AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782410004113
192 pages
Éditeur : Editions Belin (23/02/2017)
4.6/5   5 notes
Résumé :
Ce livre s'adresse à tous les lecteurs à la recherche d'une méthode concrète et pratique pour maigrir durablement. Il poursuit un unique objectif : expliquer le plus simplement et le plus concrètement possible ce qu'il faut faire pour maigrir durablement. L'approche se veut aussi naturelle et peu contraignante qu'il est possible. Elle repose sur le constat, aujourd'hui solidement établi, selon lequel la faim n'est pas le seul déterminant de nos prises alimentaires. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AelleAelle   02 juin 2019
A ce titre, il est aujourd’hui clairement établi que certains produits « critiques » se trouvent beaucoup plus fréquemment, et en beaucoup plus grande quantité, dans les placards des familles obèses et en surpoids (par exemple, chocolat, chips, gâteaux, biscuits, mayonnaise industrielle, cacahuètes, fromage gras, charcuterie, etc.). Au supermarché, on peut même deviner assez précisément le statut pondéral d’un foyer juste en regardant ce qu’il y a sur le tapis de courses. Celui des familles en surpoids et obèses charrie bien plus de bombes alimentaires hypercaloriques que celui des familles de poids sain. Curieusement, l’affaire part souvent d’un bon sentiment. On veut faire plaisir aux petits en leur offrant gâteaux, Nutella, bonbons ou Kinder Pingui. On se dit aussi que si l’on achète certaines cochonneries (biscuits apéritifs, chips, etc.) ce n’est pas pour les manger, mais « pour le cas où » (par exemple, pour ne pas être pris au dépourvu si tante Simone ou des amis débarquent à l’improviste). Parfois, on va même jusqu’à prendre certains produits qu’on affirme ne plus vouloir consommer en se disant qu’on aura peut-être envie malgré tout un soir, de s’accorder un « petit » écart. On cède d’autant plus facilement à cette innocente idée que ces produits sont « en promo » genre « 50% sur votre carte achat » ou « deux pour le prix d’un ». il faudrait être fou pour rater de telles affaires ! Pourtant consentir à ce genre de sirènes est une bien mauvaise idée, pour deux raisons au moins. D’abord, si un article est mauvais pour vous, il l’est aussi pour tante Simon et vos enfants (moins vous exposerez ces derniers , moins ils risqueront d’avoir des problèmes pondéraux à l’âge adulte). Ensuite, si un aliment (quel qu’il soit) entre dans votre maison, il finira par être consommé. Un coup de blues, une frustration ponctuelle, une impulsion soudaine, un acteur qui vous donne envie en mangeant du chocolat à la télé… et hop ! on craque (même s’il faut pour cela plonger au fond du placard le plus inaccessible). C’est inévitable.
Dès lors, il n’existe qu’une seule et unique façon de s’en sortie à coup sûr : ne rien stocker ; ce qui veut dire n’avoir chez soi ni cochonneries inutiles (chocolat, chips, biscuits, pâtisseries, soda, etc) ni bombes hypercaloriques faciles à manger (fromages gras, charcuterie, plats préparés industriels, etc.). Si, un jour, vous voulez vraiment un mars, très bien. Habillez-vous et descendez en chercher un à la petite épicerie du coin ; mais juste une ! Souvent, l’envie sera passée avant même que vous ayez fini de lacer vos chaussures, et si ce n’est pas le cas, au moins, vous ne mangerez pas le paquet de six et vous aurez brûlé quelques calories sur le chemin. De même, si vous avez envie d’un morceau de roquefort, de quelques tranches de saucisson ou d’un succès au chocolat, allez-y. Mais surtout, ne les stockez pas chez vous ! Allez acheter ce dont vous avez besoin(et pas plus !) au coup par coup. Avoir à demeure un plateau de fromages dans le cellier, un assortiment de charcuteries dans le frigo, un bocal de Nutella dan le placard et/ou un pack de coca derrière la porte est juste suicidaire pour qi veut perdre du poids (ou ne pas en reprendre). Certains produits sont cependant bien difficile à trouver en portions individuelles. Il faudra donc, sans doute, que vous en achetiez plus qu’il n’est nécessaire pour satisfaire votre envie. Fort bien. Mais dans ce sas, optez pour le conditionnement le plus petit et quand votre désir est satisfait, jetez ce qui reste. Mieux, extrayez la portion qui vous semble adéquate (par exemple, deux barres de chocolat sur la tablette) et débarrassez-vous du surplus avant de consommer. Certains diront que c’est du gaspillage. Sans doute. Mais on pourra leur répondre deux choses. Premièrement, il vaut mieux voir ces trucs inutiles engraisser la poubelle plutôt que votre tissu adipeux. Deuxièmement, la modeste perte financière enregistrée sur le produit sera, à terme, largement compensée si elle vous préserve de la survenue d’un diabète, d’une pathologie cardio-vasculaire ou d’un cancer. Encore une fois, le message est simple : si vous gardez ces trucs à portée de main dans votre cuisine ou, au travail, dans le tiroir de votre bureau, ils mettent à l’agonie votre volonté ; et forcément vous finirez par craquer.
Page 91
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AelleAelle   02 juin 2019
(…) Parmi toutes les pratiques envisageables, il en est une qui sort durablement du lot : la marche. Marcher, rien n’est plus facile et (comme nous le verrons plus loin) cela peut être fort plaisant ; cela ne coûte rien ; c’est peu traumatisant pour l’organisme ; cela ne nécessite ni partenaire, ni équipement spécifique (en dehors d’une bonne paire de chaussures) ; cela ne demande aucun apprentissage particulier ; enfin, cerise sur le gâteau, cela diminue significativement le risque pathologique quelque soit le poids (cancers, démences, maladies cardio-vasculaires, etc). Lorsque l’on met bout à bout l’ensemble de ces éléments, il apparaît que la marche est de loin l’activité physique qui offre le plus de bénéfices pour le moins de contraintes.
Rien ne confirme mieux le bien-fondé de cette conclusion que le cas de ces gens qui ont réussi à perdre du poids durablement. Dans leur quasi-totalité, ceux-ci font de l’exercice quotidiennement, mais sans brutalité. Leur secret est d’un banalité déconcertante : ils marchent, tout simplement. Leur activité journalière moyenne tourne autour de 10 000 pas soit, en gros, une distance parcourue de 7 à 8 km. De prime abord, ce chiffre peut paraitre extravagant, mais en réalité il s’avère très raisonnable. En effet, nous accumulons déjà chaque jour de 3000 à 4000 pas, soit entre 2 et 3 km, pour accomplir les gestes les plus anodins de notre quotidien (nous déplacer au travail, faire les courses, prendre le bus, aller aux toilette, etc.). Atteindre un seuil de 10 000 pas n’est dès lors pas si compliqué. Il faut « juste » ajouter l’équivalent de 45 minutes à une heure de marche à nos usages courants.
Page 125
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AelleAelle   02 juin 2019
Bien sûr, en décidant de perdre du poids, vous partez pour une longue aventure. Chemin faisant, vous croiserez inévitablement des écueils. Vous devrez affronter obstacles, doutes et remous. Vous connaitrez des instants de lassitude et, fatalement, il vous arrivera de craquer. Pris part la déception, la colère et la culpabilité, vous en viendrez peut-être alors à penser que vous êtes « nul(le) ». Une insidieuse petite voix intérieure vous murmurera que vous n’avez aucune volonté et que, de toute façon, quoi que vous puissiez faire, vous n’y arriverez pas. De fil en aiguille, vous finirez par vous dire que, tant pis, foutu pour foutu, autant y aller gaiement ; et vous péterez les plombs ; et vous lâcherez l’affaire. C’est dans ces moments-là pourtant qu’il ne faut pas sombrer, car c’est dans ces moments-là précisément que tout se joue, l’échec ou le succès. Si vous voulez réussir, n’oubliez jamais qu’un dérapage peut arriver. Il faut l’admettre tranquillement, se dire que l’on n’est pas des robots ; il faut savoir passer l’éponge et se remettre sur les rails. En un mot, il faut éviter, par dépit, de transformer un écart circonscrit en désastre absolu. La quasi-totalité des gens qui ont maigri ont échoué avent de réussir. La totalité des gens qui ont maigri ont essuyé, chemin faisant, des épisodes de craquage peu glorieux. Humainement, ces gens n’ont rien de plus ou de moins que vous. Ils ne sont ni plus courageux, ni plus volontaires, ni plus intelligents, ni plus opiniâtres. Ils sont vous, et s’ils ont réussi, vous pouvez réussir !
Page 173
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AelleAelle   02 juin 2019
Ainsi donc, ce qui compte en matière de contrôle pondéral, ce n’est pas seulement la prise calorique, mais bien le bilan énergétique global. En termes simples, ce dernier peut être défini comme la différence entre ce qui est mangé et de qui est dépensé. Si cette différence est nulle, le poids reste stable (je consomme autant de calories que j’en brûle). Si elle est positive, le poids augmente (je consomme autant de calories que je n’en brûle). Si elle est négative, le poids diminue (je consomme moins de calories que je n’en brûle). Cette réalité arithmétique est incontestablement moins sexy que le discours pseudo-scientifique dont nous abreuvent tous les tartufes des régimes à la mode… mais elle reste la réalité.
Page 14
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michel Desmurget (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Desmurget
La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d'écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d'une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires). Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d'écrans est loin d'améliorer les aptitudes de nos enfants. Bien au contraire, elle a de lourdes conséquences : sur la santé (obésité, développement cardio-vasculaire, espérance de vie réduite…), sur le comportement (agressivité, dépression, conduites à risques…) et sur les capacités intellectuelles (langage, concentration, mémorisation…). Autant d'atteintes qui affectent fortement la réussite scolaire des jeunes. « Ce que nous faisons subir à nos enfants est inexcusable. Jamais sans doute, dans l'histoire de l'humanité, une telle expérience de décérébration n'avait été conduite à aussi grande échelle », estime Michel Desmurget. Ce livre, première synthèse des études scientifiques internationales sur les effets réels des écrans, est celui d'un homme en colère. La conclusion est sans appel : attention écrans, poisons lents !
Michel Desmurget est docteur en neurosciences et directeur de recherche à l'Inserm. Il est l'auteur de TV Lobotomie (Max Milo, 2011) et de L' Antirégime (Belin, 2015), qui ont tous deux remporté un large succès public.
+ Lire la suite
autres livres classés : diététiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

CHINOISERIES ET AUTRES RESTES DE QUIZ BROUILLONS

Les troupes une fois campées, il faut tourner ses vues du côté du près et du loin, des avantages et des pertes, du travail et du repos, de la diligence et de la lenteur ; c’est-à-dire qu’il faut rendre près ce qui est loin, tirer profit de ses pertes même, substituer un utile travail à un honteux repos, convertir la lenteur en diligence ; il faut que vous soyez près lorsque l’ennemi vous croit bien loin ; que vous ayez un avantage réel lorsque l’ennemi croit vous avoir occasionné quelques pertes ; que vous soyez occupé de quelque utile travail lorsqu’il vous croit enseveli dans le repos, et que vous usiez de toute sorte de diligence lorsqu’il ne croit apercevoir dans vous que de la lenteur : c’est ainsi qu’en lui donnant le change, vous l’endormirez lui-même pour pouvoir l’attaquer lorsqu’il y pensera le moins, et sans qu’il ait le temps de se reconnaître.

Mao Zedong
Sun Tzu

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre