AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2890375862
Éditeur : Québec Amérique (01/01/1992)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
"- Millionnaire à quatorze ans !! C'est impossible ! s'exclame Charles.
- Mais oui ça se peut, affirme Benoit. On a juste à faire comme elle. Et même plus.
- Mais on n'a même pas d'expérience.
- On n'en a pas besoin. On est capable de laver des vitres, tondre le gazon, peinturer, sortir les ordures et garder des enfants... Il va falloir travailler super fort, Charles, mais penses-y... Dans trois ans on pourrait être riches à craquer..."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cielvariable
  15 mars 2014
J'ai beaucoup aimé ce roman lorsque j'étais enfant. le personnage principal hyper créatif et ambitieux me faisait bien rire.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   20 juin 2014
Le jour de la paye

Le lavage, le repassage, l’époussetage, «l’ouvrage» quoi, ce n’est pas ça qui manque dans une maison, et Benoit en sait quelque chose. À onze ans, il partage les tâches domestiques avec son père depuis déjà deux ans. Benoit est le genre «organisé». Au début des vacances d’été, il a choisi le lundi matin pour faire le grand ménage de la semaine. Et aujourd’hui, deuxième lundi du mois de juillet, il ne déroge pas à la règle.
Avec le temps, il s’est habitué à sa routine, et son expérience lui a permis de développer des trucs. Par exemple, pour aller plus vite, il exécute deux besognes à la fois: pendant qu’il fait cou - ler l’eau dans l’évier pour la vais selle, il balaie le plancher de la cuisine et pousse les saletés sous le réfrigérateur!
Benoit a un fidèle compagnon de travail: son baladeur. Du rock ou du rap bien rythmé le désennuie en plus d’augmenter sa cadence. En époussetant au rythme de la musique, il lui arrive parfois d’improviser des chorégraphies, de rêver. Il oublie alors les bibelots poussiéreux et s’imagine en train de danser avec la belle Marie.
Ding! Dong!
C’est sûrement Charles. Il rapplique toujours le premier, la journée où Benoit fait le ménage. Après le déjeuner, il n’a rien à faire, lui. Un peu paresseux, il semble employer toutes ses énergies à grandir, à pousser comme une grande échalote. Du même âge que son meilleur ami, il le dépasse pourtant d’une tête.
Benoit n’est donc pas surpris de trouver Charles à sa porte. Il n’est pas étonné non plus de le voir avec un sac de chips et une orangeade dans les mains.
— Qu’est-ce que tu fais? Viens-tu jouer avec mon vidéo? demande Charles en offrant ses chips.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   26 janvier 2019
Benoit a une première surprise en se rendant à l’épicerie Hua. Alors qu’il marche sur le trottoir avec Charles, il voit un attroupement de curieux. Tous ces gens regardent des déménageurs vider l’appartement des Morin. Benoit trouve bizarre ce déménagement précipité et encore plus bizarre qu’il attire des spectateurs.

— Simonac ! les gens n’ont jamais vu ça un déménagement !

— Ça n’a pas l’air d’un déménagement ordinaire, rétorque Charles. On dirait que les Morin se font saisir leurs meubles.

— Comment ça, saisir leurs meubles ?

— Oui, regarde le bonhomme en habit devant la maison, c’est sûrement un huissier.

— Un quoi ?

— Un huissier, c’est lui qui vient prendre les affaires.

Benoit se retourne vers l’huissier, devant qui M. et Mme Morin gesticulent et crient à l’injustice.

— Dégueulasse ! ! Il n’a pas le droit de prendre leurs affaires ! s’indigne Benoit.

— Quand tu fais faillite, tu fais faillite, confirme Charles.

— Mais ce n’est pas seulement les compagnies qui font faillite ?

— Non, mon père l’a dit l’autre jour. Quelqu’un qui ne paye pas ses comptes peut faire faillite.

Secoué par cette révélation, Benoit se met à examiner l’huissier, l’air dégoûté. Il regarde cet homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   20 juin 2014
Mais Benoit n’a pas l’intention de
laisser partir son père sans réclamer
son dû. Il tend la main et affiche un
sourire en coin.
— Oh! C’est vrai... Le jour de la
paye, se rappelle André.
Il lui donne un billet de cinq dollars
avant de commencer à des
cendre l’escalier.
— Juste ça! proteste Benoit. J’ai fait
un ménage super dégueulasse aujourd’hui!... Ce n’est pas juste, Charles a
beaucoup plus! À ne rien faire à part de
ça!
— Souhaite-moi donc bonne chance!
répond André en ouvrant la portière
grinçante de sa voiture. Si j’ai le
contrat, je pourrai t’en donner un peu
plus.
À cette idée, Benoit retrouve sa
bonne humeur et s’empresse de souhaiter bonne chance à son père. Benoit
aime beaucoup André et pas seulement
quand celui-ci lui promet de l’argent.
Après Charles, il est son meilleur ami.
Pendant qu’il regarde André s’éloigner, Benoit se dit que la journée commence bien. En fait, ce lundi ne sera
pas un jour comme les autres pour lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   26 janvier 2019
Lorsque André et Mireille se sont séparés, deux ans auparavant, ils ont convenu qu’il valait mieux que Benoit reste avec son père à cause de la plus grande disponibilité de ce dernier. Comme professeur d’arts plastiques au niveau secondaire, Mireille ne pouvait pas être aussi présente qu’André à la maison.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : entrepreneuriatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre