Bien évidemment, Isabelle Desesquelles ne critique pas l'ensemble de la profession des libraires.
Elle critique son réseau de librairie indépendante qui s'est vendu à une multinationale qui souhaitait pouvoir concurrencer la FNAC et qui a perdu tout ce qui faisait avant son originalité, son « âme » même et surtout qui a perdu pas mal de clients, qui ne trouvent plus ce qu'ils étaient venus chercher.


J'étais très curieuse de savoir de quel réseau de librairie il s'agissait et après quelques recherches, j'ai trouvé les informations suivantes :
Isabelle Desesquelles était avant la directrice d'une librairie centenaire à Toulouse qui avait plutôt une belle réputation. Une multinationale a racheté le réseau des librairies indépendantes qui est devenu « Chapitre.com ».Et franchement, avant de lire »Fahrenheit 2010, je ne connaissais chapitre.com que de nom et encore…


D'après l'auteure, la multinationale tient deux discours complètement opposés : il faut préserver la polyvalence et le savoir-faire des libraires et il faut faire du profit, virer les documents qui ne se vendent pas assez et les personnes non indispensables à la chaîne du livre.


Bref, la politique des nouvelles directions est de « vendre vendre vendre ». Ici, il n'est plus vraiment question de promouvoir la culture, il s'agit surtout de rentabiliser, de fidéliser, d'amener toujours au pas.


Entendons-nous : Bien entendu qu'une librairie qui marche est une librairie qui vend. Bien entendu que si elle fait du profit c'est préférable pour ne pas fermer et qu'avant tout, il s'agit de vendre. Mais je trouve que comparer une librairie à un supermarché est un non-sens. Vendre des livres ou vendre des tomates ou des appareils ménagers, ce n'est pas comparable. le savoir-faire et l'expérience ne sont tout de même pas les mêmes. On ne peut pas vendre des livres de la même façon qu'on vend des aspirateurs.


Pour une femme, qui, comme Isabelle Desesquelles, adore la littérature et les livres, voir un tel naufrage a été trop dur pour rester. Elle a préféré abandonner le navire ou elle n'avait plus aucune légitimité et garder sa dignité.


Et pourtant, elle a essayé de combattre, mais elle nous démontre aussi l'absurdité à essayer de se battre contre quelque chose de presque invincible :
Comment ose-t-elle se plaindre d'avoir un travail qui peut-être ne lui plait plus, alors que tant de personnes se retrouvent au chômage? (Je trouve d'ailleurs que la phrase de mon extrait est très parlante de ce qui se passe en ce moment dans le monde du travail. Tant de personne manque de travail qu'on ne peut pas se plaindre des mauvaises conditions de son emploi…on sait très bien qu'il y a une longue queue derrière soi qui nous remplacera dès qu'on partira.)


Le métier de libraire m'a toujours beaucoup attiré. Cela doit être fantastique, si on aime son métier, de pouvoir promouvoir les livres, de donner envie de les lire…mais après ce témoignage, mon enthousiasme est quand même bien refroidi. Au moins, en bibliothèque, il n'est pas question de faire sans cesse des profits et de gagner de l'argent. C'est plus calme, on va dire.

—————————————

Ce fut une belle et terrifiante découverte. Très intéressant à découvrir, je le conseille aux personnes qui aiment lire des livres sur les livres (et qui ont quand même un peu d'espoir en ce qui concerne celui-ci).
Lien : http://writeifyouplease.word..
Commenter  J’apprécie          31
Un livre à lire, à offrir, à méditer. Parce qu'il m'a touchée, parce qu'il m'a fait sourire et m'a révoltée aussi.
Son titre fait référence au roman Fahrenheit 451, température à partir de laquelle le papier brûle. Dans ce livre là , 2010, c'est pour son auteur, l'année de la fin, fin de sa passion, son métier, sa vie de libraire. L'origine du malaise: une nouvelle direction qui ne jure que par les mots "profit", "fidélisation", "rentabilité", où il n'y est plus question de livres mais de "produit" (comme de la lessive, du shampoing...) et où les lecteurs sont des clients. le mot fidélité ne rime pas avec "revenir" mais par "numéro de carte client". La phrase du nouveau boss annonce la couleur: "les seuls dont je me méfie vraiment, c'est Cultura".
En vingt chapitres, l'auteur nous parle de sa détresse, son combat à vouloir défendre ces (ses) livres. C'est plein de cynisme et de tendresse en même temps, sur un métier que j'admire mais qui s'évapore petit à petit. Mon seul reproche, c'est le coté un brin moralisateur, genre moi je suis une combattante, une Ayatollah, je dénonce un monde de veaux qui se résigne et accepte...Mais, ça n'est qu'un infime défaut et il reste un très bel hommage aux livres, aux mots et ceux qui les aiment.
Commenter  J’apprécie          30
Ce récit de libraire est moins euphorique que le livre de Laurence Cossé Au bon roman et nous offre un autre aspect de ce métier. C'est tout autant un témoignage qu'un roman car l'auteur a su prendre suffisamment de distance avec le sujet, le traite avec pas mal de dérision et le rend plus universel.

Cette autofiction raconte les derniers mois d'un directrice de librairie dans "Lachaine". Cette enseigne, filiale d'un groupe international d'agroalimentaire, résulte du rachat de "Lavraielibrairie" par "Lesboutiquiersdulivre", autrement dit 2 mondes complètement différents.
Evidemment, le patron vient de la seconde chaîne, il répond au doux vocable de "blondinet", accompagné par "amazone" à la RH, "monsieursans" aux finances et "Beurk" en guest star, consultant en management du groupe actionnaire.

Le roman se déroule en grande partie pendant un séminaire qui regroupe les directeurs de Lachaine, grand messe où blondinet annonce la stratégie et les restrictions. En contrepoint, la directrice raconte sa lente descente aux enfers, avec la direction du groupe qui lui impose de plus en plus et uniformise la manière de faire, au détriment de son activité de libraire et de la spécificité de son point de vente. le but n'est plus de vendre des livres, amis de fourguer des cartes de fidélité !

Le récit nous fait vivre les interrogations et les doutes (il n'est évidement pas évident de tout lâcher), mais aussi nous fait passer son amour de la littérature et nous comprenons combien elle est empêchée de faire le métier tel qu'elle le défend.

Les différents personnages sont des archétypes que l'on peut rencontrer dans nos entreprises filiales de grands groupes, ils y appliquent les mêmes méthodes et y font presque les mêmes dégâts... ce qui renforce l'empathie avec l'auteur.
Ce livre dépasse le règlement de comptes, c'est une vraie histoire, parfois drôle, racontée comme un roman et qui donne envie de découvrir plein d'auteurs.
Lien : http://jimpee.free.fr/index...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Si tu achètes six exemplaires de -L'Ecriture ou la Vie- de George Semprun, car ce livre on ne l'offre jamais assez, en quoi Blondinet a-t-il à le savoir ? Quelle orientation d'achat son service marketing en déduira-t-il ? Cela te vaudra -t-il un texto pour une offre personnalisée sur un prochain livre consacré à la Shoah ? On en est là, avec cette ignominie du tout acheter et du tout à vendre. (p.101)

Commenter  J’apprécie          150
Conseiller un livre est chaque fois une nouvelle histoire, celle des premières pages que l'on décide ou non de dévoiler, celle d'une pudeur, à partager avec un autre que soi, d'autres vies qui sont un peu , beaucoup les nôtres. Raconter un livre, c'est se raconter.
Commenter  J’apprécie          70
Erri De Luca ne répond pas tout de suite à la question qui lui est posée. Il élude mais rien à faire, il faut répondre. Pourquoi apprendre le yiddish, pourquoi cette langue? Un silence qui se prolonge, sa réponse, il n'y a rien à en dire, juste s'en souvenir. "Pour en lire une phrase chaque matin. L'Homme a voulu faire disparaître cette langue, en lire une seule phrase chaque jour, c'est dire non à la barbarie. Cette langue suffoquée, en l'apprenant on peut alors donner tort à l'Histoire."
Le 10 mai 1933, à l'occasion d'un des nombreux autodafés nazis qui inspireront à Bradbury "Farenheit 451", des bûchers sont dressés, 20 000 livres y brûlent jusqu'à la cendre.
Ce 10 mai 1933, Goebbels note dans son journal: "Dehors, un superbe été commence."
Le 15 mai 2008, un homme parle haut dans une librairie. Erri De Luca n'a pas fini d'être lu et ce n'est pas un espoir mais un certitude dans ce continent qu'est la littérature, assez vaste pour contenir tous les espoirs.
Commenter  J’apprécie          10
Tu vas avoir trente ans et tu es décidée à faire des livres ton pain quotidien, à embrasser la vie de libraire à en perdre la raison. Pour commencer, tu divises ton salaire par quatre, et bientôt tu liras utile. tu n'oublieras pas cette sortie de Jérôme Grossman, alors propriétaire de Tschann, un bijou de librairie. Ici, on ôte des livres les couvertures illustrées. Les libraires les aiment trop pour supporter de les voir revêtus d'oripeaux pubards. (p. 108)
Commenter  J’apprécie          30
Tu l'as compris très tôt, on peut engranger et ranger des milliers de livres, on peut grandir et vieillir avec, on peut y passer tout une vie, on ne les possède pas. Ce qui est bon, c'est de se livrer à eux. Ceux sont les livres qui nous possèdent.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Isabelle Desesquelles (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Desesquelles
Isabelle Desesquelles vous présente son ouvrage "Là où je nous entraîne". Parution le 24 août 2022 aux éditions JC Lattès. Rentrée littéraire 2022.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2641448/isabelle-desesquelles-la-ou-je-nous-entraine
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : librairieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1464 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre