AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275782287X
Éditeur : Points (25/08/2011)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 26 notes)
Résumé :

En 1770, Marie-Antoinette devient dauphine de France. De Versailles, elle écrit régulièrement à sasoeur Marie-Caroline, reine des Deux-Siciles. Les deux soeurs se lancent un défi : « Ma porcelainesera plus délicate que la vôtre ! » Marie-Antoinette tente alors de voler le savoir italien à sa soeurpar l’intermédiaire d’un homme de la manufacture de Sèvres tandis que Charles III, le beau-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  15 novembre 2016
Difficile de croire aujourd'hui que la porcelaine constitua un enjeu politique et commercial au XVIIIe siècle. C'est cependant ce que démontre avec panache et beaucoup d'érudition Jean-Paul Desprat dans cette évocation passionnante de la France des Lumières.
Car s'il est bien question de prestige, de concurrence, de finesse et de luminosité de la porcelaine à kaolin, il est tout autant question des premières années de règne de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Et il s'en passe des choses dans le chaudron européen en ébullition entre 1770 et 1781.
Charles III d'Espagne exige du Vatican l'éradication des jésuites, l'Italie est en proie au morcellement de son territoire, l'Autriche lutte contre la Pologne pour l'annexion de la Bavière, l'Angleterre intrigue à tout va, alors qu'en France, Louis XV est en bout de course.
La manufacture de Sèvres, sponsorisée par la raffinée marquise de Pompadour, finit par trouver le secret de l'adjonction du kaolin à la pâte de porcelaine jalousement gardé par Meissen (Saxe). La jeune Marie-Antoinette prend la relève quelques années après la mort de la favorite de Louis XV et n'a de cesse de rivaliser avec ce qui se fait de plus beau en Europe. Elle envoie son premier chimiste, Anselme Masson, à Naples, à la cour de sa soeur Marie-Caroline reine des Deux-Siciles, qui veut, malgré l'interdiction de son beau-père Charles III, remettre sur pied la fabrique de Capodimonte qu'il a démolie avant de s'expatrier en Espagne avec dessins, secrets et artisans.
Malgré sa promesse de libérer Masson de ses obligations dès que son savoir-faire et l'apprentissage de nouveaux ouvriers auraient fait leurs preuves, la reine des Deux-Siciles envoie l'artiste à Rome où il se met sous la protection du cardinal ambassadeur de Bernis. Tant à Naples qu'à Rome, les péripéties s'additionnent, les tentations sont nombreuses, les poisons redoutables et les morts parfois encombrantes. Notamment celle du pape Clément XIV, contraint de signer l'abolition de la Compagnie de Jésus, suivie par les manoeuvres tortueuses et vipérines liées à sa succession.
Toutes ces joyeusetés ainsi que la vie quotidienne, colorée et bruyante, des villes italiennes et le tourbillon des intrigues et roueries de la cour et de ses courtisans, fournissent des pages jubilatoires dans ce décor historique habillé de velours et de sang.
Anselme Masson finit par rentrer en France après quatre années de séjour imposé, riche des influences artistiques, techniques et paysagères dont il s'est empli les sens. Devenue reine, Marie-Antoinette, qui tente de se distraire d'un mariage non encore consommé, se rend définitivement impopulaire, accablée quotidiennement dans les libelles et pamphlets dénonçant sa frivolité, ses amis dangereux et futiles ainsi que son incapacité à être épouse et mère.
Anselme Masson, « comme tous les hommes de son siècle dont les vertus essentielles sont l'indulgence et l'optimisme, restait persuadé de la perfectibilité de la reine qu'il regardait avant tout comme une victime, une femme malheureuse tiraillée par les maléfices de la courtisanerie et la chape de plomb de l'apparat ».
Réservée aux commandes royales, à la noblesse de robe et aux hauts dignitaires ecclésiastiques, la porcelaine continue à développer ses
« molécules passionnelles » et il n'est pas rare que les princes et les prélats commandent chaque année six à sept cents pièces de vaisselle ! Les mauvais payeurs existaient déjà et la manufacture de Sèvres connut des problèmes de trésorerie. Parallèlement, les classes bourgeoises aspirent à accéder à certains luxes de la cour et peu à peu, la porcelaine à kaolin se rend plus accessible, moins chargée en décors et en dorures.
L'intérêt de ce livre ne se limite pas à la fabrication de vaisselle ni aux monopoles des riches, il aborde les nouvelles façons d'administrer la médecine (moins de saignées et de drogues), la création de la société des Neuf Soeurs (maçonnerie des dames), l'arrivée de Benjamin Franklin venu défendre les intérêts des Insurgents en lutte avec l'Angleterre , la révocation des ministres Turgot et Malesherbes dont les mesures pour réduire la dette publique et rendre justice au peuple ne plaisent pas au roi. Sans oublier les détails de la mode et de la coiffure de l'époque, les remontrances de Joseph II à sa soeur Marie-Antoinette et quantité d'autres implications dans l'esprit et la mentalité du XVIIIe siècle.
Jaune de Naples est un nom de couleur. Il apparaît sous forme de tessons dans les ruines d'Herculanum et réserve quelques surprises.
Lire ce livre passionnant n'entraîne aucune addiction à la porcelaine alambiquée et tape-à-l'oeil de Sèvres, de Saxe ou d'ailleurs !
Je reprendrais bien un peu de thé et de friandises…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          587
cmpf
  07 août 2016
Deuxième volet de la trilogie sur la manufacture de Sèvres, qui s'étend de 1770 à fin 1781. Comme le titre le laisse supposer une partie de l'intrigue se situe à Naples. Nous retrouvons Anselme Masson le chimiste qui a participé à la mise au point de la formule de la porcelaine dure et son entourage.
Madame de Pompadour est décédée depuis 6 ans et la manufacture n'a plus d'inspiratrice.
Au printemps 1770 la jeune princesse autrichienne Marie Antoinette arrive en France pour épouser l'héritier du trône, le futur Louis XVI. Vive, charmante, elle plait beaucoup mais elle est encore bien jeune pour assumer le rôle d'égérie. Sa soeur, Marie Caroline règne sur le royaume des Deux Siciles avec son époux, le fâlot Ferdinand. Elle désire relancer la manufacture de porcelaine tendre de Portici malgré l'interdiction de son beau père Charles II devenu roi d'Espagne. Celui-ci a en effet emmené avec lui matériaux, savoirs et ouvriers. Ceux qui sont restés, ont disparu ou sont très âgés, il n'y a pas de notes. Il paraît donc très difficile de remettre sur pied les ateliers. Cependant la rusée Marie Caroline propose à sa soeur une saine concurrence qui nécessite l'envoi des spécialistes dans son royaume. Ce sera Anselme accompagné du troisième frère, Eustache et d'un jeune apprenti.
Anselme qui vient de retrouver son amour de jeunesse et qui est père de famille aimerait mieux rester à Paris mais on ne refuse rien à la future reine. Eustache lui est très enthousiaste .
Ce séjour ne sera pas toujours facile pour les deux frères bien que le plus jeune s'acclimate très bien à ce nouvel environnement. Ce passage à Naples est l'occasion pour l'auteur de nous décrire de façon très vivante la ville et ses habitants.
Après les Deux Siciles, Jean Paul Desprat nous mène à Rome, où nous côtoyons le délicieux cardinal de Bernis, ambassadeur de France avant de revenir à Paris.
Il est moins question dans ce tome de la porcelaine que de l'Italie d'une part et de la famille et des amis d'Anselme d'autre part. Mais on apprend encore beaucoup et les personnages restent très attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
selena_974
  03 juillet 2013
Je continue ma découverte de l'histoire de la porcelaine avec Jaune de Naples, qui fait directement suite à Bleu de Sèvres.
Pour situer le contexte historique, nous sommes au XVIIIe siècle, Marie-Antoinette a tout juste 15 ans et commence déjà à ravir le coeur des Français. Elle décide de s'intéresser à la célèbre porcelaine de Sèvres, fière de la renommée que cet art a su acquérir ces dernières années. C'est ainsi que la dauphine et sa soeur, Marie-Caroline, reine des Deux-Siciles, se lancent un défi : ce sera à celle qui aura la plus belle porcelaine. Mais le cas des Deux-Siciles est un peu compliqué : le beau-père de Marie-Caroline, actuel roi d'Espagne, a fermé la manufacture de Capodimonte il y a quelques années, et en a expressément interdit la réouverture. Marie-Antoinette envoie tout de même le chimiste du roi, Anselme Masson, à Naples, afin d'aider à la réouverture de cette manufacture. Mais c'est là un affront au roi d'Espagne qui tentera par tous les moyens de faire échouer l'entreprise, menace à laquelle s'ajoute celle des Anglais, qui voient d'un mauvais oeil cette intrusion des Français dans leurs manigances politiques. Anselme et Eustache Masson vont ainsi se retrouver bien malgré eux les jouets des plus puissants...
C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé dans ce tome, aux chaudes couleurs de Naples, Anselme et son plus jeune frère, Eustache. Leur génie, leur passion pour les recherches sur les minéraux, sur la chimie, se transmettent encore plus aisément au lecteur. Et puis, il faut bien l'avouer, ceux qui complotent contre les envoyés de la France et leur barrent constamment la route sont bien là pour pimenter un peu cette histoire, lui donner un peu de relief et de suspense. Dans Jaune de Naples, on est plus dans l'historique que dans la fiction, avec ce Siècle des Lumières parfaitement décrit aussi bien au niveau de la pensée que des événements... Un second tome aussi passionnant et prenant, si ce n'est plus, que Bleu de Sèvres. J'ai hâte à présent de me lancer dans le dernier tome de cette trilogie : Rouge de Paris !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Loubhi
  15 mai 2012
Avis et commentaires :

Je ne connaissais pas du tout cet auteur sous cet aspect car je n'en ai lu que les biographies historiques "Le Cardinal de Bernis" et "Le Secret des Bourbons", d'excellente facture tous les deux.
J'avais donc hâte de lire cet auteur sous l'aspect mi roman mi policier avec ce livre. Je le dis tout net, il est également excellent dans ce genre mais par contre enchaîne parfois les longs descritprifs qui m'ont un peu inquiété.

On s'attache très vite à Anselme, Eustache son frère et aux tribulations qu'ils connaissent, au milieu d'une rivalité assassine entre Espagnols et Français et jouets qu'ils sont de la dauphine Marie Antoinette et de sa soeur Marie Caroline. Enchaînant la narration de cette épopée durant laquelle Anselme quitte la France et sa chère Manufacture de Sèvres pour relancer à Naples l'équivalent. à Capodimonte, l'histoire d'amour avec Lucile, les techniques de porcelaine (le plus pénible à lire), les meurtres et nombreux pièges auxquels ils doivent faire face pour tenter de réussir sa mission.

Mélange d'une épopée familialle, celles des Masson, de la Manufacture de Sévres, de la qualité de la porcelaine française et du savoir faire de Limoges avec la grande histoire et d'un des vieux conflits entre France , l'Italie, l'Autriche et l'Espagne, on ne se lasse pas tant le cadre historique est juste.
Un certain sens du suspense, des intrigues et un brin de violence, tout cela, avec l'étude de moeurs de l'époque est rendu fidèlement et réjouit le lecteur.

Mélange de fiction, sens de la saga, du suspense et des rebondissements, le tout sur un fond particulièrement érudit, il faut parfois s'accrocher mais cela en vaut la peine.
Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
guettou
  30 juin 2015
Deuxième roman de la trilogie de J.P.Desplat. Marie-Antoinette est devenue dauphine de France. elle s'interesse beaucoup a la manufacture. Avec sa soeur Marie-Caroline (reine des deux Siciles), elles se lancent un défi : qui arrivera à fabriquer la plus belle porcelaine ?
La manufacture de Capodimonte a été fermée par ordre du roi d'Espagne avec interdiction de la réouvrir. Or Marie-Caroline sait déjà qu'a Capodimonte, on fabriquait une porcelaine de très grande qualité. Anselme fait venir près de lui son frère Eugène et tous deux vont chercher à decouvrir les secrets de Capodimonte.
Que de suspence! Que de peripéties ! On a hate de finir cette lecture, mais voilà ,il y a un 3ème tome.....
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
ClaireGClaireG   15 novembre 2016
Vous pourriez m'objecter qu'un gros plat de terre ou de faïence peut aussi bien suggérer l'idée de la simplicité du bonheur, dit Diderot,... Mais je tiendrai malgré tout pour la porcelaine parce qu'à la perfection elle ajoute la rareté, et que le bonheur est la chose la plus rare au monde.

pp. 475-76
Commenter  J’apprécie          340
selena_974selena_974   01 juillet 2013
Ne vaut-il pas mieux des concurrents qui s'estiment que des rivaux qui se déchirent ? Entre amis concurrents, il y aura toujours l'aiguillon de l'ambition et de l'émulation qui les fera avancer mais, comme il resteront unis, il y aura aussi, chaque fois que nécessaire, le sursaut de l'entraide.
Commenter  J’apprécie          50
selena_974selena_974   02 juillet 2013
- C'est toujours ainsi, dit Anselme, lorsque quelqu'un vous a trop fermement tenu la main, on le fuit et puis, ensuite, quand il n'est plus là, on le regrette et on se sent désemparé. L'affection étouffe parfois, mais lorsqu'elle s'évanouit on ressent un grand froid.
Commenter  J’apprécie          50
guettouguettou   02 juillet 2016
Il n'y a pas de limites au perfectionnement des choses.....Cela veut dire aussi que demain il pourrait tout aussi bien n'y avoir plus ni guerre, ni famine,ni prison, parce que l'homme serait devenu vertueux. Peut-etre qu'un jour aussi, il n'y aura plus de frontières,lorsque la liberté la plus absolue d'aller et de venir sera étendue à l'ensemble du monde
Commenter  J’apprécie          00
selena_974selena_974   24 juin 2013
La chimie est une science exacte ponctuée de hasards heureux.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Jean-Paul Desprat (1) Voir plusAjouter une vidéo

Faites en des succés de l'été
Bernard PIVOT présente cette émission consacrée aux "livres de vacances de qualité", en compagnie de ses six invités : - Jean Paul DESPRAT présente le roman historique qu'il vient de publier "Le Marquis des Eperviers", dont l'action se passe en 1702 dans le Rouergue. - Jean SAGNE vient d'écrire "Toulouse Lautrec", une biographie du peintre, où il a essayé de revenir aux faits...
autres livres classés : PorcelaineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1027 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre