AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221126831
Éditeur : Robert Laffont (28/02/2013)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 176 notes)
Résumé :
Le mâle dans la peau...
Magnétique et sensuelle, Abigail est l'arme la plus redoutable du réseau SENTINEL.
La jeune succube se nourrit de votre énergie vitale et vous consume dans l'extase.
Inutile de lutter : l'attraction qu'elle suscite est irrésistible.
Même si faire l'amour avec elle, c'est s'unir à la mort.
Kaleb Helgusson est plus dangereux encore, car il porte désormais l'empreinte du Mal.
Quand leurs routes se croise... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
Crunches
  11 avril 2013
Encore une fois, j'ai été totalement surprise par l'univers et les personnages créés par Myra Eljundir. L'histoire me semblait toute tracée à la fin du premier tome. Et pourtant... et pourtant j'ai été bluffée plus d'une fois.
L'histoire n'en finit plus de se complexifier : on ne sait plus à quel saint se vouer, ni vers quelle issue l'auteur veut nous emmener. On croit toujours tenir le bon bout et au dernier moment tout bascule, à croire que l'auteur prend un malin plaisir à nous balloter à droite à gauche. Les liens entre les personnages et les événements sont de plus en plus contradictoires. du moins, c'est l'impression que j'ai eue. On plonge plus profondément avec les Enfants du Volcan, on en rencontre d'autres qui ont des "dons" plus ou moins surprenants..; et toujours, toujours cette quête du Bien et du Mal qui n'en finit plus et au cours de laquelle le Bien et le Mal sont plus ou moins confondus.
Moi qui pensait avoir cerné la suite de l'histoire et les personnages qu'on avait rencontré dans le premier tome, j'ai été plus d'une fois surprise. Bizarrement, il n'y a que Kaleb qui reste fidèle à lui-même. Il est toujours aussi violent que dans le premier tome, mais cette fois, ses crises de violences sont "justifiées", elles ne sont pas uniquement le fruit d'expérimentations. Abigaïl quant à elle est un mystère. Je ne sais toujours pas dans quel camp elle est... Avec ou contre Kaleb ? avec ou contre les EDV ? Avec ou contre SENTINEL ? Je ne pourrais pas prendre position. Les autres personnages finissent tous soit par nous décevoir soit par nous dégouter ou bien encore par nous dérouter.... Je n'ai pas encore été si mitigée ni perdue à propos des personnages d'un livre, surtout dans un tome 2 d'une trilogie !
Bref, vous l'aurez compris, on est plus d'une fois bousculé dans ses prévisions, dans nos croyances et nos doutes se renforcent. J'ai été étonnée en permanence en lisant ce tome : les personnages, l'action et le style de l'auteur se sont relayés afin de me maintenir dans un état d'hébétement perpétuel. A la fin, il est quasiment impossible de savoir ce qui va se passer dans le prochain tome. On ne sait plus qui manipule qui, qui est le pion de qui, qui veut faire faire quoi à qui. J'étais sans cesse en train de me demander ce qui allait bien pouvoir arriver à nos deux héros.
Tout ce que je retiens de ce tome, c'est que l'auteur m'a manipulée avec beaucoup de dextérité pour que je n'ai qu'une seule envie : poursuivre ma lecture avec le tome 3 !!!
Lien : http://plaisirsdelire.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MelM
  25 mai 2014
17,5/20
Nous retrouvons Kaleb trois mois après les événements survenus à la fin du premier tome, se rendant en Islande, il est décidé à venger son père, retrouver ses origines et en apprendre toujours plus sur son don. Dans cet avion, il se remémore sa halte en Irlande, où il a rencontré Abigail et où la recherche de ses semblables et d'un moyen de vaincre SENTINEL a commencé. Les deux jeunes EDV vont-ils réussir à mener à bien leurs missions et à rester en vie ?
Tout d'abord, le premier point positif de ce roman est l'écriture de Myra Eljundir qui est toujours aussi envoûtante, riche et descriptive. Les lieux sont très bien installés dans le récit sans l'alourdir ni rompre l'action. le vocabulaire est recherché et approfondi, un vrai délice à lire. Une plume magnifique et d'une fluidité épatante qui confère aux descriptions une dimension presque réelle et aux sentiments des personnages un naturel prodigieux et qui se transmettent donc facilement au lecteur.
Dans ce deuxième tome, on retrouve tout ce qui a fait du premier une petite bombe. Une action qui redémarre très rapidement, celle-ci est vraiment très prenante et extrêmement présente tout au long du roman, elle ne présente aucun temps morts inutile, le lecteur se laisse absorber par les moments de découvertes et révélations et les moments de violence et d'action pures, un mélange exquis qui prend aux tripes et m'a donné envie de continuer de lire sans m'arrêter pour en savoir toujours plus et être toujours plus plongée dans l'action. Les rebondissements et révélations s'enchaînent très rapidement, sublimes, ces derniers apportent un rythme encore plus haletant au récit. La violence et les morts sont beaucoup plus présents dans ce deuxième tome et sont parsemées dans le récit des les premiers chapitres.
L'auteur opte encore une fois pour une alternance de points de vues, extrêmement positive pour le lecteur qui connaît donc la position de chaque partie s'affrontant dans le récit. Même avec cette alternance de points de vues, l'auteur nous mène par le bout du nez et nous retourne le cerveau avec de très nombreuses interrogations concernant la prophétie, le Bien et le Mal, qui est vraiment ce qu'il prétend et qui ment? Car chaque partie semble comploter contre les autres et tenter de les réduire à néant d'une façon ou d'une autre, cela nous permet d'en apprendre plus sur les différents personnages, leurs sentiments et leurs réelles intentions... J'ai adoré me perdre dans ce roman au fil des pages et me poser un nombre incalculable de questions, tout cela le rend extrêmement addictif et je l'ai dévoré à une vitesse folle.
L'univers de l'auteur est lui aussi beaucoup plus approfondi dans ce tome et permet d'en apprendre toujours plus sur les EDV, les différents dons existant et ce qu'ils impliquent. Cet approfondissement de l'univers est vraiment très intéressant et permet au lecteur de se longer toujours plus au coeur de la trilogie de Myra Eljundir et contribue au fait qu'il est quasi impossible de se détacher du roman. Nous découvrons alors ce que sont un dompteur, une conteuse, un révélateur, ou encore un synesthète.
Dans ce second tome, nous faisons la connaissance de beaucoup de nouveaux personnages ultra intéressants et ayant chacun leur importance et une rôle bien précis à jouer au cours du roman. Nous faisons aussi plus ample connaissance avec la nouvelle Abigail, la succube est un personnage complexe, auquel j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher. Ma relation à ce personnage est mi-figue mo-raisin, j'ai parfois eu l'impression de la comprendre et de m'attacher à elle mais à d'autres moments je l'ai trouvée arrogante, trop sûre d'elle et elle m'apparaissait comme vraiment antipathique. C'est seulement grâce à sa relation avec Kaleb que je l'ai un peu appréciée mais cela n'est pas aller plus loin, c'est un personnage qui, en définitive, ne m'a pas plue, bien qu'elle soit très intéressante et intrigante.
Entre Abigail et Kaleb, l'attirance est instantanée et irrésistible, leur proximité augmente leurs dons respectifs qui gagnent en intensité, créé des déchaînements de violence et sème la mort sur leur passage.
Kaleb est un personnage qui m'atteint toujours autant, c'est un peu la cerise sur le gâteau dans ce roman, toujours aussi poignant et attachant, il n'est pas aussi mauvais que ce que l'on dit de lui, il est sensible et fort, courageux et intelligent. Il est dépassé par son don et les conséquences que celui-ci peut avoir. de plus, la proximité d'Abigail ne l'aide pas à garder les idées claires. C'est un personnage pour qui j'ai ressenti énormément d'empathie depuis le premier tome, que j'ai très souvent envie de réconforter et de prendre dans mes bras. Un personnage central unique, à la psychologie complexe et attachante, que la vie n'a pas épargné et ses mésaventures ne sont pas prêtés de s'arrêter. En un mot, un personnage parfait, que j'adore.
Il ne passe pas une seule page sans que l'action s'intensifie, les révélations et rebondissements se fassent plus nombreux, les scènes de violences plus horribles les unes que les autres, les morts se multiplient et le nombre de questionnements augmente. La guerre pour le pouvoir est en marche et s'annonce plus sanglante que jamais, une guerre qui oppose des dons d'une force inimaginable qui pourrait avoir des conséquences désastreuses. Ce deuxième tome est le tome de transition parfait à cette guerre et promet un troisième et ultime tome explosif et qui, je l'espère, surpassera encore les deux premiers tomes.
La fin est stupéfiante, époustouflante, jamais je n'aurais imaginé ça, j'ai été totalement soufflée, scotchée par cette fin qui est juste Wahou!! Un énorme cliffhanger qui met les nerfs en pelote. Wahou!! Je n'ai pas de mots, il faut que je lise la suite le plus vite possible.
Les +: l'univers, l'écriture, l'action, les révélations et rebondissements, Kaleb, la fin,....
Les -:///
Un deuxième tome à la hauteur du premier, qui réunit tous les éléments indispensables qui ont fait du premier tome un roman magnifique, une action qui ne s'arrête jamais, une violence encore plus présente dans des scènes parfois dignes d'un roman de thriller ou d'horreur, un univers complexe et mène d'une main de maître par Myra Eljundir, un personnage central, Kaleb, ultra touchant, marquant, grandiose, des rebondissements et des révélations magnifiques, troublantes et imprévisibles. En un mot, le cocktail parfait pour un roman et une trilogie explosifs. À ne pas rater, mais à ne pas mettre entre toutes les mains.
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackKat
  11 mars 2014
Kaleb ou l'histoire d'un jeune adulte qui se découvre Enfant du volcan. Doté d'empathie qui se révèle violemment après l'éruption lointaine de l'Eyjafjöll, en Islande.
Don ou malédiction?
A dompter, maîtriser, canaliser, en tout cas.
Mais comment en utiliser la quintessence positive quand on en ignore tout, quand les aspects sombres offrent puissance, jouissance et pouvoir à un jeune esprit en construction, épris de sa propre importance?
Comment rester bon quand tout pousse vers la liberté et l'impunité du mal?
Comment construire quand ceux qui vous traquent détruisent tout autour de vous, ce qui fonde votre équilibre et vos repères de vie?
C'est l'histoire de Kaleb et des enfants du volcan, entre synesthètes, dompteurs, conteurs, guérisseurs, précog ou empathes… Dotés de "pouvoirs", convoités et pourchassés par ceux qui sont dépourvus de ces qualités, mais non de haine. C'est leur combat à survivre, à échapper aux Veilleurs, chargés de les traquer, de les analyser comme des cobayes ou les vendre aux gouvernements aux fins d'exploiter leurs spécificités.
C'est aussi l'histoire d'une haine farouche et d'une vindicte intime personnifiée par le colonel Bergsson, se servant de sa position au sein de l'organisation pour mener à bien sa vengeance, persuadé d'être l'Elu, poussé par un esprit retors venant d'un lointain passé.
Chacun d'eux entend et voit cet esprit. Est-il le salut, est-il la chute? Quel est donc cet esprit ne demandant qu'à renaître? Quelle est donc la réelle prophétie des EDV?
Kaleb est celui qui forgera le destin de tous. Ce personnage est d'une personnalité fascinante.
On ne peut que succomber.
A la fois puissant et fragile, attiré par l'abîme du pouvoir le plus abject et pourtant animé d'une volonté de paix. Il subit les tumultes des passions, les siennes, les vôtres, les alimente aussi, les provoque, cherche les limites, s'effraie de leurs conséquences, s'en éloigne pour mieux y replonger.
Tour à tour frêle esquif sur un océan démonté ou la source même des tempêtes, Kaleb suscite une kyrielle de sensations viscérales.
On l'aime. On le condamne. On tremble pour lui. On lui souhaite le pire. Mais toujours on vibre au gré de ses émotions. Elles sont siennes. Ce sont les nôtres.
On partage son empathie dans tout ce qu'elle recèle de beauté et de noirceur. On est dans la violence des sentiments, de celle qui ne laisse aucun repos. Un maelström d'émotions et de réflexions agité sous un crâne bombardé de tant de stimuli extérieurs qu'il est difficilement concevable qu'une seule âme puisse en sortir indemne, a fortiori celle d'un jeune homme étranger à la sagesse des âges.
Le domaine de l'empathie est exploré et vécu de l'intérieur, finement incisé à coups de scalpel, retranscrit, partagé, transmis. Don ou malédiction, aucune réponse n'est la bonne.
Au delà d'être une histoire Fantastique, c'est une formidable apologie des haines ancestrales, du feu des guerres aux origines lointaines qui perdure et ne s'éteindra peut-être jamais, tant que des braises couveront. C'est un cri pour la tolérance, la connaissance et l'intelligence de ne pas se laisser gouverner par notre peur de l'inconnu et de la différence. C'est un appel à la maîtrise de la soif de pouvoir inhérente à l'être humain depuis l'aube des temps, cette détestable volonté aveugle d'asservir l'autre ou le supplanter.
De cette trilogie, très bien équilibrée d'un tome à l'autre, j'avoue avoir une préférence pour le troisième, relatant, dans un journal dont Myra a la responsabilité, les témoignages des origines et de l'évolution des EDV. Enormément d'émotions transpirent dans ses vies tumultueuses jalonnées de sang et d'injustice, et nous questionnent sur les choix que l'existence nous amène à poser, et sur l'importance de l'individu au sein d'une communauté… ou son impuissance, son incapacité, son sacrifice…
Kaleb est un véritable coup de coeur, de part son intrigue, son suspens, sa fin totalement hallucinante, cette immersion dans un univers fascinant et ce voyage au travers des tourments de l'âme, dans ce qu'elle possède de plus admirable et lumineux, tout autant que dans ses incertitudes nébuleuses et obscures.
Et je ne sais toujours pas si je dois admirer Kaleb ou le coller dans une oubliette…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
liredelivre
  02 avril 2013
"Oh !" ... *bruit de pages qui tournent* ... "Oh !" ... *bruit de pages qui tournent* ... "OMG !" ... *bruit de livre qui se referme sèchement*... Imaginez en même temps une petite tête brune, un peu pâle, avec des yeux aussi gros que des soucoupes... C'est bon, vous avez l'image et le son de moi en train de lire Kaleb II de Myra Eljundir ! :) Ce tome m'a littéralement retourné le cerveau, heureusement que je n'étais pas en cours pendant cette lecture [j'aurais eu pas mal de problèmes de concentration ^^] Oui, Kaleb [personnage et livre compris... je n'arrive pas à les dissocier] m'obsède, et même encore maintenant. Non pas qu'il soit beau, non pas qu'il donne envie qu'on s'occupe de lui, mais il a un tel magnétisme. Son pouvoir - pour moi - dépasse les limites du livre et il m'a surprise, touchée, chahutée tout au long de ma lecture. C'était un véritable tourbillon, une sorte de tsunami d'impressions et de sentiments, à la fois dérangeant et bienvenu. Étrange, atypique & complètement unique [tout comme son personnage... ou ses, en fait ^^] ! le genre de roman qui ouvre une brèche en vous, une faille, qui que vous soyez, que vous adhériez ou non, et qui y fait son nid... Pas à la manière d'un poison, mais presque.
Souvenez-vous, à la fin du premier tome, Kaleb quittait la France pour retrouver son pays d'origine, l'Islande. Mais un arrêt par l'Irlande s'impose. Une escale où le jeune homme doit [enfin] rencontrer Abigail, la succube du colonel. Depuis le début, il existe une sorte d'alchimie entre eux, un lien étroit, extraordinaire... à la puissance dévastatrice. Ce dont ils se rendront compte dès leur première entrevue. Pourtant, les deux jeunes gens vont rester ensemble, s'aimer, s'éloigner... L'un persuadé de pouvoir être sauvé, l'autre ivre de pouvoir. La limite du mal devient floue, oscille. Il n'a jamais été aussi séduisant. Lequel des deux y succombera ?
Ce deuxième titre est sans conteste dans la lignée de son prédécesseur ! Aussi dérangeant, aussi perturbateur, aussi addictif... la liste pourrait être si longue si je continuais :p Il demeure cet effet pervers, ce cercle presque vicieux qui fait qu'une fois que vous êtes tombé sous le charme de Kaleb et de la plume de Myra, vous ne vous en relevez pas !
J'ai adoré retrouver Kaleb et découvrir davantage Abigaïl... Même si maintenant... Argh, ce roman m'a retourné le cerveau ! Je ne sais plus à qui faire confiance, qui croire et qui encourager. Myra Eljundir a repris les clés de Kaleb pour les pousser à leur extrême limite, entraînant son lecteur dans un tourbillon encore plus puissant, plus violent. Quasiment indescriptible. Lire Kaleb, ce n'est pas une lecture qui se raconte, mais une lecture qui se fait ! Je suis de nouveau incapable de savoir comment parler de ce titre... [ça promet xD] Puis, le pire, c'est d'essayer de ne pas faire de spoiler...
Kaleb nous revient encore plus seul que jamais, encore plus mauvais, plongé dans le mal jusqu'au cou, encore plus manipulateur. Et l'auteure réussit pourtant l'exploit de nous faire nous attendrir encore devant ce personnage. Non pas de pitié face à sa solitude, sa perdition, mais juste parce qu'on a envie de s'occuper de lui, il suscite d'emblée un attachement réel, un besoin chez l'autre de le couver, de le protéger même quand on sait très bien qu'il est capable de le faire tout seul. Lorsqu'il dit qu'il est capable de s'arrêter, que le Mal ne le possède pas, on a envie d'y croire, de lui dire que tout ira mieux. Et quand il recommence à s'introduire dans l'esprit des autres et à les manipuler, on parvient à lui trouver des excuses, à lui pardonner. Et quand arrive Abigaïl, on pense comme lui, dur comme fer, qu'il pourra être sauvé, que le Mal n'est pas une voie sans retour... Parlons-en un peu, d'Abigaïl, d'ailleurs ! Quelle joie [ou pas...] de découvrir plus ce personnage !! Qui se révèle de plus en plus à la lecture. Autant vous dire qu'elle m'a beaucoup [énormément] étonnée dans ce nouveau tome. Myra reprend l'alternance des points de vue, ce qui permet de la voir par ses yeux et par les yeux de Kaleb, ou d'autres personnages. Et le changement est étonnant, pour ne pas dire incroyable ! Quant à SENTINEL... je rêve de les voir tous brûler *Mouhahahahha* Surtout Bergsson & Powel... Ces deux types me filent des frissons rien qu'à la mention de leur nom...
Pour le reste, le décor et la plume de Myra restent toujours aussi saisissants ! de même que cette sauvagerie qu'on retrouve parfois dans le roman, entre Kaleb et Abigail, cette ambivalence des personnages, cette ambiguïté entre le Bien et le Mal. Les changements et les surprises sont légion dans ce roman, qui vous entraînent d'une piste à une autre, de révélations en révélations, qui ne manqueront pas de vous laisser sur le cul [si je puis me permettre ^^]. Moi-même, je me suis lancée sur quelques indices, risquer à quelques hypothèses avant de voir tout éclater... C'était bluffant !
[Instant couverture] Pas de grand changement par rapport à la couverture du premier Kaleb, mais juste cet aspect... ce toucher. Vous n'avez pas remarqué une différence lorsque vous l'aviez en main ? ;) Ce n'est pas comme de sentir de la peau, mais presque ! Quant au design du titre... Davantage étendu, davantage gravé... La graphie donne presque l'idée d'un tatouage gravé sur la peau, mais de façon un peu barbare, un peu sauvage, avec ces lettres qui dépassent parfois, ces irrégularités. Et que dire de toutes ces petites ridules, ces petits traits où l'encre se barre, comme pour pénétrer davantage... [Si j'avais pu, j'aurais fait mon dossier de sémio sur cette couv' xD] Et la troisième promet d'être encore plus magnifique *__* [à voir ici] Surtout que je veux la suite de toutes les révélations que nous offre Myra dans cet opus. Parce que si on en apprend plus sur quasiment tout le monde, Myra a gardé pour elle quelques secrets... *veux tout savoir*
Si vous avez aimé le premier tome, vous aimerez forcément celui-ci aussi ! Et pour ceux qui ne sont pas convaincus, c'est vraiment l'occasion de se lancer ^^ Kaleb II confirme la position d'OVNI de cette trilogie dans la littérature YA ! Les personnages et l'intrigue de ce nouveau tome ne manqueront pas de vous surprendre et de vous entraîner plus loin dans l'histoire des Enfants du Volcan. Et puis, comme l'a dit Oscar Wilde, "Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder." Si Kaleb vous attire, cédez-lui ;)
Lien : http://liredelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Hillel
  04 mars 2013

On ne lit pas Kaleb, il s'impose à nous. Il explose dans notre esprit, car ce livre est une bombe.
Que l'on aime, ou que l'on n'adhère pas à ces personnages décalés, cette ambiance sulfureuse, cette intrigue si particulière mêlant enquête d'espionnage et paranormal, on n'en ressort pas insensible. Une chose est certaine, le roman s'insinue méticuleusement dans notre tête, tout comme l'empathe, héros de cette histoire. le livre nous imprègne et nous laisse quelques séquelles.
Moi j'adore quand un livre nous laisse des marques!
Oui les marques parlons en. Ce livre est "marquant". Mais surtout il ne cesse de tourner autour du thème de l'empreinte. Il y a bien sûr (vous l'aurez compris par rapport à la couverture) une histoire de tatouage, mais aussi les thèmes de la filiation, la fraternité, l'amour, bref de l'attachement choisi ou imposé!
Et moi j'ai eu l'impression, de m'attacher à cette histoire et à ces personnages comme rarement.
Revenons brièvement sur l'intrigue. Oui je dis brièvement, car il serait difficile de résumer, évoquer, blablater sur une histoire qui n'a cessé de nous mener par le bout du nez tout au long des pages. Contrairement au premier tome, plus introspectif, plus axé sur les personnages et leur psychologie, dans ce volet s'impose une intrigue foisonnante, bourrée de retournements de situation, de trahisons et bouleversements en tous genres... Si bien qu'on ne sait plus sur qui, sur quoi se fier. Ce sera le point le plus négatif de ma critique. J'ai eu envie d'un peu plus de Kaleb, lui tout seul, avec ses doutes et ses failles. le héros m'a manqué, relégué au second plan par une Abigail, véritable centre de ce second tome. Une héroïne qui nous bouscule! Attention amateur de valeurs, de romance fleur bleue, d'héroïne attachante et honnête, passez votre chemin.
Alors pour toutes celles qui avaient crié au "scandale" dans le tome 1, reprochant la vision machiste de la femme objet, vous allez être vengées. Ici c'est Abigail qui mène le jeu et qui mène tout le monde à la baguette!
Je reprends, je devais donc parler de l'intrigue. Nous retrouvons Kaleb en direction de l'Islande. Dés le début, il rencontre Abigail et le choc est au rendez-vous. Il la drague, elle le met en pièces... le ton est donné, une équipe de choc, qui s'attire et s'affronte à chaque instant. Toute l'intrigue repose sur la vengeance de Bergsson et le doute sur la fiabilité d'Abigail. Est-elle toujours à la solde de l'agent de Sentinel, est-elle loyale à son père adoptif qui s'est juré de tuer Kaleb et de détruire tous les enfants du Volcan... Fait-elle cavalier seule, mène-t-elle un double jeu ou a-t-elle de réels sentiments pour Kaleb? Comme ce dernier, on est perdu. Si vous aviez trouvé Kaleb ambigu et déstabilisant, accrochez-vous bien Abi va vous achever! Et dans tous les sens du terme... Car elle est belle et redoutable, usant de plus en plus de son don de succube. Elle séduit tout le monde, Kaleb le premier, pour mieux s'imposer.
Les scènes de sexe mêlant son pouvoir au désir et au calcul sont particulièrement explicites et percutantes. Et franchement, on en prend plein les yeux, entre les morts, les tortures, les plans machiavéliques, les trahisons et le sexe, ce tome est monté de certains degrés en température, croyez-moi!
Toujours l'éternel débat sur le classement de ce livre en jeunesse ou "young-adult". C'est clair j'ai été interpellée par la brutalité de certaines scènes du récit.
Alors oui, la phrase d'avertissement "déconseillé aux âmes sensibles et moins de 15 ans", n'est pas là pour faire joli. Après tout, nous sommes prévenus.
Bref, ce livre est certainement moins subtil que le premier, il en impose par une intrigue intense et rythmée, pas une seconde je n'ai réussi à lâcher le récit... je l'ai littéralement dévoré. Pour moi ce fut une belle suite, différente, plus vive, mais toute aussi envoûtante.
Reste à savoir comment attendre le tome 3, prévu pour fin août? Dur pour moi alors que je ressors ainsi marquée par ma lecture, tel un tatouage. Oui le sous titre est très bien trouvé, moi aussi j'ai l'impression d'avoir "le mâle dans la peau".
Mais surtout, reste à savoir si je serais prête à me faire à l'idée qu'il ne s'agira certainement pas d'une 'happy-end" vu la tournure des choses. En effet, du début à la fin de ce tome, il paraît certain que l'auteur aime nous malmener et nous prépare sans cesse au pire! Et j'ai la nette impression, que le pire reste à venir! D'ailleurs le sous-titre du tome 3 donne le ton: "tout est bien qui finit mal". Ouille!!
Vous aurez été avertis...
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
liredelivreliredelivre   02 avril 2013
Comme elle n'était pas coutumière des colères du jeune homme, Abigail ne chercha pas à comprendre. Tout ce qu'elle vit, c'est son visage sans masque, pour la première fois depuis leur rencontre. Un visage déjà marqué pour son âge, aux yeux tristes et au charme fou. Un visage qu'elle eut soudain envie de prendre dans ses mains et de couvrir de baisers. Le visage d'un homme qui avait rêvé sa mère toute sa vie et qui venait juste de découvrir qu'il l'avait tué. Un homme à la posture de petit garçon qu'on a envie de consoler, de protéger. D'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
luckitaluckita   24 avril 2014
— Je ne mange pas de poisson, répond Kaleb. Je suis végétarien.
— Pourquoi ? s’étonne Faroudja.
— Pour des raisons qui pourraient bien t’apparaître évidentes un jour. Disons, par « sensibilité » si tu vois ce que je veux dire ?
— Ah ? Oui, je peux imaginer, mais ça m’ennuierait de ne plus pouvoir manger de viande. J’aime tellement ça !
— Au contraire, quand tu comprendras comme moi la souffrance animale, c’est en manger qui te posera problème.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SlaySlay   27 avril 2013
Elle aussi restait là à l’observer. Derrière ses yeux pailletés d’or, on pouvait voir passer toutes les saisons de ses émotions, les orages, les raz-de-marée, les doutes, les accalmies, l’envie de soleil et la capacité à réchauffer l’autre de son amour. On pouvait deviner l’effet qu’il lui faisait, et la lutte qu’elle se livrait pour lui résister, dans ce petit mordillement de lèvres qui la rendait si désirable. Ils se plaisaient, mais ils savaient que ce serait le cas avant même de se rencontrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
luckitaluckita   23 avril 2014
Que sais-tu de l’horreur d’être un animal écorché vif pour sa fourrure ? Rien. Moi, je l’ai ressentie à chaque fois que je croisais une connasse en vison.
Commenter  J’apprécie          120
natacha-macaud33natacha-macaud33   14 juillet 2016
Comment renoncer à ce qu'on a pensé pouvoir posséder un jour et qui pour la première fois depuis des mois vous avait redonné de l'espoir ? On ne peut pas haïr quelqu'un qui vous a fait ressentir ces choses-là.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Ingrid Desjours (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ingrid Desjours
Notre hypothèse : derrière chaque thriller se cache un fait divers.
L?auteure de la Prunelle de ses yeux nous parle de ceux à l?origine de son roman.
"Gabriel est aveugle. Maya est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l?entraîner dans ses ténèbres..." Si le pitch de la Prunelle de ses yeux, sorti en poche en octobre 2017 chez Pocket, cite ces deux personnages principaux, il en est un troisième : Victor. A 17 ans, le jeune homme intègre Métis, une école élitiste, et s?embarque dans une sombre affaire histoire de bizutage, qu?Ingrid Desjours met en parallèle avec l?expérience Milgram [ndlr : sur la soumission à l?autorité]. D?où lui est venue cette idée ? L?écrivaine nous l?explique.
+ Lire la suite
autres livres classés : volcansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1706 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre