AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782752903310
224 pages
Éditeur : Phébus (17/04/2008)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 16 notes)
Résumé :

Un cinquième gamin blanc disparaît à Pretoria en trois semaines. Toujours le même scénario: les parents ne retrouvent pas leur enfant à la sortie de l'école. Pas d'indice, ni de demande de rançon, pas l'ombre d'une piste. L'inspecteur Zondi se sent impuissant face à la colère et au désespoir des familles. Mais les ravisseurs envoient une lettre anonyme et l'affaire rebondit brutalement.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Polars_urbains
  20 juin 2019
Francis « Bronx » Zondi a pris du galon depuis La mémoire courte mais le superintendant reste sur le terrain. Cette fois ci pour des enlèvements d'enfants de la communauté blanche à la sortie des écoles. Pas de suspense, les choses sont dites dès les premières pages, mais quid des motivations derrière tout cela? Car, si l'intrigue n'a pas une grande importance dans le noir qui marche à pied, le roman permet à Louis-Ferdinand Despreez de poursuivre son analyse de la société sud-africaine et d'asséner au passage quelques considérations bien senties sur ce nouveau pays qui devait assurer bonheur et prospérité à toutes et à tous. le résultat n'est hélas pas au rendez-vous, la précarité l'a emporté, les charlatans et les voyous pullulent et nul n'est épargné.
Zondi prend de l'épaisseur ; il se montre proche de ceux qu'il considère comme des victimes de la vie (un petit côté Maigret) tout en étant impitoyable avec les crapules, même s'il lui arrive d'aller voir en prison certains de ceux qu'il a fait arrêter et condamner. Plus nerveux que le premier volet des enquêtes de Zondi, tout aussi irrévérencieux et toujours aussi somptueux dans l'écriture, le noir qui marche à pied est un roman très sombre, une plongée sans concessions dans la réalité sud-africaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
paikanne
  14 mai 2010
Dans le cadre du défi "Littérature policière sur les 5 continents", j'avais choisi de lire le Noir qui marche à pied de Louis-Ferdinand Despreez, auteur et homme politique sud-africain totalement inconnu pour moi. Bien m'en a pris : commencé hier, fini aujourd'hui.
Présentation de l'éditeur : un cinquième gamin blanc disparaît à Pretoria en trois semaines. Toujours le même scénario : les parents ne retrouvent pas leur enfant à la sortie de l'école. Pas d'indice, ni de demande de rançon, pas l'ombre d'une piste. L'inspecteur Zondi se sent impuissant face à la colère et au désespoir des familles. Mais les ravisseurs envoient une lettre anonyme et l'affaire rebondit brutalement.
"Le coupable était un Noir qui marche à pied, d'environ soixante-dix kilos, et qui ne savait pas nouer ses lacets".
Intéressant et complexe personnage que cet inspecteur Zondi que nous suivons dans la recherche de ce "Noir qui marche à pied" ; l'intérêt de l'histoire ne réside pourtant nullement, selon moi, dans l'enquête elle-même mais bien dans la peinture sombre et désabusée de son pays, la « nation arc-en-ciel », par Francis « Bronx » Zondi, un zoulou qui a lui-même connu l'apartheid.
Zondi s'abandonne, bien plus souvent qu'à son tour, à la réflexion au cours de son enquête et le fruit de ses pensées nous est abondamment livré, sans complaisance aucune à l'égard de son pays, de ses compatriotes, qu'ils soient noirs ou blancs, qu'il évoque l'apartheid ou les années qui suivent, porteuses de tant d'espoir…
Nous découvrons une situation bien plus nuancée que celle que, de l'extérieur, nous avons souvent cru être la réalité. le propos va donc bien au-delà de cette enquête même si l'on reste figé devant l'horreur de ce que l'on finit par découvrir en même temps que Zondi alors que l'on avait, auparavant, suivi ce "Noir qui marche à pied", sans se douter de ce qui allait arriver. A côté de cela, malgré tout, certains passages sont relatés avec beaucoup d'humour (oserais-je dire noir ?), cinglant, principalement durant les interrogatoires.
Lien : http://paikanne.skynetblogs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bibliopmo
  17 juillet 2008
«La crème de la lie», voilà quel est le monde du superintendant Zondi, surnommé «Bronx» par ses collègues à cause de son bref passage au FBI. Mais lui sait que depuis toujours, depuis qu'il a commencé à courser la racaille dans les rues de Johannesburg et des townships du Gauteng, il s'est toujours conduit en profiler, il a toujours cherché à comprendre ce qui pouvait bien passer par la tête des criminels. Un talent dont il va plus que jamais devoir user aujourd'hui, devant la cinquième disparition d'enfant signalée à Pretoria depuis la rentrée des classes. Aucune demande de rançon, et pas la moindre piste…
Commenter  J’apprécie          20
Neko-fr
  11 novembre 2013
Louis-Ferdinand Despreez nous donne une vision très sombre de l'Afrique du Sud à travers une enquête des kidnappings d'enfants et à travers les pensées de son personnage, l'inspecteur Zondi révolté contre l'état de son pays.
Tout le monde en prend pour son grade, les blancs qui pour certains sont restés racistes et se réjouissent des échecs que connaît le pays, les noirs qui sombrent dans l'alcoolisme et se posent comme victimes, les Etats-Unis et l'Europe qui après la fin de l'Apartheid se sont tournés vers d'autres causes à défendre, les touristes qui s'extasient sur l'aspect photogénique des townships, la place des femmes (les éternelles perdantes dans ce monde de machos blancs ou noirs)…
On l'aura compris, l'intérêt de ce polar réside avant tout (même si l'histoire se suit avec intérêt) dans le portrait d'une société encore très inégalitaire (la sélection impitoyable par l'argent a simplement remplacé celle faite selon la couleur). C'est une description un peu désespérante, parfois franchement réactionnaire mais qui a le mérite de soulever des questions importantes.
Le glossaire en fin d'ouvrage est très utile et intéressant car l'auteur utilise beaucoup de termes sud africains qui loin d'être un frein à la lecture constituent une immersion totale pour le lecteur.

Lien : http://labougeotte-impressio..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liberliber
  01 septembre 2016
L'enlèvement d'enfants semble être un sport national en Afrique du Sud. le coupable serait un noir qui se déplacerait à pied et qui ne saurait pas nouer ses lacets...
La fin de l'apartheid avait pourtant suscité de nombreux espoirs : fin du racisme, baisse de la violence...
« Que nenni » pense l'inspecteur Zondi, chargé de l'enquête. Ce Zoulou ressasse comme une incantation l'incurie des politiques, le règne de l'argent et la posture de victimes que les Noirs adoptent pour justifier leur misère.
C'est ce portrait d'une Afrique du Sud malade de ses contradictions qui fait de ce récit un polar politiquement incorrect.
Lien : http://papivore.net/litterat..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Polars_urbainsPolars_urbains   20 juin 2019
Il n’en pouvait plus de constater, jour après jour, que la vie humaine avait si peu de valeur dans un pays qui, depuis plus de dix ans, se glorifiait de posséder une des plus belles constitutions du monde.

Mais c’était ça aussi l’Afrique du Sud, un monde a deux vitesses où des éclos intellos se battaient d’un côté pour sauver les phoques de False Bay ou interdire le gavage des oies dans le Lipopo et où, de l’autre, la vie de dix écoliers était, pour un analphabète devenu mystique et opportuniste, le ticket d’entrée au Royaume des Cieux… Le monde aurait été tellement plus beau si les crétins mystiques s’intéressaient aux phoques et les grands intellos aux enfants. Zondi ne le regretterait jamais assez, même s’il savait qu’il avait intérêt à la fermer pour ne pas se faire prendre rudement à partie pas les défenseurs des phoques…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : afrique du sudVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2077 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre