AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755645453
Éditeur : Hugo et Compagnie (03/05/2018)
3.78/5   579 notes
Résumé :
" Un vrai page-turner, addictif et haletant, porté par une atmosphère envoûtante et une écriture ciselée. " Michel Bussi

Août 1989. Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans originaires du village de Piolenc, dans le Vaucluse, disparaissent lors de la fête de l'ail. Trois mois plus tard, seul l'un d'eux est retrouvé. Mort.
Juin 2018. De nouveaux enfants sont portés disparus à Piolenc. L'histoire recommence, comme en macabre écho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (208) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 579 notes

Jeanfrancoislemoine
  23 novembre 2019
Et me voilà devant cette page blanche qui , loin de me rebuter , me conduit à rendre honnêtement compte de mon ressenti sur un livre qui , il faut bien le dire , à su conquérir de nombreux lecteurs et ...en irriter un nombre tout aussi important . Bon , allons - y , sans arrière pensée, en toute franchise , en respectant l'autrice ( ! ) et les amies et amis babeliotes qui ont adoré se lancer sur la trace de ces jumeaux , Raphaël et Soléne.
À son crédit , je dirai que ce livre se lit facilement , un véritable " page - turner " et que tout s 'enchaine avec une habileté remarquable , sans réel temps- mort , une maîtrise du genre dont tout lecteur ne peut qu'être séduit. Un bon " roman noir " , donc , qui va loin dans ce que peut être la nature humaine dans ce qu'elle a de plus pervers .
Et c'est bien là que je " sors de ma zone de confort " , que je n'adhère plus au projet .Soyons clair , net et précis. Ancien enseignant et papy aussi , je rejette certes la notion d' " enfant roi " , mais j'admets encore moins le fait que l'on puisse , dans un roman , dans une fiction , mettre en relief les atrocités dont peuvent être victimes les enfants , pénétrer dans un univers glauque , malsain , terriblement perturbant , un univers qui échappe au lecteur et nécessite des interventions psy. pour trouver une justification que tout le monde devra se résoudre à accepter puisque éloignée de la connaissance du commun des mortels que je suis . Je ne conteste rien mais j'ai bien des difficultés à suivre un chemin qui m'est étranger. On me rétorquera que , dans la " vraie vie " , les enfants sont souvent victimes d'exactions terribles , je le sais , j'en suis , comme vous tous , particulièrement troublé , révolté. Nous ne sommes pas , loin de là , dans le monde des Bisounours , mais est - ce une raison de se servir des pires perversités des enfants ou des adultes pour en écrire une fiction qui , entre nous , est présentée comme factuelle , sans éveiller la conscience qui dort en nous .
Je ne sais pas si je l'ai bien exprimé, mais je n'ai pas aimé le fond de l'histoire , trop violent à mon goût car touchant des enfants .
Ensuite , et cela a été dit et répété, ce récit ne possède pas la moindre " dosette " de crédibilité. Pour moi , une bonne fiction s'ancre dans la réalité quotidienne , pas dans un hypothétique.... .. Je n'en dis pas plus , la plupart des situations sont absolument incroyables car impossibles , vraiment surréalistes .
Je me suis aussi attaché à observer les personnages , thème qui m'est toujours cher dans un roman car je me délecte à me projeter , me mettre à la place de ...Ici , rien , aucun charisme , aucun passé personnel qui pourrait justifier tel ou tel comportement .Les personnages n'ont aucune "épaisseur " , occupent simplement une place nécessaire aux besoins du récit . Fabregas , un flic . Jean , un ancien flic , qui devrait pourtant en dire des choses , en révéler des frustrations ... . Victor , un père éploré , sans aucun instinct de révolte . Sa femme ? suicidée . L'instit ? mort . Pas joyeux , joyeux , tout ça. Rien d'autre . Était- ce utile ? Je ne sais pas mais , quand même, dans de nombreux ouvrages ça donne un côté humain aux protagonistes , un côté vivant car là , dans la situation , les émotions, c'est incroyable , sont vraiment absentes .
La fin est , comment dire , claire , nette et précise , pas sensationnelle comme s' il avait fallu se sortir d'une situation complexe et emberlificotée par des justifications sortant du cadre de " la vraie vie ", énoncées comme vérité par des " spécialistes " que nous ne sommes pas .
Enfin , je n'aime pas le rôle de l'instit .Chaque profession véhicule des valeurs , des droits , des devoirs intellectuels etmoraux ...Je vous laisse juges. Quelle image ! Je la regrette et la réfute de toutes mes forces .
Sandrine Destombes a prouvé son talent , a été récompensée pour ce livre , a recueilli les louanges de nombreux amies et amis babeliotes . Je ne prétends pas avoir raison , mais avoir " mes raisons " de n'avoir que très " moyennement " apprécié cet ouvrage .
Vous savez , nombre d'entre nous n'aiment pas les romans " gores " et je partage leur avis . Moi , je n'aime pas , mais vraiment pas , et je l'assume , qu'on se serve des enfants dans de tels contextes . Le sort de certains est tellement terrible que , s'il convient d'en parler ( et même d' en crier, d'en hurler ... ) , ce n'est sans doute pas dans ce genre de roman .
Pardonnez - moi , je suis très sensible quand il s'agit de nos " chères petites têtes blondes "attachiantes " "....
Pas d'étoiles, pas envie , trop dur pour moi car je ne serais pas objectif , mais j'espère bien retrouver madame Destombes dans un autre contexte car elle a du talent et ça, je ne le contesterai jamais .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          913
Deslivresalire
  13 mai 2020
Septembre 1989, Solène et Raphaël, deux jumeaux de 11 ans, disparaissent lors de la fête de l'ail à Piolenc.
Novembre 1989, le corps de la petite Solène est retrouvé dans un cimetière non loin du lieu de la disparition.
Juin 2018, Nadia Vernois, 11 ans, a été vue pour la dernière fois devant son école à Piolenc, la même que celle des jumeaux. Depuis elle est introuvable.
D'abord soupçonné de vouloir relancer l'affaire des Jumeaux à un mois de sa prescription, Victor Lessage, le père de Solène et Raphaël, est progressivement impliqué dans l'enquête menée par le capitaine Julien Fabregas, accompagné de Jean Wimez, l'ancien capitaine à la retraite qui a passé de nombreuses années à travailler sur la disparition des jumeaux, sans pouvoir dénouer cette affaire.
Celui-ci a construit des relations très proches avec Victor Lessage et il ne peut se résoudre à laisser complètement cette nouvelle enquête à Fabregas alors que les événements sont si troublants.
L'enlèvement de Nadia est-il vraiment en lien avec la disparition des jumeaux presque trente ans plus tôt ?
Ils vont peut-être enfin en savoir d'avantage, avec l'aide du Docteur Florent, la pédopsychiatre dépêchée d'Avignon, car Nadia vient d'être retrouvée, habillée comme Solène le jour de sa mort et qu'elle a un message pour Victor...
A mon avis :
Les premières pages de ce roman évoquent à toute vitesse l'enlèvement des jumeaux dès 1989, puis les quelques événements clés jusqu'en 2018. C'est parfait, ça va vite, on ne s'attarde pas sur les détails et on se débarrasse rapidement du passé pour entrer directement dans le présent.
Alors ça part plutôt bien.
Et puis, tout aussi rapidement, on s'aperçoit que le scénario s'enlise.
Des défauts apparaissent : trop de personnages, des situations improbables, une histoire tirée par les cheveux... ça jongle avec les prénoms, on ne sait plus très bien où on en est ; faut revenir en arrière pour vérifier qui est qui...
On a de plus en plus de mal à rester accroché.
On aurait pu se contenter de ça et finalement aller jusqu'au bout en se disant que malgré ces défauts on passe quand même un bon moment... mais voilà qu'un rebondissement sur un personnage (évidemment je ne peux pas en dire trop...) vient nous achever par son improbabilité ! Faut quand même pas pousser mémé dans les orties !
Et pour couronner le tout, les événements sont surjoués à la façon d'un orgasme simulé, "ah là là, ça pourrait être super graaaave tout ça !!!!!!!!!" alors qu'il n'y a rien de transcendant.
Bref, un roman qui avait quand même du potentiel, mais qui est tombé dans la facilité d'un scénario alambiqué et peu crédible.

D'autres avis sur d'autres lectures, sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Tostaky61
  12 mai 2018
Mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire ?
En quelques jours la tornade Sandrine a frappé, les lecteurs victimes de son talent se comptent par centaines (j'aurais voulu dire par million, mais je voulais pas déclencher un vent de panique à la Orson Wells avec son interprétation radiophonique de la guerre des mondes).
Michel Bussi dit tout en 4ème.
Le bandeau prévient, ce livre a eu un prix, c'est tout dire. (J'entends les ronchonneux au fond de la salle, pfff les bandeaux, ha ha ! Les prix, et bien ne leur déplaise moi je suis d'accord, il mérite tout le bien qu'on en dit ce roman).
Parce que si je l'ai terminé à 1h du matin, alors qu'à cette heure-ci d'habitude c'est Morphée qui me tient dans ses bras, c'est qu'il y a quelque chose quand même, non ?
Les jumeaux de Piolenc, thriller addictif donc.
1989, des jumeaux de 11 ans disparaissent dans cette petite commune du Vaucluse. le gendarme Wimez (Sandrine Destombes aime bien les gendarmes, elle en glisse toujours quelques-uns dans ces récits) passera 30 ans à essayer de résoudre l'énigme de la disparition de Solène et Raphaël.
2018, une petite fille du même âge disparaît au même endroit.
Le sang de Jean Wimez ne fait qu'un tour, et si tout recommençait ?
Il propose son aide à son successeur.....
Voilà, le décor est planté.
Le travail de l'autrice (bon, moi je trouve pas ça très joli, mais j'ai lu récemment que ce mot existait dans notre chère langue avant qu'un Cardinal, mal inspiré et quelque peu machiste sans doute, ne décide de le retirer, alors rendons à Cesar...etc...) est efficace, sans fioritures, avec tout le talent nécessaire à tenir le lecteur en éveil (voir plus haut), avec tout ce qu'il faut aussi pour noyer le lecteur, le faire réfléchir, l'interroger, le guider sur de fausses pistes, le laisser approcher de la vérité avant de l'en écarter avec jubilation.
Et puis, il y a les enfants, et là aussi le regard de Sandrine est terrible, mais chut ! Je n'en dirai pas plus, je vous laisse frissonner de plaisir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
Annette55
  20 novembre 2019
Que dire après une telle addiction pour moi, peu familière du genre ?
Voici un thriller haletant , bluffant , à l'écriture simple et ciselée , aux chapitres courts et efficaces , une intrigue policière menée de main de maître à partir de la disparition de deux jumeaux : Solène et Raphaël , en août 1989, originaires de Piolenc , dans le Vaucluse , lors de la fête de l'ail.
Juin 2018, l'histoire recommence, disparition de deux enfants : psychose, suspicion, secrets révélés , rebondissements en chaîne et fausses pistes, interrogatoires, mises en cause, macabre passé.....
Le lecteur malgré lui réfléchit , s'interroge , ne relâche pas son attention,.
L'auteure habilement nous égare , nous étouffe, nous mène subtilement par le bout du nez jusqu'à la révélation finale ( elle n'explique pas tout et un peu d'invraisemblance gâche le parcours des enfants ) .
Je n'ai jamais tourné aussi vite les pages !
Petit bijou de littérature noire !
Je vais me renseigner à propos des autres ouvrages de Sandrine D, un livre acheté par hasard à la cafétéria d’un hôpital , commencé dans les couloirs. ( J’avais oublié le mien) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
celine85
  03 mai 2020
Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans disparaissent lors d'une fête. Quelques semaines plus tard, on retrouve l'un des deux mais mort. le mystère reste entier sur cet évènement.
Quelques années après c'est de nouveaux enfants qui disparaissent. Pour comprendre et sauver ces enfants il faut découvrir ce qui est arrivé à Solène et Raphaël.
 
Un célèbre auteur (Michel Bussi) décrit en 4ème de couverture ce roman comme « un vrai page-turner, addictif, et haletant, porté par une atmosphère envoûtante et une écriture ciselée ». Je crois que cette phrase résume très bien mon avis sur ce roman. La fin est vraiment très surprenante, je crois qu'aucun lecteur ne peut la découvrir. C'est là que mon avis devient plus mitigé sur ce livre qui partait limite pour être un très très bon thriller. Oui la fin m'a surprise, c'est un point très positif mais ma déception ce porte sur le fait qu'elle n'est pas crédible à mon gout.
Commenter  J’apprécie          430

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   21 mai 2020
« (...) Sans transition, faits divers : l’affaire des jumeaux de Piolenc a connu ce matin un tragique tournant. En effet, le corps de la petite Solène a été retrouvé dans le cimetière de la chapelle Saint-Michel de Castellas près d’Uchaux, soit à moins d’une dizaine de kilomètres de l’endroit où elle avait été vue pour la dernière fois. Selon les premières constatations de la gendarmerie, la fillette serait morte depuis moins de vingt-quatre heures. Nous avons pu échanger avec le jardinier de la paroisse qui a fait la macabre découverte. Encore très ému, l’homme a comparé la petite Solène à un ange. Elle portait une robe blanche et une couronne de fleurs dans les cheveux. Elle avait l’air si paisible qu’il a d’abord cru qu’elle dormait, malgré le froid, avant de reconnaître le visage de la fillette disparue, dont le portrait était encore largement diffusé dans la région. Son frère jumeau reste pour l’instant introuvable mais il est évident que cette terrible découverte va relancer l’enquête en espérant que de nouveaux éléments pourront être exploités... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Annette55Annette55   20 novembre 2019
«  L’orgueil et la vanité sont les échasses du sot, mais elles ne le grandissent que pour le faire tomber de plus haut . »

John Petit- Senn. Bluettes er boutades ( 1846 ) .
Commenter  J’apprécie          171
rkhettaouirkhettaoui   06 mai 2018
L’affaire des jumeaux de Piolenc avait été « son » affaire, ou plutôt son désastre, sa malédiction. À peine promu, il s’était retrouvé à trente-cinq ans à la tête d’une cellule de crise très vite dépassée. Il est dit que les premières quarante-huit heures sont les plus cruciales après la disparition d’un enfant. Jean avait compris trop tard la justesse de ces statistiques.
Commenter  J’apprécie          60
BaladesEnLivresBaladesEnLivres   11 mai 2018
- Ca arrive, Victor. C'est triste à dire mais c'est comme ça. L'année dernière, quarante enfants se sont suicidés en France. Le plus jeune avait cinq ans.
- Mais dans quel monde vit-on, Jean ?
- Dans un monde où on cherche à les faire grandir trop vite.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   06 mai 2018
Victor s’était battu toutes ces années comme un diable. Pour que justice soit faite, pour qu’on ne l’oublie pas, lui et ses enfants. Même le suicide de sa femme n’avait pas réussi à étancher sa soif de vérité. Victor Lessage avait passé tout son temps libre à chercher la faille qui lui permettrait de déclencher un séisme. Il lisait toutes les revues scientifiques à l’affût d’une nouvelle technologie que les enquêteurs pourraient appliquer à son affaire. C’est ainsi qu’il avait eu l’idée du test ADN alors que la gendarmerie tâtonnait encore en la matière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Sandrine Destombes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sandrine Destombes
https://www.librairiedialogues.fr/livre/14945906-ils-etaient-cinq-sandrine-destombes-pocket Un meurtre, une victime, des suspects, un seul coupable... Mais qui a tué Romane Deslouves, la fameuse romancière invitée pour remettre le prix Noir c'est Noir, le prix plus convoité des auteurs de polars ?... Avec la participation de Sandrine Destombes, auteure de "Ils étaient cinq" (Pocket), près d'une centaine de participants ont mené l'enquête.
Un huis clos d'1h30, qui a eu lieu le 7 mai 2019, pour mener une enquête digne d'un polar glaçant !
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les jumeaux de Piolenc

Quels sont les prénoms des jumeaux disparus ?

Zélie et Gabriel
Solène et Raphaël
Caroline et Victor
Justine et Jean

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Les jumeaux de Piolenc de Sandrine DestombesCréer un quiz sur ce livre

.. ..