AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253087670
408 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/03/2016)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.84/5 (sur 2089 notes)
Résumé :
QUI EST VERNON SUBUTEX ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d’un secret.
Le dernier témoin d’un monde disparu.
L’ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (208) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  03 août 2015
L'on retrouve Vernon, cet ancien disquaire qui s'est retrouvé à la rue après avoir squatté à droite, à gauche chez des connaissances. du parc des Buttes-Chaumont où il a trouvé une planque, Paris paraît accueillante. Hallucinant d'une fièvre brûlante, il n'a émergé qu'au bout de plusieurs jours. Charles, un SDF bruyant et loufoque, a d'abord râlé en le voyant sur « son » banc puis s'est occupé de lui. Vernon s'est adapté à cette vie marginale. Laurent et Olga, deux autres SDF, lui sont toujours fidèles. Vernon ne sait toujours pas que ses amis sont après lui à propos de la cassette posthume d'Alex et pourraient bien se rapprocher de lui...
Après un premier tome accrocheur et réussi, le deuxième était, évidemment, attendu. Qu'est-il arrivé à Vernon et la ribambelle d'amis qui lui tournent autour? Tour à tour, ils prennent la parole et Virginie Despentes s'attarde sur chacun. de ces tranches de vie, elle dépeint une société amère, un peu frustrée, sachant se montrer aussi bien violente que généreuse. Vernon sert de fil conducteur à ce roman choral, il est d'ailleurs peut-être moins présent, l'auteur ne cherchant pas à mettre l'un ou l'autre de ses personnages en avant. Au contraire, chacun a bien sa place et elle s'y attarde longuement, nous offrant ainsi de très beaux portraits, généreux et profonds. Ce roman, plus politique, moins rock et moins sombre mais toujours aussi ancré dans notre société, nous offre de jolis portraits, de l'ancienne star du porno au SDF. L'écriture, quant à elle, est toujours aussi riche, dense et parfaitement maîtrisée.
Vernon Subutex, un être à part...
Merci Cécile...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          684
Kittiwake
  06 août 2015
Dans la continuité du premier tome, la suite des aventures du disquaire déchu se lit avec autant de plaisir. Une fois raccrochés les wagons (bonne idée que le rappel de la distribution des personnages, pour peu que l'intervalle entre les 2 tomes dépasse quelques mois, ce qui est le cas quand on a sauté sur le premier et attendu le deuxième), on reprend vite le fil de l'histoire.
Vernon est toujours à la rue, et il s'y fait. Alors curieusement lorsque la bande se reconstitue autour d'un intérêt commun pour le fameux enregistrement sur cassettes d'Alex Bleach, que Vernon détenait jusqu'à ce que, confiées à Émilie , elles soient volées par la Hyène, ce sont les inclus qui se rassemblent autour de lui (les quelques propositions d'hébergement entre 4 murs lui ont donné un désagréable sentiment de claustrophobie).
Et ce qui suit est un curieux phénomème de groupe, que n'expliquent pas uniquement la solidarité et le souhait de venger le décès de Vodka Satana, qu'Alex Bleach considère comme un assassinat. La vengeance ne se fait guère attendre et les révélations arment des mains de jeunes femmes qui se prennent pour Lisbeth Salander.
L'agression dont avait été victime Xavier dans le premier tome a des conséquences dramatiques et c'est finalement ce qui va déclencher un mouvement collectif, dont le pacte est scellé dans un troquet miteux ou le champagne coule à flot.
Le diable est dans les détails, et c'est avec le même humour et un sens de l'observation particulièrement développé que l'auteur poursuit la saga des aventures de Vernon "dont le nom évoque un vieux matelas". Pas de complaisance pour les personnages, tous assez bruts de décoffrage, ce qui fait tout leur charme. Pas d'apitoiement non plus, leur destin est en marche, résultante de décisions personnelles dans un contexte social donné.
Malgré tout, l'ambiance est plutôt à la fête, et l'on s'attend à tout pour la suite....
Pas de déception donc pour ce deuxième tome, qui vaut bien le premier.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
domisylzen
  19 avril 2018
Dire que j'avais adoré le premier est un doux euphémisme. Mais le second plus on avance dans l'histoire est plus ça m'a gavé, j'ai fini par sauter quelques chapitres vers la fin. D'ailleurs l'histoire … Quelle histoire ? Des tranches de vies de personnages désoeuvrés ? Ne pas lire ce tome en écoutant Barbara alors que le brouillard envahi la place et que mes nuits sont plus longues que vos jours, c'est un coup à se mettre un pistolet sur la tempe.
Vernon Subutex, ancien disquaire, a élu domicile près des buttes-Chaumont. Il zone un peu, s'essayant au rôle de SDF. La plupart des connaissances de son ancienne vie le recherche. Il serait en possession de bande d'Alex Bleach, ancienne star à la mode, mort d'une OV dans un hôtel. Tous finissent par le retrouver et vont se mettre à graviter autour de lui. Tels des papillons autour d'un lampadaire ou d'un Jésus entouré de ses disciples. Chacun voudrait le sauver ...
Ici tout est pourriture et se conjugue avec no future. Heureusement qu'il y a la verve de Virginie Despentes qui sais de quoi elle parle. Difficile d'inventer une galerie de personnages plus vrai que nature. Mais trop c'est trop, pour moi il y a cent pages de trop. Et aucun espoir ne surgit de tout ce désespoir ambiant. Tout le monde en prend pour son grade, à la fin ça a fini par me lasser ... J'aime pas les gens qui passent leur temps à se plaindre.
L'autre truc qui me gave, c'est l'unanimité dithyrambique de la presse qu'on nous étale sur le quatrième de couverture … Grrrrrrrrrrr ! Déjà faut se les farcir à la téloche et la radio avec leur campagne de promo et en plus on t'en remet une couche histoire de bien te faire comprendre que s'y tu ne le lis pas t'es qu'un grosse merde.
A la médiathèque ils n'ont pas le trois … Tant mieux ça va me laisser le temps de digérer celui-ci.
Oui, j'ai tout de même mis quatre étoiles car je l'ai avalé presque aussi vite qu'un calva cul sec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          567
Ziliz
  11 juin 2015
C'est beau, Montmartre, la nuit.
C'est sinistre et effrayant, quand on y vit dehors, même l'été.
C'est ici que l'on retrouve Vernon. Tel qu'on l'avait laissé - pire, même, la rue n'est pas un bain de jouvence...
Alors, ce deuxième opus tant attendu est-il aussi excellent que le premier ? Virginie Despentes avait promis qu'il serait "le plus différent possible du tome 1, sans non plus "jump the shark", c'est à dire faire tout à fait n'importe quoi". (Obsküre Magazine, avril 2015)
Différent, il l'est.
Pas si sex & drug & rock'n roll. On sort des immeubles parisiens friqués/branchés avec coke et pipes à tous les étages. On est dans la rue, entre Montmartre et le superbe parc des Buttes-Chaumont, en galère, dans le monde de la précarité, de la débrouille et de la solidarité, au côté de Vernon et puis d'autres, vous verrez...
On suit Sélim, un papa aussi ordinaire que formidable en plein désarroi depuis que sa fille ado lui a échappé avec sa conversion religieuse.
On apprend assez rapidement ce qu'il y a sur les cassettes laissées par Alex, on n'attendra donc pas le troisième opus en piaffant. Même si bien sûr, on a envie de connaître le sort des deux personnes en fuite...
On retrouve tous les personnages du premier volet. N'ayez pas peur de vous y perdre, les quelques lignes de présentation consacrées à chacun en préambule vous montreront que vous ne les aviez pas oubliés. Mais alors qu'ils étaient éparpillés dans le précédent épisode, que les changements de narration pouvaient être fastidieux à suivre, cela semble plus simple ici - il faut dire qu'ils sont souvent regroupés, dans cette histoire.
L'ambiance est donc bien différente, je l'ai trouvée plus sombre. La savoureuse touche Despentes est là, pas de souci : c'est politiquement incorrect, percutant, grinçant, et drôle grâce au sens de la formule de l'auteur. A travers les voix de ses protagonistes, Virginie Despentes balance des réflexions tous azimuts sur la politique, la religion, la société, le couple, l'éducation, l'amitié... Ces idées sont parfois dérangeantes, surtout lorsqu'elles sont très argumentées - ça donne le tournis et bouscule nos petites certitudes, tout ça. Le ton m'a semblé encore plus virulent que dans le premier tome, est-ce l'effet "7 janvier" ? Despentes serait-elle encore moins complaisante ? Gratte-t-elle encore plus là où ça fait mal ? C'est ce que j'aime chez elle, même si ça rend le propos dense et la lecture parfois plombante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          549
michemuche
  13 juin 2017
Dans ce tome 2 on retrouve un Vernon Subutex sdf, il est loin le temps où il était disquaire maintenant il squatte le parc des buttes-Chaumont.
Tous ses amis ont perdu sa trace, le remord les hante. Xavier, Emilie, Lydia Sylvie avec en tête de gondole la hyène partent en chasse, retrouver Vernon et les fameuses vidéos d'Alex Bleach.
Dans ce roman Virginie Despentes a mis un peu de couleurs dans le récit, le coté obscur a tiré sa révérence, la lumière réapparait, on retrouve ses personnages englués dans leurs mal-être, des femmes des hommes que la société rejette .
Un roman social donc ou l'on se retrouve vite exclus si on ne rentre pas dans le moule. Les sdf, le mouvement "LGBT" les émigrés.....
C'est vrai les personnages de Virginie Despentes ne sont pas des enfants de coeurs mais ils ont quelque chose de touchant, c'est leurs faiblesses que j'ai aimé, leurs désirs de rédemption.
On est vite happé par Vernon Subutex, on se retrouve au "Rosa-bonheur", on parle, on danse sur la musique de Vernon on fume on boit, on se découvre, on se touche, on s'aime, ce besoin d'être ensemble c'est " nuit debout" avant l'heure.
Si le coeur vous en dit rendez-vous au "Rosa-bonheur, ouvrez la porte du bar et venez partager un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          579


critiques presse (5)
LaPresse   22 juillet 2015
On lit ce tome 2 avec autant de plaisir que le premier, même si le rythme est plus lent, l'intrigue, moins haletante. Et on a bien hâte de découvrir la fin de cette trilogie promise pour janvier.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   07 juillet 2015
"Vernon Subutex 2" redit que solidarité et groupe peuvent être des réponses.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Culturebox   23 juin 2015
Despentes excelle dans l'art de photographier le monde contemporain.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   12 juin 2015
Ce deuxième tome est plus politique que le premier. Virginie Despentes parle davantage de la société française d’aujourd’hui qui va mal.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Telerama   03 juin 2015
Nourri d'indignation et de mélancolie, le deuxième volet de la fresque sociale de la romancière captive par sa saisie aiguë de la réalité contemporaine.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (375) Voir plus Ajouter une citation
MortisciaMortiscia   09 mai 2021
Arrêtez de dire que c’était mieux, hier, et que ce sera pire, demain. On est dans l’intervalle. Il faut en profiter. Demain, tout sera à refaire.
Commenter  J’apprécie          20
MortisciaMortiscia   09 mai 2021
Elle voit bien, autour d’elle – on s’évertue à donner le change quand on se croise, mais tout le monde s’emmerde, en couple. La grande variable, c’est l’effort de mise en scène, pour la galerie. Il y a des couples qui sont restés amoureux de l’effet qu’ils produisent, en société. Tant qu’il y a un public, ils continuent de faire semblant. Mais une fois dans la chambre à coucher, ils s’emmerdent.
Commenter  J’apprécie          00
MortisciaMortiscia   08 mai 2021
Il s’était juré de ne jamais devenir, à son tour, un père absent et exigeant, un connard cassant qui ne rentre que pour se plaindre de ce que les enfants sont mal élevés. Mais l’araignée de l’hérédité est patiente. Elle travaille dans l’ombre, à l’insu de son hébergeur.
Commenter  J’apprécie          10
MortisciaMortiscia   09 mai 2021
Elle ne croit pas aux histoires d’anciens volcans qu’on croyait trop vieux, etc.
Commenter  J’apprécie          00
MortisciaMortiscia   08 mai 2021
Elle est comme ces gens en exil, qui rêvent de leur pays d’origine et ne le reconnaissent plus quand ils peuvent enfin y retourner : rien n’est comme dans leur souvenir.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Virginie Despentes (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Despentes
En septembre 2020, le monde littéraire découvrait La Petite Dernière, récit sensible et brut où Fatima Daas, pseudonyme de l'autrice, questionne sa double identité de femme homosexuelle et musulmane. La plume de la jeune écrivaine, saluée par Virginie Despentes, s'était affutée lors de deux années de formation au sein du master de création littéraire de Paris 8. En janvier 2021 Shane Haddad, tout juste diplômée du master de création littéraire de l'Université le Havre Normandie, voit son premier roman Toni tout court publié par la prestigieuse maison d'édition P.O.L. de Paris au Havre en passant par Toulouse ou Clermont-Ferrand, ils sont de plus en plus nombreux à “faire leurs classes” en masters de création littéraire. Frédéric Forte, poète et directeur du master du Havre, accompagne ces écrivains en devenir. Portrait d'une nouvelle génération d'auteurs et d'autrices révélés par ces formations innovantes.
Fatima Daas, autrice du très remarqué La petite dernière (Notabilia, 2020), est aussi diplômée du master de création littéraire de l'Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis.
Frédéric Forte est poète membre de l'Oulipo et directeur du master de création littéraire de l'Université le Havre Normandie. Nous allons perdre deux minutes de lumière est son second volume de poésie publié chez P.O.L.
Shane Haddad, récemment diplômée du master de création littéraire de l'Université le Havre Normandie, publie son premier roman Toni tout court aux éditions P.O.L. en 2021.
Retrouvez notre dossier "Effractions 2021" sur notre webmagazine Balises : https://balises.bpi.fr/dossier/effractions-2021/ Retrouvez toute la programmation du festival sur le site d'Effractions : https://effractions.bpi.fr/
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
autres livres classés : sdfVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Virginie Despentes

Virginie Despentes est un pseudonyme. A quoi fait-il référence ?

au nom de jeune fille de sa mère
à l'anagramme du nom de son chanteur préféré
au quartier des pentes de la Croix-Rousse à Lyon

10 questions
219 lecteurs ont répondu
Thème : Virginie DespentesCréer un quiz sur ce livre

.. ..