AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2896941991
Éditeur : Alto (22/03/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Toute maison a ses secrets, mais aucune ne les protège plus jalousement que l'auguste demeure de la famille Delorme. Avec ses soixante-sept serrures et sa chambre forte où gisent les restes momifiés d'une femme serrant une brique entre ses dents, cette véritable banque privée a toujours tenu à l'abri des regards indiscrets son lot de bien mal acquis, de vices cachés, de rite cruel et de substances illicites. Jusqu'au jour où elle ouvre sa porte à Penny Sterling, un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Madame_lit
  10 mai 2016
Bonjour!
Ce récit raconte l'histoire de la famille Delorme durant 3 générations. le thème principal de ce roman, c'est l'argent. Chaque personnage a un rapport très particulier avec les sous. Les noms des personnages sont des signifiants illustrant l'aspect financier. Ainsi, le patriarche, Prosper, fait construire une chambre dans le sous-sol de la maison pour stocker l'argent familial. À sa mort, son fils, Louis-Dollard, hérite d'une belle somme. Ce dernier voue aussi un culte à l'argent, tout comme son épouse, Estelle, qui épargne sur tout. Elle se confectionne même une étole en fourrure à partir de souris qu'elle a piégées au fil du temps. Louis-Dollard réussit ensuite dans l'immobilier. Un jour, une jeune femme, Penny Sterling, cogne à la porte du domicile familial pour louer un appartement. En guise de preuve qu'elle peut se permettre les paiements du loyer, elle révèle à Louis-Dollard qu'elle a créé un jeu qui lui a permis d'amasser une belle somme. Les Delorme décident de la marier à leur fils Vincent. Toutefois, Vincent et Penny leur réserveront de belles surprises!
J'ai bien aimé ce roman humoristique. J'ai apprécié m'évader dans un univers qui n'était pas tragique. J'ai trouvé certains passages très drôles, comme ce penchant d'Estelle pour le sucre à la crème. Cette femme vaut le détour en matière d'avarice! Elle pourrait bien s'entendre avec notre Séraphin national…
Aussi, les dix commandements de la famille Delorme sont assez spéciaux et comiques.
1.Tu n'auras d'autre dieu que sa majesté.
2 La Pièce Mère et toutes les autres espèces tu honoreras et jamais ne détruiras.
3. Tu te souviendras que l'argent ne pousse point aux arbres.
4. Tu ne garderas aucune menue monnaie sur toi.
5. Tu ne dépenseras point en vain.
6. Tu ne donneras point aux pauvres.
7. Tu ne prêteras point, ni sur gage ni à usure.
8. Tu ne joueras point.
9. Tu n'accepteras point de fausse monnaie.
10. Tu ne convoiteras point les biens vendus en magasin. (p. 165)
De plus, les Delorme ont leur propre prière.
Notre Dollar qui êtes précieux,
Que votre fonds soit crédité,
Que votre épargne arrive,
Que votre versement soit fait
Au Trésor comme aux livres.
Donnez-nous aujourd'hui notre intérêt quotidien,
Et pardonnez-nous nos dépenses
Comme nous profitons des sous
qui nous sont avancés.
Ne nous laissez pas succomber à la spéculation,
Mais préservez notre capital.
Nanti soit-il.
Comme vous pouvez le remarquer, l'écrivaine joue avec des éléments de la religion pour présenter le culte que voue la famille Delorme à l'argent. D'ailleurs, la chambre verte peut faire référence à une chapelle.
J'ai passé un bon moment de lecture et j'ai bien rigolé avec les vieilles filles Delorme (les soeurs de Louis-Dollard) qui se saoulent à l'essence de vanille. L'essence de vanille, dans le bouquin, est composée de 35% d'alcool blanc, un « produit de la distillation »! Comme quoi, il faut profiter de la vie avec ce qui nous tombe entre les mains.
De plus, la narratrice du roman, n'est nulle autre que la maison. Elle nous parle de son sort, des événements qui se déroulent en ses lieux, de la chambre verte, du butin, etc. C'est assez original aussi. Comme elle le soulève :
Sous mon toit, personne ne prononce le mot «Trésor» sans avoir l'impression de violer un tabou. Ce secret est si bien gardé que j'oublie moi-même parfois que j'en suis la dépositaire attitrée. le Trésor est tapi depuis toujours au plus profond de moi, dans un trou où jamais ne l'atteint la lumière qui révélerait sa véritable nature, et j'en suis venue à penser, au fil des ans, que quand il émet dans le noir ses sourds reflets, c'est mon propre coeur qui palpite. Un coeur d'or, il va sans dire, comme l'est le silence. Un coeur fermé, engourdi dans l'oubli, usé par des années de négligence, qui doit sans cesse contenir ses débordements. Car je suis riche des désillusions et des désappointements que j'ai encaissés, j'ai de la rancune envers ces Delorme qui me laissent vêtue de haillons alors qu'une infime parcelle de ce Trésor suffirait à me renipper… (p. 36)
De surcroit, elle apparaît bien capable de se faire entendre et de se mêler à l'histoire des siens!
Bien à vous!
Lien : https://madamelit.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Holon
  14 janvier 2018

Nous avons tous connu dans notre vie des gens qui vouent un culte de l'argent. La Chambre Verte de Martine Desjardins décrit une famille pour qui l'argent est égal à Dieu, j'ai pensé à une citation du gangster Lucky Luciano ¨ En Amérique Dieu c'est le Dollar Américain¨. Dans ce conte les Delorme vont jusqu'au boutisme pour amasser le plus d'argent ou chaque sou a valeur de vie. La lecture de ce roman qui page après page nous amène dans les fondations d'une famille ou la tentation et le plaisir est vu comme un gaspillage qui s'approche du Mal. Bravo un roman comme on en voit rarement.
Commenter  J’apprécie          70
Pixie_dust
  21 août 2019
C'est l'histoire un peu loufoque de la montée puis de la déchéance d'une famille bourgeoise montréalaise qui vénère (littéralement!) l'argent! Une première génération d'entrepreneurs partis de rien travaillent toute leur vie pour créer un empire; une deuxième, bande de séraphins profiteurs, voleurs et égoïstes, se déchire pour l'héritage; et la troisième, composée de jeunes désabusés et vengeurs qui détestent leur famille malsaine, flambe (littéralement!) le magot!

La narration est particulière et originale, car c'est la maison familiale elle-même qui raconte l'histoire de ses occupants. Elle joue même un rôle actif dans les intrigues se déroulant entre ses murs! Les personnages sont exagérés, un peu comme dans un conte, et tous plus détestables les uns que les autres. C'est humoristique et fantaisiste sans être trop léger. J'ai trouvé cette lecture plutôt divertissante!
Commenter  J’apprécie          50
sweetie
  28 juin 2017
Une belle surprise que cette histoire concoctée à la sauce des meilleurs contes de notre enfance. Les époux Delorme (Louis-Dollar et Estelle) vouent un culte immodéré à l'argent dans leur maison d'un riche quartier de Montréal. Tellement, qu'ils y ont construit une chambre forte (la fameuse chambre verte aux couleurs du dollar) à laquelle eux seuls ont accès. La famille entière, composée aussi de Vincent, leur fils et de ses trois vieilles tantes, radine, lésine, économise tant et tant qu'un véritable trésor finit par s'accumuler en ses murs. La maison elle-même en est témoin et en déplore les effets sur sa structure vieillissante. Jusqu'à l'arrivée d'une jeune femme désireuse de louer un appartement dans un immeuble, propriété du couple avaricieux. C'est délicieusement construit, original et d'une belle écriture.
Commenter  J’apprécie          40
MarianneRichard
  16 février 2017
Cette lecture, comme plusieurs avant elle, fut ardue. L'intérêt n'y était pas, j'ai failli renoncer plusieurs fois. Je crois que la principale raison qui m'a fait enrager et avancer péniblement dans la maison des Delormes est la pingrerie extrême de ses habitants. Parfois, nous aimons détester des personnages, mais cette famille, j'ai détester la hair. Pour moi, qu'ont nous dépeigne cette famille désagréable, sans grande qualités, m'a mis hors de moi. D'autant plus que les personnages sympathiques sont morts, partis en fumée (petit clin d'oeil à la maison-narrateur), ou peu exploité. Les 30-40 dernieres pages du récit m'ont réconcilier avec l'histoire; ce monologue de la maison qui s'adresse vraiment a nous dans ce passage, m'a fait sourire et m'a fait achever cette lecture sur une meileure note. Je donne la note de passage car au final l'univers et la narration m'ont plus.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
LaPresse   04 avril 2016
Un roman glauque qui manie la désinvolture avec brio, aussi léger que sombre.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeDevoir   30 mars 2016
La chambre verte oscille entre le burlesque un peu caricatural et le fantastique inquiétant. Grossissant les traits de chacun, Martine Desjardins compose une « séraphinade » qui tient plus de la farce que du thriller.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Madame_litMadame_lit   10 mai 2016
1.Tu n’auras d’autre dieu que sa majesté.
2 La Pièce Mère et toutes les autres espèces tu honoreras et jamais ne détruiras.
3. Tu te souviendras que l’argent ne pousse point aux arbres.
4. Tu ne garderas aucune menue monnaie sur toi.
5. Tu ne dépenseras point en vain.
6. Tu ne donneras point aux pauvres.
7. Tu ne prêteras point, ni sur gage ni à usure.
8. Tu ne joueras point.
9. Tu n’accepteras point de fausse monnaie.
10. Tu ne convoiteras point les biens vendus en magasin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Madame_litMadame_lit   10 mai 2016
Sous mon toit, personne ne prononce le mot «Trésor» sans avoir l’impression de violer un tabou. Ce secret est si bien gardé que j’oublie moi-même parfois que j’en suis la dépositaire attitrée. Le Trésor est tapi depuis toujours au plus profond de moi, dans un trou où jamais ne l’atteint la lumière qui révélerait sa véritable nature, et j’en suis venue à penser, au fil des ans, que quand il émet dans le noir ses sourds reflets, c’est mon propre cœur qui palpite. Un cœur d’or, il va sans dire, comme l’est le silence. Un cœur fermé, engourdi dans l’oubli, usé par des années de négligence, qui doit sans cesse contenir ses débordements. Car je suis riche des désillusions et des désappointements que j’ai encaissés, j’ai de la rancune envers ces Delorme qui me laissent vêtue de haillons alors qu’une infime parcelle de ce Trésor suffirait à me renipper…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Madame_litMadame_lit   10 mai 2016
Notre Dollar qui êtes précieux,
Que votre fonds soit crédité,
Que votre épargne arrive,
Que votre versement soit fait
Au Trésor comme aux livres.
Donnez-nous aujourd’hui notre intérêt quotidien,
Et pardonnez-nous nos dépenses
Comme nous profitons des sous
qui nous sont avancés.
Ne nous laissez pas succomber à la spéculation,
Mais préservez notre capital.
Nanti soit-il.
Commenter  J’apprécie          30
sweetiesweetie   28 juin 2017
Peut-être qu'en d'autres circonstances et en d'autres lieux, les billets de banque sont des papiers inoffensifs, une simple monnaie d'échange entre les deux parties d'une honnête transaction. Pas ceux-ci. Ils croupissent depuis si longtemps dans cette pièce qu'ils ont absorbé le sens perverti de l'économie des Delorme, leur avarice, leur goût du lucre, leur cupidité. Par leur immobilité, ils ont acquis une telle force d'inertie qu'ils résistent à toute tentative d'être dépensés et à leur contact, on se sent pris d'un besoin irrationnel d'accumuler et de thésauriser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HolonHolon   14 janvier 2018

— Je ne connais pas meilleur usage aux dollars que l’accumulation.
Commenter  J’apprécie          100
Video de Martine Desjardins (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martine Desjardins
Les Conseils de vos libraires indépendants
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
146 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre