AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782822401050
528 pages
Éditeur : Micro Application Editions (06/06/2012)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Le corps de Rebecca, dix ans, est retrouvé dans une rivière. L'inspecteur David Pitman, chargé de l'enquête, attribue rapidement d'autres victimes à son meurtrier, qui agit toujours selon le même mode opératoire : des fillettes enlevées près de chez elles sont retrouvées mortes dans les jours qui suivent, près ou dans un cours d'eau, agressées sexuellement puis étranglées. Aucun indice exploitable n'est retrouvé, seule une carte de visite est laissée dans le corps d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Natacha851
  21 avril 2013
La vendeuse me mit en garde lorsque j'ai acheté ce livre il y a quelques semaines me disant que le début était difficile.
J'hésitai sur le moment, m'imaginant des descriptions trop crues sur ce qu'un pédophile pouvait faire avec un enfant.
Finalement, je l'ai pris!
Après tout, je suis tout de même une amatrice de thriller! Des horreurs, j'en ai lu! Et puis elle pouvait prévenir pour finalement peu de chose...pour les non-initiés des tueurs en séries, des cadavres découpés et des victimes torturées ...
Maintenant je peux dire que ce n'est pas vrai. le début n'a pas été difficile pour moi, c'est le livre entier qu'il l'a été!
Trois histoires au départ sont amorcées :
L'enquête de police sur le meurtre d'une petite fille. Là rien d'extraordinaire pour ce genre de littérature.
L'arrestation d'un pédophile présumé d'avoir tué cette fillette et ses entretiens avec la mère de la victime.
La thérapie d'un homme, père de deux filles de 6 ans qui avoue avoir du désir pour les enfants.
C'est la première fois, je crois, que je lis un livre qui nous permet de nous placer au côté des victimes mais aussi au côté de leurs bourreaux.
Je n'ai pas trouvé que ce parti pris des auteurs était gratuit, pour choquer, mais malgré tout, j'ai senti une gêne plus d'une fois lors de ma lecture.
Lors des questions posées par la thérapeute par exemple pendant les RDV du père de famille et les réponses de ce dernier.
Ou le discours du pédophile à la mère.
Je suis étonnée de moi même et de ma sensibilité, comme quoi nous en apprenons chaque jour, mais, oui, j'ai trouvé ce livre difficile à finir car dérangeant.
Néanmoins, il reste intéressant car bien documenté sur les procédures policières.
Par contre, j'ai trouvé la fin un peu facile, car peu de suspens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
verobleue
  19 juin 2018
Ce roman nous emporte dans une traque documentée sur le milieu de délinquants sexuels particuliers d'où le titre « Paraphilia ». Il est écrit à quatre mains par un duo britannique sous le nom de Saffina Desforges.
La trame du roman se base sur l'interaction de 3 pédophiles.
L'un se dit guéri et tente d'aider une maman dont la fille est l'une des victimes, à comprendre son fonctionnement. L'autre n'est jamais passé à l'acte mais ressent des pulsions et tente de trouver une thérapie pour les contrôler. le dernier enfin, est le meurtrier recherché de plusieurs enfants. le lecteur va les suivre tout au long des pages, dégrossir leur fonctionnement, tenter de saisir le pourquoi.
J'ai apprécié que l'auteur utilise le point de vue profilage et l'analyse poussée du suspect. L'ensemble nous plonge directement sur le terrain mais attention, car le texte comme les situations sont parfois perturbants. J'ai tout de même eu beaucoup de mal à accepter que la maman d'une victime soit capable d'entretenir une conversation avec un pédophile. D'un autre côté, il est vrai que comprendre un problème aide à mieux le combattre.
Les thèmes de ce livre sont le profilage, l'influence des médias, la difficulté du jugement, l'utilisation détournée de la médecine et de la psychologie. Dans le livre, ces éléments malmènent les idées reçues et poussent à s'interroger sur ces dérives comportementales.
L'intrigue m'a complètement embarquée par son aspect imprévisible mais j'espérais un dénouement plus subtil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Sanguine
  27 septembre 2015
Je suis très en retard dans la rédaction de mes billets. Je lis pas mal mais je me tape des migraines assez violentes qui font que je n'utilise pas trop l'ordi lorsque je rentre du travail. du coup, les bouquins lus s'accumulent mais les chroniques ne sortent pas de ma tête. En ce dimanche matin, ma migraine est là mais elle ne m'agresse pas trop alors j'en profite pour vous parler d'un livre dont je ne sais pas comment parler ...
Le corps de Rebecca, dix ans, est retrouvé dans une rivière. L'inspecteur David Pitman, chargé de l'enquête, attribue rapidement d'autres victimes à son meurtrier, qui agit toujours selon le même mode opératoire : des fillettes enlevées près de chez elles sont retrouvées mortes dans les jours qui suivent, près ou dans un cours d'eau, agressées sexuellement puis étranglées. Aucun indice exploitable n'est retrouvé, seule une carte de visite est laissée dans le corps de la victime, et porte le nom du meurtrier : Oncle Tom. Alors que la chasse à l'homme commence, la mère de Rebecca décide elle aussi de mener l'enquête afin de comprendre ce qu'est la paraphilia, troubles psychosexuels dont fait partie la pédophilie. Elle va bientôt se retrouver au coeur d'une machination qui dépasse l'entendement ...
J'avais envie de lire un bon thriller un peu "bouerk" alors j'ai pioché dans la liste que Séverine de Il est bien ce livre avait fait il y a quelques temps sur sa chaine et qui m'avait beaucoup intéressée. J'avais pris note de quelques titres dont celui de Saffina Desforges. Outch ! Une lecture pas facile ...
Nous avons donc affaire à un tueur de petites filles que nous allons découvrir de plus en plus au cours de notre lecture. En parallèle des enlèvements qu'il effectue, nous suivons l'enquête de la police mais aussi une enquête souterraine menée par la mère d'une des petites filles assassinées et son compagnon journaliste. Je dois bien dire que je n'ai absolument pas compris la psychologie de la mère de Rebecca ! Elle a des réactions et des agissements qui m'ont laissé sans voix !
Ce qui m'a beaucoup plu dans ce livre, c'est que nous n'avons juste une "bête" enquête de police concernant un meurtrier d'enfants (un "pointeur" comme l'explique je ne sais plus quel personnage), l'auteure nous propose des thèses reposant sur la psychologie pour tenter de comprendre ce qui peut se passer dans la tête des pédophiles. Par exemple, j'ai beaucoup aimé les entretiens que Randall a avec la psychologue de la Fondation qui va le suivre pour lutter contre ses pulsions pédophiles.
Mais c'est un livre que j'ai trouvé très dérangeant, certains passages m'ont mis très mal à l'aise. Je pense qu'il faut lire autre chose de léger en parallèle. C'est vraiment un livre à l'atmosphère étouffante qui fait dresser les cheveux sur la tête par moment. J'ai eu un gros problème avec le découpage des chapitres que je n'ai pas aimé du tout. Ca nous donne des chapitres très courts et qui n'ont pas lieu d'être à mon sens puisque nous ne changeons pas forcément de personnages ou de lieu au chapitre qui suit (je ne sais pas si vous avez compris là hum hum).
J'avais plus ou moins découvert l'identité du tueur avant la fin du livre. Mais j'ai tout de même été surprise par certains éléments, je n'avais pas trouvé la totalité du dénouement. Lorsqu'on commence à comprendre comment tout s'imbrique parfaitement, on en reste comme deux ronds de flan ! Franchement, j'ai eu un moment de blanc en me disant "nooooon". Une fin que je trouve réussie du coup.
Un livre très intéressant mais qu'il ne faut pas mettre entre toutes les mains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigitte22
  05 mars 2013
Définition de la paraphilie : l'ensemble des attirances ou pratiques sexuelles qui diffèrent des actes traditionnellement considérés comme « normaux ». Parmi ces pratiques, la pédophilie.
L'auteur, Saffina Desforges, ou plutôt les auteurs, car il s'agit d'un couple d‘écrivains, va faire évoluer dans son roman trois pédophiles. L'un tentera d'expliquer sa perversion, le second n'étant encore qu'en « devenir », cherchera un traitement « préventif « . C'est un roman profondément dérangeant, car, même si les personnages sont abjects, et parfaitement inexcusables, on se prend parfois, et à contrecoeur, à éprouver une certaine pitié pour eux.
C'est une analyse neutre, différente, et sans voyeurisme que nous offre ici l'auteur, sur ce sujet extrêmement sensible, inscrite dans une intrigue très bien menée jusqu‘aux dernières pages.
Le corps de Rebecca, 10 ans, est découvert dans un canal par deux jeunes enfants. Elle a été agressée sexuellement, et étranglée. le tueur a laissé une carte de visite dans son corps, signée « Oncle Tom ». La mère de Rebecca, Claire, ainsi que son compagnon, Matt, journaliste, écrasés de chagrin, vont participer à l'enquête avec l'aide de l'inspecteur Pitman, leur ami, qui en est chargé. Très vite, d'autres enlèvements et meurtres similaires suivent, tandis que l'Oncle Tom devient l'homme le plus recherché d'Angleterre.
Un premier suspect est appréhendé, Thomas, à qui la police extorquera des aveux, jusqu'à ce qu'il soit relâché, sa perversion ne « cadrant » pas avec les crimes. Un second suspect est arrêté, jeune père de deux petites jumelles, qui suit une thérapie pour contrôler ses pulsions. Claire rencontrera alors Thomas, qui tentera de lui expliquer sa « maladie », qu'il ne considère d'ailleurs pas comme telle, et malgré son aversion et son chagrin, sera elle-même surprise d'éprouver de la compassion pour lui, tant son discours sur la notion d‘amour est cohérent, même si « contre-nature «. Elle rencontrera également Leroy McKenzie, un autre violeur, non pas d'enfants, mais de femmes, et qui lui aussi suit une thérapie pour garder sa liberté. de fil en aiguille, Claire et Matt, aidés de deux jeunes surdoués, fan de serial killers, et de profilage mettront à jour une machination défiant l'entendement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
manue14
  24 février 2019
Le roman est prenant du début à la fin.
Les idées sont intéressantes et le duo d'écrivains tient les lecteurs en haleine jusqu'à la toute fin du roman.
Si au premier abord on pense avoir affaire à une simple histoire d'enlèvement d'enfant on se rend compte que c'est tout sauf aussi simple.
Je conseillerais tout de même ce roman aux lecteurs habitués aux thrillers avec des enfants. En effet c'est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains !
Les idées générales sont parfois simples et d'autres fois très recherchées. On se rend compte que les auteurs ont fait des recherches pour l'écriture de ce roman, cela se ressent tout au long de la lecture. C'est une bonne chose !
On avance doucement dans l'histoire et chaque détail a son importance, le but est finalement de tout retenir pour rassembler les dernières pièces du puzzle à la fin.
Tout nous est expliqué soit au fur et à mesure soit à la fin. Mais il ne reste aucune zone d'ombre et c'est cela que j'ai apprécié.
Concernant les descriptions elles sont parfois un peu sommaires. Selon moi c'est le seul point un peu négatif du roman et c'est ce qui m'a empêchée de mettre la note maximale. J'aurais apprécié avoir plus de détails concernant les lieux, certaines situations, mais aussi et surtout les protagonistes et leurs ressentis. Les auteurs ne sont peut-être pas à l'aise avec les descriptions mais c'est pourtant un élément important dans un roman.
Je ne suis malheureusement pas arrivée à m'imaginer l'ensemble des personnages ou des lieux. Heureusement pour les protagonistes les auteurs pensent à faire de nombreux rappels nous empêchant de nous tromper dans les noms ou de les oublier.
Le fait d'alterner les points de vue est une très bonne chose cela donne un vrai dynamisme au roman. Ainsi nous savons tout ce qui se passe ou presque. Evidemment le tueur ne nous est pas dévoilé ou juste à la fin !
Les chapitres sont très courts mais étant donné qu'il y a du suspense tout le temps je ne me suis arrêtée dans ma lecture que lorsque j'en ressentais le besoin. Autant dire pas souvent !
Le style d'écriture est fluide et très agréable à lire.
La fin est digne d'un thriller, une fin vraiment comme je les aime !
En résumé, si vous aimez les thrillers, les enfants, les psychopathes et que vous avez envie de lire un long roman (plus de 680 pages !) alors je crois bien que vous devriez vite aller acheter ce livre !
Lien : https://fais-moi-peur.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
verobleueverobleue   19 juin 2018
Elle montra du doigt une photo d'une des victimes sur une coupure de presse:
- Vous voyez, elle ne signifie rien pour vous. Pas plus qu'une petite Africaine victime de la famine. La société déteste les enfants. Votre ami Thomas Bristow ne vous l'a-t-il pas enseigné? Croyez-vous honnêtement que quelqu'un se souciait de ces filles? Bien sûr, les gens sont écœurés quand ils lisent les avis de recherche sur leurs paquets de corn flakes, ou lorsque la télé diffuse ces reportages à l'heure du thé. Mais quelqu'un se souciait-il réellement des victimes? Ces foules qui hurlent des invectives au dehors du tribunal au passage d'un pédophile, pensez-vous qu'elles se soucient un tant soit peu de la victime? Bien sûr que non. Les gens se soucient uniquement de leurs propres enfants, tout comme ils se soucient de leur maison ou de leur voiture. De leurs possessions personnelles. Ils poussent des oh! et des ah! quand on aborde la question de l'enfance maltraitée, mais dans le même temps ils battent leurs propres marmots à l'abri de leurs quatre murs, ils leur infligent la fumée de leurs cigarettes, leur font avaler n'importe quoi, les refilent à la babysitter qui sera la moins chère quand ils sortent s'amuser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
yv1yv1   15 juin 2012
Mais vue d'un oeil froid et clinique, la pédophilie ne diffère en rien des autres comportements sexuels s'écartant du modèle visant à la reproduction. Ce n'est qu'une variante de plus du désir sexuel de base, causée par des facteurs génétiques, pathologiques ou socio-environnementaux ; probablement une combinaison des trois. Ce n'est pas pour autant que c'est bien ou mal. Le bien et le mal relèvent de la moralité sociale, pas de la biologie. De l'éthique, pas de la science. Les troubles sexuels sont un domaine de la nature humaine qu'on commence à peine à comprendre. (p.300)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolarcollectifpolar   22 janvier 2020
Elle montra du doigt une photo d'une des victimes sur une coupure de presse:
_Vous voyez, elle ne signifie rien pour vous. Pas plus qu'une petite Africaine victime de la famine. La société déteste les enfants. Votre ami Thomas Bristow ne vous l'a-t-il pas enseigné? Croyez-vous honnêtement que quelqu'un se souciait de ces filles? Bien sûr, les gens sont écoeurés quand ils lisent les avis de recherche sur leurs paquets de corn flakes, ou lorsque la télé diffuse ces reportages à l'heure du thé. Mais quelqu'un se souciait-il réellment des victimes? Ces foules qui hurlent des invectives au dehors du tribunal au passage d'un pédophile, pensez-vous qu'elles se soucient un tant soit peu de la victime? Bien sûr que non. Les gens se soucient uniquement de leurs propres enfants, tout comme ils se soucient de leur maison ou de leur voiture. De leurs possessions personnelles. Ils poussent des oh! et des ah! quand on aborde la question de l'enfance maltraitée, mais dans le même temps ils battent leurs propres marmots à l'abri de leurs quatre murs, ils leur infligent la fumée de leurs cigarettes, leur font avaler n'importe quoi, les refilent à la baby-sitter qui sera la moins chère quand ils sortent s'amuser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 février 2016
N’importe qui à ma place aurait réagi ainsi. J’aurais voulu mettre la main sur lui. Le faire souffrir. Lui couper les couilles. Lui… Mais ça c’était avant. Aujourd’hui je raisonne. Je ne recherche plus la vengeance, mais la justice. Je veux connaître ses raisons. Savoir quel genre de personne c’est. Est-ce qu’il a une famille ? Des amis ? A-t-il déjà aimé quelqu’un ? Se sent-il coupable ? A-t-il des remords ? Des regrets ? Éprouve-t-il seulement quelque chose ? À l’époque, je me disais que même la pendaison était un châtiment trop doux. Mais aujourd’hui… maintenant que j’y réfléchis, je me rends compte que ce n’est pas une solution. Il doit être malade. Dérangé, je veux dire. Mentalement. Sérieusement dérangé. Il a besoin d’aide, pas d’une punition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 février 2016
La mémoire joue quelquefois des tours étranges, Greg. Il arrive qu’elle refoule des souvenirs. Qu’elle les emprisonne au fin fond de notre subconscient. Avez-vous entendu parler du « syndrome de la mémoire retrouvée » ? C’est une thérapie qui vise à faire régresser la mémoire à l’enfance, afin de découvrir ce qui s’y est réellement produit.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Saffina Desforges (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saffina Desforges
Saffina Desforges : Amazon Author Video (en anglais)
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Paraphilia" de Saffina Desforges.

De quelle couleur sont peint les ongles de Rebecca lorsqu'elle est retrouvée ?

bleu
jaune
rouge
orange
vert

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Paraphilia de Saffina DesforgesCréer un quiz sur ce livre

.. ..