AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743616598
Éditeur : Payot et Rivages (21/03/2007)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Antoine, écologue jadis renommé, mène une existence recluse dans la Brenne, pays d'étangs et de forêts. Il parcourt les routes à la recherche de cadavres d'animaux lui confirmant les dégâts de la " civilisation " sur la nature. Myriam partage sa vie depuis de nombreuses années. Elle a abandonné mari et enfant pour le suivre. Aujourd'hui ils vivent côte à côte sans se parler.
A Dunkerque, c'est l'époque du carnaval et des réjouissances. Mais Mauricette, élève... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  27 août 2015
Après avoir écrit tant d'articles sur les relations subtiles voire l'interdépendance entre les espèces, que ce soit pour des grands magazines ou des revues spécialisées, Antoine, écologue réputé, s'est retiré dans la Brenne, pays aux mille étangs. Aujourd'hui, il recense les animaux morts. Sa compagne, Myriam, qui a abandonné sa famille, l'a toujours suivi et soutenu dans son travail. Mais, entre eux, le silence est de mise. Leur couple bat de l'aile. Antoine s'isole dans cette nature aux couleurs changeantes tandis que Myriam s'isole dans son silence. Elle envoie des lettres à sa fille, Mauricette, qu'elle n'a pas vu depuis dix ans, espérant une réponse. Peut-être de l'aide... 
Mauricette, elle, va au plus mal. Les lettres que sa mère lui envoie depuis maintenant un an la trouble, son père est dans le coma et Régis, son petit ami, passe son temps à nettoyer la fiente séchée des pigeons. C'en est trop pour la jeune fille qui rêve de quitter le nord et de tout envoyer promener...
Au coeur de la Brenne, pays d'étangs et de forêts, la nature peut certes être cruelle mais les hommes ne sont pas en reste. Antoine s'isole de plus en plus, n'adresse presque plus la parole à Myriam, sa compagne. Qu'a-t-il pu se passer entre eux? Mauricette, elle, rêve d'un ailleurs. Avec ses deux amis, Régis et Thierry, ils vont s'embarquer dans une bien sombre histoire dont certains y laisseront des plumes. Pascal Dessaint donne la parole à ces trois protagonistes: Antoine, Mauricette et Myriam (à travers les lettres qu'elle adresse à sa fille). L'auteur est un passionné de nature et cela se voit. Quelle précision dans les descriptions et quel vocabulaire! Ce roman noir fait la part belle à cette sombre nature, personnage à part entière. L'atmosphère brumeuse est plus que jamais troublante, oppressante et poisseuse, les personnages inquiétants. Pascal Dessaint, de son écriture richement travaillée, nous livre un roman efficace et maîtrisé.
L'on est entouré de Cruelles natures...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
Crossroads
  06 août 2015
Dessaint, c'est bien.
Aucun mérite. J'avais opté pour option poésie en CM2, troisième année.
Dessaint possède cette faculté de narrer avec sobriété et élégance les trajectoires convergentes de personnages à la dérive.
Rien d'artificiel, de factice. L'écriture est à l'image de ce nordiste, directe et honnête.
Ses thèmes, rarement sélectionnés par le jury lol et gaudriole, abordent les problématiques de personnages profondément ancrés dans le réel.
Cruelles Natures en est la parfaite et incontournable illustration.
N'y cherchez aucun salut, le bonhomme n'est pas un farouche partisan des happy ends consensuels.

Commenter  J’apprécie          493
cardabelle
  31 janvier 2017

Les étangs de la Brenne noyés de brouillard, des rivières ,des forêts.
Un naturaliste qui "chasse" des cadavres d'animaux ,qui fuit le naufrage de son couple .
Un couple noyé dans le silence.
Solitude, isolement , morbidité...
Et voici l'une des facettes du décor
Ailleurs, plus loin, à Dunkerque ,l'autre facette : des jeunes, un carnaval.
Leurs destins qui basculent sans crier gare dans leur univers de ruine, de violence,de misère, de destruction...
On passe d'un univers à l'autre . L'évidence des liens apparaît et , peu à peu ,l'intrigue se dévoile.
Un style sobre et tout en finesse va servir ce récit pour peindre un décor de plus en plus sombre ,des êtres de plus en plus noirs.
Une mise en scène subtile à la fin surprenante, glaçante, irréelle où l'on franchit les portes de la folie.
Une belle découverte ,vraiment !

Commenter  J’apprécie          312
koalas
  13 avril 2015
Brenne storming...
Antoine, écologue naguère réputé se retire, en compagnie de sa femme Myriam, au fin fond de la Brenne, "pays des mille étangs" (département de l'Indre) pour recenser les espèces animales victimes des dégâts de la civilisation. Un silence pesant s'installe dans le couple. La nature à l'image du couple s'effrite et perd ses repères..
Lui passe ses journées à la recherche de cadavres d'animaux, elle écrit inlassablement en secret , des lettres - qui restent sans réponse - à Mauricette, fille d'un premier mariage. Cette dernière, mineure, élève d'un lycée Horticole vit à Dunkerque chez son père qui vient d'être hospitalisé dans un coma profond. Livrée à elle-même, en compagnie de deux copains à la dérive, elle participe à un braquage d'un bar tabac qui tourne mal. L'un va décéder, l'autre va perdre la tête. A bout de souffle, Elle rejoint la Brenne, pays de la brume, d' étangs et de forêts. Un lieu déstabilisant où même la nature semble détraquée...
Un roman noir, brumeux, envoûtant, poisseux où l'on sent la moiteur pesante des étangs tout envahir. Un monde en pleine mutation où les personnages et les animaux perdent la boule... les geais imitent des faucons et les sangliers attaquent les troupeaux de moutons. Un monde instable où tout peut arriver.
On se laisse emporter dans cet univers noir par le style décapant et élégant de Pascal Dessaint.
Cruelles natures, constat sans espoir.. pour des créatures comme nous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
Renod
  28 juin 2016
« Attention cistudes » Si vous traversez le parc naturel de la Brenne, dans le département de l'Indre, vous apercevrez peut-être ces panneaux de signalisation. Les cistudes sont des tortues d'eau douce très présentes dans ce parc qui, suivant leur instinct de reproduction, traversent les routes pour gagner un autre étang. Cette traversée est un spectacle qui émerveillera un amoureux de la nature mais qui constituera un danger fatal pour le conducteur imprudent…
Myriam a tout quitté pour Antoine : son mari, sa fille en bas âge et sa ville de Dunkerque. Elle a accompagné cet écologue renommé dans toutes les régions de France et l'a poussé à rédiger des articles dans des revues prestigieuses. Mais Antoine s'est enfoncé dans une longue dépression, il a cessé d'écrire et vit reclus dans la Brenne. Il travaille à répertorier les cadavres d'animaux trouvés sur les bas-côtés des routes. Myriam se sent perdue et commence à écrire à sa fille Mauricette qui est restée à Dunkerque avec son père. Cette dernière a choisi de partir mais son périple va vite devenir chaotique.
Cruelles natures… le titre est explicite, cette nature magnifique est pleine de dangers. Des oisillons sont dévorés par une fouine, un geai tue un moineau. « le monde est cruel pour les petites créatures, et il est beau parfois grâce à cela. » Il est aussi cruel pour les être humains, notamment pour ceux qui ont grandi dans les anciennes cités minières ou portuaires du Nord de la France. Les êtres et les bêtes peuvent aussi voir leur propre nature changer : le geai sait mimer le faucon, le sanglier peut manger de la viande de mouton et l'homme peut se transformer en monstre…
Une citation de Hubert Selby Jr est mise en exergue du livre : «Dangereux par ici d'être une petite créature. » Pascal Dessaint signe ici un très beau roman plein de sauvagerie, celle de l'homme et celle de la nature, et les deux vont s'entremêler dans une fin magnifique et terrible.
J'ai décidé de découvrir l'œuvre de Pascal Dessaint après l'avoir rencontré au salon "Saint-Maur en poche" . Une belle rencontre et une bonne surprise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   11 mai 2013
Après quelques instants de discussion et parfois même d'un seul regard, il semble qu'on soit en mesure de tout percevoir de certains hommes, et qu'il n'y a pas grand-chose à espérer à la surface. Pour d'autres, en revanche, il ne faut pas se fier à la première impression et plus on les découvre, moins on a le sentiment de les connaitre.
Commenter  J’apprécie          380
cardabellecardabelle   30 janvier 2017
-- Quand j'étais plus jeune, je pensais que ça serait bien que les humains s'effacent, que la nature reprenne tous ses droits.
J'étais dans l'erreur.

Je négligeais cette évidence que l'homme fait partie intégrante de la nature.

...Regarde ici... C'est l'homme qui a creusé tous ces étangs, grâce à quoi nous sommes aujourd'hui au coeur d'une incroyable diversité...

L'homme s'effacerait que la nature se refermerait.
Bientôt les étangs s'envaseraient et à la place des prairies, il n'y aurait plus que de la forêt.
Le grèbe à cou noir et le butor étoilé iraient pondre ailleurs.

...L'humain joue un rôle qui n'est pas toujours néfaste.
L'humain est parfois bénéfique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
cardabellecardabelle   31 janvier 2017
Les terrils bosselaient la terre plate.
Les corons paraissaient s'étendre à perte de vue.

Les routes,les autoroutes et les voies de chemin de fer
partaient dans tous les sens et zébraient le paysage comme des bandes de tissu cicatriciel sur un corps malade.

En fait, le corps était mort.

Dans le coin, l'ogre en avait pris à son aise.
Il s'était repu.

Pendant longtemps , il avait creusé des galeries infinies.
Parfois, il avait exhalé le grisou meurtrier.
Souvent, il avait englouti les hommes et jeté les familles dans la détresse.

Et puis, il s'était retiré, et les survivants n'avaient plus eu qu'à pleurer sur leur sort.

...tout ça était d'une tristesse incroyable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
RenodRenod   26 juin 2016
Aucun des actes qu’un humain puisse accomplir dans sa vie, poussé par la nécessité ou non, en vue de satisfaire une ambition vitale ou pour la simple performance, et quand bien même l’épreuve serait très pénible, ne me semblait valoir en puissance et en beauté celui qui consistait, pour un oiseau, à franchir des milliers de kilomètres pour se reproduire et assurer le maintien de son espèce. Jamais notre nature ne nous pousserait à une telle constance. Nous en serions incapables à propos de quoi que ce soit. Nous étions même parfois portés par un instinct morbide. L’idée de renoncement n’était pas à notre esprit particulièrement effrayante. Nous pouvions renoncer à parler, à marcher. Que se présente à nous un obstacle que nous ne désirions pas franchir, et il nous était aisé de rester le cul dans l’herbe. Que la vie nous contraigne, et nous trouvions des arrangements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
RenodRenod   28 juin 2016
Les terrils bosselaient la terre plate. Les corons paraissaient s’étendre à perte de vue. Les routes, les autoroutes et les voies de chemin de fer partaient dans tous les sens et zébraient le paysage comme des bandes de tissu cicatriciel sur un corps malade. En fait, le corps était mort. Dans le coin, l’ogre en avait pris à son aise. Il s’était repu. Pendant longtemps, il avait creusé des galeries infinies. Parfois, il avait exhalé le grisou meurtrier. Souvent, il avait englouti les hommes et jeté les familles dans la détresse. Et puis il s’était retiré, et les survivants n’avaient plus eu qu’à pleurer sur leur sort. Putain, tout ça était d’une tristesse incroyable. Et c’était comme si nous pataugions dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Pascal Dessaint (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Dessaint
Un aller retour dans le noir 2018 - 10 ans - par Pascal Dessaint
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1562 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..