AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258104939
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/05/2013)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Une chronique villageoise dans les années 1950 en Bretagne rurale et le regard d'une petite fille sur sa mère institutrice à l'école laïque, l'école du diable...


Ils s'appellent Marie, Hervé, Roger, Nadège..., orphelins de l'Assistance, sans le sou, cancres, bons à rien, et sont les élèves de l'école laïque de Brennac. Au coeur de la Bretagne rurale des années 1950 où l'église régente tout, l'école sans Dieu, républicaine, gratuite et mixte, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  24 juillet 2013
Titre évocateur des tensions qui existaient dans les années 50 en Bretagne, terre de catholicisme exacerbé.
L'histoire : sans doute classique à cette époque : années cinquante : un couple d'enseignants, Simon et Julia Mondrieux, arrive de la région parisienne car l'école dans laquelle ils oeuvrent pour les enfants en difficultés est fermée. Simon est nommé à Rennes et Julia à Brennac, commune des côtes du nord (aujourd'hui côte d'Armor). Ils arrivent à Brennac en milieu fort hostile : l'école n'est ni habitable pour le couple et leurs cinq enfants, ni fonctionnelle, ils n'ont aucun mobilier, aucun matériel et doivent commencer par défricher le terrain, ne recevant que très peu d'aide de la population locale sous le joug des religieuses, du maire, un noble opposé à l'ouverture de cette « école du diable », mal accueillis, prévenu par des collègues de Lamballe que les enfants de l'école des soeurs « caillassent » ceux de l'école laïque. Julia qui devra assurer l'éducation des enfants inscrits n'est pas au bout de ses peines : elle reçoit des enfants que l'on qualifierait aujourd'hui d'enfants en grande difficulté (voir citation), de petits « sauvageons » qui n'ont pas pu recevoir une éducation parce qu'ils sont orphelins pour la plupart, et dont les soeurs ne souhaitent pas assurer l'éducation. elle fera pourtant de son métier, un sacerdoce, risquant d'y laisser sa santé, son moral, sa vie de couple.
Ce livre expose la façon dont on a pu instrumentaliser la religion catholique, alors encore largement pratiquée en Bretagne dans ces années. Je savais qu'il y avait eu des oppositions très fortes entre les laïques et les cléricaux, particulièrement dans les années qui suivirent la séparation de l'église et de l'état au début du siècle, et que cette situation avait perduré, et que dans les années cinquante, les on faisait encore la différence entre ceux qui allait dans le public et ceux du privé pour en avoir entendu parler par mes aînés, alors que je vivais moi-même en Bretagne, mais je n'imaginais pas qu'un maire puisse refuser toute aide à une école, jusqu'au chauffage pour des enfants, accordant une aide financière uniquement à ceux qui s'inscrivent chez les soeurs qui, dans la logique, ouvertes à tous, refusaient les enfants perturbés, handicapés, de parents dits communistes sous prétexte qu'il ont des relations avec quiconque sympathise avec le diable.
Au début le style m'a paru lourd à force de phrases alambiquées et kilométriques pleines d'appositions et de propositions relatives pour expliquer qu'un train arrive en gare ou présenter des personnages. Puis on s'installe confortablement dans ce roman que je qualifierais de documentaire fortement romancé tant la documentation de l'auteure est sérieuse et approfondie.
Ce qu'il faut retenir de ce livre, c'est que, bien que nous ne soyons plus dans les années cinquante et que les mentalité aient évolué, dans toutes les religions, il y a les intolérants, les personnes qui se permettent de juger comme si elles étaient Dieu en personne, sans pour autant agir, et puis d'autres qui vivent leur foi en s'ouvrant aux autres , et encore d'autres qui ne pratiquent aucune religion mais vivent chaque jour de leur vie comme une mission, aujourd ‘hui plus que jamais, pas seulement en Bretagne…
Je remercie Babélio et les éditions Presse de la Cité pour ce partenariat.

Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Aurore666
  09 juillet 2013
Masse critique mai 2013:

Un véritable coup de coeur que ce livre. J'aime les romans qui parlent de la guerre ou de l'après guerre, mais j'en lis de moins en moins ces dernières années, car j'ai plutôt tendance à vouloir sortir de mon quotidien par des genres littéraires imaginaires.. Je suis ravie d'avoir eu l'opportunité de lire celui-ci.
Et pourtant... Ce livre me rappelle ô combien il est difficile d'être institutrice dans une école laïque avec des enfants de milieu défavorisé, ce qui est en fait mon cas... d'autant plus que je travaille dans une école spécialisée. Donc, au premier abord, je me demandais si cette lecture allait me plaire.
Quel plaisir que cette lecture! L'auteure fait bien passer chacune des émotions, on passe du rire aux larmes...
La narratrice est Elsa, la fille de Julia, l'institutrice qui s'est lancée dans la folle aventure de faire revivre "L'école du diable" à Brennac. Elle nous narre avec ferveur son ressenti face à l'entreprise de sa mère, à laquelle elle n'adhère pas tout à fait... Les personnages sont attachants (pour la plupart) et exacerbants pour d'autres.
On sent bien les tensions d'après guerre, les tentatives du clergé et des politiques de soumettre toute une population à leur autorité.
L'auteure s'est bien documentée sur le sujet de la vie après guerre, sur les tensions entre école religieuse et laïque, et même sur le dialecte local. On sent que ce roman a été réfléchi.
En conclusion, il s'agit ici d'un roman à lire, magnifique, bouleversant, poignant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
st79310
  10 juillet 2013
Livre sur les débuts de l'école libre (malgrés que cela se passe dans les années 50) avec son lot de rivalité instituteur/religieux...
Intéressant du point de vu de l'installation des instituteurs et de leurs combats face à une municipalité pro religieux, cependant, je l'ai comme même trouvé un peu plat...
Livre à tendance autobiographique....
Commenter  J’apprécie          30
domisylzen
  16 juin 2015
La bibliothéquaire me l'avait recommandé mais j'ai très vite décroché.
Commenter  J’apprécie          50
biblia
  10 janvier 2014
j'ai beaucoup aimé ce livre ceux qu'on appelait "les hussards de la République", fraichement sortis de l'Ecole Normale devaient se battre contre l'obscurantisme et l'inculture, ces jeunes instituteurs avaient une très haute idée de leur mission, passionnés, dévoués, humanistes. Mon père était de ceux-là, je n'ai pas connu une situation pareille, trop jeune sans doute pour réaliser...mais je crois que cela se passait vraiment ainsi dans les campagnes.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PtitgateauPtitgateau   20 juillet 2013
...Julia hériterait des enfants les plus démunis. Anne et Elsa y compris, elle aurait seize élèves à la rentrée. Huit orphelins de l'assistance publique, "hospitaliers" inscrits d'office, deux enfants dont le père, son salaire ne dépendant pas d'une décision du maire, affichait ouvertement son appartenance au parti communiste, deux autres dont les soeurs se débarrasseraient sans amertume : Hervé, un petit garçon de sept ans né avec un syndrome d'alcoolisme foetal, Nadège, une longue fille hargneuse de douze ans, rebelle à tout enseignement, laissée par sa mère abandonnée par le géniteur à la garde des grands-parents maternels peu concernés.
Les Le guignec, furieux que les soeurs ne présentent pas leur fils, analphabète au certificat d'études, l'inscrirait cette année à l'école laïque. La cadette de leurs filles, une gamine certainement en retard, mais intelligente, refuserait alors de rester dans une école où elle serait brimée, où l'on montrerait du doigt celle dont le frère allait chez le diable, l'école gratuite, des pauvres, des deshérités, des mauvais élèves, de ceux dont on conteste la présence à la messe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PtitgateauPtitgateau   21 juillet 2013
Une petite hache à la main, il dégrossissait une bûche , marquait "ici le bout, là, le talon".
Maman, comment le monsieur savait qu'il y avait un sabot dans son morceau de bois ?
- C'est une jolie question ma chérie. Il y a très longtemps, un célèbre sculpteur italien appelé Michel-Ange expliquait que pour sculpter un éléphant, il suffisait de prendre un bloc de marbre et d'enlever tout ce qui n'est pas l'éléphant. C'est ce que fait le sabotier avec sa bûche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
PtitgateauPtitgateau   25 juillet 2013
Je ne voyais pas ou quiconque pouvais localiser l'enfer et le paradis parmi ces milliards d'étoiles dans un univers infini sans coins ni haut ni bas, puisque nous roulions sur nous même comme un petit pois dans l'espace.
Commenter  J’apprécie          170
Aurore666Aurore666   09 juillet 2013
Je croyais avoir accepté ce poste en connaissance de cause, je crains hélas que la situation ne dépasse mon entendement et, pire encore, mes compétences. Comment faire appliquer des règle de grammaire ou de mathématiques à des élèves qui n'en comprennent pas les mots? Nous nous bornons depuis la rentrée à des leçons de vocabulaire de base, ils en ont si peu à leur disposition.
Par ailleurs, la faiblesse de leur niveau scolaire, leur faculté d'inattention sont telles que je ne vois pas comment, malgré tous mes efforts, mes enfants ne perdront pas leur temps. Or, il m'est impossible, comme il le faudrait, de me consacrer à chacun, individuellement.
Et pourtant, je considère comme un privilège d'éveiller des élèves aussi carencés intellectuellement et affectivement. En tant que pédagogue laïque croyante et pratiquante, ma vocation est de former des êtres épanouis à défaut de les mener au certificat d'études. Le travail est immense, l'enjeu passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PtitgateauPtitgateau   25 juillet 2013
Simon parlait de l'humanisme de l'homme sans Dieu, de mythologie, du besoin de spiritualité, de tolérance, de ce que ni la laïcité ni la religion ne devaient rester aux mains d'extrémistes.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : après-guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Sylvette Desmeuzes (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1605 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre