AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262033248
576 pages
Éditeur : Perrin (12/01/2017)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :

La magnifique mais complexe relation de Winston Churchill avec la France racontée pour la première fois. " Français, c'est moi, Churchill, qui vous parle.

" Le lundi 21 octobre 1940, les auditeurs français de la BBC entendent pour la première fois la voix du Premier ministre qui s'adresse directement à eux, et, au surplus, dans leur langue. En revanche, ce n'est pas la première fois qu'ils entendent le nom du plus célèbre Anglais du XXe siècl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
PLOOM
  26 janvier 2017
La France connait le terrorisme sur son territoire depuis des décennies mais les massacres qui ont ensanglanté la France depuis 2015 ont poussé nos dirigeants à activer l'Etat d'Urgence qui est une possibilité constitutionnelle. Il ne se résume pas simplement à une affaire de normes, de lois, c'est aussi un état d'esprit. le risque qu'il comporte est évidemment d'accorder un blanc-seing à l'Etat, dont chacun pourrait rêver qu'il deviennent le bouclier pour éviter de nouveaux massacres.
William Bourdon est avocat au Barreau de Paris. Il a mis son expertise au service des droits de l'homme en servant la cause des victimes de Pinochet au Chili et celles du génocide au Rwanda. Cette fois à travers son ouvrage “Les dérives de l'état d'urgence” il examine si les dérogations au droit commun peuvent être considérées comme équilibrées au regard des objectifs affichés et proportionnés relativement aux menaces qu'elles font peser sur les liberté publique.
le terrorisme d'aujourd'hui, par sa dimension hyper nihiliste, déconnecté de toute potentialité de négociations pour y mettre fin, constitue le grand défi pour les démocraties modernes en ce début du XXIème siècle. L'ouvrage explore les effets du virage brutal opéré par la France à l'issue des terribles attentats qui l'ont endeuillée et obscurcie, et qui porte en lui des dérives qui seraient autant de germes d'un glissement progressif vers un Etat d'exception permanent en raison de la persistance de menaces terroristes. A ce titre Bourdon pointe l'une des dimensions perverses du terrorisme, celle qui consiste à mettre le ver dans la pomme en corrompant l'Etat. En effet les effets délétères d'actions terroristes renouvelées vont introduire progressivement une modification durable de sa politique pénale en déhiérarchisant les valeurs, les principes et les priorités.
“Les dérives de l'état d'urgence” est à la fois un livre d'actualité mais aussi une réflexion historique sur la contamination de la loi par le phénomène viral que constitue le terrorisme. William Bourdon nous propose une réflexion rigoureuse qui s'interroge sur les hésitations de l'autorité judiciaire et en particulier sur la place du juge administratif qui subit un véritable effacement en ces temps incertains. Un travail exigeant et nécessaire pour conserver à notre démocratie toute la lucidité qu'elle doit nourrir à son propre égard.
Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE.COM)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
groody
  14 mars 2017

Un grand merci à Babelio et aux Editions Perrin pour l'envoi de cet ouvrage, que j'avoue je n'ai pas lu mais offert à mon paternel (comment résister devant une énième biographie Churchillienne?) et à qui je laisse page blanche sur pop corn. Voici donc l'avis du paternel ...
"C'est promis, le prochain, je ne l'achète pas, je ne le commande pas, je ne l'emprunte pas, je ne le feuillette pas en douce chez Mollat, and so on...
Serment d'ivrogne sans doute ! Donc, encore une biographie de Churchill, mais qui, heureusement, n'a rien d'une hagiographie comme on nous en a tant vendu de notre dernier grand homme à nous…Peut-être parce qu'elle est écrite par un Français.
Un petit moment d'agacement, il va falloir encore boire du whisky en privé, de grands crus avec les généraux français à quelques kilomètres de la ligne de front et supporter l'odeur du cigare. Ce sacré Winston est, pour la énième fois en deux ans, de retour sur nos présentoirs, sur son green favori la France et toujours diva parmi ses amis les Français. C'est vrai qu'après la série des “de Gaulle et Martine à la plage”, dommage pas ensembles, j'attendais avec une véritable impatience la fin de la trilogie (d'ailleurs, dans le corps du récit nous y avons quand même droit aux bains de mer, évidemment sur une côte d'Azur condominium franco-britannique et, bien sur, sous des aspects attendus cétacesques…) Excusez le néologisme et convenez qu'une bonne BD ferait un tabac. Et puis, on a beau en savoir déjà beaucoup sur le diable d'homme, il y a toujours à apprendre et à comprendre, en cette période de disette d'hommes d'état et de Brexit, pourquoi ne pas rêver que, pour une fois, l'histoire pourrait se décider à repasser les plats. Pour moi, qui n'ai jamais pu digérer Mers el Kébir, Dakar et la suite, j'allais une fois de plus réveiller mon amertume mais peut être enfin comprendre, au nom quelle cruelle amitié, comment s'inscrit l'utilité géostratégique de ce coup de pied de l'âne, le premier d'une longue série.
Non, décidément je suis trop sentimental et irréductiblement naïf. Parmi tant d'autres, au fil du récit, plus dérisoires, mais combien prémonitoires, surgissent nos médiocres mais sanglantes querelles de ménage à trois pour un Moyen-Orient artificiellement découpé selon la densité supposée des gisements du pétrole. Là, plus qu'ailleurs, ensemble nous avons aujourd'hui une vraie responsabilité.
Ainsi va le récit, banalement chronologique, pendant presque un siècle, se partageant entre anecdotes piquantes, souvent inédites et vision d'un destin à la fois personnel, insulaire, continental, mondial. le personnage reste définitivement séduisant malgré ses erreurs souvent énormes, ses faiblesses, et même ses mesquineries.
Enfin, je lui ai trouvé grand mérite, à donner enfin leur place, avec une focale et un angle de vue extérieurs, de tous les Français, à commencer par Clemenceau et Foch, qui ont autant compté dans nos rapports avec nos alliés que le locataire de Carlton Gardens.
Au total, il reste un peu de nostalgie : je crains que désormais le tunnel sous la manche ne laisse plus passer que des trains même s'il n'y a pas que “l'Equipe” qui raconte les héros.
Lien : http://popcornoreillechien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sandraboop
  22 mars 2017
Tout d'abord Merci à BABELIO et aux Editions PERRIN pour la réception de cet ouvrage sur Churchill et ses relations avec la France.
Pour raisons de santé et aussi parce que cette lecture est un peu plus difficile que celle de polars, je ne suis pas encore au bout du livre.
Dores et déjà, je suis ravie d'avoir pu approcher ce personnage qui a fait l'histoire tout autant par son implication dans les conflits que par son physique "bonhomme" et son cigare.
Le livre est lisible avec facilité, presque vulgarisation des enjeux des relations internationales.
Au début de l'ouvrage, j'étais un peu chagrine. Je trouvais qu'on rendait Churchill un peu "gnan gnan" et ça m'énervait. Au fil de l'ouvrage, se dégage un personnage un peu plus complexe, pas seulement victime de sa gourmandise ou de sa naïveté.
Ses rapports avec le Général de Gaulle m'ont beaucoup plu , tantôt difficiles tantôt de bonne camaraderie au point de ne pas voir venir les premières entailles aux relations entre la France et l'Angleterre.
La fondation de l'Europe aussi m'a intéressée et j'ai trouvé que cela faisait écho au Brexit à venir.
Loin de trouver ma lecture aisée, je l'ai trouvée intéressante mais je ne sais pas ce que je retiendrai le plus de cette lecture : Churchill ou la France ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cyrielle1703
  02 mars 2017
Passionnée par Winston Churchill depuis presque 10 ans, je suis ravie d'avoir pu lire ce livre grâce à la Masse Critique de Babelio.
L'auteur nous conte à travers les moments marquants de la vie de Churchill et de l'Histoire, sa relation tumultueuse avec la France, à la fois sa meilleure amie et sa meilleure ennemie.
Churchill est un homme de contradiction et cet essai nous le prouve encore plus.
Commenter  J’apprécie          20
michaudgilbert
  12 février 2018
bien
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeFigaro   13 janvier 2017
C'est le mérite du livre de Christian Destremau de nous dégager du tête-à-tête londonien entre les deux hommes auquel les Français ont accordé, sans doute, une place démesurée - et quelque peu théâtrale.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   20 octobre 2020
Le monde entier est stupéfait lorsque tombent, le 26 juillet 1945, les résultats définitifs des élections générales qui ont eu lieu trois semaines plus tôt. Churchill et le Parti conservateur sont sévèrement battus. Winston se console en méditant la phrase de Plutarque selon laquelle « l’ingratitude envers les grands hommes est la marque des peuples forts », et en se rappelant comment, deux décennies auparavant, Clemenceau avait subi le même sort. Entre-temps, et avant de participer à la conférence de Potsdam, il est allé se reposer en France. Le 7 juillet, il est sur la côte basque et prend ses quartiers au château Bordaberry, prêté par un ressortissant canadien, le général Brutinel. Sa popularité en France est immense, il est l’attraction de l’été et il en est bien conscient ; confiant dans le résultat du scrutin, son moral est au beau fixe.
Il visite Saint-Jean-de-Luz, se baigne à Hendaye. John Colville, resté sur la plage, est témoin d’un spectacle insolite : « Le Premier Ministre barbotait dans l’eau, tel un hippopotame bienveillant, au centre d’un large cercle de gendarmes français chargés de sa sécurité, qui s’étaient mis en maillots de bain pour l’occasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Christian Destremau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Destremau
Christian Destremau - Lawrence d'Arabie .A l'occasion du Salon du Livre 2014, Christian Destremau vous présente son ouvrage "Lawrence d'Arabie" aux éditions Perrin. http://www.mollat.com/livres/destremau-christian-lawrence-arabie-9782262040482.html Notes de Musique : Tres Tristes Tangos/Unknown Album/Planta Baja. Free Music Archive.
autres livres classés : terrorismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox